Anselm Jappe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anselm Jappe

Description de cette image, également commentée ci-après

Anselm Jappe à Lyon en mars 2010.

Nom de naissance Anselm Jappe
Activités Écrivain, philosophe
Naissance 3 mai 1962
Bonn (Allemagne)
Langue d'écriture Français, Allemand, Italien

Œuvres principales

  • Guy Debord
  • Les aventures de la marchandise
  • Crédit à mort : la décomposition du capitalisme et ses critiques

Anselm Jappe, né le 3 mai 1962 à Bonn (Allemagne), enseigne la philosophie en Italie. Il est un théoricien de la « nouvelle critique de la valeur » et spécialiste de la pensée de Guy Debord.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1962 à Bonn, Anselm Jappe a grandi à Cologne et dans le Périgord. Il a fait ses études à Rome et à Paris où il obtient un doctorat de philosophie. Il a eu comme directeur d'études Mario Perniola. Il enseigne actuellement l'esthétique à l'école d'art de Frosinone et de Tours. Ancien membre du groupe Krisis (Nuremberg), il a publié de nombreux articles dans divers revues et journaux dont Iride (Florence), Il manifesto (Rome), L'indice (Milan), Mania (Barcelone), Lignes (Paris), Illusio (Caen) et publie dans la revue allemande Exit !.

Il est l'auteur d'un important essai sur Guy Debord, remarqué à la fois par le principal intéressé[1] et par la critique. Le Magazine littéraire notait ainsi que « de tous les ouvrages parus sur les idées de Guy Debord, celui d'Anselm Jappe (qui vient d'être réédité) est à ce jour le plus intéressant »[2]. Son livre met à jour les liens directs entre la théorie du spectacle et la critique de la valeur et du fétichisme de la marchandise, il y analyse l'ensemble des influences sur la pensée de Debord, et les dépassements de celle-ci au regard des auteurs actuels de la « critique de la valeur ». Familier des auteurs de l'École de Francfort, il tente dans ses écrits de renouveler la théorie critique par une nouvelle lecture de l'œuvre de Karl Marx, au sein du courant de la « Nouvelle critique de la valeur » (la « wertkritik » en Allemagne) dont le principal théoricien est Robert Kurz. Cette critique est élaborée depuis 1986/87 par plusieurs penseurs à différents endroits du globe et dans des versions convergentes sur certains points : Robert Kurz en Allemagne, Jean-Marie Vincent en France, et Moishe Postone aux États-Unis. Anselm Jappe a présenté la critique de la valeur au public français, dans Les Aventures de la marchandise. Pour une nouvelle critique de la valeur en 2003.

Publications en français[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Guy Debord, Edizioni Tracce, 1992, Pescara ; Éditions Via Valeriano, 1995, Marseille ; Éditions Via Valeriano-Sulliver, 1998, Berkeley:University of Californa Press 1999; Arles ; Éditions Denoël, 2001.
  • La critique du fétichisme de la marchandise chez Marx et ses développements chez Adorno et Lukacs (thèse de doctorat)
  • Les Aventures de la marchandise, pour une nouvelle critique de la valeur, Éditions Denoël, 2003.
  • Les Habits neufs de l'empire : remarques sur Negri, Hardt et Rufin (avec Robert Kurz), Éditions Lignes, 2003.
  • L'avant-garde inacceptable - réflexions sur Guy Debord, Éditions lignes-Léo Sheer, 2004.
    Cet ouvrage reprend la traduction de deux articles publiés dans la revue Krisis, " Politique du spectacle, spectacle de la politique " et " Les situationnistes sont-ils la dernière avant-garde ? ", ainsi qu'un dernier texte inédit, " Guy Debord, un auteur comme les autres ? ".
  • Crédit à mort : la décomposition du capitalisme et ses critiques, Éditions Lignes, janvier 2011, 256 p.
  • Après l'économie de marché, une controverse (avec Bernard Friot), 2014, Lyon, Atelier de création libertaire
Préfaces
Correspondances
  • Lettres de Guy Debord à Anselm Jappe, dans Guy Debord, Correspondance, janvier 1988-novembre 1994, Fayard, 2008.
    Lettres à propos du livre de Jappe, Guy Debord (1993). Dernière réédition, voir Guy Debord. Essai, Denoël, 2001 (édition revue et corrigée).
  • Anselm Jappe a également dialogué et échangé des idées avec Jaime Semprun, animateur de l'Encyclopédie des Nuisances, auquel il a dédié en 2011 son livre Crédit à mort, dialogue que l'on retrouve en annexe de Catastrophisme, administration du désastre et soumission durable.
  • Correspondance avec Jean-Marc Mandosio in D'or et de sable (Chap. « Fantôme, es-tu là? », pp. 71-83), Éditions de l'Encyclopédie des Nuisances, 2008, 309 p.

Articles[modifier | modifier le code]

  • « Le choc des barbaries. Des Milliardaires à barbe contre des Milliardaires sans barbes », Jungle World (Allemagne), septembre 2001.
  • « Est-ce qu'il y 'a un art après l'art » in 9e Biennale d'art contemporain de Lyon - L'histoire d'une décennie qui n'est pas encore nommée (Éditions des presses du réel, 2007)
  • « Sade, prochain de qui ? », R. Poulin et P. Vassort (dir.), Sexe, capitalisme et critique de la valeur. Pulsions, dominations, sadisme social, M éditeur, Ville Mont-Royal (Québec), 2012 (paru initialement dans revue Illusio, 2007, no 4-5)
  • « C'est la faute à qui ? », revue Lignes, automne 2008.
  • « Politique sans politique », revue Lignes, 2008.
  • « La violence, mais pour quoi faire ? », revue Lignes, mai 2009.
  • « Avec Marx, contre le travail », Revue internationale des livres et des idées, n°13, septembre-octobre 2009.
  • « Le ‘‘côté obscur’’ de la valeur et le don », Revue du MAUSS, n°34, 2nd semestre 2009.
  • « Crédit à mort », revue Lignes, n°30, octobre 2009.
  • « L'argent nous pense-t-il ? », revue Prétentaine, n°25-26, 2010.
  • « Tous contre la finance ? », Le Sarkophage, n°23, 12 mars-14 mai 2011.
  • « Où sont les freins ? Sur l'accélération de l'accélération du temps social. [Recension d'un livre de Hartmut Rosa] », dans Revue internationale des livres et des idées, 2010.
  • « Debord et l’authentique », J. Rogozinski et M. Vanni (dir.), Dérives pour Guy Debord, Van Dieren éditeur, 2011.
  • « Baudrillard, détournement par excès », revue Lignes, n°31, février 2010.
  • « ‘‘Salut les artistes ! Tant pis si je me trompe’’ ou la normalisation de l'art », revue Lunapark, n°6, 2011 (publication internet).
  • « L’argent est-il devenu obsolète ? », Le Monde, 31 octobre 2011 (version complète dans Offensive Libertaire et Sociale n°32, décembre 2011)
  • « Grandeur et limite du romantisme révolutionnaire », Revue des Livres, n°2, novembre 2011.
  • « Not in my name », revue Lignes, n°37, février 2012.
  • « Êtres libres pour la libération », Réfractions. Recherches et expressions anarchistes, n°28, mai 2012.
  • « De l’ ‘‘aura’’ des anciens musées et de l' ‘‘expérience’’ des nouveaux », revue GRUPPEN n°5, 2012.
  • « Robert Kurz. Au cœur des ténèbres du capitalisme », Revue des Livres, n°9, 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lettres de Guy Debord à Anselm Jappe Dans Guy Debord, Correspondance, volume 7, janvier 1988-novembre 1994, Fayard, 2008
  2. Frédéric Martel, « Analyse d'une pensée " située " », dans Magazine Littéraire n°399 - 01/06/2001

Liens externes[modifier | modifier le code]