Procès de Prague

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les procès de Prague, ou procès Slánský — du nom du principal accusé —, qui ont eu lieu en 1952, ont eu pour objectif d'éliminer des cadres du Parti communiste tchécoslovaque présentés de façon mensongère comme des opposants au régime de la République socialiste tchécoslovaque. Ils sont inspirés des purges staliniennes, en cours en Union soviétique depuis le milieu des années 1930.

Cause[modifier | modifier le code]

En 1951, le président de la République et du Parti communiste tchécoslovaque — le PCT —, Klement Gottwald, est confronté à de sérieuses difficultés :

  • un fort mécontentement populaire contre les pénuries de toutes sortes, notamment alimentaires, et l'absence de liberté ;
  • une rivalité sous-jacente avec Rudolf Slánský, secrétaire général du PCT ;
  • une pression de Staline qui "voit des espions partout" et qui exige que le PCT procède aux mêmes purges que celles qui ont cours en Union soviétique et dans les autres pays de l'Est, dans le but d'éviter une contagion yougoslave.

Comme dans le complot des blouses blanches, en Union soviétique, qui vise essentiellement des Juifs et qui est concomitant aux Procès de Prague, onze des quatorze accusés sont juifs et accusés d'un « complot titiste ».

Mise en œuvre[modifier | modifier le code]

En organisant lui-même une purge qui décapite la direction du Parti, dans le plus pur style stalinien, Klement Gottwald poursuit plusieurs objectifs à la fois :

  • il se débarrasse d'un rival dangereux, que Staline aurait pu utiliser contre lui ;
  • l'origine juive de 11 des 14 inculpés permet de trouver des boucs émissaires faciles à dénoncer — il s'agit d’un complot sioniste ourdi par des trafiquants juifs — dans un pays à l’antisémitisme latent ;
  • Gottwald s'en prend aux anciens de la guerre d'Espagne, soupçonnés de trotskysme ; ceux-ci, le plus souvent, avaient activement participé à la résistance anti-nazie, alors que lui-même était resté réfugié à Moscou, ce qui pouvait entacher sa légitimité révolutionnaire ;
  • une nouvelle génération de militants communistes, qui lui doit tout, arrive aux commandes du Parti ;
  • enfin, il se justifie vis-à-vis de Staline en montrant qu'il peut frapper à très haut niveau en n'épargnant personne : tous les condamnés sont membres du Comité central ou du Politburo du PCT, sinon du gouvernement tchécoslovaque.

Les victimes de cette purge sont :

  • Rudolf Slánský, secrétaire général du Parti communiste tchécoslovaque, condamné à mort ; exécuté ;
  • Vladimír Clementis (en), ministre des Affaires étrangères, condamné à mort ; exécuté ;
  • Otto Fischl, vice-ministre des Finances, condamné à mort ; exécuté ;
  • Josef Frank (en), vice-secrétaire général du PCT, condamné à mort ; exécuté ;
  • Ludvík Frejka} chef du comité de l'économie à la chancellerie du président, condamné à mort ; exécuté ;
  • Bedřich Geminder, chef de la section internationale du secrétariat du Parti, condamné à mort ; exécuté ;
  • Vavro Hajdů, vice-ministre des Affaires étrangères, condamné à la prison à vie ;
  • Evžen Löbl, vice-ministre aux Affaires commerciales condamné à la prison à vie ;
  • Artur London, vice-ministre des Affaires étrangères,condamné à la prison à vie ;
  • Rudolf Margolius (en), vice-ministre des Affaires commerciales, condamné à mort ; exécuté ;
  • Bedřich Reicin (en), vice-ministre à la Défense nationale, condamné à mort ; exécuté ;
  • Otto Katz, dit André Simone, éditeur du journal Rudé Pravo, condamné à mort ; exécuté ;
  • Otto Šling (en), secrétaire régional du Parti, condamné à mort ; exécuté ;
  • Karel Šváb, vice-ministre de la Sécurité d’État, condamné à mort ; exécuté.

Les condamnés à mort sont pendus et les corps incinérés. Le fourgon transportant les cendres se trouve bloqué sur la route par la neige, et les occupants dispersent les cendres en bordure de route pour alléger le fourgon.

Gottwald ne survit que très peu de temps à ses victimes : en effet, moins de quatre mois après les exécutions capitales, de retour des funérailles de son inspirateur, le « Petit père des peuples », Gottwald, atteint depuis longtemps de syphilis et souffrant d'alcoolisme — faits tenus cachés —, est victime d’une rupture d’un anévrisme de l'aorte et meurt le 14 mars 1953.

Film[modifier | modifier le code]

Les procès de Prague sont à la source de L'Aveu de Costa-Gavras avec Yves Montand et Simone Signoret. Le film est basé sur le livre éponyme d’Artur London, l'un des rares survivants des procès.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Artur London, L'Aveu. Dans l'engrenage du procès de Prague, Coll. Témoins, Paris, N.R.F. Gallimard, 1970, 457 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]