Doctrine Eisenhower

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La doctrine Eisenhower a été formulée par le président des États-Unis Dwight Eisenhower devant le congrès des États-Unis le 5 janvier 1957. Elle consiste à limiter la déstabilisation des pays du Moyen-Orient qu'y causerait l'introduction et le développement du communisme grâce à des aides économiques et militaires.

Contexte[modifier | modifier le code]

À la suite de la guerre de Suez, qui avait vu les ambitions nationales de l’Égypte et de son président Nasser contrées par les anciennes puissances coloniales française et britannique alliées au nouvel état israélien dans le cadre d'un complot dit du "Protocoles de Sèvres", les États-Unis cherchent à stabiliser la région. Ils craignent surtout de voir les gouvernements de ces pays, jusqu’alors plutôt favorables aux Américains, être renversés de l’intérieur par des forces révolutionnaires communistes, soutenues par le bloc de l'Est. La question de Suez s’impose à Eisenhower tout au long de l’été et de l’automne 1956. Le 34e président américain, Dwight David Eisenhower, est en pleine campagne présidentielle en vue de sa réélection et se démène pour prévenir une action militaire britannique en ouvrant des négociations, mais ni les Britanniques, ni les Égyptiens ne se laissent convaincre.

Il s’agit également de préserver l’influence américaine dans ces régions stratégiques de production pétrolière. En plus de donner un cadre juridique à leurs interventions dans cette région stratégique, c'est par la doctrine Eisenhower que les États-Unis s'engagent à accorder une assistance économique et militaire à tout pays du Moyen-Orient qui en fera la demande en vue d'assurer et de protéger l'intégrité territoriale et l'indépendance économique de ces nations contre une agression armée ouverte de toute nation contrôlée par le communisme international.

La doctrine sera appliquée lors de la crise de 1958 au Liban.

Contenu[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'accorder une assistance économique et militaire à tout pays de cette région qui en fera la demande « en vue d'assurer et de protéger l'intégrité territoriale et l'indépendance économique de ces nations (...) contre une agression armée ouverte de toute nation contrôlée par le communisme international »[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Discours d'Eisenhower au congrès, 5 janvier 1957.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fontaine André, La guerre froide, 1917-1991, La Martinière, Paris, 2004, p.254.
  • Prados John, Les guerres secrètes de la CIA La démocratie clandestine, Les éditions du Toucan, 2008, p.842.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]