Centralisme démocratique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Centralisme (homonymie).

Le centralisme « démocratique », théorisé par Lénine, est une forme d'organisation interne d'un mouvement politique ou syndical. Ce principe, qui constitue l'un des fondements des organisations léninistes puis, par extension, marxistes-léninistes, implique un fonctionnement centralisé et hiérarchisé où les niveaux inférieurs se conforment strictement aux consignes émises, après débat interne au niveau supérieur, par le centre de direction. Le centralisme démocratique implique l'interdiction, au sein des partis, des courants internes et, en pratique, limite la liberté d'expression à l'intérieur de l'appareil[1]. À partir de 1920, date du second congrès de l'Internationale communiste, il ordonne en droit l'élaboration des décisions et leur application dans les partis communistes[2]. Le centralisme démocratique est abandonné par la majorité des partis communistes, notamment européens, à la fin de la guerre froide.

Définition[modifier | modifier le code]

Dans la brochure Que faire ?, qu'il publie en 1902, Lénine plaide pour une révolution qui serait organisée par des « professionnels », lesquels constitueraient l'« avant-garde » de la classe ouvrière. Lénine se distingue, par rapport aux autres penseurs marxistes, en accordant une place essentielle au parti, dont il considère qu'il doit tenir un rôle moteur dans le déclenchement de la lutte des classes[3].

En matière d'organisation, Lénine prône l'« unité de la volonté », soit l'adoption, par l'avant-garde révolutionnaire que constitue le parti, d'une volonté unique, qui doit devenir la « volonté de la classe » : l'efficacité, qui doit être la raison d'être de l'organisation, a pour condition la disparition des volontés individuelles au profit de la volonté unie du parti. Lénine, qui prône un mouvement politique strictement hiérarchisé et fonctionnant selon les principes de la division du travail, multiplie dans ses écrits les métaphores comparant le parti à une usine, à une armée ou à un orchestre. Le concept, puis le terme, de centralisme démocratique apparaissent chez Lénine fin 1905 - début 1906, alors que le Parti ouvrier social-démocrate de Russie est divisé entre bolcheviks et mencheviks. Un rapprochement est alors favorisé par le Bureau socialiste international (l'organe de coordination de l'Internationale ouvrière) et se traduit par une réunification, à la fois provisoire et conflictuelle, lors du congrès de Stockholm en 1906. Lénine présente son concept de centralisme démocratique comme l'alliance de la « liberté de discussion » et de l'« unité d'action » - soit un moyen de faire exister la « lutte idéologique » en sein du parti unifié[4].

La notion de centralisme démocratique est inspirée du mode d'organisation de la social-démocratie allemande, où l'opinion de la majorité du congrès est fixée dans des résolutions qui sont la règle à laquelle doivent se conformer en pratique les membres du Parti jusqu'à ce que, par suite de la discussion, l'opinion générale soit modifiée. Le centralisme démocratique, tel que le théorise Lénine, repose sur un double principe : en premier lieu, l'élection de chaque niveau de l'organisation par le niveau inférieur ; en second lieu, la stricte obéissance de chaque niveau par le niveau inférieur et l'application unanime des décisions dans l'action. Dans un contexte où l'organisation révolutionnaire russe est à la fois faible, en partie clandestine et disséminée par l'émigration, Lénine souhaite qu'elle puisse se donner les moyens du combat via la discipline interne, en élaborant un mode d'organisation qui élabore un minimum d'efficacité et de cohérence. Lénine vise également, en prônant la liberté de discussion, à pouvoir continuer de polémiquer avec les mencheviks. Le centralisme démocratique, tel qu'il le conçoit alors, est d'abord une règle pour que des groupes rivaux puissent continuer de coexister au sein d'une même organisation[2],[4].

La lecture des seuls textes de Lénine à l'époque donnent du Parti ouvrier social-démocrate de Russie une image hyper-centralisée et paramilitaire : Lénine vise alors à « tordre le bâton dans l'autre sens » à un moment où la multiplication des polémiques et des fractions menace le mouvement d'éclatement. Les conceptions centralistes de Lénine sont cependant, à l'époque, critiquées aussi bien par Léon Trotski que par Rosa Luxemburg[2].

Dans la pratique, le centralisme démocratique tel que le théorise Lénine n'est appliqué à aucun moment[5] : en 1912, Lénine lui-même met fin à la coexistence des factions rivales des bolcheviks et des mencheviks en faisant élire, lors de la conférence de Prague, un nouveau comité central composé presque uniquement de bolcheviks. La question du rapport minorité-majorité perd donc son sens, les « léninistes » formant désormais un groupe homogène. Le politologue Dominique Colas souligne que l'accord entre bolcheviks et mencheviks n'a jamais cessé d'être purement formel et que les règles ont été largement foulées aux pieds par les bolcheviks : Lénine n'a donc jamais envisagé de donner au sein du parti le primat à un modèle parlementaire[4].

Si la théorie du centralisme démocratique n'est pas appliquée, avant la révolution d'Octobre, par défaut de centralisme, elle ne l'est pas ensuite par défaut de démocratie : en 1921, les fractions sont officiellement interdites au sein du Parti communiste[5],[6]. En 1920, lors du second congrès de l'Internationale communiste, les conditions d'admission au Komintern prévoient que les partis adoptent « le principe de la centralisation démocratique », ce qui implique pour toutparti communiste d'être « organisé de la façon la plus centralisée », de pratiquer une « discipline de fer confinant à la discipline militaire » et d'un organisme central « muni de larges pouvoirs », exerçant une « autorité incontestée » grâce à la « confiance unanime des militants »[7]. Lors du troisième congrès de l'IC, en 1921, le centralisme démocratique est présenté comme la résultante d'une « activité permanente commune », d'une « lutte également commune et permanente de l'ensemble du parti », en entraînant les adhérents au travail politique quotidien[8].

25e congrès du PCUS, en 1986.

Du point de vue de Lénine, dans le contexte de la guerre civile russe et alors que la Russie soviétique est isolée sur le plan international, tout affaiblissement du Parti équivaut à un affaiblissement de l'État, et donc à un arrêt de mort pour la révolution. Les textes conjoncturels de Lénine, rédigés dans des contextes particuliers, font dès lors partie de la doctrine communiste pour servir de caution théorique à une organisation autoritaire de l'État russe et, dans la foulée, à celle de tous les partis communistes affiliés au Komintern[9]. Si le centralisme démocratique est présenté par le mouvement communiste comme un progrès par rapport au « centralisme bureaucratique », il devient lui-même en pratique synonyme d'une forme bureaucratique de centralisme, et de partis communistes aux organisations rigides et strictement hiérarchisées, où le droit d'expression et de critique est fortement limité[1]. Toute tentative d'application effective du centralisme démocratique, c'est-à-dire toute critique de la direction et de sa ligne peut dès lors être dénoncée comme une entreprise d'affaiblissement de l'organisation, donc comme une trahison[9]. Stéphane Courtois qualifie le terme de centralisme démocratique de simple « oxymore », qui ne désigne en réalité que la règle de l'« unanimité », soit celle d'un pouvoir exercé par la seule direction du Parti[10]. Le centralisme démocratique devient ensuite, avec le concept de « rôle dirigeant » du Parti, l'un des fondements de l'organisation politique de l'URSS et des autres régimes communistes[11].

La préservation du centralisme démocratique apparaît dès lors, dans les régimes communistes, comme une condition du maintien du monopole du parti au pouvoir[12] : au moment du printemps de Prague, son principe même est contesté[13]. Durant la période de l'eurocommunisme, dans les années 1970, la remise en cause interne d'un certain nombre de dogmes marxistes-léninistes ne s'accompagne pas d'un abandon du centralisme démocratique au sein des partis communistes européens, où la liberté de discussion demeure limitée[11].

La perestroïka est l'occasion de nouvelles contestations du centralisme démocratique, dont l'abandon coïncide avec le déclin, puis la fin, du régime communiste en tant que tel[14]. Le centralisme démocratique est également abandonné par les partis communistes occidentaux : le Parti communiste italien s'en détache dans le cadre du processus de réformes lancé par Achille Occhetto, qui conduit à l'auto-dissolution du PCI et à sa transformation en Parti démocrate de la gauche[15] ; le Parti communiste français renonce quant à lui en 1994, lors de son 28e congrès, à la notion de centralisme démocratique, remplacée par celle de « souveraineté des communistes »[16].

Le centralisme démocratique, qui coïncide toujours avec celui du rôle dirigeant du parti, continue d'être officiellement en vigueur dans les régimes communistes actuels, soit la République populaire de Chine[17],[18], la Corée du Nord[19], le Viêt Nam[20], le Laos[21] et Cuba[22],[23].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Brown 2009, p. 107-108
  2. a, b et c Labica et Bensussan 1985, p. 162
  3. Colas 1987, p. 13-21
  4. a, b et c Colas 1987, p. 22-29
  5. a et b Labica et Bensussan 1985, p. 162-163
  6. Colas 1987, p. 97-98
  7. Texte intégral des 21 conditions sur Wikisource
  8. Labica et Bensussan 1985, p. 848
  9. a et b Labica et Bensussan 1985, p. 163
  10. Stéphane Courtois, Dictionnaire du communisme, Paris, Larousse, 2007, page 348
  11. a et b Brown 2009, p. 110-111
  12. Brown 2009, p. 598
  13. Brown 2009, p. 380
  14. Brown 2009, p. 516-520
  15. OCCHETTO: 'ADDIO AL PADRE - PARTITO', La Repubblica, 4 août 1990
  16. Frédérique Valentin-Mc Lean, Dissidents du Parti Communiste Français, L'Harmattan, 2006, page 15
  17. Brown 2009, p. 605-606
  18. Constitution de la Chine, site de l'Université de Perpignan
  19. Constitution de la Corée du Nord
  20. Constitution du Viêt Nam
  21. Constitution du Laos
  22. Constitution de Cuba
  23. Résolution de la Première conférence nationale sur les objectifs de travail du Parti, Granma, 3 février 2012