Bruno Rizzi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rizzi.

Bruno Rizzi (né le à Poggio Rusco, dans la province de Mantoue, en Lombardie et mort le à Bussolengo) est un homme politique et un théoricien italien, marxiste hétérodoxe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cofondateur du parti communiste d'Italie en 1921, Bruno Rizzi le quitte en 1930.

Persécuté par les fascistes, il s'exile en France et publie en 1939 à Paris son essai le plus connu sous le titre La bureaucratisation du monde, un des livres les plus controversés du XXe siècle d'après l'universitaire américain Donald Clark Hodges[1]. Il y affirme que le fascisme et le stalinisme développent des méthodes politiques similaires et critique l'évolution du régime soviétique en un « collectivisme bureaucratique ». Le livre est interdit en France dès 1940 par l'occupant nazi et ne sera réédité que trente ans plus tard en Italie.

À la fin des années 1930, il participe également à la controverse entre Léon Trotski, James Burnham et Yvan Craipeau sur la nature de l'URSS (« État ouvrier dégénéré » ou « collectivisme bureaucratique » ?).

Il retourne en Italie en 1943, s'installe comme vendeur de chaussures, et ne participe plus que sporadiquement aux débats théoriques en écrivant dans des revues politiques comme Critica Sociale, Tempi Moderni et Rassegna di Sociologia.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • L'URSS : collectivisme bureaucratique. La bureaucratisation du monde, Champ libre, 1976.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Donald Clark Hodges, Class politics in the information age, University of Illinois Press, 2000, p. 124.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]