Littérature des cicatrices

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La littérature des cicatrices (chinois simplifié : 伤痕文学 ; chinois traditionnel : 傷痕文學 ; pinyin : Shānghén wénxué) est apparue en Chine à la fin des années 1970, alors qu'un regain de liberté voyait le jour vis-à-vis des intellectuels et des écrivains notamment, à la suite du procès de la bande des quatre et la critique officielle de Mao Zedong, après sa mort en 1976. Beaucoup d'écrivains ont alors exorcisé un passé marqué par le réalisme-socialiste et la littérature officielle, en offrant une vision crue et directe de la société chinoise, marquée notamment par les traumatismes de la campagne des cent fleurs et la condamnation des intellectuels qui s'ensuivit, le Grand Bond en avant et la famine, enfin la révolution culturelle.

Après la « poésie obscure » des années 1970, forme d'expression clandestine dite aussi « école de Menglong », la littérature des cicatrices assurera une transition en forme d'exutoire, avant l'apparition d'auteurs engageant une recherche identitaire, et parfois un dialogue avec l'Occident.