Thèses sur Feuerbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autographe de Karl Marx reprenant la célèbre 11ème thèse : "Die Philosophen haben die Welt nur verschieden interpretiert, es kömmt drauf an, sie zu verändern."

Les Thèses sur Feuerbach sont onze courtes notes philosophiques écrites par Karl Marx au printemps 1845. Originellement intitulées ad (à l'adresse de) Feuerbach, elles pourraient faire suite à une première lecture du livre de Stirner L'Unique et sa propriété, du moins à l'impression toute fraîche laissée par un ouvrage publié quelques mois plus tôt et qui mettra fin au succès de la philosophie de Feuerbach et fournira des arguments contre le communisme. Elles esquissent une critique ou un dépassement des idées du philosophe Ludwig Feuerbach. Mais, plus profondément, le texte est souvent perçu comme une critique ambitieuse de la philosophie contemplative des jeunes hégéliens et de toutes les formes d'idéalisme philosophique. Les thèses désignent la pratique comme pierre de touche de la vérité, et non plus la "théorie" (seconde thèse). Elles se concluent par l'idée que Les philosophes n'ont fait qu'interpréter le monde de diverses manières, il s'agit maintenant de le transformer (dans la version originale allemande : Die Philosophen haben die Welt nur verschieden interpretiert; es kömmt drauf an, sie zu verändern).

Marx n'a pas publié les Thèses sur Feuerbach de son vivant ; elles ont été éditées en 1888 par Friedrich Engels dans une version modifiée par ce dernier, le texte original réapparaissant en 1924. Les thèses semblent avoir été rapidement jetées sur le papier par l'auteur, à titre de memorandum. Le texte a probablement été en fait accroché au-dessus de son bureau de travail.[réf. souhaitée]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]