Coexistence pacifique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La coexistence pacifique, ou cohabitation pacifique, est une doctrine de politique extérieure soviétique.

Historique[modifier | modifier le code]

Formulée dès 1952 par Staline, reprise par Malenkov en 1953 puis reprise dans le discours de Nikita Khrouchtchev en 1956, premier secrétaire du Parti, au XXe congrès du Parti communiste de l'Union soviétique.

Elle a pour but de limiter l'affrontement avec les États-Unis pour préserver la possibilité d'une victoire finale soviétique. Elle est grandement favorisée par l'équilibre de la terreur.

Par la suite dans les années 1960, après la construction du mur de Berlin et surtout après la Crise des missiles de Cuba, les deux grandes puissances (États-Unis et Union soviétique) prennent conscience de la nécessité d'une politique de détente et décident d’entamer un dialogue, car étant donné les arsenaux nucléaires qu’ils possèdent, un conflit engendrerait la disparition de l’espèce humaine.

Les deux blocs cherchent donc à limiter la course aux armements et amorcent une coopération commerciale. La limitation des armes atomiques et des missiles intercontinentaux est davantage recherchée par l'URSS afin de mieux tirer parti des forces régulières qu'elle maintient en grand nombre près des pays européens occidentaux.

Cette doctrine n'empêche néanmoins pas les affrontements indirects : par alliés interposés. La première crise de Cuba en avril 1961 et la guerre du Viet-Nam eurent lieu en période de "coexistence pacifique". La deuxième crise des missiles d'octobre 1962 voit un affrontement direct entre les deux grands.

Voir aussi[modifier | modifier le code]