Cette page fait l’objet d’une mesure de semi-protection étendue.
Le titre de cette page ne peut être modifié.

Mahomet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Prophète Mohammed)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Muhammad

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mahomet, Mohammed, Mehmed et Muhammad.
Mahomet
Muslim depiction of Muhammad - 17th century Ottoman copy from the "Edinburgh codex".jpg
Mahomet d'après une illustration ottomane datant du XVIIe siècle.
Fonction
Monarque
Biographie
Naissance
Vers 570 (selon la tradition musulmane)
La MecqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès

Vers 632 (selon la tradition musulmane)

Vers 634-635 (selon certains chercheurs)
Médine (selon la tradition musulmane) ou Gaza (selon certaines sources non-musulmanes)
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
أَبُو الْقَاسِمِ مُحَمَّدُ بْنُ عَبْدِ اللهِ بْنِ عَبْدِ الْمُطَّلِبِVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
مُحَمَّدٌVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom court
محمدVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Famille
Père
Mère
Conjoints
Khadija bint Khuwaylid (de à )
Sawda bint Zama (de à )
Aïcha (de à )
Hafsa bint Omar (de à )
Zaynab bint Khouzayma (de à )
Zaynab bint Jahsh (en) (de à )
Juwayriyya bint al-Harith (en) (de à )
Rumleh bint Abi-Sufyan (de à )
Rayhana bint Zayd ibn ʿAmr (en) (de à )
Safiyya bint Huyayy (de à )
Oumm Salama bint Abi Oumaya (de à )
Maria al-Qibtiyya (de à )
Maymouna bint al-Harith (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Parentèle
Ali ibn Abi Talib (gendre et cousin germain)
Halimah bint Abi Dhuayb (en) (parenté de lait)
Hamza ibn Abd al-Muttalib (oncle paternel et parenté de lait)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Ya`fūr (en), Seal of Muhammad (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Religion
Islam (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflits

Mahomet (en arabe محمد, retranscrit en Muḥammad), également dit Muḥammad ou Mohammed, de son nom complet Abū al-Qāsim Muḥammad ibn ʿAbd Allāh ibn ʿAbd al-Muṭṭalib ibn Hāshim, est un chef religieux, politique et militaire arabe issu de la tribu de Quraych. Fondateur de l'islam, il en est considéré comme le prophète majeur. Selon la tradition islamique, il serait né à La Mecque vers 570 et mort à Médine en 632.

Les musulmans le considèrent comme le dernier des prophètes du monothéisme, au sens où il termine et scelle le cycle de la révélation monothéique abrahamique. Ses biographies religieuses rapportent qu'il enseignait à ses premiers compagnons (sahabas) les versets du Coran, qu'il présentait comme la parole même de Dieu (Allah en arabe), transmise à lui par l'archange Gabriel. Le Coran aurait été compilé après la mort de Mahomet, à partir de transcriptions sur des supports divers, par ses disciples. Par ailleurs, ses actions et ses paroles forment la sunna, qui est la seconde source à la base du droit musulman.

La fondation de l'islam et l'importance de la culture islamique ont influencé différentes cultures et civilisations au cours de l'histoire, faisant de Mahomet une figure de premier plan de l'histoire. Néanmoins, son historicité fait débat. En raison de la rareté des sources historiques et du biais religieux des sources traditionnelles, il est très difficile d'écrire une biographie historique du personnage devenu au fil du temps un chef religieux.

Sommaire

Approche historique

La figure traditionnelle de Mahomet et le récit de sa vie transmis par les traditions religieuse ont commencées à être réinterrogée à partir du XXe siècle grâce aux apports de la méthode historico-critique qui met en lumière plusieurs « zones grises » dans la biographie de Mahomet[1]. À l'inverse, « pour l’islam officiel, il n’est pas question de douter de ces sources, authentifiées aux yeux du croyant par la tradition orale et la moralité des transmetteurs. »[2].

Sources historiques sur Mahomet

La vie de Mahomet est fixée à partir de trois principaux ensembles de sources musulmanes : le Coran, les sîra, les hadiths. Une approche historique doit inclure aussi des sources non musulmanes comme la Doctrina Jacobi[2].

Le Coran

Le Coran n'apporte que peu d'éléments biographiques et contextuels concernant Mahomet[3],[4],[5]. Il n'est d'ailleurs cité que quatre fois dans ce texte alors qu'un personnage comme Jésus, appelé 'Īsā, l'est une douzaine de fois, et en utilisant des titres plus prestigieux que ceux de Mahomet, tels que celui de « Messie » et d'« Esprit de Dieu » (sourates 4 et 91)[6]. Même si Mahomet est peu mentionné dans ce texte sacré, les théologiens musulmans interprètent certains versets comme des références à sa vie[7].

Coran éclairé en lumière ultra-violette révélant un palimpseste, datant du Ier siècle de l'hegire, provenant de Sanaa au Yémen.

Pour Jacques Langhade, Mahomet est omniprésent dans tout le Coran, celui-ci s'adressant à lui maintes fois. Par exemple avec le terme « dis » (« qul »), le Coran s'adresse trois cent trente-deux fois à Mahomet. Pour ce qui est des sourates 1 à 70 qui représentent plus des neuf dixièmes de la totalité du Coran, « il n'y a que la sourate 55 (Le Miséricordieux) où il ne se trouve aucun verset renvoyant explicitement ou implicitement à Muḥammad »[8]. Pour Dye, selon une approche diachronique, cette formule est un « ajout relevant du travail éditorial et rédactionnel des scribes »[9].

Ainsi, pour Langhade, « Tout ce qui précède [les citations coraniques de Mahomet] ne nous dit rien de précis sur l'homme Muḥammad, mais ne nous le présente que dans ses fonctions au service de la révélation, de la Parole divine. »[10]. Pour Benkheira, « Ce qui est étrange, c’est que parfois les tenants de l’hypercriticisme méprisent la tradition, qui n’est que forgeries à leurs yeux, mais ont de l’estime pour le Coran. Pourtant ce dernier souffre souvent des mêmes handicaps du point de vue historiographique. »[11].

Biographies anciennes

Les sources premières de la vie de Mahomet résident principalement dans des textes d'hagiographes et d'historiens musulmans, de rédaction relativement tardive, aux IXe et Xe siècles. Il s'agit essentiellement d'Ibn Ishâm[Note 1], d'Ibn S'ad[Note 2] et de Tabari[Note 3], qui proposent une histoire aspirant à répondre aux questionnements religieux, politiques, juridiques ou sociaux de leur époque, offrant par conséquent une image dogmatique et décalée[12] dont l'historicité est sujette à caution[3].

La précision de ces Sira (mais aussi des hadiths) est pour O. Hanne « d'autant plus suspecte que leur mise à l'écrit fut tardive (VIIIe et IXe siècle)[1] ». Sa vie est reconstituée d'après la tradition orale, mise par écrit 140 ans après sa mort, grâce aux témoignages indirects de ceux qui avaient connu ses premiers compagnons. « C'est dire combien l'imagination a pu travailler pendant ce laps de temps », explique l'historien Maxime Rodinson[13]. Les plus anciennes traces écrites, sur papyrus, de ces vies proviennent de la région de la Mer Morte. Il est probable que les auteurs de celles-ci, qui ne sont pas arabes ou qui sont des convertis, ont subi l'influence de leur propre culture. Cela pourrait expliquer les traits christiques de Mahomet ou les réminiscences bibliques du récit[1]. Pour l'auteur, « les références au christianisme de langue syriaque et arabe sont frappantes dans […] la Sira et les Hadiths »[1].

Des biographies de Mahomet auraient déjà été écrites par des descendants de compagnons de Mahomet. La première biographie écrite sur Mahomet aurait été celle d'Urwah ibn al-Zubayr (en) (mort en 713) petit-fils d'Abu Bakr, fils d'Asmaa bint Abu Bakr et de Zubayr ibn al-Awwam, deux compagnons de Mahomet. Il aurait rédigé cette biographie en se basant sur les témoignages de plusieurs autres compagnons de Mahomet. Son ouvrage, dont nous ne disposons plus, aurait inspiré les biographes tels que Tabari, Al-Waqidi et Ibn Ishaq[14]. De même, le fils du troisième calife, Abân ibn `Othmân (mort en 724) compterait parmi les premiers auteurs de sîra chez qui auraient puisé les biographes ultérieurs[réf. nécessaire].

Les hadiths

Articles détaillés : Sunna, Hadîth et Grands recueils de hadiths.

Des enseignements de Mahomet, ainsi que certains de ses faits et gestes, ses attitudes lors de telle ou telle bataille, auraient été mis par écrit très tôt. Néanmoins, plusieurs chercheurs — un des premiers étant I. Goldziher — ont démontré que certains hadiths sont composés d'éléments plus récents qui lui ont été attribués postérieurement[15]. Les hadiths ne sont donc pas une source historique fiable pour étudier la vie de Mahomet mais transmettent aussi des informations sur les deux premiers siècles de l'islam[15].

Le jeune Mahomet et le moine Bahira[Note 4], miniature illustrant du Jami 'al-Tawarikh de Rashid al-Din, Perse, 1307, Bibliothèque de l'Université d'Édimbourg, en Écosse.

Selon les traditions musulmanes, des ouvrages ont été rédigés du vivant de Mahomet ou par ses compagnons : Abu Bakr, premier calife, aurait compilé 500 hadiths qu’il aurait détruits par crainte d’insérer des fautes[Note 5][réf. nécessaire]. Amr bin Hazm, gouverneur du Yémen du temps de Mahomet, aurait compilé tout un opuscule qui nous est parvenu intégralement[Note 6]. Jabir ibn Abdullah al-Ansari a rédigé plusieurs ouvrages[Note 7].[réf. nécessaire] Samurah bin Jundab composa également un grand volume de hadiths[Note 8]. Sa'd ibn Ubadah (en) rédigea également un important ouvrage de hadiths que sa descendance conserva[Note 9]. Abdullah ibn Abbas, fils de l’oncle de Mahomet, a laissé de nombreux livres de hadiths à sa mort. Abu Huraira rédigea la Sahifah as-Sahihah avec son disciple Hammam ibn Munabbih (en). Il avait mis par écrit de nombreux rouleaux remplissant un grand coffre en bois qu'il consultait fréquemment[Note 10]. Salmân al-Fârisî (Salman le Perse, mort en 644/32H) a rédigé des hadiths qu'il communiqua à Abu Darda[Note 11]. Abu Ayyub al-Ansari (en) rédigea un manuscrit contenant 122 hadiths qu'il transmit à ses enfants[16]. Des ouvrages consacrés en entier à la collection des hadiths ont été compilés des générations après sa mort par des individus notables tel Mouhammad al-Boukhârî, Muslim ibn al-Hajjaj, Muhammad ibn Isa Al-Tirmidhî, Abd ar-Rahman An-Nasa'i, Abou Dawoud, Ibn Majah, Mâlik ibn Anas, al-Daraqutnietc.[17].

Pour Orcel, « pour sérieux qu’ils puissent paraître, ces critères [de fiabilité des hadiths determinés par les penseurs musulmans] sont insuffisants au regard de la science occidentale puisqu’ils ne concernent pas la vraisemblance des faits et des témoins, mais essentiellement la liaison de la chaîne de transmission, la fiabilité morale et la mémoire des transmetteurs, et la non-contradiction avec des transmetteurs jugés plus solides. »[2]. Aujourd'hui, prévaut chez les islamologues une vision très critique de ces hadiths dont certains, mais pas tous, ont été forgé pour des raisons politiques ou religieuse[2]. Pour l'auteur, « si l’on écarte les innombrables hadiths visiblement forgés et tout ce qui relève de la pure hagiographie, on en vient peu à peu à cerner le noyau d’une très possible réalité historique », même s'il reconnait que ce critère est assez subjectif et changeant[2].

Historicité

Article détaillé : Historicité de Mahomet.

Si l'existence historique de Mahomet fait globalement consensus, le degré d'authenticité historique de ces récits est discuté par les historiens et exégètes contemporains, certains comme les historiens Mathieu Tillier et Thierry Bianquis considérant que les sources traditionnelles musulmanes sont trop contradictoires pour pouvoir être réconciliées dans une biographie satisfaisante, d'autres allant jusqu'à les rejeter au profit de sources non musulmanes plus anciennes[12]. Cette représentation conditionne les élaborations doctrinales qui se développent notamment au sein des madhahib, les écoles juridiques[12]. Pour Hanne, « Pour les spécialistes, la biographie de Mahomet est impossible. Non que le personnage n’ait pas existé, mais qu’aucun des documents qui en retracent le parcours ne répond aux exigences de l’histoire »[1].

Codex arabicus, palimpseste avec une couche inférieure (datée vers 500) en syriaque encore un peu visible et une couche supérieure (datée vers 900) en arabe, Sainte Catherine du Sinaï.

Selon les termes d'Harald Motzki, traduisant la difficulté à atteindre l'historicité du fondateur de l'islam[18] sous la forme d'une biographie classique, « d'un côté, il n'est pas possible d'écrire une biographie historique du Prophète sans être accusé de faire un usage non critique des sources ; tandis que, d'un autre côté, lorsqu'on fait un usage critique des sources, il est simplement impossible d'écrire une telle biographie. »[19]. Parmi d'autres biographes, Alfred-Louis de Prémare cite ces propos afin de souligner la difficulté à laquelle sont confrontés les historiens qui tentent d'établir la biographie de Mahomet : il existe à son sujet peu de sources fiables du point de vue de l'historien, ce qui fait, selon lui, que « toute biographie du prophète de l'islam n'a de valeur que celle d'un roman que l'on espère historique »[20].

La biographie traditionnelle doit être, pour de nombreux chercheurs, nuancée. En effet, de nombreux éléments sont en contradiction avec certaines recherches actuelles. La Mecque n'est mentionnée dans aucun texte avant les textes islamiques, ce qui conduit certains critiques à douter même de son existence à l'époque en l'absence de traces archéologiques[21][réf. non conforme]. Pour d'autres, l'islam est porte davantage des influences du Nord de l'Arabie[22],[23]. De même, le Coran décrit le milieu de Mahomet comme étant principalement polythéiste. Une meilleur connaissance du contexte historique permet de mettre en lumière l'importance des judaïsme et christianisme, en particulier syriaque, pour la mise en place de l'islam[1]. Pour Gilliot, « Faire naître l’islam dans un milieu païen, plutôt qu’en contact étroit avec le monothéisme (et dans un cadre polémique inter-monothéiste) devait contribuer à renforcer l’idée de l’origine « purement divine » de la nouvelle révélation. »[24].

Un ensemble de textes juifs, chrétiens et samaritains, indépendants et datant du VIIe siècle, indiquent que Mahomet est encore vivant lors de la conquête musulmane du Proche-Orient. Pour cette raison, Stephen J. Shoemaker propose de réviser sa date de mort plutôt vers 634 ou 635, en contradiction avec les traditions musulmanes[25],[26]. Il est ainsi possible que la tradition musulmane ait fixé sa mort en 632 pour s'inspirer de celle de son modèle Moïse qui meurt avant d'entrer en Terre promise, laissant son successeur Josué mener la conquête du pays de Canaan, à l'instar du successeur de Mahomet Abou Bakr qui lance ses troupes à la conquête des pays du Cham (Syrie et Palestine)[25].

L'évolution qui aboutit à la Sîra (biographie sacrée du prophète) s'est en fait effectuée du matériau de base à l'élaboration littéraire fondée sur un certain nombre de critères, lesquels ne sont pas seulement littéraires, mais aussi doctrinaux et idéologiques. Pour Uri Rubin, la vie de Moïse décrite dans la Bible et qui se découpe en trois parties de quarante ans (valeurs mythiques, le nombre 120 étant symbole de perfection) aurait servi de modèle à la vie de Mahomet (vocation à 40 ans pour Mahomet, à 80 ans pour Moïse, durée de vie de 60 ans pour Mahomet, le double pour Moïse, toutes ces valeurs étant symboliques)[27]. De même, « les ouvrages islamiques « pour une large part, bâtirent cette biographie [de Mahomet] en vue d’expliquer différents passages du Coran »[23].

Mise en place de la figure de Mahomet

Mahomet est une figure historique qui prend forme et acquiert ses caractéristiques actuelles entre le VIIe siècle et le XIe siècle. Sa vie, transmise par la sîra et les hadiths, est canonisée entre le IXe et le XIe siècle par des écrivains vivant parfois plusieurs siècles après sa vie[28],[29] dont certains ont reconstruit des chaînes de transmission fictives. La fiabilité de ces sources est donc réinterrogée par les historiens[30]. Ces vies de Mahomet présentent une vision tardive de cette figure et participent donc à la mise en place d'une figure de prophète qui s'inscrit dans la continuité des prophètes plus anciens, comme Moïse[31] ou Jésus[32].

La recherche sur les origines de l'islam s'est penché sur la question de l'apparition du nom de Mahomet. Dans L'Islam en débats[33], Françoise Micheau précise qu'« Il faut attendre la fin du VIIe siècle pour trouver le nom de Muhammed ». Au début du XXIe siècle, des fouilles en Arabie Saoudite[Note 12] ont mis au jour des graffitis islamiques — probablement contemporains de la révélation coranique — gravés sur des « murs du pardon », dans des sites de type sanctuaires oratoires ou sur des objets épigraphiques porteurs de professions de foi et de demandes de pardon ne mentionnant pas le nom de Mahomet. Pour Frédéric Imbert, la plus ancienne mention de Mahomet en Arabie, dans un graffiti daté, remonte à 73/692-693. Si les premiers graffitis, d'origine essentiellement religieuse, propose la première partie de la profession de foi coranique (« Il n'est de Dieu que Dieu »), elle ignore cependant la seconde partie qui mentionne Mahomet qui apparaît « beaucoup plus tardivement »[34]. A contrario, la mention d'un proche de Mahomet selon la tradition, Omar ibn al-Khattâb, figure dans cette série de graffitis, associée à des dates plus anciennes mais sans titre particulier bien que la tradition en fasse un calife[34].

Intérieur du Dôme du Rocher, Jérusalem.

Hors-Arabie, les plus anciennes données matérielles qui mentionnent « Muḥammad » remontaient à une cinquantaine d'années après la mort de Mahomet[35] : en 685 (66 de l'hégire) sur une drachme arabo-sassanide, en 691 (71 h.), sur une pierre tombale égyptienne et en 692 (72 h.), sur une inscription figurant sur le Dôme du Rocher de Jérusalem. Selon V. Popp, en comparaison d'autres pièces similaires portant ces lettres et des représentations chrétiennes, le terme Mhmd de la pièce de monnaie arabo-sassanide ne désigne pas Mahomet mais se traduit par « le béni », terme utilisé pour désigner Jésus[36]. Cette thèse est reprise par Ohlig[37],[Note 13]. De même, certaines inscriptions du Dôme du rocher seraient issues de la phrase biblique : « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur », le béni signifiant Jésus[38].

L'extrême rareté de ces mentions pose question : certains chercheurs ont adopté une démarche de révisionnisme historique remettant largement en cause la vision historiographique classique, tels Yehuda Nevo qui parle d'un islam pré-muhammadien[35]. Pour ce chercheur israélien, qui exploite des centaines de graffitis du Néguev, le nom de Mahomet apparaît tardivement lorsque les autorités décidèrent à la fin du VIIe siècle de « créer un prophète arabe pour asseoir leur pouvoir »[39]. Cette thèse trouve deux recensions du même auteur, Mehdi Azaiez, dont l'une très critique[40] et l'autre plus descriptive[41]. Frédéric Imbert qui exploite les mêmes sources est plus réservé sur cette question ; il considère que cette apparition tardive témoigne d'une évolution dans l'expression de la foi[42]. Le nom de Mahomet commence à être utilisé seulement à partir du califat de l’umayyade ʿAbd al-Malik b. Marwân (qui débute en 65 de l'hégire) et ne sera vraiment intégré que peu à peu[35].

Dans une interview intitulée « Mahomet, le prophète posthume », l'historienne Jacqueline Chabbi explique cette mise en place ainsi : « Parmi les convertis, dans les villes, la masse de la population veut un modèle pratique. La tradition prophétique s’invente à ce moment-là, à travers ce qu’on appelle les hadiths, c’est-à-dire les paroles et les actes prêtés au prophète sur lesquels on veut calquer sa conduite. Mais c’est une figure complètement reconstruite »[43]. Pour O. Hanne, « Les quatorze siècles de l’islam ont construit autour de lui une doctrine cohérente que l’historien perce difficilement. »[1]. La vie de Mahomet racontée par les traditions est donc une « une image idéalisée du Prophète à travers le regard des musulmans des VIIIe – Xe siècles »[1].

C'est ainsi, par exemple, que se met en place la doctrine de l’impeccabilité de Mahomet et des prophètes, absente des premières générations de musulmans et contraire, pour ceux-ci, à la formule coranique disant que Mahomet est un « homme comme les autres ». Les écrits plus anciens associent à certains prophètes des « fautes graves ». Cette doctrine est énoncée, pour la première fois clairement, par Ibn Hanbal (855)[44]. La définition de ce dogme pour l'islam majoritaire se construira en réaction à la doctrine de l'impeccabilité appliquée par les chiites aux Imams et, probablement aussi, par comparaison avec le statut de Jésus chez les chrétiens. Cette mise en place a impliqué de « négliger les textes litigieux » et de s'estimer « libre dans l'interprétation ». Hormis certaines positions modernes, c'est l'avis d'Ibn Taymiyya (1328) qui est, aujourd'hui, la plus suivie[44].

Biographie selon les sources musulmanes

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Avant de commencer le récit de la biographie de Mahomet par ces mots « Selon la tradition », l'ouvrage Les débuts du Monde musulman VIIe – Xe siècle (Presses Universitaires de France) propose cette introduction de Thierry Bianquis et Mathieu Tillier[45] :

« Les débuts de l'islam sont surtout connus par les récit que les historiens musulmans rédigèrent aux IXe et Xe siècles […]. Mis en forme deux siècles après les événements qu'elle relate, cette histoire offre une image dogmatique et décalée, avant tout destinée à répondre aux interrogations religieuses, politiques, juridiques ou sociales de son temps. C'est pourquoi son authenticité est souvent mise en doute par les historiens du XXe siècle […]. Néanmoins, ces remises en cause (elles-mêmes objets de débats […]) n'affectent pas l'importance historique de cette vision des débuts : à travers celle-ci transparaissent les représentations que les musulmans des IIIe et IVe siècles de l'hégire avaient de leur passé. C'est sur cette représentation du temps écoulé depuis la révélation prophétique muhammadienne que se fondent les élaborations doctrinales se cristallisant alors, en particulier à travers les écoles juridiques (madhahib). Faute de certitudes sur l'histoire des premiers siècles de l'hégire, son reflet aux yeux des musulmans des siècles suivants jusqu'à nos jours doit être connu et étudié pour lui-même. »

Naissance et enfance

Article détaillé : Enfance de Mahomet.

Mahomet, selon la tradition musulmane, est né à fin du VIe siècle à La Mecque[Note 14], cité caravanière vivant du commerce de marchandises traversée de route allant vers la Syrie, la Mésopotamie, le Yémen[46]...

« Pour tout ce qui concerne l'ascendance et la jeunesse de Mohammed, on ne peut que s'en tenir à la tradition, faute de données historiques probantes »[47]. La tradition musulmane calcule la date de naissance de Mahomet à partir de la date de sa mort[47],[Note 15],[Note 16]. Selon les sources, l'année pourrait être 569, 570 ou 571[47]. Pour des traditions, il serait né un lundi soir, le 12 ou le 13 du mois de Rabî`a al Awal[Note 17], troisième mois lunaire du calendrier arabe[Note 18],[48].

Tombe attribuée traditionnellement à Amina bint Wahb, mère de Mahomet. Détruite en 1998 par l'État Saoudien.

La date de 570 est fondée sur la datation traditionnelle de la campagne militaire d'Abraha, général chrétien éthiopien et vice-roi du Yémen, contre La Mecque[47]. L'année de naissance de Mahomet est appelée par l'islam « l'année de l’éléphant », en référence à cette attaque de La Mecque avec l'aide d'un ou plusieurs éléphants.Le développement de l'étude des inscriptions permet actuellement de dater une expédition d'Abraha vers l'Arabie en 553 et non vers 570. « La chronologie des événements, telle que l'ont établie les historiens du Yémen préislamique, ne permet donc pas de maintenir l'interprétation des commentateurs musulmans traditionnels. »[49].

Il est issu du mariage de `Abdullâh ibn `Abd al-Muttalib et d'Amina bint Wahb. `Abdullah était le fils d'`Abd Al-Muttalib, chargé de la source Zemzem et de la distribution de l'eau pendant le pèlerinage de La Mecque[47]. La tribu de Quraych (ou Koreish) est une ancienne tribu arabe et descend de Ghâlib, fils de Fihr, surnommé Quraych, guerrier puissant et redouté. Amina était la fille de Whab ibn `Abd Al-Manaf, chef du clan médinois des Banu Zuhrah. La famille de Mahomet est hachémite par référence à son arrière-grand-père Hâchim ibn `Abd Manaf. Son clan a cependant perdu de sa splendeur et c'est la tribu des Banu Umayyah (« le clan d’ʾUmayyah ibn ʿAbd Šams », grand-oncle de Mahomet) qui contrôle La Mecque[50]. Les Quraychites ont la garde de la Ka'ba, sanctuaire qu'auraient reconstruit Abraham et son fils Ismaël, selon la tradition musulmane[51].

La mort de son père `Abdullâh survient probablement avant la naissance de Mahomet à Yathrib (qui prendra plus tard le nom de Médine)[47]. Son nom, qui était totalement inconnu à l'époque, lui est donnée après que la mère de Mahomet ait eu un songe[52]. Amina accoucha à La Mecque dans la maison de son oncle paternel Abû Tâlib, du clan des Banû Hâchim et frère d'Abullah. Son accoucheuse fut Ach-Chifâ', la mère de `Abd Ar-Rahmân ibn `Awf[53]Source insuffisante .

La naissance de Mahomet, représentée dans une miniature du Siyar-I Nabi, Istanbul, vers 1595.

Se trouvant dans une situation précaire[3], sa mère Amina le confie à une nourrice, d'abord à Thuwaybah, servante d'Abu Lahab, un autre de ses oncles, puis à Halimah bint Abi Dhuayb (en) as-Sa`diyyah[Note 19] (de la tribu des Sa`dites, Banû Sa`d), et dont le mari était Harith, fils d'Abd al-`Ouzza, fils de Rifa. Tous deux faisaient partie du clan des Banu Sa`d[Note 20] et étaient pauvres[Note 21]. À cette époque, la coutume des familles nobles de Quraych voulait que les enfants soient élevés à la campagne[Note 21]. Celle-ci emporte le nourrisson dans le désert où son mari vit avec la tribu des Sa`dites à l'écart du reste de la population. La vie dans le désert, au milieu des Bédouins réputés pour la pureté de leur langue, était censée prodiguer aux enfants santé et force d'expression[réf. nécessaire].

La tradition islamique raconte qu'alors que Mahomet et l'un de ses frères de lait avaient la garde de quelques bêtes à proximité des habitations, Halîma et son mari Abû Kabchah (surnom donné à son mari) furent alertés par leur fils de lait[Note 22] qu'il aurait vu deux hommes vêtus de blanc coucher Mahomet sur le sol et lui ouvrir la poitrine[Note 23]. Accourant sur les lieux, Halîma et son mari trouvèrent Mahomet debout mais tout pâle. Il leur aurait donné la même version que celle du fils de lait. Les deux hommes vêtus de blanc auraient été deux anges, envoyés pour purifier le cœur de l'enfant, destiné à être prophète de l'islam, et pour apposer le sceau de la prophétie entre ses épaules[Note 24],[54].

Craignant pour la santé de l'enfant, Halîma se serait empressée de rendre l'enfant à sa mère Amina mais celle-ci meurt trois ans plus tard[55]. Mahomet n'a alors que six ans. Son grand-père paternel `Abd Al-Muttalib le prend alors dans sa maison. Deux ans après, sur son lit de mort, `Abd al-Muttalib charge Abû Tâlib, l'aîné de ses enfants, de prendre soin de Mahomet. Il l'élève comme ses propres enfants[Note 25],[56].

Jeunesse et vie adulte

Alors que Mahomet a douze ans, Abu Talib décide de tenter sa chance dans le commerce caravanier avec la Syrie, son neveu insiste pour l'accompagner. La tradition veut que, lors d'un voyage, un moine reconnaisse sur lui le signe de la vocation prophétique[57]. Des historiens se sont à « juste titre étonné qu'il n'en ait pas gardé plus de souvenirs et que ses allusions au christianisme soient si éloignées de ce qu'il aurait pu voir ou comprendre de cette religion. Cela conduit même à penser que l'hypothèse des voyages en Syrie est assez douteuse »[56].

À La Mecque, d'après les deux biographies (Sîra Ibn Hichâm et Sîra Ibn Kathir), Mahomet se serait distingué des gens de son âge. Une tradition, avec ses exagérations selon l'historien Maxime Rodinson, « en fait dès cette époque un modèle de perfection physique, intellectuelle et morale »[58] : il aurait été fort, judicieux dans ses propos, énergique dans ses expressions, fidèle à ses amis et plus encore à ses promesses. Il aurait évité avec un soin extrême tout ce qui peut faire soupçonner en lui quelque goût pour le vice[58].

Vers 590, les Quraychites ayant déclaré la guerre (connue sous le nom d'al-Fijâr[Note 26]l'impie) aux Tribus de Kénan et de Hawazan[Note 27], ils marchèrent contre elles commandés par Abu Talib. Mahomet, âgé de vingt ans (ou de quatorze ans[59]) se serait distingué par son intrépidité. Les deux Tribus sont battues et dispersées[réf. nécessaire].

Quelque temps plus tard, les fondations de la Kaaba sont gravement touchées par des pluies torrentielles[Note 28]. Menaçant de s'effondrer, le sanctuaire doit être démoli et reconstruit par les Quraychites. Quand il s'agit d'y reloger la Pierre noire, une météorite qui serait vénérée par les Arabes depuis le temps d'Abraham, les tribus ne s'accordent pas sur le choix de celui qui aura l'honneur de replacer la pierre sacrée. Elles conviennent qu'il reviendra au premier qui se présentera le lendemain à la porte du temple. Selon cette tradition, cela aurait été Mahomet. Pour ménager les susceptibilités, il aurait enlevé sa cape et y aurait placé la pierre noire, qu'il aurait fait élever ensuite par deux Arabes de chaque tribu et la prenant alors, il l'aurait placée lui-même, sous le regard approbateur de tous les habitants de La Mecque, enchantés de la noblesse de cette action, pour démêler l'orgueil qui en avait été le motif[60]Source insuffisante .

Il entre au service d'une riche veuve du nom de Khadîja qui lui confie ses affaires et qui l'épouse bientôt. Selon la tradition musulmane, cela le met à l’abri des soucis matériels et lui confère une certaine reconnaissance sociale à La Mecque mais il est raisonnable de penser que Mahomet, orphelin qui a contracté un mariage inégalitaire, a dû subir une certaine stigmatisation sociale, les individus isolés n'ayant à cette époque d'autre recours que la voie de l'affiliation à l'un des clans dominants[61]. De cette union, il a plusieurs enfants dont seules survivent quatre filles, Zeynab, Umm Kulthûm, Fâtima et Ruqayya[57]. Les années suivantes de sa vie sont peu documentées et l'on ignore précisément les influences extérieures qui ont pu s'exercer sur lui durant cette période[3].

Naissance d'une nouvelle religion

Premiers pas de l'islam

Article détaillé : Origines de l'islam.
Mahomet recevant le Coran de Gabriel. Tiré du Jami' al-Tawarikh (Histoire du Monde) de Rashid al-Din, Tabriz, Perse, 1307.

Mahomet effectue de nombreuses retraites spirituelles (appelées taḥannuth[62]), à l'instar de ce que font les hunafâ, des ascètes de tendance monothéiste qui annoncent la fin des temps[57]. Il y vit alors une expérience spirituelle forte[3]. La tradition musulmane affirme que c'est en juillet ou août 610[63], la « Nuit du destin » (Laylat al-Qadr) que, pour la première fois, l'archange Gabriel (Jibril) lui serait apparu dans la grotte de Hira où il avait coutume de se recueillir et lui aurait transmis, selon les croyances musulmanes, la révélation, la parole de Dieu. Mahomet, qui a alors 40 ans, commence à transmettre des versets qu'il déclare être révélés par Allah et dictés en arabe par Gabriel[56], cette dictée aurait duré vingt-trois ans. Les révélations se seraient accomplies ponctuellement ou régulièrement selon les péripéties de sa vie et de la communauté musulmane. Selon le dogme musulman, c'est là l'origine du Coran, que Mahomet aurait pris soin d'enseigner oralement dès le début[réf. nécessaire].

La caverne de Hira, l'endroit où Mahomet aurait reçu le premier verset du Coran.

Mahomet craignant d'avoir perdu la raison, ne s'ouvre de son expérience qu'auprès de son épouse — qui l'engage à accomplir son destin prophétique — puis auprès d'un petit cercle comprenant son cousin 'Alî et son affranchi et fils adoptif Zayd[57],[64]. Selon l'historien musulman médiéval Tabari, Khadija, aurait été la première à se convertir à l'islam et Waraqa serait donc la deuxième. Il aurait été le premier homme à suivre Mahomet parce qu'il savait que certains Juifs et certains judéo-chrétiens attendaient la naissance d'un prophète et de deux Messies[65],[Note 29]. Après sa femme Khadija et Waraqa, les premiers convertis à l'islam seraient par ordre chronologique : Abou-Bakr ; puis Zayd ibn Harithah (esclave de Khadija et donné à Mahomet pour l'affranchir et même le considérer comme son fils) Bilal ibn Rabah (esclave de Omayyah Ibn Khalaf. Ce dernier l'a torturé parce qu'il s'est converti à l'islam. Il a donc été acheté par le plus riche des compagnons de Mahomet Abou Bakr pour être affranchi). Par la suite, plusieurs se convertiront à l'islam[Note 30]. Au départ, les compagnons de Mahomet auraient été au nombre de trente-sept qui gardaient secret leur confession[Note 31]. Bien que ses contemporains acceptent difficilement d'abandonner leurs croyances et leurs pratiques ancestrales[Note 32] et voient d'un mauvais œil le monothéisme prêché par Mahomet ainsi que ses attaques contre les divinités traditionnelles[3], il réussit à s'entourer en trois ans d'une petite cinquantaine de disciples qui croient en sa mission. Ils sont une centaine au bout de cinq ans. Protégé par sa femme et son oncle, Mahomet dérange les autorités établies car ses croyances risquent en effet de saper la prospérité économique de la cité, liée aux foires et aux pèlerinages, tandis que le rejet des cultes ancestraux risque de fragiliser le statut social des grandes familles[66].

La mort en 619 de son oncle Abû Ṭâlibet et de sa femme Khadîja lui fait perdre tous ses appuis. Il est exclu du clan par le nouveau chef, son oncle Abû Lahab, ce qui signifie que n'importe qui peut le tuer sans avoir à payer le prix du sang[67]. Il est contraint de chercher des soutiens hors d'une ville qui le rejette, non sans avoir converti quelques notables comme Abû Bakr et 'Umar[68]. Mahomet cherche vainement à toucher la population de la ville voisine de Tâ'if, avant de trouver un accord avec la ville plus septentrionale de Yathrib où, en 621, plusieurs de ses disciples se sont déjà installés[67]. Selon la sunna, les habitants lui demandent de trancher un conflit entre les deux tribus principales. Le succès de cette médiation gagne à sa cause une partie des habitants de la ville qui reconnaissent son autorité, renoncent aux idoles et lui promettent lors d'une rencontre à Aqaba de l'accueillir et de le protéger[66]. De retour à La Mecque, le chef du petit clan des Banu Nawfal (en), Mut'im ibn 'Âdî, finit par lui accorder une « protection temporaire »[69].

L'hégire

Article détaillé : Hégire.

La croissance du groupe inquiète les Mecquois et les persécutions contre Mahomet[70] et les siens se font de plus en plus vives après la mort de Khadija et d'Abû Tâlib. Une première vague d'émigration emmène une partie des musulmans en Éthiopie où ils vivent quelque temps sous la protection du négus ou roi d'Éthiopie. O. Hanne remarque que cette émigration est placée sous la direction d'un ascète. Pour l'auteur, il pourrait s'agir d'une manière pour Mahomet d'exiler un groupe plus intégriste[1].

Mahomet profite de la saison du pèlerinage qui voyait affluer vers La Mecque les Arabes de toutes les régions de la péninsule d'Arabie pour prêcher le message de l'islam. Il conclut un pacte avec un groupe de Médinois qui acceptent son message. L'année suivante, la communauté musulmane médinoise est plus nombreuse. 70 hommes se rendent en pèlerinage à La Mecque pour prêter allégeance à Mahomet et lui proposer leur protection s'il s'installait à Médine[71],[66]. L'ordre est donné aux musulmans mecquois d'émigrer (hégire) à Yathrib (future Médine) en 622[72], an 0 du calendrier musulman. Cette date fait l'objet d'un consensus parmi les musulmans. « Une tradition, appuyée sur une interprétation incertaine d’un verset du Coran, fixe d’autre part à quarante ans l’âge de Mahomet quand il commença sa prédication. »[73]. Bannis de leur cité[74], Mahomet et Abû Bakr sont les derniers à partir, selon la tradition musulmane le , date que retient plus tard 'Umar pour marquer le début du calendrier musulman[66].

Selon René Marchand, Mahomet et ses disciples, privés de ressources, montent en secret plusieurs expéditions qui échouent contre les caravanes faisant le cabotage entre les oasis, jusqu'à l'attaque en mars 624 de la grande caravane à Badr, connue sous le nom de bataille de Badr où ils sont vainqueurs[75]. Le butin est considérable et fait de lui l'homme le plus riche et le plus puissant de Médine[67].

De nombreux miracles sont attribués à Mahomet par le Coran ou les hadiths. Ainsi, lorsque les gens de La Mecque auraient demandé à Mahomet de faire un miracle, la lune se seraient scindée en deux sous les yeux des mecquois[Note 33]. Pour Hanne, ce miracle est une réinterprétation du VIIIe – Xe siècles d'un verset coranique[Note 34] qui était originellement une annonce du Jugement Dernier[1].De même, la pluie serait tombé par l'invocation de Mahomet à plusieurs reprises[Note 35]. Un épisode célèbre relate le tissage d'une toile d'araignée et l'installation d'un nid de pigeons devant l'entrée de la caverne dans laquelle Mahomet et ses compagnons s'étaient cachés des troupes mecquoises[réf. nécessaire].

Chef de guerre et fondateur politique de l'oumma

Fort de son nouveau pouvoir, Mahomet réorganise Yathrib, où il est en même temps chef religieux, politique et militaire. Il s'appuie à la fois sur les deux tribus arabes et les trois tribus juives qui y vivent .[réf. nécessaire]

Là, Mahomet se mue en chef unificateur d'un État théocratique monothéiste qui dépasse les divisions tribales traditionnelles, commençant par former une communauté unique entre les Muhâjirûn — les « Émigrants » mecquois — et les Ansâr — les Auxiliaires [du Prophète] convertis de Médine[3]. Cette communauté supra-tribale réunie sous l'autorité de Mahomet se concrétise à travers un ensemble de documents, connu sous le nom de « Constitution de Médine » (en fait huit documents rédigés à des dates différentes), qui précise les droits et devoirs des différents groupes médinois, musulmans, juifs et polythéistes. Cette nouvelle communauté de nature religieuse — l’Umma — est ouverte à chacun par la conversion, indépendamment de son origine tribale ou ethnique. L'Umma initiale devait ainsi probablement inclure les trois tribus juives médinoises qui devaient participer à la défense de la ville[76].

Quelques juifs, par conviction, reconnaissant en Mahomet le prophète tant attendu à l'instar du rabbin `Abdullah ibn Salam, ou par opportunisme, embrassent l'islam[77],[78]. Si Mahomet semble avoir voulu gagner la reconnaissance, voire l'adhésion des tribus juives de Yathrib par l'adoption ou l'adaptation de certaines de leurs pratiques — jeûne, prière de midi, institution de l'Achoura, à l'imitation du Yom Kippour… —, les réticences de ces dernières poussent Mahomet à prendre ses distances avec le judaïsme[3]. La rupture se marque, selon la tradition, vers 623, à la suite d'une vision de Mahomet qui invite les fidèles à ne plus prier vers Jérusalem mais désormais tournés vers La Mecque, marquant l'« arabisation » de l'islam. Le sanctuaire mecquois dont la fondation est attribuée à Ibrahim devient le centre spirituel de la nouvelle religion[76] tandis que le Coran s'affirme comme la seule révélation authentique, le judaïsme et le christianisme n’ayant su, selon lui, conserver l'intégrité des Écritures[79].

L'arrivée de Mahomet à la Mecque - miniature persane du XVIe siècle.

Pour René Marchand, cette prise en main de la communauté médinoise se traduit par une discipline sévère, des rituels (prières, ramadan) que tous les membres doivent respecter. Deux poètes qui se sont moqués de ses partisans sont assassinés[67]. Ceux qui ne s'accordent pas avec les projets de Mahomet se retrouvent écartés et l'opposition interne à Médine, qui inquiète Mahomet, est matée : deux tribus juives sont chassées de la ville en 624 puis 625 et la troisième est décimée en avril 627[80].

Après la bataille de Badr, Mahomet définit une véritable doctrine de la guerre, du djihad. Il fixe notamment les règles pour la répartition du butin[67]. Le mois de jeûne, Ramadan, est par la suite fixé le mois anniversaire où aurait commencé la révélation du Coran ou, selon une autre version, pour commémorer la bataille de Badr[réf. nécessaire].

Mahomet à la bataille de Badr, Siyer-i Nebi, XIVe siècle.

Mahomet aurait participé à de nombreuses batailles après l'Hégire[Note 36]. Selon Hichem Djaït, l'un des motifs essentiels du combat de Mahomet contre les Quraychites étaient qu'ils fermaient l'accès de la ville sainte aux musulmans[81]. Une des autres raisons avancée par l'historien est que pour faire triompher l'islam du vivant de Mahomet, il fallait user de la force guerrière, seule option valable pour réformer et convertir les arabes qui ne comprenaient que les rapports de force à l'époque[82]. En effet, la violence y était extrêmement forte à l'époque de la jâhilîya étant donné qu’il n’y avait pas du tout d’organisation étatique en Arabie, à l’exception du Yémen[83]. Par ailleurs seuls les Muhajirun (en émigrant à Médine ils avaient perdus tous leurs biens à la Mecque) participaient aux expéditions contre les caravanes avant Badr[84]. Pour Hilali, les batailles de Mahomet s'inscrivent dans la continuité des razzia préislamique, expédition menées pour piller les adversaires pour « des raisons matérielles ou d'autorité tribale » avant de prendre une tournure religieuse[85].

Les Mecquois prennent leur revanche lors de la bataille de Uhud, en l'an 625. Supportant mal la mainmise des musulmans sur Médine, certains notables juifs, à l'instar de Salam ibn Abi Al-Haqiq, auraient profité de cette défaite pour se rendre à la Mecque et inciter les Mecquois à revenir à la charge. Afin d'en finir avec la menace que constituait à leurs yeux ce nouvel état, les Mecquois forment une coalition regroupant plusieurs tribus arabes dont Gatafan, Banu Sulaym, Banu Asad, Fazarah et Ashja. En l'an 627, lors de la bataille de la Tranchée, une armée de dix mille soldats marche sur Médine ; les défenseurs se retranchent derrière un fossé creusé sur la proposition du compagnon de Mahomet, le Persan Salman Al-Farisi. La ville ne doit son salut qu'à ce fossé creusé pour en défendre une partie non protégée, ouvrage qui donne son nom à l'épisode[79]. Le siège de la ville s'installe dans la durée. Quelques escarmouches opposent les deux parties. Selon la tradition, la diplomatie mecquoise a tenté secrètement et a réussi à soudoyer la tribu juive des Banu Qurayza qui avait la charge d'une partie du front. Mahomet envoie quatre émissaires aux Banu Qurayza pour s'assurer de la réalité de leur soutien, mais les émissaires sont mal reçus et constatent la défection des Banu Qurayza. Exténués par le siège et les intempéries, les coalisés décident de lever le siège laissant les Banu Qurayza à leur sort. Après un siège de 25 jours, ces derniers sont soumis au jugement de leur allié de jadis, Sa'd ibn Mu'adh : Mahomet fait exécuter devant la population convoquée tous les mâles (entre 600 et 900 individus) de la tribu, leurs biens confisqués et leurs femmes et enfants sont vendus comme esclaves[67]. Pour Hichem Djaït, ce nombre serait d'une centaine (estimation du nombre total des combattants pour 500 à 600 habitants au total) et non 600 à 900 tués. Par ailleurs seuls les noms des chefs sont cités. Concernant les exécutants, non seulement la Sira se contredit mais certaines traditions rapportent que seuls Ali et Zubayr exécutèrent les condamnés, ce qui est peu vraisemblable[86]. L'opposition des munâfiqun — « hypocrites » —, les convertis qui marquent une certaine distance critique avec Mahomet, est elle aussi momentanément jugulée[79]. Ce dernier peut alors se consacrer à la préparation de son retour à La Mecque.[réf. nécessaire]

En 628, Mahomet part en pèlerinage à La Mecque à la tête d'un convoi de 1 400 pèlerins et multiplie les signes de ses intentions pacifiques. Les Mecquois leur refusent l'accès au sanctuaire, mais concluent avec les musulmans la trêve dite d'Al-Hudaybiyya. Cette islamisation du rite païen garantit la perpétuation des pèlerinages et leurs retombées économiques à La Mecque, levant les préventions des élites mecquoises des Quraysh, dont plusieurs notables comme Khâlid ibn al-Walîd ou ‘Amr ibn al-‘As se rallient à Mahomet[87]. Prévue pour durer dix ans, elle permit dans les deux premières années de plus que doubler le nombre de musulmans[88]. En l'an 630 (8 de l'hégire), la trêve est rompue lorsqu’une tribu alliée de La Mecque agresse une tribu alliée de Médine. Mahomet marche secrètement sur La Mecque à la tête de dix mille soldats. Aux portes de la ville, il garantit la sécurité de toute personne non combattante et déclare une amnistie générale. La Mecque se rend alors sans opposition. La plupart des habitants se convertissent à l'islam et la Kaaba, débarrassée de ses idoles, conserve sa place éminente dans la culture arabe en voie d'islamisation[87]. Mahomet a accompli trois fois le rituel du pèlerinage. Deux fois avant sa fuite et une fois lorsqu'il était à Médine. Le dernier pèlerinage s'appelle Hadjetou el Wadâ (« le pèlerinage de l'adieu » ou « de la perfection »). Mahomet a fait quatre fois la visite de l'Accomplissement[Note 36].[réf. nécessaire]

Ce dernier, établi à Médine, poursuit l'élaboration de son réseau d'influence : plusieurs expéditions assurent la domination au nord de la Péninsule, notamment à Khaybar, une riche cité juive. Il assure la « protection » des habitants exigeant de leur part une taxe au profit des musulmans. Ainsi naît la djizîa, l'impôt annuel collecté sur les hommes pubères non-musulmans (dhimmis)[67]. Les autres villes juives d'Arabie tombent rapidement et sont soumises au même statut[67]. Mahomet, qui domine alors une bonne partie de l'Arabie, semble s'engager dans des relations diplomatiques avec les souverains des empires voisins de l'Arabie mais également dans des entreprises à visées expansionnistes, ainsi que paraît en attester une expédition avortée contre la Syrie byzantine[89]. La raison donnée pour cette expédition était le meurtre d'un émissaire de Mahomet par les Ghassanides[90].

À partir de l'hégire, il aura fallu neuf ans pour que que de nombreuses tribus se ralient à Mahomet (sans pour autant toute se convertir[56]. Mahomet ordonne l'arrêt des razzias entre tribus arabes déclarant lors de son Sermon d'Adieu, seul grand pèlerinage qu'il fit, en l'an 632 : « Le musulman est intégralement sacré pour le musulman, son sang est sacré, ses biens sont sacrés, son honneur est sacré. ». L'unification de la péninsule arabe sous la bannière de l'islam n'est pas de nature à laisser ses puissants voisins indifférents. Mahomet décide donc d'envoyer ses ambassadeurs en Égypte, en Perse et à Byzance, entre autres destinations, pour transmettre son message[réf. nécessaire].

Prétendue lettre envoyée à Héraclius, l'empereur byzantin.

Selon la tradition transmise par les historiens musulmans, Mahomet aurait envoyé huit ambassadeurs vers huit rois ou gouverneurs, pour les appeler à l'islam[Note 37]. Cette tradition est aujourd'hui remise en cause par des chercheurs[91]. Il s'agirait du gouverneur des Coptes en Égypte, Muqawqas[Note 38], du gouverneur de Syrie, Harith, du prince d’Oman, Djafar ben Djolonda, du prince du Yémen, Haudsa, du gouverneur de Bahreïn, Al Ala ben al Hadhrami, du Négus ou roi d'Abyssinie[Note 39], de l'empereur byzantin, Héraclius, du roi de Perse, Khosro II. La lettre aurait contenu : « Au nom d'Allah clément et miséricordieux. Dis : Ô humain, je suis l'apôtre d'Allah, envoyé vers vous tous, de celui qui possède les cieux et la terre. Il n'y a pas de dieu en dehors de Lui, qui donne la vie et fait mourir […] »[Note 40] La lettre finissait par « Salut à celui qui suit la droite voie. Mets-toi à l’abri du châtiment de Dieu si tu ne le fais pas, eh bien, moi je t'ai fait parvenir ce message ! »[Note 37].

Mort de Mahomet

Article détaillé : Mort de Mahomet.
Mort de Mahomet, miniature du Siyar-I Nabi, Istanbul, 1595.

À la fin de sa vie, Mahomet connait une période d’abattement psychologique à la suite, en partie, de plusieurs défaites, de tentatives d’assassinat et de la mort de son fils[92]. Après avoir réorganisé l'administration et assis l'influence de l'islam à La Mecque, il retourne à Médine, où il meurt le âgé de soixante-trois ans selon la tradition musulmane après une courte maladie[93]. D'autres traditions parlent du 28 mai[94]. Selon une tradition chiite, il serait mort pendant qu'il respirait une pomme donnée par Azraël, l'ange de la mort, sur le modèle des légendes juives liées à la mort de Moïse[95]. Selon la tradition musulmane, il est enterré à Médine dans sa maison-mosquée qui devient un lieu de pèlerinage où sont enterrés ses deux successeurs Abû Bakr et 'Umar[89].

Les recherches menées par Hela Ouardi mettent en lumière la multiplicité des traditions musulmanes liées à la mort de Mahomet. Selon certaines, il serait mort d'une courte maladie, peut-être une pleurésie, pour d'autres, il serait mort empoisonné par une juive de Khaybar[93]. Néanmoins, elle explique que « son histoire a été « écrite » pour les besoins d'une légitimation du pouvoir » et certaines sources permettent de supposer une mort dans la région de Gaza après 634[93]. Son corps aurait alors été abandonné trois jours montrant ainsi le refus de sa mort — certains croyant une fin du monde imminente — et pour des raisons politiques, afin de permettre la prise du pouvoir par Abû Bakr[93].

Avec la prise de Khaïbar en 628, le Prophète était devenu l'homme le plus riche du Hijaz[96] et pourtant à sa mort il ne laissa rien comme héritage[Note 41] ; il ne possédait au moment de sa mort qu’une tunique, un pagne de tissu grossier[Note 42] et avait gagé son armure contre un gallon d’orge chez un juif[Note 43][réf. nécessaire]. Il ne donna aucune instruction concernant sa succession[97] et selon certaines sources sunnites et chiites, il en aurait été volontairement empêché entre autres par Abû Bakr et 'Umar[92],[93]. Selon la tradition chiite, il aurait, avant de mourir, désigné Ali comme héritier et premier calife[95]. Par la suite, ses disciples continueront de se transmettre oralement et sous forme d'écrits les sourates, avant qu'elles ne soient rassemblées définitivement, selon la tradition, en un seul livre, le Coran, par le troisième calife Uthman moins de vingt ans après la disparition de Mahomet[98].

Au départ de la péninsule arabique et en moins d'un siècle, l'action politique de Mahomet conjuguée à la mission prophétique dont il s'est senti investi va affecter une grande partie du monde connu, de l'Atlantique aux confins de l'Asie, et modifier durablement les équilibres religieux, culturels et politiques de l'humanité[99].

Vie maritale et familiale

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La famille de Mahomet possède un statut particulier pour les musulmans et, en particulier, les chiites[100]. Ce respect possède des origines coraniques puisque celui-ci ordonne, à plusieurs reprises, la justice ou la bonté envers les liens du sang. (Coran 16.90 ; 17.26…). Déjà, les familles des prophètes bibliques tiennent une place importante, généralement de protecteurs ou d'héritiers spirituels, dans les récits coraniques. Selon Amir-Moezzi, « Cette place éminente accordée aux proches parents des prophètes antérieurs à l'islam ne pouvait rester sans parallèle avec la famille proche de Mahomet. Pourtant, contrairement aux autres prophètes les références à la famille du Prophète restent allusives, vagues, parfois même ambiguës. »[100]. Les commentateurs utilisent la sourate 3 (v.61) pour distinguer certains membres de la famille (en particulier sa fille Fatima, son gendre Ali et ses deux fils). La sourate 33 sert à presenter la pureté de la famille de Mahomet, nommée « famille de la demeure », expression qui évoque la Beth David, maison de David, ou la Sainte famille chrétienne. Pour autant, certains chercheurs (Wilfred Madelung, Tilman Nagel...) pense que cette expression coranique ne désigne pas la famille de Mahomet[100].

De nombreux récits se sont développés sur la famille de Mahomet. Pour Dye, « Il me semble à peu près impossible de retrouver la réalité historique derrière tous ces récits, mais l’idée traditionnelle selon laquelle le Prophète aurait eu sept enfants (un chiffre qui n’est pas anodin dans la culture biblique) ne paraît pas être une information historique. » Par exemple, pour l'auteur, Maria la Copte/Maria al-Qibtiyya est une fiction littéraire[101].

Les épouses de Mahomet

Article détaillé : Épouses de Mahomet.

Les épouses de Mahomet sont les onze, treize, quinze[Note 44] femmes[Note 45] épousées par Mahomet, le prophète de l'islam[réf. nécessaire]. Les sunnites les appellent les mères des croyants (en arabe : Ummahāt ul-Muʾminīn), en signe de précellence sur les autres femmes musulmanes[102], d'après le verset du Coran suivant (33:6) : « Le Prophète a plus de droit sur les croyants qu’ils n’en ont sur eux-mêmes ; et ses épouses sont leurs mères »[Note 46]. Elles servent de modèles aux musulmanes. Elles sont Khadija bint Khuwaylid,Zaynab bint Khouzayma, Aïcha bint Abi Bakr, Hafsa bint Omar, Umm Salama, Juwayriyya bint al-Harith, Zaynab bint Jahsh, Umm Habiba, Maymouna bint al-Harith, Safiya bint Houyay, Rayhana bint Zayd, Maria al-Qibtiyya[102]… La sourate 33 semble mettre en place une hiérarchie entre ces épouses même si les commentateurs ne sont pas unanimes sur sa compréhension[102].

Khadija est la première femme de Mahomet. Riche veuve possédant un commerce, elle épouse Mahomet, alors son employé. Ils eurent sept enfants. Elle est connue par la tradition comme étant la première à croire aux révélations faites à Mahomet. Elle meurt trois ans avant l'Hégire[102]. Peu de temps après la mort de Khadija (619), sa première épouse, il épouse Sawda bint Zama (555-644) déjà âgée de 65 ans et donc de quinze ans son aînée.[réf. nécessaire]

Mahomet et sa femme Aicha libérant la fille d'un chef de tribu, Siyer-i Nebi. XIVe siècle.

Pratique conforme aux normes et aux valeurs de l'Arabie de l'époque[103],[Note 47], âgé d'environ 50 ans, il épouse la jeune Aïcha (605/610-678) fille d'Abu Bakr. L'âge d'Aïcha lors de son mariage est depuis plusieurs années sujet à débat. Ainsi le consensus traditionnel indiquant l'âge du mariage d'Aïcha à 6 ans[104] suivi de sa consommation à 9 ans[Note 48] est aujourd'hui controversé pour des raisons d'incohérences chronologiques multiples, sachant qu'aux VIe et VIIe siècles, les habitants de la péninsule arabique n'avaient pas l'usage d'un calendrier qui pût fournir des dates clairement référencées[105],[106]. Il existait cependant un calendrier luni-solaire qui comportait des mois lunaires synchronisés avec le cycle solaire par l'intercalation d'un treizième mois, nommé nasīʾ[107], le différé. Plusieurs hadiths, considérés authentiques par nombre d'oulémas et rapporté tant par Muslim que par Boukhari[Note 49] appuient la thèse d'un mariage à 6 ans. L'historien Maxime Rodinson fait partie de ceux qui émettent une certaine réserve au sujet de ces hadiths[108].

À partir de 625 et conséquemment aux batailles menées contre les Mecquois, Mahomet conclut une série de mariages auprès de plusieurs femmes devenues veuves sinon proposées en gage d'alliance inter-tribale. Ainsi en est-il de Hafsa bint Omar (602-667) en 625, de Zaynab bint Khouzayma (597-627), de Hind bint Abi Umayya (580-680) en 627, de Rayhana bint Zayd (en) (?-632) issue de la tribu juive des Banu Nadir en 627, de Zaynab bint Jahsh (en) (597-641) en 627, de Juwayriyya bint al-Harith (en) (608-673) en 628, et de Safiyya bint Huyeiy Ibn Akhtab (610-670) à nouveau issue de la tribu juive des Banu Nadir, en 629. Le traité de paix enfin contracté entre Mecquois et Médinois (628) contiendra encore une nouvelle promesse de mariage pour Mahomet en la personne de Ramla bint Abi Sufyan (589-666). Dans la même logique d'alliance politique, il acceptera d'épouser Maria bint Sham'ûn (?-637) en 629. Une chrétienne d'Égypte que le gouverneur byzantin Al-Muqawqis (en) lui présenta et que l'on surnommera plus tard Maria la Copte. La même année, il se lie à Safiya bint Houyay (610-670), également issue des Banu Nadir avant d'accepter la demande en mariage de Maymouna bint al-Harith (594-674), en dernières noces (630)[réf. nécessaire].

Le mariage avec Zaynab bint Jahsh est particulièrement évoqué par le texte coranique, épouse divorcée du fils adoptif de Mahomet. Une révélation coranique permet à Mahomet d'acter la séparation avec son époux puis de l'épouser. Suite à cette épisode, le droit lié aux adoptions évolue et les adoptés doivent porter le nom de leur père naturel. Pour les commentateurs, cela permet de souligner que des fils adoptifs ne sont pas des vrais fils[102].

À la fin de sa vie, Mahomet aurait eu neuf femmes[Note 50]. Selon le Coran[Note 51],[Note 52], ce statut spécial de Mahomet lui autorisant d'avoir plus de quatre épouses lui aurait été révélé par l'archange Gabriel : « Ô prophète ! il t'est permis d'épouser les femmes que tu auras dotées, les captives que Dieu a fait tomber entre tes mains, les filles de tes oncles et de tes tantes maternels et paternels qui ont pris la fuite avec toi, et toute femme fidèle qui aura donné son âme au prophète, si le prophète veut l'épouser. C'est une prérogative que nous t'accordons sur les autres croyants ». « Nous connaissons les lois du mariage que nous avons établies pour les croyants. Ne crains point de te rendre coupable en usant de tes droits. Dieu est indulgent et miséricordieux. » (sourate al Ahzab, versets 49-51)

La plupart de ses unions avaient un caractère politique et accompagnait le ralliement de tel notable ou tel clan[109]. Au Moyen Âge la polygamie est fréquente en Arabie, Mahomet la limite à quatre épouses[Note 53][réf. nécessaire]. À part Aycha, toutes les autres épouses de Mahomet étaient veuves, pour certaines plusieurs fois. L'une de ses épouses perdait continuellement du sang. Les mariages sont tous liés à un intérêt diplomatique comme le veut la tradition arabe de l'époque. Chaque mariage établissait un lien de sympathie avec la tribu de la mariée[110],[111][réf. nécessaire].

Ses descendants

Articles détaillés : Famille de Mahomet et Descendance mahométane.

Après la mort de Mahomet, de nombreux musulmans se réclament de sa descendance. Cette appartenance possèdent une importante dimension politique. Les Ommeyades prirent le titre de « famille de la demeure ». Les abbassides se rattachèrent à Mahomet par son oncle, en contradiction avec les exégèses anciennes[100]. Les Alides, devenu plus tard les chiites, insistèrent sur le lien entre Mahomet et son gendre Ali. Considérant la prolixités du Coran sur les familles des prophètes, ils considéraient qu'il était impossible que le Coran n'évoque pas davantage la famille de Mahomet. Sur ce constat repose l'accusation de falsification portée par ceux-ci contre la version officielle du Coran. Les sources chiites anciennes contiennent de nombreux citations de ce Coran chiite et absentes de la version officielle. Elles évoquent Ali, Fatima et la famille de Mahomet[100].

Les descendant de Mahomet sont qualifiés de chérif, littéralement « noble » ou sayyid « seigneur ». Leur lignée remonterait à Mahomet par l'intermédiaire d'al-Hasan ou d'Al-Husayn, les enfants de Ali ibn Abi Talib et de Fatima Az-Zahra, la fille de Mahomet[réf. nécessaire]. Ces considérations généalogiques peuvent revêtir, aujourd'hui encore, une dimension politique importante lorsque certaines familles régnantes la font valoir pour asseoir leur légitimité, à l'instar des Hachémites en Jordanie et de la famille royale du Maroc, les Alaouites.[réf. nécessaire] En Occident, être ou se revendiquer de la descendance de Mahomet est plus anecdotique. Néanmoins, à la suite de la conquête de l'Espagne au VIIIe siècle, plusieurs dynasties espagnoles comptent Mahomet dans leur ascendance[réf. nécessaire].

Aspects de la psychologie de Mahomet

Portrait de Mahomet, tiré de l'Histoire générale de la religion des Turcs de Michel Baudier. Paris (1625).

Des spécialistes de disciplines variées se sont penchés sur la psychologie de Mahomet. Deux éléments sont souvent retenus pour la caractériser. Des sources indiquent qu'il aurait été orphelin à six ans[112]. Par ailleurs, à 25 ans il épouse Khadidja sans avoir d’autre femme. Ce n'est que deux ans après la mort de Khadidja qu’il se remarie, cette fois en ayant plusieurs épouses.

L’historien Maxime Rodinson écrit que « Mahomet donne l'impression d'un homme sage, équilibré »[113]. Il constate que malgré cela Mahomet a un tempérament inquiet, nerveux, causé selon lui par son incapacité à obtenir une descendance mâle, source d’infamie à l'époque. Cette inquiétude est peut-être nourrie aussi par sa grande ambition. Il interprète l’épisode où, à 6 ans, Mahomet a selon la tradition le cœur ouvert par des anges, comme le signe d'une constitution pathologique qu’il rapproche des poètes arabes préislamiques, les kohânn, qui pouvaient avoir des visions et expliquaient les songes. Maxime Rodinson rapproche la figure de Mahomet de grands mystiques.

Malek Bennabi réfute la thèse de la schizophrénie[114]. Il compare le prophétisme de Mahomet à celui de Jonas ou de Jérémie, à l’aide de la phénoménologie. La description des moments où Mahomet recevait une révélation a amené de nombreux commentateurs à évoquer l’épilepsie. Cependant, Bennabi affirme que toutes les caractéristiques de l’épilepsie ne se retrouvent pas, et que par ailleurs, Mahomet conservait l’usage de sa mémoire, ce qui va à l’encontre de ce diagnostic.

Noms et titres de Mahomet

En arabe

Article connexe : Nom arabe.

Muhammad, entre nom et surnom

Inscription en style coufique Muḥammad messager d'Allah gravée sur le fût d'une colonne de la Grande Mosquée de Kairouan.

Mahomet porte le nom arabe : مُحَمَّد (Muḥammad), que l'on peut traduire par « digne de louanges »[Note 54]. Mahomet n'est que très peu nommé dans le Coran[115]. Son nom محمد[116] (Muḥammad) ne compte que quatre occurrences dans le corpus coranique[115],[117] [3:144, 33:40, 47:2 et 48:29], uniquement dans des passages dit médinois[32]. Il serait désigné une cinquième fois sous le nom أحمد[118] (Aḥmad)[115],[117] [61:6]. Néanmoins, initialement compris comme un adjectif, Ahmad interprété comme nom propre n’apparaît qu'au IIe siècle de l'hégire[119].

Pour Gilliot, « Le nom de Muhammad était très rare avant l'islam. On pourrait même être tenté de douter de son existence ». L'auteur remarque et voit dans la volonté d'auteurs musulmans anciens d'en trouver des occurrences « presque désespérément », qui se limitent selon eux à 4 ou 7, un argument pour dire que Muhammad n'était pas le nom originel de Mahomet[120]. Le temps passant, les auteurs musulmans en ont rajouté (14 pour Shams al-Dīn al-Saḫāwī - XVe siècle). Pour certains, Allah aurait empêché de donner ce nom pour le réserver à Mahomet[32]. S'appuyant sur ces listes, Buhl et Welche, à l'inverse, considère que le nom existait avant Mahomet et que Muhammad doit être son vrai nom[121].

Muḥammad en calligraphie arabe sur le mur d'une mosquée d'Edirne en Turquie.

Participe passif du verbe « louer », ce terme n'est pas un prénom et ne put être donné comme tel. Il s'agit probablement d'un surnom — peut-être posthume, à l'instar du « Bien-aimé » donné à Jésus dans les textes chrétiens (Mt.17.6, l'Épître aux Éphésiens ou l'Ascension d'Isaïe). Pour Ohlig, le terme Muhammad est un prédicat christique syro-arabe avant d’être repris pour désigner un prophète sous les Ommeyades[122].

Selon l'islamologue Hichem Djaït, « les sources de l'islam, elles, ont occulté le premier nom du Prophète ». À partir de sources anciennes — ce nom apparaît chez Ibn Saad du IXe siècle[37] —, l'auteur suppose que le nom original de Mahomet est Qutham. Selon la coutume en vigueur, il porte le nom de Qathem Ibn Al-Mutalib, son oncle décédé. L'apparition et le changement du nom en Muhammad, « le loué » seraient liés à la prédication[123]. Le nom Muhammad est un nom qui lui aurait été donné plus tardivement suite à la vision en rêve d'un ange[37]. Gilliot remarque qu'al-Qutam fait partie des listes de noms[32]. Le verbe a plusieurs significations « rassembler des biens et des richesses », ou « Quelqu'un à salir avec de la terre et du fumier »[32].

Autres noms et titres de Mahomet

Il est surnommé encore Abou l-Qâsim, soit « père de Qasim » (correspond toujours au fils aîné comme le veut la tradition arabe)[réf. nécessaire] et avec le lignage complet « Abû Ibrâhîm Muhammad ibn `Abd Allâh ibn `Abd al-Mouttalib ibn Hâshim » (أَبُو القَاسِم مُحَمَّد بنِ عَبد الله بنِ عَبدِ المُطَّلِب بن هاشم) soit « Le père d'Ibrahim, Muhammad, fils de `Abdallah, fils de `Abd al-Mouttalib, fils de Hachim »[124]. Selon certaines traditions, Mahomet aurait été appelé pendant sa jeunesse Amin, forme masculine du nom de sa mère[102].

Des auteurs anciens donnent des listes de noms à Mahomet, 1000 pour Abou Bakr Ibn al-'Arabī (XIIe siècle), 300 pour n Diḥya al-Kalbī al-Nasabayn al-Andalusī al-Balansī, (XIIIe siècle) 860 pour Yūsuf al-Nabhānī (XIXe – XXe siècle). Certains les limitent à 99 pour ne pas dépasser le nombre des noms divins[32]. Certains de ces noms ou titres sont communs à Allah et à Mahomet[32].

Dans sa période mecquoise, le Coran qualifie Mahomet de contribule (ṣâḥibukum) des siens, c'est-à-dire appartenant à la même tribu que ses proches[125]. Puis, en période mecquoise tardive et en période médinoise, ainsi que dans les hadiths, de « messager de Dieu » (rasoul) (الرَّسول). Il est également désigné par l'expression (Nabi) (النَّبيّ, an-nabīy, traduit « le Prophète »). Ces deux appellations renvoient à une distinction faite en islam entre deux catégories de personnes investies d'une mission divine : d'une part les « messagers de Dieu » ou « envoyés de Dieu » — au nombre de trois cent treize — qui ont reçu la révélation de lois abrogeant les lois des messagers précédents, avec l'ordre de le transmettre aux hommes ; d'autre part les « prophètes » — au nombre de cent vingt-quatre mille — qui ont reçu une révélation par les mêmes voies et l'ordre de transmettre aux hommes un message du messager précédent[126], le premier d'entre eux étant Adam et le dernier, Mahomet, l'un comme l'autre étant considéré comme des prophètes-messagers[127][réf. nécessaire].

Formule d'eulogie

Article détaillé : Formule d'eulogie en islam.

Lorsque les musulmans pieux prononcent ou écrivent le nom de Mahomet, ils emploient la forme arabe et ajoutent généralement l'eulogie « prière et paix sur lui »[128] qui peuvent se dire de plusieurs façons dont les deux principales sont « ṣalloullāhou `alayhi wa sallam » (صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ) ou bien « `alayhi salātou wa salām » (عليه الصلاة والسلام). Pour chacun des autres prophètes cités dans le Coran ou encore lorsqu'ils parlent des anges, ils prononcent « sur lui la paix », « `alayhi salām » (عليه السلام). Cette formule porte le nom de Tasliya[129].

Le nom propre « Mahomet » dans la langue française

« Mahomet » est le nom propre français qui désigne habituellement le fondateur de l'islam. Il est aussi utilisé pour désigner certains personnages historiques de l'islam comme les anciens califes, mais jamais pour les personnes ordinaires ou contemporaines[Note 55]. Cette forme, qui est attestée depuis le XIIIe siècle, est assez éloignée des prononciations musulmanes actuelles, par exemple de l'arabe (محمد, mʊˈħæmmæd Écouter). Vestige médiéval, elle résulte d'une transcription incorrecte mais consacrée par l'usage et les dictionnaires de langue française[130].

Le nom du prophète de l'islam est connu depuis le VIIIe siècle dans le monde romanophone, au fil des contacts générés par l'expansion musulmane[131].

Portrait de Mahomet provenant de l'ouvrage d'Alexander Ross A View of all Religions in the World, (1683). On peut lire le nom MAHOMATUS en médaillon.

La forme française « Mahomet » serait, selon l'historienne Jaqueline Chabbi, la traduction de la forme latine « Mahometus »[132] que l'on retrouve déjà au XIIIe siècle dans un ouvrage en latin de Raymond Lulle[133] dont la première version — aujourd'hui perdue — était rédigée en arabe[134]. Cette forme latine résulte de modifications phonétiques par métathèses vocaliques et consonantiques du nom arabe Muhammad[131].

On trouve la forme brève « Mahum » dans la Chanson de Roland, dès le XIe siècle. Dans les chansons de geste qui popularisent son nom sous diverses formes (par exemple « Mahon » ou « Mahom »[135]) à la suite de la prise de Jérusalem par les Turcs Seldjoukides (1078) et la prédication des croisades en Occident, Mahomet est assimilé à une divinité faisant partie d'un panthéon idolâtre des Sarrasins, en compagnie de Tervagant, Apollin, Jupiter, Noiron, Cahu et d'autres[135]. Cette présentation adressée à un public laïque relève à l'époque soit de l'ignorance, soit d'une volonté de présenter l'adversaire sous un jour ridicule[135].

La graphie « Machumet »[136],[137] apparaît dans la traduction du Coran faite en latin à la demande de l'abbé de Cluny Pierre le Vénérable en 1142[Note 56]. Ce dernier, contempteur des ennemis du christianisme[Note 57], présente Mahomet comme une créature satanique à mi-chemin entre Arius et l'Antéchrist[138] mais fait montre de respect envers les musulmans[Note 58]. Cette traduction latine servira pendant des siècles de matrice à toutes les autres en langue européenne[139][réf. non conforme]. Elle est publiée en 1543 puis 1550 à Bâle par le philologue protestant Theodor Bibliander[140], constituant le premier volume de son fameux « Machumetis Saracenorum principis, ejusque successorum vitae et doctrina, ipseque Alcoran »[Note 59], ouvrage à connotation polémique[Note 60] qui rencontre un grand succès[Note 61] et sert à la première version française considérablement révisée par André Du Ryer, publiée en 1647[141] sous le titre L'Alcoran de Mahomet[Note 62].

« Mahomet » est la forme la plus communément attestée en français dans les conversations courantes, ainsi que dans les œuvres littéraires, les récits historiques, dans les encyclopédies et dictionnaires du XVIIe siècle jusqu'à nos jours[142]. Si le linguiste Michel Masson voit dans les altérations phonétiques une origine dépréciative du nom « Mahomet » qui dénoterait l'imaginaire péjoratif au sujet du prophète de l'islam dans l'Occident médiéval, cette forme actuelle ne présente plus a priori aucune connotation péjorative[131]. Les formes du nom, Mohamed ou Mohammed ou Muhammad, ont parfois conduit à proposer l'adoption d'un nouveau terme en français. Cette question n'a toutefois pas été évoquée à l'Académie française[réf. nécessaire].

L'Encyclopædia Universalis fait en 1971 usage de la graphie Muhammad dans son article consacré au prophète de l'islam[143], rédigé par l'historien Maxime Rodinson[Note 63] ; le dictionnaire Larousse titre son article Mahomet ou Muhammad[144]. Abdurrahmân Badawî, traducteur égyptien de la Sira d'Ibn Ishaq, écrit Muhammad, mais Hermann Zotenberg, traducteur de Tabarî, utilise Mohammed[145], et Vincent Monteil, traducteur d'Ibn Khaldoun, utilise Muhammad[146]. Nombre d'autres spécialistes de l'islam n'utilisent plus la forme française « Mahomet », mais tantôt « Muhammad », tantôt « Mohammad » ou tantôt « Mohammed » dans leurs textes en français[Note 64] quand d'autres restent attachés à cette forme savante[132],[147],[148]. Certains auteurs préfèrent par ailleurs user d'autres formes vernaculaires : Mohamed, Mouhammad ou encore Mamadou[142]. On rencontre également souvent la forme Muhammad, la plus courante en anglais contemporain[réf. nécessaire] . Tolan, alterne entre Mahomet pour évoquer la vision historiographique du personnage et Muhammad pour évoquer le personnage historique[149].

Pour Tareq Oubrou, certains musulmans francophones se lancent dans des « élucubrations linguistiques » très poussées, en voulant faire venir « Mahomet » de « ma houmid », qui veut dire « celui qui n'est pas loué », soit précisément une signification contraire de « Mohammed », qui se traduit par « celui qui est loué »[150].

Autres variantes française du nom de Mahomet

Il existe différentes variantes et usages du nom et de ses dérivés.Mohamed est une forme française courante dans le Maghreb[151][réf. non conforme]. Elle est traditionnellement utilisée en français pour le prénom des personnes vivantes, la forme Mahomet étant réservée aux personnages historiques[Note 65]. On trouve Mohand en langue berbère[réf. nécessaire]. On trouve encore Mamadou dans certains pays d'Afrique noire francophone, par déformation de la forme déclinée au nominatif : Mouhammadou[réf. nécessaire].

Certaines variantes peuvent avoir un aspect péjoratifs. Mahound est une manière péjorative dont Mahomet a été désigné en anglo-normand pendant le Moyen Âge, par exemple au XIIe siècle dans La Chanson de Roland[152],[153], au point de devenir un nom commun[154]. Il a été utilisé pour présenter Mahomet comme une déité que les musulmans auraient adorée ou encore comme un démon ou un cardinal romain qui avait inspiré une fausse religion aux musulmans, et il a fini par simplement désigner le diable[155],[156]. Plus récemment, Salman Rushdie dans les Versets sataniques reprend ce terme péjoratif médiéval Mahound pour désigner Mahomet[réf. nécessaire]. Ce dénigrement par le nom se retrouve en Andalousie orientale, dans la comédie baroque, le personnage d'un bouffon nommé el Mahoma, très libre dans la construction de son jeu de scène, représente avec humour « une altérité négative »[157].

Foi et traditions musulmanes

Article détaillé : Islam.

Mahomet est considéré par les musulmans comme le dernier des prophètes et des messagers dans le sens où il termine et scelle le cycle de révélation des religions abrahamiques[Note 66]. Il lui revient donc, dans la croyance islamique, de restaurer la loi ainsi que la foi incorruptible du monothéisme d'origine tel qu'il fut apporté par Dieu à Adam, Noé, Abraham, Moïse et Jésus, ainsi que tous les autres prophètes venus avant lui[158].

Les révélations (ou Ayat, lit. « signes de Dieu »), sont progressivement « descendues » sur Mahomet jusqu'à sa mort sous forme de versets qui seront compilés en un seul livre : le Coran, considéré par les musulmans comme la « Parole de Dieu » autour de laquelle la religion est fondée. Outre le Coran, la vie de Mahomet (Sira) et les traditions (Sunna) nourrissent également la foi musulmane. La vie et les actes de Mahomet ont été commentés et critiqués au cours des siècles aussi bien par ses partisans que par ses opposants[159].

L'imitation de Mahomet

Le Coran présente Mahomet comme un « beau modèle » (s. 33, 21)[160] et fait de son exemple, la sunna, la seconde source du droit. Pour autant, selon différentes pensées juridiques, la question de savoir s'il faut le considérer comme un conformisme, qui se définit comme « l'acceptation d'une doctrine sans en connaître la preuve », s'est posée. Ce conformisme/imitation taqlîd est une obligation pour ceux qui, non versés dans les sciences juridiques sont confrontés à une question légale ou éthique. Ils doivent alors interroger un légiste. Cette vision est présentée positivement par l'islam. En revanche, cette imitation est présentée négativement lorsqu'elle est pratiquée par quelqu'un ayant les capacités de se pencher sur les aspects légaux[160].

Pour Boespflug, « Muhammad est de toute évidence la figure la plus vénérée en Islam. […] Un autre de ses titres est : « le beau modèle ». Le Prophète lui-même, devinant la vénération dont il commençait d’être l’objet et désireux de prévenir tout risque d’idolâtrie, a souvent rappelé qu’il n’était qu’un homme. »[161]

Au VIIIe siècle, les textes de l'islam spirituel montrent que « l’amour du Prophète ne représente pas encore une voie de salut et n’occupe pas l’horizon du croyant, sinon de manière diffuse ». C'est au Xe siècle que le « modèle prophétique [devient une] source fondamentale de la voie spirituelle et de ses exigences »[162]. Quant à eux, « les hanafites (et muʿtazilites) font ainsi prévaloir le ra’y, l’intelligence mise au service du jugement, plutôt que la stricte imitation des actions du Prophète et des anciens (salaf) érigés en modèles atemporels. »[163]

Le port de la barbe par certains musulmans ou la polygamie[164] sont des exemples de cette imitation de Mahomet. Pour Delcambre, « L'importance de cette imitation de Mahomet dans la vie musulmane est due au fait que l'islam est à la fois normatif et ritualiste. Le ritualisme traduit le souci de coller à la norme. » En cela, l'islam se rapproche d'une orthopraxie[165]. L'attachement à la figure de Mahomet, dans la continuité de formes de piété médiévales, participe pleinement depuis le début de l'époque pré-moderne au développement individuel[166].

Mahomet considéré comme intercesseur

Plusieurs hadiths donnent à Mahomet le rôle d'intercesseur[167], de même certains passages du Coran[Note 67]. Cette intercession fait l'objet d'une des inscriptions du Dôme du Rocher : « Nous vous demandons, ô Seigneur, […], de bénir Muhammad Votre serviteur, Votre prophète, et d’accepter son intercession pour son peuple… »[168]. Celle-ci aura en particulier lieu au Jugement Dernier[169] lors du passage « du pont », épisode s'inspirant de l'antiquité iranienne où l'homme doit passer sur un pont au-dessus des flammes de l'enfer. Cette intercession est dite permise par Dieu. Il témoigne pour les croyants et contre les incroyants[170]. D'autres êtres peuvent être des intercesseurs en islam (les anges, les « saints » dans l'ensemble du monde musulman, les Imams pour le chiisme...)[171] mais Mahomet en occupe la première place[172], voire l'unique (excepté Allah)[171].

Des auteurs issues du Mutazilisme refusent cette doctrine comme en contradiction avec le principe de justice et de châtiment. Certaines traditions (qui sont, en partie, nées des conflits entre courants rivaux) sont alors rejetées[171]. Les wahhabisme se refuse « à reconnaître l’intercession du Prophète, pourtant solidement établie dans les textes et la Tradition, »[173]. C'est ainsi qu'ils ont détruits de nombreuses mosquées-tombe et ne font que tolérer les visites sur la tombes de Mahomet « parce qu'ils ne peuvent réellement s'y opposer »[174].

À l'inverse du sunnisme divisé sur la question, le chiisme est plus uni sur l'intercession. Conscient de la contradiction avec une justice stricte, ils présente l'intercession comme une miséricorde divine. Elle reste en revanche limitée aux croyants musulmans qui ne sont pas ennemis du chiisme[171].

Mahomet lors de l'épisode du Voyage nocturne, chevauchant le cheval Bouraq, est entouré d'anges, dont l'archange Gabriel, à gauche. Mahomet, comme il est de tradition dans la peinture persane, est auréolé de flammes et son visage est représenté couvert d'un voile. Peinture issue d'un Khamseh de Nizami, attribuée à Sultan Muhammad et datée 1539-43[175].

Annonce de la venue de Mahomet

Article détaillé : Annonce de la venue de Mahomet.

Le Coran affirme que la venue de Mahomet comme prophète de l'islam pour toute l'humanité est annoncée dans la Torah et dans l'Évangile. Plusieurs passages de la Bible sont interprétés par les musulmans en ce sens[176].

« Et quand Jésus fils de Marie dit : « ô Enfants d’Israël, je suis vraiment le Messager d’Allah [envoyé] à vous, confirmateur de ce qui, dans la Thora, est antérieur à moi, et annonciateur d’un Messager à venir après moi, dont le nom sera « Ahmad ». Puis quand celui-ci vint à eux avec des preuves évidentes, ils dirent : « C’est là une magie manifeste ». »

— Sourate 61.6

L'assimilation de Mahomet au Paraclet annoncé dans les Évangiles (chap. 14:16-17) reconnu par le christianisme comme l'Esprit Saint, est un exemple de recherche apologétique d'annonce de Mahomet dans les tes textes bibliques. Ainsi, dès le VIIIe siècle, ce terme est associé par Ibn Ishaq à Mahomet[177]. Ce terme a fait l'objet de deux « détournements linguistiques »[177]. Le premier a détourné le terme syriaque mnahmana utilisée dans une adaptation « très approximative du texte de Jean »[178]. La racine de ce mot nhm n'a pourtant avec celle hmd de Mahomet que deux lettres en commun dans un ordre différent[177]. Cette interprétation s'est peu répandue au Moyen-Orient en raison du nombre de personnes parlant syriaque capable de « dénoncer la confusion » mais s'est répandue au Magreb[177]. Le second est lié au terme grec. L’apologétique musulmane a ainsi transcrit le terme parakletos par le mot « periklutos », modifiant le sens original d'« avocat » en celui de « loué », le « glorieux », sens en arabe du terme « Mohamed » ou particulièrement Ahmad (Cor.LXI. 6.)[119]. Cependant, il n'est jamais fait mention de ce terme dans les manuscrits de la Bible en langue grecque et une association de ces termes « reviendrait à traiter une langue indo-européenne (le grec) comme une langue sémitique » dans laquelle primeraient les consonnes et où les voyelles seraient variables, ce qui est inexact[179],[177]. « L’histoire du texte et ḍes traductions de l’Évangile, jointe au fait que le mot periklutos n’était pas courant en grec contemporain, montre que c’est impossible. »[119]. Cette démarche de « captation » des textes chrétiens s'accompagne d'accusations portées contre les chrétiens et les juifs par le Coran d'avoir « falsifié » les écritures[177]. Gilliot voit dans cette annonce une « mimesis concurrentielle », Mahomet fondant son statut prophétique sur l'imitation de Jésus[32].

Reliques

Article détaillé : Reliques Sacrées.

L'islam possède une tradition de reliques attachées à Mahomet et appelées Athar[180]. Des reliques corporelles sont aussi vénérées. Il peut s'agir de sueur, de cheveux ou de poils[181]. Les auteurs classiques, tel Bukhari, témoignent de vénération de reliques dès les débuts de l'islam. Certaines traditions racontent, en effet, comment les compagnons de Mahomet cherchaient à récupérer cheveux et ongles après sa toilette afin d'en faire des amulettes[182].

L'islam reproduit en la matière les traditions antérieures du judaïsme ancien et du christianisme de son temps.[réf. nécessaire]. La possession des reliques de Mahomet et en particulier du « manteau du Prophète » est utilisée comme légitimation du pouvoir califal[182]. Elles sont vénérées par les fidèles pour obtenir une grâce « qui en émane », qui pour guérir, qui pour trouver un époux[182], pour conjurer le « mauvais sort »[183]. Le culte des reliques est rejeté par le wahhabisme[184].

Une des plus grande collection de reliques musulmanes est conservée au palais de Topkapi à Istanbul. Elle contient aussi bien des reliques de Mahomet que d'autres reliques considérées comme ayant appartenu à des personnages bibliques, comme la verge de Moïse ou l'épée de David[182]. Même si le commerce des reliques et escroqueries sont courantes jusqu'au XXe siècle, la majeure partie de la collection d'Istanbul a été offerte au sultan Selim Ier, après la prise du Caire en 1517[182].

De nombreuses reliques d'objets attribués au prophète de l'islam sont aujourd'hui conservées dans diverses mosquées ou sanctuaires[182]. En Inde, il existe une tradition d'ostension de reliques[183]. Une paire de chaussures de Mahomet, très sacrée pour les pèlerins musulmans, qui se trouvait à Lahore au Pakistan, a été volée en 2002[185].

Représentations de Mahomet

La question du physique de Mahomet

L'apparence et l'allure physique de Mahomet ont été précisément décrites dans les textes musulmans tardifs[186], certains manuscrits accumulant les détails[187]. Ces données font l'objet d'ouvrages particuliers, les shamâ’il, qui présentent des descriptions physique à partir des hadiths[188]. Les représentations des {sp-|XIIIs s'inspirent de ces ouvrages[188],[189]. Pour Rodinson, « A vrai dire, tous les portraits que nous en avons sont sujets à caution »[190].

Selon ces descriptions, « Il était, nous dit-on, de taille moyenne, avec une grande tête, mais n’avait pas la face ronde et joufflue ; ses cheveux étaient frisés sans excès, ses yeux noirs, grands et bien fendus, sous de longs cils. Sa carnation était blonde tirant vers le rouge. Il avait sur la poitrine des poils rares et fins, mais par contre ceux des mains et des pieds étaient épais, sa barbe bien fournie. Son ossature était forte, ses épaules larges. Quand il cheminait, il lançait ses pieds énergiquement en avant comme s’il descendait une pente. Quand il se retournait, c’était tout d’une pièce. »[190]

Dans les arts visuels

Représenter Mahomet ?

Mahomet (voilé), Ali et ses fils, enluminure ottomane du XVIe siècle, Bagdad.

La tradition islamique a hérité de l’interdiction juive de la représentation de Dieu, elle-même issue du Décalogue[191], mais l'aniconisme n'a jamais explicitement été promulgué : l'interdit pesant sur la fabrication d’images cultuelles « d’êtres vivants ayant un souffle vital (rûh) » (autrement dit, les êtres humains et les animaux) n’est pas posé par le Coran, ni la Sunna[192], ni, a proprement parler, par aucun des hadiths[193] même s'il est incontestable que ces derniers véhiculent une conception fort négative — presque diabolisante — des images[194] : leurs créateurs sont soupçonnés, voire accusés, de se livrer au blasphème en prétendant rivaliser avec l'activité créatrice d'Allah[195]. Si interdit il y a, c'est davantage dans un sentiment largement partagé et un certain consensus théologique — un ijmâ — qui réprouvent ces représentations et qui, même dépourvus de justification théorique objective, suscitent une large adhésion chez les musulmans, à la suite du courant majoritaire sunnite[196]. Au-delà de cette pensée religieuse, l'image des êtres animés a ainsi toujours été utilisé dans les pays musulmans[197].

Pour Boespflug, « Muhammad est de toute évidence la figure la plus vénérée en Islam. […] Un autre de ses titres est : « le beau modèle ». Le Prophète lui-même, devinant la vénération dont il commençait d’être l’objet et désireux de prévenir tout risque d’idolâtrie, a souvent rappelé qu’il n’était qu’un homme. L’interdiction de le représenter est encore une manière de lui obéir, sauf s’il s’avère qu’elle est vécue comme une extension subreptice à sa personne de l’interdiction de toute image de Dieu, auquel cas cette interdiction devient elle-même tacitement idolâtrique. »[161].

Ainsi, l'interdit s'est étendu — « mais pas partout ni toujours » — à la figuration de Mahomet (jugé non digne d'être représenté afin d'assurer la primauté de la lecture et de l'iconographie du Coran ou ou contraire jugé trop digne ontologiquement pour être figuré, en-Nûr el-Muhammadî la « lumière mohammedienne » étant selon les soufis trop éclatante pour être regardée[198]), voire à celle de tous les prophètes, leurs familles et leur descendance[196].

Les polémiques récentes autour de la représentation de Mahomet sous forme de caricature ont déclenché un rejet d' l'image.« elles alimentent l’idée fausse et essentialiste que, « de tout temps », l’islam aurait interdit la représentation de son prophète, voire toute représentation humaine. » sans prendre en compte la diversité des islams, la diversité géographique, chronologique dont le rapport à l'image va du rejet à la « contemplation de portraits de leur prophète comme une expression de leur dévotion »[199].

Au XIe siècle, plusieurs récits musulmans raconte l'existence d'images de Mahomet en dehors du monde musulman, dans des monastères ou dans des maisons privées. Ces récit appartiennent à un style littéraire, un récit type, de la découverte de portrait préfigurant ou prédisant un avènement. Au XIe siècle, un tel récit prend place chez Heraclius à Constantinople. Un texte plus ancien, au IXe siècle, place le même récit avec des détails similaires en Chine. Dans ces récits, l'image de Mahomet est une preuve, faite de main divine, de la Prophétie de Mahomet[200].

Particularités des représentations figurées de Mahomet dans le monde musulman

Article détaillé : Représentation de Mahomet.
Hilya, bois, XIVe siècle

S'il faut constater que l'art de l'islam — qui est essentiellement un art du concept caractérisé par l'évitement de l'imitation des êtres vivants ainsi que par l'abstraction — évite d'une manière générale le portrait[201], Mahomet a néanmoins été régulièrement représenté en Perse, en Inde, en Afghanistan, en Turquie... avec différentes variantes[202],[Note 68]. Cependant, et malgré la nature iconique de bien des épisodes de sa vie, le prophète de l'islam a été peu représenté pour lui-même : il s'agit essentiellement de représentations — pas toujours figuratives — « en mouvement » ou « en action » pour l'illustration desdits épisodes[186].

Al-Dinawari rapporte l'existence de portraits dès le IXe siècle mais il n'en existe plus de trace : il faut attendre la fin du XIIIe siècle pour trouver les premières représentations dans des enluminures en Perse ilkhanide. Mahomet est alors représenté dans des chroniques à visage découvert — nimbé d'une auréole ou d'une flamme —[203].

À partir du XVIe siècle, la quantité d'images de Mahomet diminuent[199]. Son visage, ainsi que les mains, se trouvent voilés progressivement à partir du XVe siècle. La silhouette se voile ensuite entièrement avant de disparaître complètement au profit de motifs ou de formules évocatrices de sa personne, quittant une réalité anthropomorphe à laquelle se substitue une flamme, une lumière ou encore une « absence perceptible »[203]. À partir du XVIIe siècle et de l'époque ottomane[189], naît le principe de hilya ou « portrait-écrit », Mahomet étant remplacé par la calligraphie de son nom, par un arbre généalogique, voire l'empreinte de ses pieds ou de ses sandales[203] dans une évolution spirituelle qui doit notamment au soufisme chiite qui considère les représentations anthropomorphes comme mondaines et non-musulmanes[203].

Illustration du Siyer-i Nebi, XVIe siècle.

La raison de ces évolutions est mal connue et il n'est pas certain qu'il faille y voir une conséquence de la « désapprobation des ulémas ». Pour Christiane Gruber, il s'agit plutôt d'un reflet de la tendance mystique à l'abstraction dans la représentation de Mahomet comme « Lumière prophétique ». Cette vision, né en Iran safavide, « insistent sur le fait que l’essence du prophète ne peut être appréhendée que par une vision de l’âme, et s’accompagnent de descriptions allégoriques de la « lumière prophétique », symbolisée par le nimbe de flamme »[199].

À la fin du XXe siècle des bandes dessinées, à vocation pédagogique, adaptant le Coran ont été publiées en pays sunnites[204] mais ont suscité le débat avant que la publication en soit stoppée[205] : en effet, au début du XXIe siècle, en dehors de l'espace chiite[206], l'interdit concernant les représentation de Mahomet — qui représente une réalité divine pour nombre de croyants — est devenu plus fort qu'il ne l'était auparavant, pour atteindre une grande rigueur et devenir un interdit majeur s'apparentant à un tabou[207]. Dans ce contexte, la publication de caricatures de Mahomet dans un journal danois en 2005, relayées dans des médias internationaux, a soulevé un tollé et provoqué des réactions violentes dans plusieurs pays de tradition et de culture islamiques et certaines communautés musulmanes des pays occidentaux[réf. nécessaire].

Filmographie concernant Mahomet

Plusieurs films, des films de fiction biographique ou des films documentaires, ont été consacrés à Mahomet.

Parmi les films de fiction, plusieurs sont réalisés dans une perspective musulmane et s'imposent de respecter l'interdiction de représenter Mahomet. Ils y parviennent en recourant à des plans en caméra subjective chaque fois qu'une scène implique Mahomet[réf. nécessaire]. C'est le cas du film biographique Le Message, coproduction multinationale réalisée par Moustapha Akkad et sortie en 1976. Plusieurs films d'animation américains produits par le studio Badr International adoptent la même technique : Muhammad : The Last Prophet de Richard Rich en 2002 et ses préquelles sorties au cours des années suivantes : Before the Light, Salman the Persian et Great Women of Islam[réf. nécessaire]. Le film iranien Mahomet de 2015 ne reproduit pas non plus son visage[208].

Manifestation contre le film L'innocence des musulmans, 2012, Sydney.

Par ailleurs, plusieurs documentaires consacrés à Mahomet ou à l'histoire de l'islam en général relatent la vie du prophète de l'islam. C'est le cas de la série documentaire Islam : Empire of Faith de Robert H. Gardner, distribuée par la compagnie américaine PBS en 2000. En 2002, la même chaîne produit un documentaire Muhammad : Legacy of a Prophet, réalisé par Michael Schwarz et Omar al-Qattan. En 2011, du 21 au 25 juillet, la chaîne britannique BBC diffuse une mini-série documentaire en trois volets sur la vie de Mahomet, The Life of Muhammad, réalisée par Faris Kermani. Selon la BBC, il s'agit de la première série documentaire consacrée au prophète de l'islam à être diffusée sur une chaîne européenne[209]. La mini-série est purement documentaire et ne contient pas de scènes de reconstitution mettant en scène Mahomet[210].

En 2012, le film L'Innocence des musulmans mettant en scène des passages de la vie de Mahomet est invoqué comme raison principale des manifestations et attentats anti-américains de septembre 2012[réf. nécessaire].

Mahomet dans la littérature et l'imaginaire occidental

Du Moyen Âge au XVIIe siècle

L'imaginaire européen sur l'islam se forme principalement à partir du Moyen Âge. Dans ce contexte, précédant et préparant les confrontations des croisades, « l’islam et son prophète ont été successivement (mais aussi, parfois, concomitamment) présentés comme un fléau de Dieu puis comme une hérésie et/ou un paganisme idolâtre. »[211]. L'idée de l'islam comme hérésie chrétienne apparaît chez les chrétiens orientaux dès le VIIIe siècle. Elle atteint l'Espagne au IXe siècle puis se diffuse en Europe à partir du XIIe siècle[212].

Lucas van Leyden, Mahomet et le moine Sergius, original de 1508.

Mahomet apparaît tout d'abord dans la littérature populaire occidentale, sous le nom de Mahound (entre autres corruptions comme Mahowne, Mahon…) en tant que divinité païenne ou démon[213] : il est parfois identifié comme l'une des principales divinités des Sarrasins au sein d'un panthéon variant d'une œuvre à l'autre (par exemple, aux côtés d'Apollyon et Termagant dans La Chanson de Roland, voire comme une divinité païenne générique d'autres peuples « infidèles » : ainsi, dans les mystères du cycle de York, Pharaon à l'orée de la mort, appelle son armée à adresser ses prières à la divinité « Mahowe »[Note 69][réf. nécessaire].

Sous l'influence de sources espagnoles comme les chroniques d'Euloge de Cordoue ou de récits de pèlerins revenant de Terre sainte comme celui de Dithmar, le Mahomet de la littérature se rapproche aux XIIe et XIIIe siècles de celui de la tradition musulmane, sa vie est enrichie de nombreuses histoires fabuleuses et calomnieuses. Des biographies occidentales fleurissent, essentiellement en latin, telles la Vita Mahumeti de Embricon de Mayence, les Otia de Machomete de Gautier de Compiègne dont le Roman de Mahomet (1258) d'Alexandre du Pont est une adaptation qui constitue la première œuvre de littérature française à son sujet. Mahomet y est présenté comme un schismatique de la chrétienté, brutal et perfide, souvent comme un sorcier malfaisant[214]. Durant cette période, Mahomet est construit comme un personnage repoussoir par une sélection d'anecdote ou l'inventions d'autres afin de limiter et dissuader les interactions entre chrétiens et musulmans[211]. Dans ces récits et afin de le dénigrer, Mahomet est présenté comme ayant eu « une mort affreuse et honteuse, suivie du déchirement et de la profanation de son corps »[211].

Au XIIIe siècle, Dante, dans la Divine Comédie, présente Mahomet en compagnie de son cousin Ali dans son neuvième cercle des enfers, celui qu'il réserve aux « schismatiques », les entrailles sortant de son ventre ouvert. Cette description sera utilisée par plusieurs artistes, comme récemment Salvador Dalí, pour représenter Mahomet les entrailles exposées, ou encore Gustave Doré dans son illustration de la Divine Comédie. On rencontre aussi le Mahomet éventré de Dante dans certaines églises, telles la basilique San Petronio de Bologne en Italie, dont la chapelle Bolognini contient une fresque réalisée par Giovanni da Modena vers 1410-1415, où il représente « Machomet » (comme l'indique une inscription sur la fresque) tourmenté par un démon[215].

Avec les croisades, le discours connait des variations et certains auteurs, comme Burchard de Strasbourg montrent une proximité des musulmans avec certaines valeurs communes. Pour Tolan, « AuXIIIe siècle, alors même que la « légende de Saladin » est en marche et que la croisade a échoué, l’on songe de plus en plus à la conversion des musulmans. Or, comment les missionnaires pourraient-ils œuvrer avec efficacité en se contentant de leur « insouciante ignorance » ? De ce constat, on aboutit à la création d’écoles de langue pour les missionnaires, « surtout parmi les dominicains des XIIIe et XIVe siècles » »[211] Au XVe siècle, la présentation de Mahomet par le cardinal humaniste Nicolas de Cues est déjà ambiguë, présentant des aspects négatifs et positifs[216].

Pendant la période de la Réforme, l'islam et Mahomet servent d'étalon. Pour les protestants, les catholiques sont « pires » que Mahomet dans leurs erreurs, tandis que les catholiques associent Mahomet, Calvin et Luther en enfer[212].

XVIIIe siècle

L'ouvrage de Voltaire.

Dans sa pièce Le Fanatisme ou Mahomet, Voltaire fait dire à l'un de ses personnages que Mahomet est un « imposteur », un « faux prophète », un « fanatique » et un « hypocrite »[217],[218].Selon le critique littéraire François Busnel, parlant de la pièce de Voltaire, « Le fanatisme ou Mahomet le prophète est une charge contre l'islam et, plus largement, contre toute religion monothéiste »[219]. C'est pourtant « l'intolérance de l'Église catholique et les crimes commis au nom du Christ » qui étaient les premiers visés par le philosophe des Lumières[220]. C'est ce qu'écrit Voltaire dans une lettre de 1742 : « Ma pièce représente, sous le nom de Mahomet, le prieur des Jacobins mettant le poignard à la main de Jacques Clément »[221]. Ce double sens de la pièce est confirmé par le critique littéraire Julien Louis Geoffroy : « Mahomet est donc un mauvais charlatan, un caffard imprudent et téméraire : à travers son costume éblouissant, on reconnaît toujours le capuchon du révérend père Bourgoing »[222]. Les dévots qui n'ont pas été dupes l'ont attaqué immédiatement en justice pour impiété et scélératesse, et Voltaire a dû retirer sa pièce[223].

Voltaire a souvent été hostile aux révélations religieuses qu'il considérait comme étant fallacieuses. Il évolue dans sa vision sur Mahomet en passant d'un « imposteur » à un « enthousiaste ». Ces évolutions s'inscrivent dans la découverte d'une tolérance dans le monde turc à partir des années 1740[224]. À partir de 1763, sa « haine contre les dévots » augmente et s'exprime en élevant l'islam, quitte à modifier son histoire[224]. Pour lui, l'islam sans Mahomet est un théisme qu'il défend : « Croire un seul Dieu tout puissant était le seul dogme, si on n’y avait pas ajouté que Mahomet est son prophète, c’eût été une religion aussi pure, aussi belle que celle des lettrés chinois. » Entre 1742 (publication de Mahomet ou le fanatisme religieux) et 1770, les positions de Voltaire ont changé. Voltaire retient que « sa [Mahomet] religion est sage, sévère, chaste et humaine » mais nomme toujours Mahomet de « sublime et hardi charlatan »[225] et donne raison à un homme qui aurait dit au Mufti de Constantinople : « Mahomet n'était qu'un imposteur hardi qui trompa les imbéciles[226]. »[Note 70].

Voltaire illustre l'évolution de la perception de Mahomet, souvent considéré comme l'auteur du Coran[Note 71][réf. nécessaire], au siècle des Lumières durant lequel celui-ci est avant tout perçu rationaliste et un réformateur. Il aurait été à l'origine d'un monothéiste pur correspondant aux idées anticléricales des Lumières[216]. Selon Emmanuel Leroy-Ladurie, à propos de Voltaire, « le philosophe tenant du Déisme attribue d’abord au Coran l’immense mérite d’avoir affirmé avec plus de rigueur et de raison que le christianisme l’unicité de Dieu. « Il a retiré toute l’Asie de l’Idolâtrie… »[223]. Une louange de Mahomet, courante à cette époque comme chez Henri de Boulainvilliers une manière de critiquer l'Église. Pour Tolan, il faut davantage lire dans ces écrits une critique de l'Église qu'une véritable louange[212]. Ainsi, pour l'auteur, l'évolution de Voltaire est davantage un choix stratégique qu'un véritable retournement[212].

L'autre forme de critique possible la religion est de renvoyer les personnages religieux dos à dos.Au XVIIIe siècle apparaît aussi sous le manteau le Traité des trois imposteurs, un livre blasphématoire où sont accusés d’imposture délibérée Moïse, Mahomet et Jésus-Christ[212]. Le Marquis de Sade fait émettre par son personnage du moribond des critiques violentes contre l'ensemble des chefs religieux, dont évidemment Mahomet : « Ton Jésus ne vaut pas mieux que Mahomet, Mahomet pas mieux que Moïse, et tous trois pas mieux que Confucius qui pourtant dicta quelques bons principes pendant que les trois autres déraisonnaient; mais en général tous ces gens-là ne sont que des imposteurs, dont le philosophe s'est moqué, que la canaille a crus et que la justice aurait dû faire pendre. »[228]

XIXe siècle

En raison d'une nouvelle approche historique des textes religieux, le XIXe siècle marque la naissance d'un intérêt pour le personnage de Mahomet et la naissance de l'islam comme l'exprime E. Renan. dans son article « Mahomet et les origines de l'islamisme » (1851).[réf. nécessaire] Ce siècle voit l'apparition d'une vision romantique de Mahomet. Celui-ci est alors comparé aux « grands hommes », créateurs d'empires, comme Alexandre le Grand. Cette vision s'appuient sur les textes abbassides présentant la vie de Mahomet et qui ont « pour but de légitimer la dynastie de califes et projetaient donc déjà cela sur le fondateur de l’islam »[216]. Napoléon lui-même participe à la mise en place de cette figure de Mahomet comme législateur et conquérant[212].

Grigori Gagarine, Sermon de Mahomet, 1840-1850, Musée Russe de Saint-Pétersbourg.

Alphonse de Lamartine écrit une Vie de Mahomet en 1854[229], dont on peut dire que c'est la première biographie écrite par un Occidental qui ne soit pas à charge[réf. nécessaire]. Il y écrit :

« Jamais un homme ne se proposa, volontairement ou involontairement, un but plus sublime, puisque ce but était surhumain : Saper les superstitions interposées entre la créature et le Créateur, rendre Dieu à l'homme et l'homme à Dieu, restaurer l'idée rationnelle et sainte de la divinité dans ce chaos de dieux matériels et défigurés de l’idolâtrie… Jamais homme n'accomplit en moins de temps une si immense et durable révolution dans le monde, puisque moins de deux siècle après sa prédication, l'islamisme, prêché et armé, régnait sur les trois Arabies, conquérait à l'Unité de Dieu la Perse, le Khorassan, la Transoxiane, l'Inde occidentale, la Syrie, l'Égypte, l'Éthiopie, tout le continent connu de l'Afrique septentrionale, plusieurs iles de la Méditerranée, l'Espagne et une partie de la Gaule.

Si la grandeur du dessein, la petitesse des moyens, l'immensité du résultat sont les trois mesures du génie de l'homme, qui osera comparer humainement un grand homme de l'histoire moderne à Mahomet ? Les plus fameux n'ont remués que des armes, des lois, des empires; ils n'ont fondé, quand ils ont fondé quelque chose, que des puissances matérielles, écroulées souvent avant eux. Celui-là a remué des armées, des législations, des empires, des peuples, des dynasties, des millions d'hommes sur un tiers du globe habité ; mais il a remué, de plus, des idées, des croyances, des âmes. Il a fondé sur un Livre, dont chaque lettre est devenue une loi, une nationalité spirituelle qui englobe des peuples de toutes les langues et de toutes les races, et il a imprimé, pour caractère indélébile de cette nationalité musulmane, la haine des faux dieux et la passion du Dieu un et immatériel…

Philosophe, orateur, apôtre, législateur, guerrier, conquérant d’idées, restaurateur de dogmes, fondateur de vingt empires terrestres et d’un empire spirituel, voilà Mahomet. À toutes les échelles où l’on mesure la grandeur humaine, quel homme fut plus grand[230] ? »

De même, Victor Hugo, dans un poème de La Légende des siècles (1858), L'an neuf de l'Hégire[231], présente de façon romantique la mort de Mahomet :

Et sa femme Aïscha se tenait en arrière ;
Il écoutait pendant qu’Aboubékre lisait,
Et souvent à voix basse achevait le verset ;
Et l’on pleurait pendant qu’il priait de la sorte.
Et l’Ange de la mort vers le soir à la porte
Apparut, demandant qu’on lui permît d’entrer.
«Qu’il entre.» On vit alors son regard s’éclairer
De la même clarté qu’au jour de sa naissance ;
Et l’Ange lui dit : «Dieu désire ta présence.»
«Bien», dit-il. Un frisson sur les tempes courut,
Un souffle ouvrit sa lèvre, et Mahomet mourut.

Mahomet est aussi une pièce théâtrale de Johann Wolfgang Von Goethe[232]. Johann Wolfgang Von Goethe a appris l'arabe et il est allé en Arabie pour comprendre le personnage principal de sa pièce théâtrale Mahomet[232]. Pour Goethe, Mahomet est le prophète par excellence[233]. Selon le spécialiste de la littérature allemande du XIXe siècle, Adolphe Bossert[234],

« Le Mahomet de Goethe n’est pas, comme celui de Voltaire, un imposteur ; c’est un croyant, possédé du besoin de répandre sa foi. Il commence par adorer les étoiles ; mais bientôt, au-dessus des étoiles, il découvre celui qui leur a donné l’existence et qui a formé l’univers. « Élève-toi, cœur aimant, vers l’auteur de toutes choses ! Sois mon seigneur et mon dieu, toi qui as créé le soleil, et la lune et les étoiles, et la terre et le ciel, et moi-même ! » La foi de Mahomet reste pure, aussi longtemps qu’elle est renfermée en lui-même, qu’elle demeure un colloque entre son dieu et lui ; elle se rabaisse et se corrompt, dès qu’il cherche à la faire pénétrer dans les âmes grossières. Il est obligé d’employer la force, même la ruse, pour fonder sa religion ; il suscite des inimitiés légitimes, et, à la fin, il meurt empoisonné[235]. »

L'historien et essayiste suisse Sismondi dit que Mahomet « ne se contenta pas de partager leurs richesses, il abandonna presque tous les vaincus à des supplices qui, dans d'autres guerres, souilloient rarement ses armes »[236]. Selon lui Mahomet éprouvait envers les Juifs « la haine qui semble s'animer dans les sectes religieuses, lorsqu'il n'y a entre elles qu'une seule différence au milieu de nombreux rapports »[236]. À l'inverse pour Jules Barthélémy Saint-Hilaire, Mahomet montre « des trait nombreux de magnanimité et de miséricorde »[237].

Frise de la Cour Supreme des États-Unis représentant Mahomet au milieu des grands législateurs (1935).

XXe siècle et XXIe siècle

En parallèle de réflexions religieuses[212], le XXe siècle voit le développement des études historiques sur Mahomet. Celles-ci soulèvent la difficulté d'écrire une biographie non religieuse. Certains auteurs, qu'ils soient à charge ou non, ont tendance à mettre en avant l'aspect humain de Mahomet, comme le silence de Mahomet de Salim Bachi[réf. nécessaire]. En 1988, Salman Rushdie évoque Mahomet dans les Versets sataniques qui provoquent une vaste polémique, assortie d'une fatwa du Chi'ite Rouhollah Khomeini réclamant l’exécution de l'auteur, en 1989[238].

En 2005, la publication de douze caricatures de Mahomet par le journal danois Jyllands-Posten soulève la colère dans les pays musulmans[233]. Des manifestations pour protester contre les dessins danois ont lieu dans plusieurs pays dont les manifestations violentes devant le consulat italien à Benghazi en Libye qui ont fait plusieurs morts[239]. Le XXIe siècle voit la continuité d'un discours attaquant Mahomet pour discréditer l'islam. Ainsi, pour Geert Wilders, Mahomet est « terroriste, pédophile et psychopathe »[233].

Notes et références

Notes éditoriales

  1. Mort vers 823.
  2. Mort en 845.
  3. Mort en 923.
  4. Illustration miniature sur vélin du livre Jami 'al-Tawarikh (littéralement « Résumé des Chroniques », mais souvent désigné comme l'Histoire universelle ou Histoire du monde), de Rashid al-Din, publié à Tabriz, en Perse, en 1307. Actuellement dans la collection de la bibliothèque de l'Université d'Édimbourg, en Écosse.
  5. (ar) Dhababi, Tadhkirat al-Huffaz, t. I, p. 5.
  6. Imprimé dans I’lâm as-Salihin d’ibn Tulun, en tant qu’appendice.
  7. Tarikh al Kabir de Bukhari, Tahdhib at-Tahdhib, IV, 215, no 369, ibn Hajar.
  8. Tahdhib at-Tahdhib, IV, 198, 236 ; ibn Hajar.
  9. Tirmidhi, cité d’après Manazir Ahsan Gilâmi.
  10. 1er éd. dans RAAD en 1953. Abu Hurayrah avait également écrit de nombreux livres de hadiths selon les sources diverses. Ibn ‘Abd al Barr, Jâm bayan al’ilm, I : 4 ; Fath’al Bari, I : 174.
  11. Hadyu's-Sârî, Muqaddimatu Fathi'l-Bârî, 2 tomes, Caire (1964/1383H). Tome II, page 185.
  12. menées par le CNRS, UMR 8167.
  13. L'auteur remarque l'usage d'un tel terme dans deux régions, Kirman (actuel Kerman) en Iran et au Nord (Turkménistan, Afghanistan).
  14. Mirza Bashir-Ud-Din Mahmud Ahmad, p. 3
  15. Cette tradition fixe la date de sa mort : le lundi 8 juin 632 (lundi 13 rabî`al-awwal 11 A.H.), mais Tabari indique qu’on n’est pas sûr de son âge au moment de son décès. Source : Tabari (trad. Herman Zotenberg), La Chronique, Histoire des prophètes et des rois, vol. II, Actes-Sud, coll. « Sindbad », (ISBN 978-2742-733187), « Mohamed, sceau des prophètes », p. 354.
  16. 570 est l'année conventionnelle, parfois 571. L'année de naissance de Mahomet est en fait incertaine. Le Coran ne la mentionne pas mais la tradition musulmane la situe l'année où La Mecque repousse l'attaque d'Abraha vice-roi du Yémen, appelée « année de l'éléphant (en) » : Abraha marche contre La Mecque, monté sur un éléphant nommé Mahmou afin de raser la Kaaba, mais à l'entrée de la ville, Abd al-Mottalib, le grand-père de Mahomet le prévient de la sentence entraînée par la profanation de la Kaaba. Comme il en approche, son animal, selon la légende, se prosterne à terre et refuse d'avancer. Abraha bat en retraite, et connaît une mort atroce ; cependant la recherche contemporaine s'accorde pour situer cette attaque plusieurs décennies plus tôt et envisage généralement la naissance du prophète de l'islam après 570, peut-être entre 570 et 580 (cf. Alford T. Welch, « Muhammad » in The Encyclopaedia of Islam, vol. VII, éd. Brill, 1993, p. 360). Selon une autre tradition fixée par le récit hagiographique d'Ibn Hichâm, Mahomet raconte sa vocation lors d'une de ses retraites sur la colline de Hira : lors de la Nuit de la Révélation située en 610, à l'âge de 40 ans, l'ange Gabriel lui a révélé en songe qu'Allah l'a choisi comme prophète, ce qui ferait remonter sa naissance en 570. Là encore, cette tradition repose sur une source à manier avec précaution, le nombre choisi par Ibn Hichâm symbolisant le temps d'une génération comme dans la Bible (en) (cf. Maxime Rodinson, Mahomet, Le Seuil, , p. 43). Selon lui, Mahomet était alors âgé de 63 ans, ce qui rend possible la naissance en 570. Il rapporte que d'autres traditions lui donnent entre 60 et 65 ans, il n’est cependant pas précisé par Tabari s’il s’agit d’années solaires ou d’années de douze mois lunaires
  17. Rabî`al-awwal en arabe : rabīʿ al-ʾawwal, ربيع الأول, premier (mois) du printemps, nom du troisième mois sur douze de l’année lunaire. Ce nom n’a plus de sens puisque ce type d'année, sans le mois intercalaire, (Le Coran, « L’Immunité ou le Repentir », IX, 36 ou 37, (ar) التوبة) instituée par Mahomet se décale par rapport à l’année solaire et par conséquent par rapport aux saisons.
  18. lundi 12 rabî`al-awwal / dimanche 4 ou lundi 5 mai 470, Tabari, op. cit., vol. II, « Mohamed, sceau des prophètes », p. 25.
  19. Halîma as-Sa`diyya, en arabe : ḥalīma al-saʿdīya, حليمة السعدية.
  20. Tabari, op. cit., vol. II, « Mohamed, sceau des prophètes », p. 29.
  21. a et b Tabari, op. cit., vol. II, « Mohamed, sceau des prophètes », p. 30.
  22. Il s'agissait probablement d'Abdullah, fils de Harith.
  23. cette tradition se base sur la sourate « N’avons-nous pas ouvert ? », XCIV, où l'expression «poitrine libérée d'aise», selon Jacqueline Chabbi, signifie «l'aisance de la vie».
  24. « Cependant, la poitrine de leur fils adoptif ne portait aucune trace et rien d'anormal n'altérait la perfection de son petit corps. Le seul trait insolite se trouvait au milieu de son dos, entre les épaules : une marque de forme ovale, petite mais très distincte, où la peau était légèrement gonflée, semblable à l'empreinte laissée par une ventouse, mais cette marque était là à la naissance de l'enfant »
  25. Abu Baqr al-Jazâ'irî, Le Prophète Bien-Aimé, traduction de Mokhtar Chakroun. édition spéciale de l'I.F.T.A., Médine 1992. p. 90.
  26. Al-Fijar en arabe : ḥarb al-fijār, حرب الفجار, la guerre impie, ce nom viendrait du fait que les combats se sont déroulés pendant les mois sacrés. Voir Traduction d’Albin de Kazimirski Biberstein, Le Koran, Paris, Librairie Charpentier, (Page:Le Koran (traduction de Kazimirski).djvu/546), « Notice biographique sur Mohammed », viii.
  27. Abū al-Fidāʼ Ismāʻīl ibn ʻAlī, Noël Desvergers, Vie de Mohammed, Impr. royale, , 280 p. (présentation en ligne, lire en ligne), p. 10.
  28. al-Sira, Ibn Ishaq.
  29. Tabari, op. cit., vol. II, « Mohamed, sceau des prophètes », p. 68.
  30. Tabari, op. cit., vol. II, « Mohamed, sceau des prophètes », p. 72-73.
  31. Tabari, op. cit., vol. II, « Mohamed, sceau des prophètes », p. 73.
  32. Le Coran, « L’Immunité ou le Repentir », IX, 96-97, (ar) التوبة : « Les Arabes sont les plus durs dans la mécréance et l'hypocrisie… ».
  33. Rapporté dans Sahih Al-Boukhari, 637, et Sahih Mouslim, 2802.
  34. Coran, sourate 54, versets 1 et 2.
  35. Ibn kathir, Les miracles du Prophète, éd. Almadina, 2007, p. 20-21.
  36. a et b Tabari, op. cit., vol. II, « Mohamed, sceau des prophètes », p. 326.
  37. a et b Tabari, op. cit., vol. II, « Mohamed, sceau des prophètes », p. 250.
  38. Personnage mal identifié, son nom arabe, al-muqawqis, المقوقس, serait l'arabisation d’un mot copte signifiant le caucasien.
  39. Négus ou nedjaschi (en arabe : an-najāšī, النجاشي) est le titre des rois d'Abyssinie.
  40. Le Coran, « El-Araf », VII, 157 et 158, (ar) الأعراف.
  41. Bukhari, no 2534;Muhammad Hamidullah, Le Prophète de L’Islam sa vie son œuvre, §1912,§1939.
  42. Abi Daoud, no 4036.
  43. Bukhari, no 2700.
  44. Tabari, op. cit., vol. II, « Mohamed, sceau des prophètes », p. 327.
  45. Il y a incertitude sur leur nombre exact
  46. Voir sourate 33 sur Wikisource
  47. Tabarî (m. 310), Tarih ar-Rusûl w'al Mulûk, Leyde, 1897 et après. I, p. 1768-1769 : Conformément à la coutume d'alors, Abu Bakr, le père d'Aïcha, une fillette de 6 ans, cherchait pour elle-ci un gendre. Il avait alors un autre homme en vue, mais il lui refusa sa fille parce que celui-là ne voulait pas devenir musulman. C'est ensuite que Mahomet épousa Aïcha. Pareillement plus tard, Umar ibn al Khattab épousera une fille très jeune d'Abu Bakr.
  48. Hadith décrivant l'âge de Aïcha au moment de son mariage et de la consommation de celui-ci, sur le site hadith.al-islam.com édité par l'Arabie saoudite. Consulté le 4 avril 2008.
  49. موسوعة الحديث الشريف - عرض الحديث.
  50. Femmes esclaves avec lesquelles une relation charnelle a lieu. Cela étant autorisé dans l'islam, mais pas appliqué forcément, ainsi un passage du Coran encourage à marier les esclaves femmes et hommes pour ne pas museler leurs besoins sexuels ; (ar) Jâmi'ul Ahkâm'il Qur'ân, Qurtubî ; (Cor. II, La Vache :221) ou Tafsir, ibn kathir (Cor. II, La Vache : 221.
  51. (ar) Jâmi'ul Ahkâm'il Qur'ân, Qurtubî ; (Cor. XXXIII, Les Coalisés : 49-51).
  52. (ar) Tafsir, ibn kathir (Cor. XXXIII, Les Coalisés : 49-51.
  53. (ar) Jâmi'ul Ahkâm'il Qur'ân, Qurtubî ; (Cor.IV, Les Femmes : 3).
  54. Selon le dictionnaire Larousse arabe-français : « comblé/digne d'éloges/de louanges ; loué ». Le nom dérive de la racine arabe : ح م د de même qu'Ahmed, M'Hamed, Mahmoud, Hamid, dont le sens est proche.
  55. Cette référence est obsolète : En 1869, dans l'introduction à la traduction du Koran par Albin de Kazimirski Biberstein intitulée Notice biographique sur Mahomet, on trouve la citation :

    « C'est Mohammad (le glorifié) qu'on devrait dire ; les Turcs prononcent Méhémet, quand il est question d'un personnage vivant du nom de Mohammed, c'est au contraire l'usage en français de se servir de la forme Mohamed, lorsqu'on parle des Arabes vivants qui portent ce même nom. »

    .
  56. Ce dernier sollicite les travaux de quatre traducteurs : principalement Robert de Ketton, ainsi que Hermann de Dalmatie, le juif converti Pierre de Tolède et un Sarrasin nommé Mohammed ; cf. Françoise Labalette, Pierre le Vénérable, le glorieux abbé de Cluny, in Historia, no 721, 01/01/2007, article en ligne. Le manuscrit original de Robert de Ketton se trouve à la Bibliothèque de l'Arsenal..
  57. Outre les hérétiques, Pierre le vénérable dénonce violemment les juifs dans son Adversus judaeos (Contre les juifs, vers 1143); cf. Françoise Labalette, Pierre le Vénérable…, op. cit.
  58. Dans son traité Contra sectam sive haeresium Sarracenorum, il entend convertir ces derniers au christianisme par « la parole, (…) la raison, (…) et l'amour ». cf. François Berriot, Spiritualités, hétérodoxies et imaginaires : études sur le Moyen Âge et la Renaissance, éd. Université de Saint-Étienne, 1994, p. 133, 134 extrait en ligne.
  59. Ce premier volume est augmenté de la Doctrina Machumet constituée d'extraits de hadits rassemblés par Hermann de Dalmatie, et d'une biographie du prophète de l'islam, la De generatione et nutritura Machumet. Un deuxième volume présente une série de refutations de l'islam à l'attention des théologiens et un dernier présente de la documentation destinée aux princes chrétiens dans l'optique de vaincre les musulmans dans une prochaine croisade. Cf. François Berriot, op. cit. p. 136-141.
  60. Ainsi qu'en atteste le titre complet de la première édition de l'ouvrage ; cf. Henri Lamarque, Le coran à la renaissance : plaidoyer pour une traduction, éd. Presses Universitaires du Mirail, 2007, p. 25, version intégrale latine et traduction française en ligne.
  61. Elle connaît de nombreuses contrefaçons à l'instar d'une Mehemetis Abdallae fillii theologia imprimée à Nurenberg dès 1543 ; cf François Berriot, op. cit., p. 141.
  62. Après les versions en italien, Alcorano di Macometto, en 1547 par Andrea Arrivabene, puis en allemand en 1616, en hollandais en 1641 ; cf François Berriot, op. cit., p. 141.
  63. Celui-ci utilise déjà le nom Mohammad au sein de son livre intitulé Mahomet
  64. Maxime Rodinson, Dominique Chevallier, André Miquel, Mohamed El Aziz Ben Achour, Haïm Zafrani, Hichem Djaït, Dominique et Janine Sourdel, Robert Mantran, Marc Bergé, Pierre Lory, tout comme le philosophe Mohammed Arkoun. Il en est de même des penseurs Malek Bennabi et Martin Lings, du juriste théologien Muhammad Hamidullah.
  65. En 1869, dans l'introduction à la traduction du Koran par Albin de Kazimirski Biberstein intitulée Notice biographique sur Mahomet, on trouve la note suivante :

    « C'est au contraire l'usage en français de se servir de la forme Mohammed, lorsqu'on parle des Arabes vivants qui portent ce même nom. »

    .
  66. C'est pourquoi il est appelé « dernier des prophètes» ou encore « sceau des prophètes » dans le Coran et dans les hadiths : « Muhammad n’a jamais été le père de l’un de vos hommes, mais le messager d’Allah et le dernier des prophètes. Allah est Omniscient. » Coran 33:40.
  67. « Les Femmes », IV, 64 : « et si le Messager demandait le pardon pour eux, ils trouveraient, certes, Allah, très accueillant au repentir, miséricordieux. » Et le verset 43.86 qui précise qui peut intercéder auprès d'Allah.
  68. L'un des articles de références sur le sujet est : Gruber Chr., "Between Logos (Kalima) and Light (Nur): Representations of the Prophet Muhammad in Islamic Painting", Muqarnas, 26, 2009, p. 1-34. L'auteur y décrit les évolutions des différents modes de représentation de Mahomet.
  69. Un relevé de nombreuses apparitions de Mahomet comme divinité ou démon dans les Mystères médiévaux figure dans Henry Stubbe, An account of the rise and progress of mahometanism, 1671.
  70. Pour Ernest Renan, parlant de la pièce de Voltaire,« Mahomet nous apparaît comme un homme doux, sensible, fidèle, exempt de haine. Ses affections étaient sincères; son caractère, en général, porté à la bienveillance… Rien de moins ressemblant à cet ambitieux machiavélique et sans cœur qui explique en inflexibles alexandrins ses projets à Zopyre [..] ses précautions dans les batailles étaient peu dignes d'un prophète[227] »
  71. « J’ai lu par ordre de Mgr le Chancelier l’ouvrage intitulé L'Alkoran, par le sieur Mahomet, et n’y ai rien trouvé de contraire à la religion, ni aux bonnes mœurs; signé Crébillon le fils, censeur royal, 1783. (privilèges royaux pour la traduction de Savary ».

Références

  1. a b c d e f g h i et j Hanne O. Mahomet, une biographie à plusieurs lectures, Moyen-Orient, 2014, p. 86-91.
  2. a b c d et e Michel Orcel, "1 - Le Prophète dans l’histoire - Que savons-nous vraiment de Mahomet ?" dans L'invention de l'islam, 2012, p. 11 à 40.
  3. a b c d e f g et h Déroche 2007, p. 512-516.
  4. (en) Clinton Bennett, In search of Muhammad, Continuum International Publishing Group, (ISBN 978-0-304-70401-9, présentation en ligne), p. 18–19.
  5. (en) Francis E. Peters, Muhammad and the origins of Islam, SUNY Press, (ISBN 978-0-7914-1876-5, présentation en ligne), p. 261.
  6. Henri Michaud, Jésus selon le Coran, Éditions Delachaux et Niestlé, , p. 22, 45 et 88.
  7. (en) Andrew Rippin, Muslims: their religious beliefs and practices, (ISBN 978-0-415-34888-1, présentation en ligne), p. 45.
  8. Langhade, Jacques. Chapitre I. La langue du coran et du Ḥadīṯ In :Du Coran à la philosophie : La langue arabe et la formation du vocabulaire philosophique de Farabi [en ligne]. Damas : Presses de l’Ifpo, 1994 (généré le 09 novembre 2017). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/ifpo/5268>, paragraphe 112 et 116. (ISBN 9782351595008). DOI : 10.4000/books.ifpo.5268.
  9. Azaiez, M. (Ed.), Reynolds, G. (Ed.), Tesei, T. (Ed.), et al. (2016). The Qur'an Seminar Commentary / Le Qur'an Seminar. A Collaborative Study of 50 Qur'anic Passages / Commentaire collaboratif de 50 passages coraniques. Berlin, Boston: De Gruyter. partie. QS 41 Q 72
  10. Jacques Langhade, « Chapitre I. La langue du coran et du Ḥadīṯ », dans Du Coran à la philosophie : La langue arabe et la formation du vocabulaire philosophique de Farabi, Presses de l’Ifpo, coll. « Études arabes, médiévales et modernes », (ISBN 9782351595008, lire en ligne), p. 17–82
  11. Mohammed Hocine Benkheira, "Tilman Nagel, Mahomet. Histoire d’un Arabe. Invention d’un Prophète, Genève, Labor et Fides, 2012 (éd. orig., 2010), 371 p. Traduction de l’allemand et préface de Jean-Marc Tétaz" dans Archives de sciences sociales des religions, 2015, 172, p. 338.
  12. a b et c Tillier et Bianquis 2012, p. 79.
  13. Maxime Rodinson, Mahomet, Seuil, coll. « Essais », , p. 67.
  14. Andreas Goerke, "Reconstructing the Earliest sira Texts: the Hijra in the Corpus of 'Urwa b. al-Zubayr", Der Islam, 82, 2005, p. 209-220.
  15. a et b (en) J. Schacht, « A revaluation of Islamic Traditions », Journal of the Royal Asiatic Society of Great Britain & Ireland (New Series),‎ , p. 143 et sq.
  16. Al-Mousnad, Ahmad Ibn Hanbal, 6 tomes, Caire (1912/1313H), Tome V, pages 413, 423.
  17. (en) Jonathan A.C. Brown, The Canonization of al-Bukhārī and Muslim: The Formation and Function of the Sunnī Ḥadīth Canon, Brill Publishers, (ISBN 978-9004158399, lire en ligne), p. 9 :

    « We can discern three strata of the Sunni ḥadīth canon. The perennial core has been the Ṣaḥīḥayn. Beyond these two foundational classics, some fourth/tenth-century scholars refer to a four-book selection that adds the two Sunans of Abū Dāwūd (d. 275/889) and al-Nāsaʾī (d. 303/915). The Five Book canon, which is first noted in the sixth/twelfth century, incorporates the Jāmiʿ of al-Tirmidhī (d. 279/892). Finally the Six Book canon, which hails from the same period, adds either the Sunan of Ibn Mājah (d. 273/887), the Sunan of al-Dāraquṭnī (d. 385/995) or the Muwaṭṭaʾ of Mālik b. Anas (d. 179/796). Later ḥadīth compendia often included other collections as well. None of these books, however, has enjoyed the esteem of al-Bukhārīʼs and Muslimʼs works. »

    Traduction : « On peut discerner entre trois couches du canon de ḥadīth Sunnītes. Le cœur vivace demeure être les Ṣaḥīḥayn. Au-delà de ces deux classiques fondamentaux, quelques savants du quatrième/dixième-ciècle référent à une sélection de quatre-livres qui ajoute les deux Sunans d'Abū Dāwūd (d. 275/889) et d'al-Nāsaʾī (d. 303/915). Le canon composé de Cinq Livres, qui fut premièrement noté au sixième/douzième ciècle, incorpore le Jāmiʿ d'al-Tirmidhī (d. 279/892). Finalement le canon composé de Six Livres, qui émane de la même période, ajoute soit le Sunan d'Ibn Mājah (d. 273/887), le Sunan d'al-Dāraquṭnī (d. 385/995) ou le Muwaṭṭaʾ de Mālik b. Anas (d. 179/796). Plus tard d'autres compendiums de ḥadīths souvent incluent d'autres collections aussi. Aucun de ces livres, cependant, n'a apprécié l'estime des travaux d'al-Bukhārī et Muslim. »
  18. (en) Maxime Rodinson, Muhammad : Prophet of Islam, Tauris Parke Paperbacks, (ISBN 9781860648274), p. IX.
  19. (en) Harald Motzki (dir.), The Biography of Muḥammad: the issue of the sources, Brill, , 330 p. (ISBN 978-9004115132), xiv
  20. Alfred-Louis de Prémare, Les Fondations de l'Islam, Seuil, , 522 p. (ISBN 978-2020374941), p. 30.
  21. Gallez 2004.
  22. (de) « Ist der Qurʾān in Mekka oder Medina entstanden ? », sur academia.edu (consulté le 25 janvier 2016).
  23. a et b Brague, Rémi. « Le Coran : sortir du cercle ? », Critique, vol. 671, no. 4, 2003, p. 232-251.
  24. Claude Gilliot, "Bulletin d'islamologie et d'études arabes" dans Revue des sciences philosophiques et théologiques, 2001, p. 167 à 203.
  25. a et b (en) Stephen J. Shoemaker, The Death of a Prophet: The End of Muhammad's Life and the Beginnings of Islam, University of Pennsylvania Press, , p. 114.
  26. (en) Heribert Busse, « Omar b. al-Hattab in Jerusalem - Omar ibn al-Khattâb », Jerusalem Studies in Arabic and Islam, no 5,‎ , p. 73-119.
  27. (en) Uri Rubin, The eye of the beholder. The life of Muḥammad as viewed by the early Muslims : a textual analysis, Darwin Press, , p. 196.
  28. Donner 1998, p. 125.
  29. (en) William Montgomery Watt, Muhammad at Mecca (en), 1953, Oxford University Press, p. xi.
  30. J. Schacht, A revaluation of Islamic Traditions, dans JRAS, 1949, 143 sqq.
  31. Patricia Crone et Michael Cook, Hagarism: The Making of the Islamic World, 1977, Cambridge University Press.
  32. a b c d e f g et h Gilliot Cl., "Nochmals: Hieß der Prophet Muḥammad?" dans Gross M., Ohlig K.H., Die Entstehung einer Weltreligion II, Inârah, 6, 2011, p. 53-95.
  33. Françoise Micheau, L'Islam en débats, Téraèdre, 2012.
  34. a et b Frédéric Imbert, article en ligne et conférence audio [1], sur le site de Canal Académie.
  35. a b et c Frédéric Imbert, « L’Islam des pierres : l’expression de la foi dans les graffiti arabes des premiers siècles », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée 129 | juillet 2011.E n ligne sur revues.org, page 21..
  36. Volker Popp, "Bildliche Darstellungen aus der Frühzeit des Islam (IV)" imprimatur 5+6/2004. Voker Popp, "Die frühe Islamgeschichte nach inschriftlichen und numismatischen Zeugnissen" in Ohlig (ed.), Die dunklen Anfänge. Neue Forschungen zur Entstehung und frühen Geschichte des Islam, Berlin 2005, 16–123 (here pp. 63ff).
  37. a b et c Karl-Heinz Ohlig, "Vom muhammad Jesus zum Propheten der Araber - Die Historisierung eines christologischen Prädikats" in K.-H. Ohlig, Der frühe Islam, Inarah 2, 2007.
  38. CHRISTOPH LUXENBERG „Die arabische Inschrift im Felsendom zu Jerusalem“ in: KARL-HEINZ OHLIG, GERDRÜDIGER PUIN (Hg.), Die dunklen Anfänge. Neue Forschungen zur Entstehung und frühen Geschichte des Islam, Berlin (Verlag Hans Schiler) 2005, Seite 124-147, hier Seite 124.
  39. (en) Yehuda Nevo, Judith Koren, Crossroads to Islam.[réf. non conforme]
  40. Voir Bulletin critique des Annales islamologiques.
  41. (en) « Crossroads to Islam, the Origins ».
  42. Frédéric Imbert, « L’Islam des pierres : l’expression de la foi dans les graffiti arabes des premiers siècles, Écriture de l’histoire et processus de canonisation dans les premiers siècles de l'islam » in Revue des études du monde musulman et de la Méditerranée, 129, juillet 2011.
  43. « Mahomet, le prophète posthume », sur Libération.fr (consulté le 7 mai 2016)
  44. a et b Urvoy M.-T., Impeccabilité, dans Dictionnaire du Coran, 2007, Paris, p. 416-417.
  45. Thierry Bianquis et Mathieu Tillier, "De Muhammad à l'assasinat de 'Ali", p. 79 et suiv.
  46. Addas Cl, "Mecque (La)", dans Dictionnaire du Coran, 2007, Paris.
  47. a b c d e et f Robert Mantran, Chapitre premier - De l'Arabie anté-islamique à la mort de Mohammed dans L'expansion musulmane, 2001, p. 62 à 95.
  48. Maurice Gaudefroy-Demombynes, Mahomet, Albin Michel, Paris, p. 64.
  49. Déroche Fr., "Abraha et l'année de l'éléphant", dans Dictionnaire du Coran, 2007, Paris, p. 8-9.
  50. Roger Caratini, Mahomet, Criterion, , p. 79.
  51. Hilali H., "Quraysh, qurayshites", dans Dictionnaire du Coran, 2007, Paris, p. 718-719.
  52. K-H. Ohlig, Der Frühe Islam, ein historisch-kritische Rekonstruktion anhand Zeitgenössischen Quellen , Berlin, 2007.
  53. (ar)/(tr) Muhammed bin Sâlih ed-Dimeşkî (m.1537) Peygamber Külliyâtı; édition : Ocak Yayıncılık. İstanbul 2004. (12 tomes + Indexe), (ISBN 978-975-97992-6-7). Traduction : Yusuf Özbek, Hüseyin Kaya. Tome I, partie V, 6e chapitre.
  54. Martin Lings, Le prophète Muhammad, éditions du Seuil, p. 49-50.
  55. (en) William Montgomery Watt, "Halimah bint Abi Dhuayb", Encyclopædia of Islam.
  56. a b c et d Robert Mantran, "Chapitre premier - De l'Arabie anté-islamique à la mort de Mohammed" dans L'expansion musulmane, 2001, p. 62 à 95
  57. a b c et d Mathieu Tillier et Thierry Bianquis, « De Muhammad à l'assassinat de 'Alî », in Thierry Bianquis, Pierre Guichard et Mathieu Tillier (dirs.), Les débuts du monde musulman, VIIe – Xe siècle. De Muhammad aux dynasties autonomes, éd. P.U.F./Nouvelle Clio, 2012, p. 80.
  58. a et b Maxime Rodinson, Mahomet, Essais Seuil, 1994, p. 73.
  59. (en) Mahdi Rizqullah Ahmad, Mahdī Rizq Allāh Aḥmad, Syed Iqbal Zaheer, A Biography of the Prophet of Islam: In the Light of the Original Sources, an Analytical Study, Darussalam, (ISBN 9789960969022, présentation en ligne, lire en ligne), p. 124.
  60. Hamidullah 1989.
  61. (en) Ali Sultaan Ali Asani, Kamal Abdel-Malek, Annemarie Schimmel, Celebrating Muḥammad, University of South Carolina Press, , p. 2.
  62. (en) M.J. Kister, « Al-Taḥannuth: an enquiry into the meaning of a term », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, vol. 31, no 2,‎ , p. 223–236
  63. (en) Ian Richard Netton, Encyclopedia of Islamic Civilization and Religion, Routledge, , p. 543.
  64. Maxime Rodinson, Mahomet, Essais, Seuil, 1994, chapitre IV : Naissance d'une secte.
  65. Pierre Marie Baude, Jésus de Nasareth, éditions desclée, Bibliothèque d'Histoire du christianisme, p. 75.
  66. a b c et d Mathieu Tillier et Thierry Bianquis, « De Muhammad à l'assassinat de 'Alî », in Thierry Bianquis, Pierre Guichard et Mathieu Tillier (dirs.), Les débuts du monde musulman, VIIe – Xe siècle. De Muhammad aux dynasties autonomes, éd. P.U.F./Nouvelle Clio, 2012, p. 81.
  67. a b c d e f g et h René Marchand, « L'Islam et les autres selon la sunna », Nouvelle Revue d'Histoire, Hors-Série, n°12H, Printemps-Été 2016, p. 6-8
  68. François Déroche, « Vie de Muhammad », in Religions et Histoire, no 36, janvier 2011, p. 26.
  69. (en) F. Buhl, A. T. Welch, "Muḥammad". Encyclopaedia of Islam, Brill Academic Publishers, , p. 365.
  70. L'hégire, article de Nicolle Samadi, de l'Institut Européen en Science des Religions, à destination des enseignants.
  71. « le second hommage d'Akaba », (en) Martijn Theodoor Houtsma, E.J. Brill's First Encyclopaedia of Islam, 1913-1936 (9 volumes), vol. I, BRILL, (ISBN 978-900408265-6, présentation en ligne, lire en ligne), « Akaba », p. 227-228.
  72. Malek Chebel, Dictionnaire des symboles musulmans, Éditions Albin Michel, p. 196.
  73. Dominique Sourdel, "Chapitre I - Mahomet et le coran", dans L’islam 2009, p. 5 à 17
  74. (en) Tor Andrae, Mohammed: The Man and His Faith, Courier Corporation, , p. 140.
  75. Martin Lings, "Le Prophète Muhammad, sa vie d'après les sources les plus anciennes", éd. Seuil, 1986, p. 225.
  76. a et b Mathieu Tillier et Thierry Bianquis, « De Muhammad à l'assassinat de 'Alî », in Thierry Bianquis, Pierre Guichard et Mathieu Tillier (dirs.), Les débuts du monde musulman, VIIe – Xe siècle. De Muhammad aux dynasties autonomes, éd. P.U.F./Nouvelle Clio, 2012, p. 82.
  77. Voir page 212 dans Encyclopaedia Judaica, Cecil Roth, Encyclopaedia Judaica Jerusalem, 1972.
  78. Voir page 407 dans Encyclopaedic Ethnography of Middle-East and Central Asia, R. Khanam, Global Vision Publishing House, 2005.
  79. a b et c Mathieu Tillier et Thierry Bianquis, « De Muhammad à l'assassinat de 'Alî », in Thierry Bianquis, Pierre Guichard et Mathieu Tillier (dirs.), Les débuts du monde musulman, VIIe – Xe siècle. De Muhammad aux dynasties autonomes, éd. P.U.F./Nouvelle Clio, 2012, p. 83.
  80. François Déroche, « Vie de Muhammad », in Religions et Histoire, no 36, janvier 2011, p. 27.
  81. Hichem Djaït, La vie de Muhammad, Le parcours du Prophète à Médine et le triomphe de l'islam, éd. Cérès, 2012, p. 245.
  82. Hichem Djaït, op. cit., p. 15, 23 et 113.
  83. Hichem Djaït, « Écrire la vie de Muhammad : L’historien face à la tradition », in Biographies et récits de vie [en ligne], Rabat : Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2005 (généré le 16 janvier 2016). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/irmc/614>. (ISBN 9782821850491)., paragraphe 8.
  84. Hichem Djaït, op. cit., p. 112.
  85. Hilali A., Batailles du Prophète dans Dictionnaire de l'islam, 2007, Paris, p. 120 et suiv.
  86. Hichem Djaït, La vie de Muhammad, Le parcours du Prophète à Médine et le triomphe de l'islam, éd. Cérès, p. 193-198
  87. a et b Mathieu Tillier et Thierry Bianquis, « De Muhammad à l'assassinat de 'Alî », in Thierry Bianquis, Pierre Guichard et Mathieu Tillier (dirs.), Les débuts du monde musulman, VIIe – Xe siècle. De Muhammad aux dynasties autonomes, éd. P.U.F./Nouvelle Clio, 2012, p. 84.
  88. Martin Lings, "Le Prophète Muhammad, sa vie d'après les sources les plus anciennes", éd. Seuil, 1986, p. 424.
  89. a et b François Déroche, « Vie de Muhammad », in Religions et Histoire, no 36, janvier 2011, p. 29.
  90. Martin Lings, "Le Prophète Muhammad", éd. Le Seuil, 1983, p. 467.
  91. Gabriel Said Reynolds, The Emergence of Islam (Minneapolis: Fortress Press, 2012), p. 49.
  92. a et b « La mort du Prophète de l’islam : contre-enquête sur une ténébreuse affaire », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 9 août 2016)
  93. a b c d et e Catherine Golliau, « La vraie mort de Mahomet », (consulté le 9 août 2016)
  94. Hela Ouardi, Les derniers jours de Muhammad, 2016, p.  205.
  95. a et b Charles Virolleaud, « La mort de Mahomet, dans la tradition chiite », Comptes-rendus des séances de l année - Académie des inscriptions et belles-lettres, vol. 87,‎ , p. 407–417 (DOI 10.3406/crai.1943.77666)
  96. Hichem Djaït, "La vie de Muhammad, Le parcours du Prophète à Médine et le triomphe de l'islam", éd. Cérès, 2012, p. 242.
  97. Mathieu Tillier et Thierry Bianquis, « De Muhammad à l'assassinat de 'Alî », in Thierry Bianquis, Pierre Guichard et Mathieu Tillier (dirs.), Les débuts du monde musulman, VIIe – Xe siècle. De Muhammad aux dynasties autonomes, éd. P.U.F./Nouvelle Clio, 2012, p. 85.
  98. Mohammad Abdallah Draz, Initiation au Coran, éditions Beauchesne, 2005, (ISBN 978-2-7010-1451-7), p. 67 livre en ligne.
  99. Christian Robin, « La péninsule arabique à la veille de la prédication muhhammadienne », in Thierry Bianquis, Pierre Guichard et Mathieu Tillier (dirs.), Les débuts du monde musulman, VIIe – Xe siècle. De Muhammad aux dynasties autonomes, éd. P.U.F./Nouvelle Clio, 2012, p. 5.
  100. a b c d et e M. Amir Moezzi "Famille de Mahomet" dans Dictionnaire du Coran, 2007, Paris, p. 335 et suiv.
  101. Azaiez, M. (Ed.), Reynolds, G. (Ed.), Tesei, T. (Ed.), et al. (2016). The Qur'an Seminar Commentary / Le Qur'an Seminar. A Collaborative Study of 50 Qur'anic Passages / Commentaire collaboratif de 50 passages coraniques. Berlin, Boston: De Gruyter., passage QS 30 Q 33:40
  102. a b c d e et f "Épouses du Prophète", dans Dictionnaire du Coran, 2007, Paris, p. 262 et suiv.
  103. Maxime Rodinson, Mahomet. édition du Seuil (1994). (ISBN 978-2-02-022033-0). p. 232 ; "13 ans, c'était un bel âge pour les femmes arabes, et le mariage était consommé depuis longtemps".
  104. (en) Aḥmad ibn Aḥmad Zabīdī, Muhammad ibn Isma'il Bukhari, Muḥammad Muḥsin Khān, The translation of the meanings of Summarized Ṣaḥīḥ al-Bukhārī: Arabic-English, Darussalam, , 1096 p. (ISBN 9960740803, lire en ligne), p. 743.
  105. Ali Amir Moezzi, Dictionnaire du Coran, éditions Robert Laffont (2007). (ISBN 978-2-221-09956-8) ; (981 pages) p. 145.
  106. (en) Article calendriers (Reza Abdollahy) sur le site de l'Encyclopedia Iranica.
  107. Malek Chebel, Dictionnaire des symboles musulmans : rites, mystique et civilisation, Paris, Albin Michel, coll. « Spiritualités vivantes », , 501 p., 11 × 18 cm (ISBN 2-226-12137-4 et 978-2-226-12137-0, OCLC 708549349, notice BnF no FRBNF37210522, présentation en ligne).
  108. Maxime Rodinson, Mahomet, éditions du Seuil, 1994 (ISBN 978-2-02-022033-0) p. 182.
  109. Claude Cahen, L'Islam. Des origines au début de l'Empire ottoman, chapitre 2 Mahomet, éditions Hachette, 1995, p. 23.
  110. Abu Djaber el Djazâiri, Le Prophète Bien-Aimé, édition Aslim. 1992.
  111. Hamidullah 1989.
  112. Gabriel Mandel Khân, Mahomet, édition Acropole, 2002.
  113. Maxime Rodinson, Mahomet, Essais, Seuil, 1994.
  114. Malek Bennabi, Le Phénomène Coranique, Imprimerie BM (Paris), 1976.
  115. a b et c Jacques Langhade (préf. de Jean Jolivet), Du Coran à la philosophie : la langue arabe et la formation du vocabulaire philosophique de Farabi (thèse en philosophie arabe soutenue en 1987 à l'université Paris-IV sous le titre La langue arabe et la formation du vocabulaire philosophique de Farabi), Damas, Institut français de Damas, , 1re éd., 438 p., 24 cm (ISBN 2-901315-16-X et 978-2-901315-16-2, notice BnF no FRBNF35751124), no 114, p. 33 [lire en ligne (page consultée le 1er septembre 2016)] et p. 34 [lire en ligne (page consultée le 1er septembre 2016)].
  116. (en) « Muhammad (محمد) », sur Quranic Arabic Corpus, Université de Leeds (consulté le 2 septembre 2016).
  117. a et b Jacqueline Chabbi, Les trois piliers de l'islam : lecture anthropologique du Coran, Paris, Seuil, , 1re éd., 372 p., 24 cm (ISBN 2-02-123101-1 et 978-2-02-123101-4, OCLC 948108110, notice BnF no FRBNF45013606, présentation en ligne) [lire en ligne (page consultée le 1er septembre 2016)].
  118. (en) « Ahmad (أحمد) », sur Quranic Arabic Corpus, Université de Leeds (consulté le 2 septembre 2016).
  119. a b et c Schacht, J., “Aḥmad”, in Encyclopédie de l’Islam.
  120. Claude Gilliot, « Reconstruction critique du Coran ou comment en finir avec les merveilles de la lampe d’Aladin ? » in M. Kropp (ed.), Results of contemporary research on the Qurʾān. The question of a historio-critical text, Beyrouth, Orient-Institut der DMG/Würzburg, Ergon Verlag (« Beiruter Texte und Studien », 100), 2007, p. 33-137
  121. "Muhammad", in Encyclopedia of Islam, 1993, Brill, p. 361 et suiv.
  122. K-H. Ohlig, Der Frühe Islam, ein historisch-kritische Rekonstruktion anhand Zeitgenössischen Quellen,, Berlin, .
  123. Hichem Djaït, La vie de Muhammad: La prédication prophétique à La Mecque, T.2, 2008, loc. 3594 d'éd. Kindle.
  124. D. et J. Sourdel, Dictionnaire historique de l'islam, "Muhammad", p. 594.
  125. définition de contribule, sur le site cnrtl.fr.
  126. Ghaleb Bencheikh, Le Coran, éd. Eyrolles, 2009, p. 68.
  127. Ahmed Ibn Hanbal, Musnad Ahmed, hadith no 21257.
  128. Nassima Dris, Sylvia Ostrowetsky, La ville mouvementée espace public, centralité, mémoire urbaine à Alger, L'Harmattan, , 435 p. (ISBN 9782747518123, présentation en ligne), p. 309.
  129. (en) A. Rippin, « Taṣliya », Encyclopédie de l’Islam,‎ (lire en ligne, consulté le 21 décembre 2018)
  130. Saddek Rabah, L'islam dans le discours médiatique. Comment les médias se représentent l'islam en France, Editions Albouraq, , p. 50.
  131. a b et c Michel Masson, « À propos de la forme du nom de Mahomet », in Bulletin de la SELEFA, no 2, 2003, article en ligne.
  132. a et b Jacqueline Chabbi, Une approche historico-critique de l'islam des origines, in Le Monde de Clio, 2010, https://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/une_approche_historico-critique_de_lislam_des_origines.asp.
  133. Raymond Lulle, Opera omnia, Mayer, 1722, publié sous le titre Le Livre du gentil et des trois sages, éditions de l'Éclat, 1992, p. 74-82.
  134. Présentation de l'œuvre par Dominique de Courcelles, sur le site de la maison d'éditions l'éclat.
  135. a b et c Jean-Pierre Martin, Les Sarrasins, l'idolâtrie et l'imaginaire de l'antiquité dans les chansons de geste, in Jean-Claude Vallecalle et Pascale Blum-Cuny, Littérature et religion au Moyen Âge et à la Renaissance, éd. Presses Universitaires de Lyon, 1997, p. 27 à 40, extraits en ligne.
  136. Voir Remarques sur la découverte de l'Islam par l'Occident, à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance, p. 11-25 in Bulletin de l'Association d'étude sur l'humanisme, la réforme et la renaissance, Volume 22, 1986, François Berriot, Université de Tunis, 1986, document en ligne.
  137. Vers 1140, lettre de Pierre le Vénérable à Bernard de Clairvaux : « Mitto vobis, carissime, novam translationem contra pessimum nequam Machumet haeresim disputandem. »Source insuffisante .
  138. Françoise Labalette, Pierre le Vénérable, ..;, op. cit.
  139. André Chouraqui, La Bible et le Coran, introduction historique.
  140. François Berriot, Spiritualités, hétérodoxies et imaginaires : études sur le Moyen Âge et la Renaissance, éd. Université de Saint-Étienne, 1994, p. 140, extrait en ligne.
  141. Malek Chebel, L'islam expliqué, éd. Perrin, 2007, p. 32.
  142. a et b Tidiane N'Diaye, Le génocide voilé, Gallimard, , p. 44.
  143. Maxime Rodinson, Muhammad (titre en français), Encyclopædia Universalis, article de 1971, t.15 p. 660-662. (réédition août 2002). (ISBN 978-2-85229-550-6).
  144. article du Larousse en ligne.
  145. éditions de Thesaurus, de Al-Bustane et de La Ruche.
  146. éditions de Thesaurus et de Beyrouth en trois volumes.
  147. Christian Robin, Les tribus de l'Arabie déserte, L'Histoire, no 272, janvier 2003; Au temps de l'Arabie heureuse, L'Histoire, no 354, juin 2010.
  148. Julien Loiseau, Le lieu le plus sacré de l'Islam, L'Histoire, no 354, juin 2010.
  149. Tolan J., Mahomet l'européen, 2018, Albin Michel.
  150. Tareq Oubrou, Ce que vous ne savez par sur l'Islam, Fayard, , p. 8.
  151. La vie du Prophète Mohamed A. S., de Fawzie Abdel Rechid.
  152. (en) Voir page 78 dans Reliques of Ancient English Poetry: Consisting of Old Heroic Ballads, Songs, and Other Pieces of Our Earlier Poets, Thomas Percy, 1839.
  153. (en) Voir page 294 dans The Dublin University magazine, William Curry, 1865.
  154. « Mahound, nom de mépris pour Mahomet ; en normand : Mahon, terme de mépris ; une mère appelle son fils tête de Mahon, pour dire mauvaise tête, tête obstinée. »
    Édouard Le Héricher, Glossaire étymologique anglo-normand ; ou, L'anglais ramené à la française, Avranches, Durand, (réimpr. BiblioBazaar, LLC) (ISBN 9780554496535, présentation en ligne, lire en ligne), p. 104.
  155. (en) définition du Dictionnaire Webster de 1928.
  156. (en) Définition du Webster.
  157. José Antonio González Alcantud, Structures parodiques des fêtes de maures et chrétiens, paru dans Marlène Albert-Llorca & José Antonio González Alcantud, Moros y Cristianos: representaciones del otro en las fiestas del Mediterráneo occidental, Granada, Diputación de Granada Centro de Investigaciones Etnológicas Ángel Ganivet / Toulouse, Presses universitaires du Mirail 2003.
  158. (en) John Esposito, Islam : The Straight Path, éd. Oxford University Press, 1998 p. 12 et What Everyone Needs to Know About Islam, éd. Oxford University Pres, 2002, p. 4–5.
  159. (en) Article Muhammad dans l'encyclopédie Britannica, 2010.
  160. a et b Imitation dans Dictionnaire du Coran, 2007, Paris, p. 415 et suiv.
  161. a et b François Bœspflug, « Le Prophète de l’islam serait-il irreprésentable ? », Revue des sciences religieuses, nos 87/2,‎ , p. 139–159 (ISSN 0035-2217, DOI 10.4000/rsr.1185, lire en ligne, consulté le 18 janvier 2019)
  162. Jean-Jacques Thibon, Transmission du hadith et modèle prophétique chez les premiers soufis, dans Archives de sciences sociales des religions, 2017-2, no 178, p. 71 à 88.
  163. Pascal Buresi. Gouverner en Islam entre le Xe et le XVe siècle. Centre Nationale de l’Enseignement à Distance (CNED). 2014.
  164. Malek Chebel, L'Inconscient de l'islam, CNRS Editions, (ISBN 9782271085887, lire en ligne)
  165. « Anne-Marie Delcambre, Le Prophète comme un modèle à suivre dans la vie musulmane - Clio - Voyage Culturel », sur www.clio.fr (consulté le 18 janvier 2019)
  166. http://www.ifao.egnet.net/uploads/manifestations/2017/Re_Asume_As_2e_Congre_As_GIS_5_8juillet2017.pdf
  167. Didier Ali Hamoneau, Moïse, Jésus, Mohamed, La Ruche, 2003.
  168. Orcel M., 5 - Une coupole sur le Rocher - Les mystères du Dôme dans L'invention de l'islam, 2012, p. 127 à 154
  169. Delcambre A.-M., I. L'islam, une religion dans L’Islam, 2004, p. 5 à 27.
  170. Ballanfat P., Jour du jugement, dans Dictionnaire du Coran, 2007,, Paris, p. 456-457.
  171. a b c et d Bar-Asher M, « intercession » dans Dictionnaire du Coran, 2007, Paris, p. 420-422.
  172. Gril D., « Prière invocatoire », dans Dictionnaire du Coran, 2007, Paris, p. 698.
  173. Orcel M., 3 - La Mecque, une ville inventée ? Les origines de la ville sainte Dans L'invention de l'islam, 2012, p. 71 à 100
  174. Geoffroy E., « Visite pieuse », dans Dictionnaire du Coran, Paris, 2007, p. 920.
  175. (en) Skira, Hunt for paradise, sourts art of safavid Iran 1501-1576, 2003, pl. 4.29.
  176. Rahmatoullah Al Hindi, Manifestation de la Vérité, éditions IQRA, 1996, (ISBN 2-911509-03-X).
  177. a b c d e et f M.T. Urvoy, Dictionnaire du Coran, article « Annonce de Mahomet », p. 55-56.
  178. La Pshitta, quant à elle, utilise le terme paraqlita.
  179. Marie-Thérèse Urvoy, Abécédaire du christianisme et de l’islam, éditions de Paris, , p. 69.
  180. Goldziher, I. and Boer, Tj. de, “At̲h̲ar”, in: Encyclopaedia of Islam, Second Edition, Edited by: P. Bearman, Th. Bianquis, C.E. Bosworth, E. van Donzel, W.P. Heinrichs.
  181. Denis Gril, « Le corps du Prophète », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée,‎ , p. 37–57 (ISSN 0997-1327, DOI 10.4000/remmm.2966, lire en ligne, consulté le 5 février 2016).
  182. a b c d e et f De Smet D., "Le calife al-Hakim (996-1021) a-t-il voulu s'emparer des reliques du Prophète Muhammad", dans Les objets de la mémoire. Pour une approche comparatiste des reliques et de leur culte, Bern et al., Peter Lang, 2005.
  183. a et b « Daniel De Smet (CNRS- Laboratoire d’Etudes sur les Monothéismes) "L'ostension des reliques du Prophète en Inde musulmane" », sur www.canal-u.tv (consulté le 20 décembre 2018)
  184. Éditions Larousse, « Encyclopédie Larousse en ligne - islam arabe islām soumission à la volonté de Dieu », sur www.larousse.fr (consulté le 20 décembre 2018)
  185. (en) BBC, « Pakistan police probe relic theft », (consulté le 28 février 2010).
  186. a et b François Bœspflug, Le prophète de l'islam en images : Un sujet tabou ?, Bayard, , p. 48.
  187. Voir par exemple le Ms Persan no 82 de la BNF qui décrit les différentes parties du corps de Mahomet , cité par François Bœspflug , op. cit. 2013, p. 157.
  188. a et b « La représentation figurée du prophète Muhammad », Les carnets de l’Ifpo,‎ (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2018)
  189. a et b Gruber Chr., "Between Logos (Kalima) and Light (Nur): Representations of the Prophet Muhammad in Islamic Painting", Muqarnas, 26, 2009, p. 1-34.
  190. a et b Rodinson M., Mahomet, Edition du Seuil, p. 194.
  191. Ex 20. 1,Dt 5. 7.
  192. François Bœspflug, Le prophète de l'islam en images : Un sujet tabou ?, Bayard, , p. 22.
  193. François Bœspflug, Le prophète de l'islam en images : Un sujet tabou ?, Bayard, , p. 140.
  194. François Bœspflug, Le prophète de l'islam en images : Un sujet tabou ?, Bayard, , p. 36.
  195. François Bœspflug, Le prophète de l'islam en images : Un sujet tabou ?, Bayard, , p. 33.
  196. a et b François Bœspflug, Le prophète de l'islam en images : Un sujet tabou ?, Bayard, , p. 141.
  197. Naef S, Y a-t-il une «question de l’image» en islam?, revue de Marianne Barrucand, BCAI, 22, 2006, p. 130.
  198. (en) Uri Rubin, « Pre-Existence and Light. Aspects of the Concept of Nûr Muhammad », Israel Oriental Studies, vol. 5,‎ , p. 108-110.
  199. a b et c « La représentation figurée du prophète Muhammad », Les carnets de l’Ifpo,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2018)
  200. Oleg Grabar, « Les portraits du Prophète Mahomet à Byzance et ailleurs », Comptes-rendus des séances de l année - Académie des inscriptions et belles-lettres, vol. 146, no 4,‎ , p. 1431–1445 (ISSN 0065-0536, DOI 10.3406/crai.2002.22530, lire en ligne, consulté le 28 novembre 2018)
  201. François Bœspflug, Le prophète de l'islam en images : Un sujet tabou ?, Bayard, , p. 49.
  202. François Bœspflug, Le prophète de l'islam en images : Un sujet tabou ?, Bayard, , p. 142.
  203. a b c et d François Bœspflug, Le prophète de l'islam en images : Un sujet tabou ?, Bayard, , p. 143.
  204. François Bœspflug, Le prophète de l'islam en images : Un sujet tabou ?, Bayard, , p. 159.
  205. Dans les années 1990, Youssef Seddik a du interrompre la publication de son Coran en bande dessinée en sept tomes après le troisième.
  206. Pierre Centlivres et Micheline Centlivres-Demont, « Une présence absente : symboles et images populaires du prophète Mahomet », dans Derrière les images, Neuchâtel, Musée d'Ethnographie, (lire en ligne), p. 139-170 ; Pierre Centlivres et Micheline Centlivres-Demont, « Une étrange rencontre », Études photographiques, no 17,‎ (lire en ligne).
  207. François Bœspflug, Le prophète de l'islam en images : Un sujet tabou ?, Bayard, , p. 71-72.
  208. Le Point, magazine, « Le film "Mahomet", succès populaire en Iran, chahuté à Montréal », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2018)
  209. (en) "The Life of Muhammad, BBC Two, review", article de Chris Harvey dans The Daily Telegraph le 11 juillet 2011. Page consultée le 27 avril 2014.
  210. (en) "BBC2 orders Muhammad docs", article sur Televisual le 21 juin 2011. Page consultée le 27 avril 2014.
  211. a b c et d Zouache, Abbès, « Tolan John, L’Europe latine et le monde arabe au Moyen Âge. Cultures en conflit et en convergence, Presses universitaires de Rennes, collection « Histoire », 2009, 229 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, no 131,‎ (ISSN 0997-1327, lire en ligne, consulté le 24 novembre 2018)
  212. a b c d e f et g Tolan J., « Miroir de nos phantasmes? L’islam dans l’imaginaire européen: perspectives historiques (version française) », Nilüfer Göle,‎ (lire en ligne)
  213. William Montgomery Watt, Muhammad: Prophet and Statesman, Oxford University Press, 1961, p. 229.
  214. Yvan G. Lepage et Robert B. C. Huygens, Le Roman de Mahomet de Alexandre Du Pont, 1258 : édition critique, éd. C. Klincksieck, 1977, présentation en ligne.
  215. (en) Heather Coffey, « Encountering the Body of Muhammad: Intersections between Mi'raj Narratives, the Shaqq al-Sadr, and the Divina Commedia in the Age Before Print », dans Avinoam Shalem (dir.), Michelina Di Cesare, Heather Coffey et Alberto Saviello, Constructing the Image of Muhammad in Europe, Berlin, Boston, Walter de Gruyter, , 160 p. (ISBN 978-3-11-030082-6), p. 64 ss..
  216. a b et c « John Tolan : « Les Lumières voyaient le Prophète comme un héros du rationalisme » », sur www.lemondedesreligions.fr (consulté le 24 novembre 2018)
  217. Voltaire, Le Fanatisme ou Mahomet le prophète (1741), Œuvres complètes, éd. Garnier, 1875, tome 4, p. 135.
  218. « Mahomet le fanatique, le cruel, le fourbe, et, à la honte des hommes, le grand, qui de garçon marchand devient prophète, législateur et monarque », Recueil des Lettres de Voltaire (1739-41), Voltaire, éd. Sanson et Compagnie, 1792, Lettre à M. De Cideville, conseiller honoraire du parlement (5 mai 1740), p. 163.
  219. Voltaire, le retour, dans le magazine Lire, juillet-août 2004.
  220. Pierre Milza, Voltaire , Librairie Académique Perrin, 2007, p. 638.
  221. Voltaire, Lettres inédites de Voltaire, Didier, 1856, t.1, Lettre à M. César De Missy, 1er septembre 1743, p. 450.
  222. Jean Humbert, Mahomet, tragédie de Voltaire, publiée avec un commentaire historique et critique, Genève, 1825, p. 212.
  223. a et b Emmanuel Leroy-Ladurie, Introduction Historique au Dictionnaire de la pensée de Voltaire par lui-même, p.XXVII.
  224. a et b Faruk Bilici, « L’Islam en France sous l’Ancien Régime et la Révolution: attraction et répulsion », Rives méditerranéennes,‎ , p. 17–37 (ISSN 2103-4001, DOI 10.4000/rives.406, lire en ligne, consulté le 2 mars 2016)
  225. Dictionnaire philosophique, article « Al Coran », section II
  226. Dictionnaire philosophique, article « raison »
  227. Ernest Renan, Études d'histoire religieuse, M. Lévy frères, , 432 p. (lire en ligne), p. 248-249
  228. Marquis de Sade, Dialogue entre un Prêtre et un Moribond, vers 1782 « http://un2sg4.unige.ch/athena/sade/sade_dia.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  229. Alphonse de Lamartine, La vie de Mahomet, L'Harmattan, 2005 (ISBN 978-2-7475-9426-4).
  230. Alphonse de Lamartine, Histoire de la Turquie, Éditions Delahaye, 1862. Notes sur l'article: Volume 1. Page 224 Version en ligne. Il écrit La vie de Mahommet en 1854.
  231. « La Légende des siècles/L’An neuf de l’Hégire - Wikisource », sur fr.wikisource.org (consulté le 24 novembre 2018)
  232. a et b Culture arabe - culture française Par Abdelaziz Kacem. Publié par L'Harmattan, 2002. (ISBN 978-2-7475-2281-6).
  233. a b et c John Tolan, Mahomet l'européen, Paris, 2018, "introduction" : Lire en ligne
  234. Wikisource : Adolphe Bossert.
  235. Adolphe Bossert, Le « Faust » de Goethe, ses origines et ses formes successives : [2].
  236. a et b Jean Charles Léonard Simonde de Sismondi, Histoire de la chute de Rome et du déclin de la civilisation occidentale (lire en ligne), tome 2 p. 27 - 28
  237. Jules Barthélémy Saint-Hilaire, Mahomet et le Coran: Précédé d'une introduction sur les devoirs mutuels de la Philosophie et de la Religion, Paris, Librairie académique Didier,
  238. (fr) Kamal Bayramzadeh, Les enjeux principaux des relations entre l'Iran et l'Europe de 1979 à 2003, éd. L'Harmattan, Paris, 2004, p. 141.
  239. « Caricatures de Mahomet : plusieurs morts en Libye », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2018)

Voir aussi

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Recherche contemporaine

Historiographie

  • John Tolan, Mahomet l'Européen. Histoire des représentations du Prophète en Occident, Albin Michel, 2018.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Nedim Gürsel, La seconde vie de Mahomet. Le prophète dans la littérature, CNRS éditions, 2018.Document utilisé pour la rédaction de l’article

Recherche ancienne

Littérature confessionnelle

Chroniqueurs musulmans médiévaux

Biographies anciennes

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes