Al-Khidr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).


image illustrant l’islam
Cet article est une ébauche concernant l’islam.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Al-Khiḍr (arabe : الخضر, perse : خضر, turc : Hızır, « Le Vert »[1]), également orthographié Al Khadir, Khidr, Khidar, Khizr, Khizar, Khoudar et en persan Khezr, est une figure ambiguë et énigmatique de l'islam. Il est considéré comme un saint par certains (tels que ‘Abdan Ṣālih), comme un prophète par d'autres. Il est également un personnage important de l'alévisme. Il n'apparait pas directement dans le Coran par nom mais les exégètes musulmans (moufassirin) disent qu'il fait allusion à lui dans la sourate La caverne[2] (Coran : 18:65, Al-Kahf) en employant l'expression « `Abdan min `ibâdinâ » (l'un de Nos serviteurs). Son nom est rapporté dans un long hadîth rapporté par l'imam al-Bukhari. Moussa (Moïse) aurait fait sa rencontre au cours d'un voyage pendant lequel ce dernier sera témoin d'actes incompréhensibles de la part d'al-Khidr avant que celui-ci ne lui en donne les raisons.

Khezr serait un descendant de Noé, de la cinquième génération. Il est l'un des 124 000 prophètes. Son nom signifie le "verdoyant". En Inde il porte le nom de Kwaja Khizir[3].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Al-Khidr (" l'Homme Vert ") a été ainsi nommé parce qu'il s’était assis une fois sur une terre blanche et stérile, qui par la suite devint luxueusement verte à cause de la végétation. » Hatith rapporté par Al-Boukhari.
  2. Coran 18:65 : « Ils trouvèrent l’un de Nos serviteurs à qui Nous avions donné une grâce, de Notre part, et à qui Nous avions enseigné une science émanant de Nous. »
  3. C.f. Ananda K. Coomaraswamy, "What is Civilisation" and Other Essays, (Cambridge: Golgosova Press, 1989) p. 157-167, article reproduit ici.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]