Bataille de Badr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Badr
La bataille de Badr; Représentation de la bataille au musée impérial de Topkapi d'Istanbul
La bataille de Badr; Représentation de la bataille au musée impérial de Topkapi d'Istanbul
Informations générales
Date 17 mars 624/17 Ramadan, 2 AH
Lieu Badr en Arabie saoudite
Issue Victoire musulmane
Belligérants
Quraychite Muhammadseal2.jpgMusulmans
Commandants
Abu Jahl,
Utba ibn Rabi'ah,
Ummayah ibn Khalaf
Muhammadseal2.jpgMahomet,
Muhammadseal2.jpgMousab ibn Oumayr,
Muhammadseal2.jpgSa'd ibn Mu'adh,
Muhammadseal2.jpgAli ibn Abi Talib,
Muhammadseal2.jpg Quais Ibn Abi Saasa'a
Forces en présence
1 000 hommes ,100 cavaliers 313 hommes,3 cavaliers,70 chameaux
Pertes
70 morts dont Abu Jahl et 70 prisonniers 14 morts
Guerres entre Musulmans et Quraychite
Coordonnées 23° 44′ 00″ N 38° 46′ 00″ E / 23.733333333333, 38.766666666667 ()23° 44′ 00″ Nord 38° 46′ 00″ Est / 23.733333333333, 38.766666666667 ()  

Géolocalisation sur la carte : Arabie saoudite

(Voir situation sur carte : Arabie saoudite)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Badr.

La bataille de Badr, aussi appelée Invasion de Safouan, est la première bataille victorieuse des Arabes musulmans. C'est la bataille de Mahomet contre le clan quraychite qui l'avait contraint à l'exil vers Médine, et eut lieu le 17 mars 624.

Origine de la bataille[modifier | modifier le code]

En automne 623, la caravane quraychite annuelle vers la Syrie quitta La Mecque[1]. Cette caravane et celle à destination de l'Irak représentent une grande partie des revenus mecquois[1]. Les Koraïchites avaient confisqué la propriété de tous les Musulmans [2] ayant émigré vers Médine, et Mahomet décida alors de saisir la propriété des Mecquois en compensation[3].

Une autre explication est que l’expédition fut ordonnée par Mahomet après qu’il eut reçu des informations selon lesquelles Kurz ibn Jabir al-Fihri vola quelques troupeaux en plein pâturage appartenant aux musulmans. En conséquence, Mahomet commanda environ 70 musulmans, qui le poursuivirent à Safouan, dans les banlieues de Badr. Mais Kurz ibn Jabir al-Fihri réussit à s’échapper[4],[5],[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Mouvement des troupes quraychite et musulmane.

Il s'agit de l'attaque d'une grande caravane commerciale mecquoise, voyageant de Syrie vers La Mecque, dans le but de s'emparer des marchandises. Elle était dirigée par Abû Sufyân, un Quraychite ennemi de Mahomet, qui avait rassemblé une force de 300[7] hommes pour protéger la caravane. Abû Sufyân réussit à éviter l'affrontement pendant plusieurs jours. Pendant ce temps, Abu Jahl rassemblait à La Mecque une force de 600 à 800 hommes pour défendre la caravane et éliminer Mahomet qui faisait obstacle au commerce mecquois.

Les deux forces se trouvèrent face à face le 15 mars 624 à un emplacement de puits nommé Badr, situés entre Médine et La Mecque. La bataille de Badr tourna à l'avantage du petit groupe des Arabes musulmans alors que leurs adversaires étaient beaucoup plus nombreux. Elle aurait fait 72 morts du côté mecquois (dont Abu Jahl) et seulement 14 de l'autre, qui aurait en outre capturé une cinquantaine de prisonniers. Ce succès, fit beaucoup pour la réputation de Mahomet comme chef de guerre, grâce au butin qu'elle rapporta.

L'histoire de cette bataille, évoquée dans le Coran[8], se retrouve postérieurement ainsi chez Tabarî :

« Pendant qu'ils parlaient ainsi, jibril vint avec mille anges, se présenta au prophète et lui dit : Sois content ; Dieu m'a envoyé à ton secours avec mille anges. Puis il lui récita ce verset du Coran :

“Le jour où vous demandiez l'assistance de votre Seigneur, il vous exauça. Je vous assisterai, dit-il, de mille anges se suivant les uns les autres”[9].

Le prophète dit : “Ô mon frère Gabriel, mille anges !”
Gabriel dit : “Trois mille, Ô Mohammed.”
– “Trois mille !” répéta le prophète.
– “Oui, cinq mille”, répliqua Gabriel.
Aussitôt le prophète sortit en courant de la cabane pour porter aux musulmans cette bonne nouvelle. Il cria à haute voix : “Dieu a envoyé trois mille anges à votre secours.”
Ils répétèrent dans leur joie : “Trois mille !”
– “Oui, cinq mille”, répliqua le prophète.
Ensuite Gabriel récita au prophète le verset suivant :

“Dieu vous a secourus à Badr, car vous étiez faibles... Alors tu disais aux fidèles : Ne vous suffit-il pas que votre Seigneur vous assiste de trois mille anges ?”[10]

Le prophète récita le verset aux fidèles. Il vit comment les anges, tenant dans leurs mains des bâtons, se mettaient en ligne avec les musulmans. Dieu leur avait ordonné de se tenir dans les rangs des musulmans; car moi, leur dit-il, j'ai jeté la crainte dans les cœurs des infidèles, et vous, frappez-les sur la tête, sur le cou et sur tout le corps. Il est dit dans le Coran :

“Ton Seigneur dit aux anges : Je suis avec vous”[11]
Représentation de cavaliers arabes[12].

Lorsque les anges se disposèrent à charger l'armée impie, le prophète ramassa une poignée de poussière et la jeta contre les infidèles, en disant : Que vos faces soient confondues ! Dieu commanda au vent de porter cette poussière aux yeux des infidèles, qui en furent aveuglés. Chargés par les anges, qui étaient en avant des fidèles, ils se mirent à fuir. Les anges les poursuivirent, les frappèrent de leurs bâtons et les firent tomber. Chaque coup qu'un ange portait à un infidèle lui brisait tous les os de son corps, depuis la tête jusqu'aux pieds, et lui rompait les veines et les nerfs ; l'homme tombait et remuait convulsivement, sans qu'aucune blessure fût visible sur son corps, et sans que son sang coulât. Quand les fidèles arrivaient, ils attaquaient les hommes ainsi frappés, leur faisaient des blessures et faisaient couler leur sang. Les compagnons du prophète ont raconté : Il y eut des hommes dont la tête fut séparée du corps et la nuque brisée avant que notre épée les eût atteints. Il y en avait d'autres qui, lorsque nous les attaquâmes, étaient étendus par terre, agonisant, mais sans blessure. Leurs corps étaient brisés, mais la vie ne les avait pas encore quittés. Nous reconnûmes que cela n'était pas de notre fait, mais l'œuvre de Dieu. Il est dit, en effet, dans le Coran :

“Ce n'est pas vous qui les avez tués, mais Dieu ; ce n'est pas toi qui as jeté la poussière, mais Dieu”[13] »

— Tabari, op. cit., vol. II, « Mohammed, le sceau des prophètes », p. 137-176.

Fin de la bataille[modifier | modifier le code]

Lorsque la bataille s’acheva, les corps des Quraychites furent enterrés dans une fosse commune.

Trois jours plus tard, l’armée musulmane leva le camp et se prépara à rentrer à Médine, couronnée de succès. Sur le chemin du retour, Mahomet partagea le butin entre les soldats et fit exécuter An-Nadr Ibn Al-Hârith et `Uqbah Ibn Abî Mu`ayt qui s’étaient rendus coupables du meurtre et de la persécution[réf. à confirmer]de plusieurs musulmans avant l’Hégire[14].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Richard A. Gabriel, Campaigns and commanders, vol. 11 : Muhammad: Islam's first great general, University of Oklahoma Press,‎ 2007, 255 p. (ISBN 0806138602, lire en ligne), p. 86
  2. http://www.albouraq.org/histoire/bat_badr.htm
  3. Le nectar cacheté, page 278
  4. Saifur Rahman Al-Mubarakpuri, When the Moon Split, DarusSalam,‎ 2002 (lire en ligne), p. 147
  5. Sameh Strauch, Biography of the Prophet, Darussalam Publications,‎ 2006 (ISBN 978-9960-9803-2-4, lire en ligne), p. 400
  6. Mosab Hawarey, The Journey of Prophecy; Days of Peace and War (Arabic), Islamic Book Trust,‎ 2010 (lire en ligne) Note : Le livre contient une liste des batailles de Mahomet en arabe, la traduction anglaise est disponible ici
  7. D'après les chroniques de Tabari, la version la plus exacte avance que le nombre de musulmans était de 314 hommes.
  8. Le Coran, « La Famille d’Imran », III, 13, (ar) آل عمران ; Le Coran, « Le Butin », VIII, 5-6, 15-19, 47-48, 65, (ar) الأنفال
  9. Le Coran, « Le Butin », VIII, 9, (ar) الأنفال
  10. Le Coran, « La Famille d’Imran », III, 119-121, (ar) آل عمران
  11. Le Coran, « Le Butin », VIII, 12, (ar) الأنفال
  12. Rashid al-Din, « Khalili Collection, MSS. 727, folio 66a », Jami' al-Tawarikh,‎ 1305-14
  13. Le Coran, « Le Butin », VIII, 17, (ar) الأنفال
  14. (en) Al Tabari, The foundation of the community, State University of New York Press,‎ 2008 (ISBN 978-0887063442, lire en ligne), p. 12 :

    « Certains disent que la Bataille de Badr s’est déroulée le 19 du Ramadan (15 Mars, 624). »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]