Haman (islam)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Haman (Bible).
image illustrant l’islam
Cet article est une ébauche concernant l’islam.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

  • D'après le Coran, Haman (arabe : هامان hāmān) était vizir et maître des bâtisseurs du pharaon à l'époque de Moïse. Haman est cité six fois dans le Coran, dont quatre fois à la suite de pharaon, et est nommé deux fois seul[1]. Selon le Coran, pharaon et Haman sont tous deux responsables du meurtre des fils d'Israël. Allah envoya donc Moïse prêcher le monothéisme au pharaon. Moïse demanda également la protection pour son peuple victime de torture, de pillage et de massacre par les armées de pharaon. Pharaon et son vizir Haman rejetèrent le message prêché par Moïse]] et le qualifièrent de sorcier. Dans la sourate yā sīn (arabe : ………يس), verset 36 et la sourate ṣād (arabe : ص) verset 38, pharaon demande à Haman de lui construire une tour qui transpercera le ciel afin de démasquer le dieu de Moïse[2]. Le Coran précise que ce projet fut voué à l'échec : « [...] Le stratagème de Pharaon n'est voué qu'à la destruction » ; sourate (غافر) (40:37). Ainsi comme le pharaon, Haman fut noyé dans la mer Rouge.

« Le nom de « Haman » tel qu’il est écrit en arabe dans le Coran, est une translittération exacte d’un nom de personne dont on connaît aujourd’hui l’orthographe hiéroglyphique. »

D'après celui-ci, le nom se trouve dans le Dictionnaire des noms de personnes du Nouvel Empire de l’égyptologue allemand Hermann Ranke où on trouve le personnage avec la translittération exacte, et la profession de ce notable : « Chef des ouvriers des carrières »[3]. Selon lui encore, Ranke signale que le nom de Haman ainsi que sa profession figuraient sur une stèle dans un musée de Vienne en Autriche[4]. Ce personnage ne figure pas dans la Bible dit-il.

  • Or, contrairement à ce que déclare Maurice Bucaille, le dictionnaire de Ranke ne donne aucune correspondance exacte du nom Haman et ne donne pas d'information quant aux métiers des personnes cités.

Il fait mention d'un Hmn-H(?) du Nouvel Empire égyptien présent dans la publication de Walter Wreszinski[5]. La stèle en question se trouve au musée de Vienne (N° d'inventaire 5821/5822). Le nom porté a été reconnu comme "Hemen-Hotep", « supérieur des tailleurs de pierre d'Amon »[6]. Les titres de l'inscription ne révèlent pas de proximité particulière avec le pharaon. Le nom et le rang social de ce personnage sont donc différents que ceux du personnage Haman présenté dans le Coran.

La proximité entre Haman du Coran et Haman du livre d'Esther (Nom identique, importance politique (Esther 3:1), rôle de constructeur (Esther 5:14), association au meurtre de juifs (Esther 3:5-15)) est liée plus probablement à l'influence du texte biblique dans la composition du Haman coranique [7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. A-Z of Prophets in Islam and Judaism, Wheeler, Haman
  2. Ibn Kathir, Histoire des prophètes, p. 379
  3. Moïse et Pharaon, Les Hébreux en Égypte, Éditions Seghers, 1995, p. 321
  4. Moïse et Pharaon, Les Hébreux en Égypte, Éditions Seghers, 1995, p. 322-323
  5. Ranke, Dictionary of Personal Names of the New Kingdom, p. 240, 25.
  6. http://www.globalegyptianmuseum.org/detail.aspx?id=5136
  7. Georges Vajda, "Hāmān." Encyclopédie de l’Islam. Brill Online, 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]