Emmanuel Le Roy Ladurie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Roy Ladurie.
Emmanuel Le Roy Ladurie
Portrait de Emmanuel Le Roy Ladurie

Emmanuel Le Roy Ladurie, en octobre 2014.

Biographie
Nom de naissance Emmanuel Bernard Le Roy Ladurie
Naissance (88 ans)
à Les Moutiers-en-Cinglais (Calvados)
Nationalité Drapeau : France Français
Père Jacques Le Roy LadurieVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation École normale supérieure de la rue d'Ulm
Titres Professeur au Collège de France, Membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Profession Personnalité politique, historien et professeurVoir et modifier les données sur Wikidata
Employeur École des hautes études en sciences sociales et Collège de France (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Travaux
  • thèse de doctorat, Les Paysans de Languedoc (1966)
  • Histoire du climat depuis l'an mil (1967)
  • Montaillou, village occitan de 1294 à 1324 (1975)
  • Histoire économique et sociale de la France. I/ De 1450 à 1660. II/ Paysannerie et croissance, 1976.
  • Le Carnaval de Romans : de la Chandeleur au Mercredi des cendres (1579–1580), 1979.
Approche analyse micro-historique (anthropologie historique)
Distinctions Grand officier de la Légion d'honneur‎ (d) (), commandeur des Arts et des Lettres‎ (d) et commandeur de la Légion d'honneur‎ (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de Académie nationale des sciences, Academia Europaea, Académie de Nîmes, Académie des sciences morales et politiques, Académie polonaise des sciences et Académie américaine des arts et des sciencesVoir et modifier les données sur Wikidata

Emmanuel Le Roy Ladurie, né le 19 juillet 1929 aux Moutiers-en-Cinglais (Calvados), est un historien moderniste français.

Titulaire de la chaire d'histoire de la civilisation moderne au Collège de France et disciple de Fernand Braudel, il fut l’un des animateurs majeurs de l'école des Annales et devint, dans les années 1970, une figure emblématique de la Nouvelle Histoire. Certaines de ses œuvres qui s'inscrivent dans le courant de l'anthropologie historique connurent un grand succès auprès d'un large public. Toutefois ses apports majeurs dans le champ de la connaissance historique concernent l'histoire économique et sociale du monde rural et l'histoire de l'environnement, notamment à travers ses travaux précurseurs sur l'histoire du climat. Ils lui ont conféré un grand prestige international.

Famille[modifier | modifier le code]

La famille Le Roy Ladurie est une vieille famille normande de la région de Domfront, installée peu avant la Révolution française à Verneuil. Il est aussi apparenté à la famille Delauney.

Son grand-père, le commandant Barthélemy-Emmanuel Le Roy Ladurie, est un officier de carrière destitué à 43 ans, lors d'un conseil de guerre, à Nantes, le , pour avoir refusé de participer, le , à la fermeture des écoles des congrégations catholiques ouvertes avant 1901, à Douarnenez, sous le gouvernement d'Émile Combes. Il fut réintégré avec son grade, sans avancement, au début de la Première Guerre mondiale[1].

Barthélemy-Emmanuel et Jeanne Le Roy Ladurie, issue d'une famille de l'aristocratie normande, ont eu sept enfants dont Gabriel, directeur de la banque Worms sous Vichy, et Jacques, père d'Emmanuel. Catholique social, Jacques a été un des fondateurs du syndicalisme agricole, ministre du ravitaillement sous le régime de Vichy en 1942 et résistant et maquisard[2],[3].

Emmanuel Le Roy Ladurie se marie, en juillet 1955, avec Madeleine Pupponi, médecin[4]. Elle le soutiendra tout au long de sa carrière en l'accompagnant, entre autres, dans ses recherches sur l'avancée ou le recul des glaciers, marqueurs de l'histoire du climat[5]. Ils ont eu deux enfants, dont l'un, François, devenu médecin, s'est spécialisé dans les transplantations pulmonaires[6].

Études[modifier | modifier le code]

Il fait ses études au collège Saint-Joseph de Caen, au lycée Henri-IV à Paris et au lycée Lakanal à Sceaux.

Élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm (promotion Lettres 1949), agrégé d'histoire en 1953 (reçu 12e sur 24), il est délégué au sein de l'Union nationale des étudiants de France du cartel des ENS où il s'oppose à plusieurs reprises de manière très vive à Jean-Marie Le Pen représentant de la Corpo de Droit de Paris. Au côté de François Furet, il collabore à Clarté, journal des étudiants communistes qui mobilise les intellectuels contre le colonialisme et la guerre de Corée[7].

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Il est d'abord nommé professeur au lycée de garçons de Montpellier de 1955 à 1957. Cette période fut cruciale pour le reste de sa carrière, car c'est alors qu'il se lançe dans la recherche. De 1958 à 1960, il est attaché de recherche au Centre national de la recherche scientifique, de 1960 à 1963, il est assistant à la faculté de Lettres de Montpellier puis maître-assistant à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Enfin, de 1973 à 1999, il occupe la chaire d'Histoire de la civilisation moderne au Collège de France[8].

En 1966, il soutient son doctorat ès lettres Les Paysans de Languedoc dont il tire, en 1975, son succès mondial Montaillou, village occitan.

Il devient administrateur général de la Bibliothèque nationale de 1987 à 1994[9] — préparant la création de la nouvelle entité avec Dominique Jamet, président de l'établissement public de la Bibliothèque de France qui donna en fusionnant la Bibliothèque nationale de France — il est un lecteur assidu à la bibliothèque de la Fondation Maison des sciences de l'homme et à la Bibliothèque de Météo-France à laquelle il a légué le fonds climat de sa bibliothèque personnelle[10].

Sans doute l'un des historiens contemporains les plus féconds, il doit beaucoup à son mentor le grand historien de l'École des Annales Fernand Braudel[11]. Au début des années 1970, Le Roy Ladurie participe à la « Nouvelle histoire »[11]. Il est un pionnier de l'analyse micro-historique. Son œuvre la plus connue, Montaillou, village occitan (1975)[12], se fonde sur les notes de l'Inquisiteur Jacques Fournier, évêque de Pamiers (1318-1325), traduites en français par Jean Duvernoy, pour reconstituer la vie d'un petit village du Languedoc à l'époque du catharisme. Il devient ainsi un spécialiste de l’anthropologie historique qui permet de saisir les hommes du passé dans leur environnement.

Chercheur éclectique, il s'intéresse à l'histoire des régions (Histoire de France des régions, Seuil, 2004) et a joué un rôle pionnier dans l'histoire du climat par ses études de phénologie. Lors de ses recherches personnelles à la Bibliothèque de France, il découvre l'« Arbre de Justice », premier organigramme de l’État français réalisé par Charles de Figon au XVIe siècle, dont il fit l'analyse et la transcription en concepts modernes.

Toujours très actif à la retraite, il continue à donner des interviews[13],[14],[15], des conférences[16],[17],[18] et à publier des articles[19],[20], notamment dans le domaine de l'histoire du climat et de ses conséquences pour l'homme.

Engagement politique[modifier | modifier le code]

D'abord membre du Parti communiste français, il rompt en 1956 comme sa consœur Annie Kriegel et ses collègues François Furet et Alain Besançon[2] après l'invasion de la Hongrie par l'Union soviétique. Il rejoint par la suite le Parti socialiste unifié. Il a depuis analysé et renié son engagement au sein du mouvement communiste dans Ouverture, société, pouvoir : de l’Édit de Nantes à la chute du communisme (en collaboration avec Guillaume Bourgeois, Fayard, 2004) et Les grands procès politiques ou la pédagogie infernale (Rocher, 2002).

Il se tient à distance des événements de mai 1968 qui lui apparaissent « comme une régression sans précédent, avec leur mot d’ordre de ‹ destruction de l’Université › » . Il a évolué vers la droite libérale à partir des années 1970[21].

En 1998 et en 1999 il s'oppose à la création du pacte civil de solidarité (PACS) et relie homosexualité et pédophilie dans une tribune du Figaro : « Les prosélytes de l'homosexualisme proposent un modèle d'intolérance vécu comme une insulte par des couples hétéros normaux pour lesquels le mariage correspond avant tout à une certaine manière d'élever les enfants et de les garantir contre ces fléaux modernes que sont le sida ou la pédophilie »[22],[23].

En 2012, il soutient Nicolas Sarkozy lors de l'élection présidentielle[24].

Il prend position sur la question du changement climatique aux côtés du GIEC[25].

Il a été membre du conseil d'administration du Centre Royaumont pour une Science de l’Homme[26].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Docteur honoris causa[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive.

  • Les Paysans de Languedoc (thèse), Paris, SEVPEN, 1966.
  • Histoire du climat depuis l'an mil, Paris, Flammarion, 1967.
  • Anthropologie du conscrit français (avec J.-P. Aron et al.), Paris, Éd. de l'EHESS, 1972.
  • Médecins, climat, épidémies (avec J.-P. Desaive et al.), Paris, Éd. de l'EHESS, 1972.
  • Le Territoire de l'historien, Paris, Gallimard, t. I, 1973 ; t.II, 1978.
  • Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, Gallimard,1975.
  • Histoire économique et sociale de la France. I/ De 1450 à 1660. II/ Paysannerie et croissance, Paris, PUF, 1976.
  • Le Carnaval de Romans : de la Chandeleur au Mercredi des cendres (1579–1580), Paris, Gallimard, 1979, 3e Prix Fondation Pierre-Lafue 1979.
  • L’Argent, l'amour et la mort en pays d'Oc, Paris, Le Seuil, 1980.
  • La Sorcière de Jasmin, Paris, Le Seuil, 1980.
  • Inventaire des campagnes (en collaboration), Paris, JC Lattès, 1980.
  • Histoire de la France urbaine (en collaboration), Paris, JC Lattès, 1981.
  • Paris-Montpellier : PC-PSU, 1945-1963, Paris, Gallimard, 1982.
  • Parmi les historiens, Paris, Le Seuil, 1983 et 1994.
  • Pierre Prion, scribe, Paris, Gallimard, 1987.
  • L’État royal 1460-1610, Paris, Hachette, 1987.
  • L'Ancien Régime, 1610-1770, Paris, Hachette, 1991 (réédité en deux tomes: I, 1610-1715, et II, 1715-1770)
  • Le Siècle des Platter, Paris, Fayard ; t. I, Le mendiant et le professeur, 1997 ; t. II, Le voyage de Thomas Platter, 2000 ; t. III, L'Europe de Thomas Platter, 2006.
  • L'Historien, le Chiffre et le Texte, Paris, Fayard, 1997.
  • Saint-Simon ou Le système de la Cour, Paris, Fayard, 1997 (collaborateur).
  • Histoire du Languedoc, Toulouse, Privat, 2000.
  • Histoire de France des régions, Paris, Le Seuil, 2001.
  • Autour de Montaillou, un village occitan : histoire et religiosité d'un village au Moyen Âge, 2001.
  • Histoire des paysans français : de la peste noire à la Révolution, 2002.
  • Les Grands Procès politiques, 2002.
  • La Dîme royale, 2002.
  • Histoire humaine et comparée du climat, Paris, Éd. Fayard, t. 1 Canicules et glaciers XIIIe – XVIIIe siècles, 2004 ; t. 2, Disettes et révolutions, 2006 ; t. 3, Le réchauffement de 1860 à nos jours (avec le concours de Guillaume Séchet), 2009.
  • Histoire de France des régions : la périphérie française, des origines à nos jours, 2005.
  • Histoire du climat du Moyen Âge jusqu'à nos jours, DVD, 2007.
  • Histoire de la Bibliothèque nationale de France, Conférence au Collège de France 1995, CD Audio, Éd. Le Livre qui parle 2009.
  • Abrégé d'histoire du climat du Moyen Âge à nos jours. Entretiens avec Anouchka Vasak, Paris, Fayard, 2007.
  • Histoire et système (dir.), Paris Le Cerf, 2010 (ISBN 978-2204090643)
  • La Civilisation rurale, Paris, Allia, 2012 (ISBN 978-2-84485-587-9)
  • Une vie avec l'histoire. Mémoires, Paris, Tallandier, 2014.
  • Les Paysans français d'Ancien Régime, Paris, Le Seuil, 2015
  • Huit leçons d'histoire, Paris, Fayard, 2016 (ISBN 978-2846212243)
  • Brève histoire de l'Ancien Régime, Fayard, 2017, 416 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Emmanuel Le Roy Ladurie, « L'affaire Le Roy Ladurie, 1902 », in l'avant-propos des Grands Procès politiques, dir. Emmanuel Le Roy Ladurie, éd. du Rocher, 2002, p. 7-22.
  2. a et b Emmanuel Le Roy Ladurie, une vie avec l’histoire, entretien, la-nrh.fr, septembre 2014
  3. Pierre Barral, « Un normand de fort caractère : Jacques Le Roy Ladurie: Xavier Walter, Paysan militant. Jacques Le Roy Ladurie 1925-1940 », Annales de Normandie, vol. 58, no 1,‎ , p. 183-187 (lire en ligne)
  4. « Bio Pupponi », sur www.histoire-contemporaine-languedoc-roussillon.com (consulté le 11 septembre 2017)
  5. Anouchka Vasak, « Emmanuel Le Roy Ladurie et l'écriture de l'histoire du climat », Revue de la BNF, no 36,‎ , p. 19–25 (ISSN 1254-7700, lire en ligne)
  6. « Dr. François Le Roy Ladurie | Institut d'Oncologie Thoracique », sur www.institut-oncologie-thoracique.com (consulté le 19 mars 2017)
  7. « Emmanuel LE ROY LADURIE », sur asmp.fr
  8. « Emmanuel Le Roy Ladurie - Biographie et livres | Auteur Fayard », sur www.fayard.fr (consulté le 19 mars 2017)
  9. Bruno Blasselle et Yann Fauchois, Jean-François Foucaud, « Les directeurs de la Bibliothèque nationale », sur bnf.fr,
  10. Meteo France, « Hiver 1917 : analyse d’E. Le Roy Ladurie », sur www.meteofrance.fr (consulté le 19 mars 2017)
  11. a et b François Dosse, « Mai 68, les effets de l'histoire sur l'Histoire », Politix, vol. 2, no 6,‎ , p. 47–52 (DOI 10.3406/polix.1989.1381, lire en ligne)
  12. vendue à plus de deux millions d'exemplaires (source : Montaillou, village occitan de 1294 à 1324)
  13. Emission France 3 mise en ligne par l'Ina, « Les dérèglements climatiques dans l'histoire : INVITE Emmanuel Leroy Ladurie », sur Youtube.com, (consulté le 19 mars 2017)
  14. « Emmanuel Le Roy Ladurie : «le climat dérape» », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  15. Meteo France, « ... l'hiver 1916-1917 », sur www.meteofrance.fr (consulté le 19 mars 2017)
  16. HEC Paris, « Emmanuel Le ROY LADURIE, Professeur Honoris Causa, HEC Paris », (consulté le 19 mars 2017)
  17. editionsmontparnasse, « Emmanuel Le Roy-Ladurie (collection "La Mémoire du Collège de France") », (consulté le 19 mars 2017)
  18. Mairie Ivry, « Emmanuel Le Roy Ladurie à Ivry », (consulté le 19 mars 2017)
  19. Emmanuel Le Roy Ladurie et Daniel Rousseau, « Impact du climat sur la mortalité en France, de 1680 à l'époque actuelle », La météorologie,‎ (lire en ligne)
  20. Jean-Pierre Javelle, Emmanuel Le Roy Ladurie et Daniel Rousseau, « Sur l'histoire du climat en France : le XIXe siècle », La météorologie,‎ (lire en ligne)
  21. « Emmanuel Le Roy Ladurie, une vie avec l'histoire », La Nouvelle Revue d'Histoire,‎ (lire en ligne)
  22. Maxime Foerster, La différence des sexes à l'épreuve de la République, L'Harmattan, p. 69 (Lire en ligne)
  23. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Pourquoi le Pacs contredit l’héritage judéo-chrétien », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  24. 18 intellectuels et artistes signent une tribune pour défendre Nicolas Sarkozy
  25. « Emmanuel Le Roy Ladurie: "Oui, le climat peut bousculer nos destins" », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  26. Cahiers d'anthropologie et d'écologie humaine, Hermann., (lire en ligne), p. 162
  27. Décret du 2 avril 2010, publié au Journal officiel le 4 avril 2010, NOR: PREX1004885D.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • [1], Entretien avec Emmanuel Le Roy Ladurie sur le troisième tome de l'Histoire humaine et comparée du climat, Fayard, 2009.
  • [2], Sa biographie sur le site du Collège de France.