Tribus d'Israël

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte des douze tribus d'Israël selon les données géographiques mentionnées dans le Livre de Josué.

La Genèse, premier livre de la Bible hébraïque, l’Ancien Testament, se termine par le récit de l’installation au Pays de Canaan des Hébreux, ou plus exactement des douze fils de Jacob, alias Israël[1]. Ces douze fils sont les fondateurs directs ou indirects des douze tribus.

Liste des tribus d'Israël[modifier | modifier le code]

Le décompte des douze tribus d’Israël correspond donc aux douze fils de Jacob, sauf Lévi, les Lévites n’ayant pas de territoire propre, et sauf Joseph qui est remplacé par ses deux fils Manassé et Éphraïm.

  1. Tribu de Ruben fondée par Ruben
  2. Tribu de Siméon fondée par Siméon
  3. Tribu de Lévi fondée par Lévi
  4. Tribu de Juda fondée par Juda (dont provient la dynastie du roi David)
  5. Tribu d’Issacar fondée par Issachar
  6. Tribu de Zabulon fondée par Zabulon
  7. Tribu de Dan fondée par Dan
  8. Tribu de Nephthali fondée par Nephthali
  9. Tribu de Gad fondée par Gad
  10. Tribu d'Asher fondée par Asher
  11. Tribu de Joseph fondée par Joseph
    1. Tribu de Manassé fondée par Joseph, père de Manassé
    2. Tribu d'Éphraïm fondée par Joseph, père d’Éphraïm
  12. Tribu de Benjamin fondée par Benjamin



Carte de l'Israël messianique publiée en 1695 par Abraham bar Jacob

.

Variantes[modifier | modifier le code]

Parfois on compte une tribu pour Lévi et les tribus d’Ephraïm et de Manassé sont regroupées en une unique tribu de Joseph. Parfois, inversement, la tribu de Lévi, sans territoire propre[2], n'est pas comptée et celles d’Ephraïm et de Manassé comptent alors chacune pour une tribu à part entière.

À noter que le livre de l’Apocalypse, attribué à l’apôtre Jean, cite les douze tribus d’Israël au chapitre 7, versets 4 et suivants, sans mentionner la tribu de Dan, mais en citant celle de Lévi et, comme tribus à part entière celles de Tribu de Joseph et de Manassé[3].

Blasons[modifier | modifier le code]

Le chapitre XLIX de la Genèse se présente comme un ajout dicté à un scribe entre la bénédiction et le testament prononcés par Jacob avant de mourir. Dans un appel aux tribus à s'organiser et s'unir, une figure symbolique y est attribué à chacune en référence à des fonctions spécifiques qui sont à chaque fois expliquées avec emphase et obscurité.

  1. La vague de Ruben, aîné « impétueux comme le flot »[4], c'est-à-dire qui a, comme il convient à un fils ainé d'en user avec son père, défié Jacob[4].
  2. L'épée de Siméon, parce que les membres de la tribu, guerriers sacrilèges[2], « ont tués des hommes »[5] en saccageant la capitale, Sichem[6].
  3. L'aiguière de Lévi, « récipient de violence »[7], est citée métaphoriquement, le texte n'évoquant que la fonction sacrificielle de ses membres[5], à laquelle fait, elle aussi, allusion le vase à ablution.
  4. Le lion de Juda, « lionceau de lion », parce que les rois d'Israël ne peuvent être issus que de cette tribu[8], le lion étant le roi des animaux.
  5. L'âne d'Issacar, parce que la tribu, chargée de produire le vin[9] sur son territoire viticole, « porte, à corvée qu'elle est »[10].
  6. L'ancre de Zabulon, parce que la tribu occupe le rivage phénicien de Sidon[11].
  7. Le serpent de Dan, parce que la tribu fournit les juges[12], qui sont comme des serpents persifleurs[13].
  8. Le cerf de Nephtali, parce que le territoire forestier de la tribu abonde en chevreuils[14].
  9. L'homme armé de Gad, parce que la tribu est chargée de mobiliser la troupe[15].
  10. Les tourteaux d'Asher, parce que la tribu est chargée de fournir les pains au palais[16].
  11. La gerbe de Joseph, parce que la tribu occupe un territoire béni[17] riche en froment[18].
  12. Le loup de Benjamin, parce que la tribu, tel le loup ayant chassé, « répartit le butin »[19], son territoire étant celui du principal marché, Jérusalem.

Tribus perdues[modifier | modifier le code]

Article connexe : Dix tribus perdues.

À la suite de l'invasion qui culmine par la première destruction du Temple, la tribu de Dan disparaît, ou du moins perd définitivement son territoire. L'apôtre Pierre sera en effet donné pour issu de Dan. La réorganisation territoriale qui suit la reconstruction du Temple ne repose plus effectivement sur la répartition en douze tribus. Parmi les onze tribus restantes, Juda se constitue en royaume propre, le royaume de Juda. Démographiquement affaiblies, les dix autres tribus, appelés les dix tribus perdues d'Israël, se réunissent en un royaume situé au nord du royaume de Juda, le royaume de Samarie.

Plusieurs croyances ou mythes se sont développés postérieurement donnant pour une tribu perdue, exilée, divers peuples revendiquant une authenticité juive, depuis les Mormons jusqu'au Falashas en passant par les Samaritains et les Bene Israël.

Survivance[modifier | modifier le code]

À partir du XVIe siècle dans les milieux humanistes, tant huguenot que catholique, la pratique du texte a mis à la mode les prénoms bibliques. Parmi les noms des ancêtres éponymes des tribus d'Israël, seul Benjamin a fait l'unanimité. Les autres prénoms, tel Isachar ou Manassé, ne se sont portés que dans les milieux protestants les plus rigoristes. En revanche, tous les noms des anciennes tribus sont devenus courants, en tant que prénoms, dans l'état moderne d'Israël.

Quand, au début du XIXe siècle, l'Empire d'Autriche et les états voisins à sa suite ont établi un état civil pour les Ashkénazes, ceux-ci ont dû abandonner leur dénomination individuelle par un prénom suivi du nom du père (v. g. Isaac ben Nissan) et adopter des noms de famille. Souvent a été choisi un nom en référence au métier, à une corporation (v. g. Wassermann, Goldfinger...), ou bien à la tribu (v. g. Weil, anagramme de Levi) ou encore à son totem (v. g. Hirsch pour Nephtali, Wolf pour Benjamin, etc..).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Il dit encore : ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël ; car tu as lutté avec Dieu et avec des hommes, et tu as été vainqueur. » Genèse 32.28
  2. a et b Genèse XLIX 7.
  3. Apocalypse 7,4–8
  4. a et b Genèse XLIX 4.
  5. a et b Genèse XLIX 6.
  6. Genèse XXXIV.
  7. Genèse XLIX 5.
  8. Genèse XLIX 8.
  9. Genèse XLIX 11.
  10. Genèse XLIX 15.
  11. Genèse XLIX 13.
  12. Genèse XLIX 16.
  13. Genèse XLIX 17.
  14. Genèse XLIX 21.
  15. Genèse XLIX 19.
  16. Genèse XLIX 20.
  17. Genèse XLIX 26.
  18. Genèse XLIX 22.
  19. Genèse XLIX 28.