L'Histoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la revue. Pour le film, voir L'Histoire (film).

L'Histoire
Image illustrative de l’article L'Histoire

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Mensuelle
Genre histoire
Prix au numéro 6,40 
Diffusion 50 000 ex. (2013-2017)
Date de fondation Mai 1978
Ville d’édition Paris

Propriétaire Sophia Publications
Rédactrice en chef Valérie Hannin
ISSN 0182-2411
Site web lhistoire.fr

L'Histoire est une revue mensuelle de vulgarisation consacrée à l'histoire. La revue publie des articles et des dossiers auxquels participent des historiens.

Créée en 1978[1] par Michel Chodkiewicz[2] et Michel Winock[3], elle était éditée par la Société d'éditions scientifiques (S.E.S, filiale des Éditions du Seuil). La revue est depuis juillet 2016[4] éditée par la société Sophia Publications. Sa rédactrice en chef actuelle est Valérie Hannin.

Historique[modifier | modifier le code]

De 1978 à 2008[modifier | modifier le code]

La revue a pour objectif de publier :

  • des synthèses historiques ;
  • des analyses sur le monde actuel à la lumière de l’histoire ;
  • ainsi que les travaux et débats au sein de la communauté des historiens.

Elle se situe à mi-chemin entre les publications réservées aux spécialistes et les revues de vulgarisation, ou encore, entre les Annales et Historia[5].

Le premier numéro de L’Histoire sort en kiosques le 9 mai 1978. Avec des signatures prestigieuses : Georges Duby parle d'amour et de chevalerie, René Rémond du 13 mai 1958, José Garanger des premiers Australiens et Philippe Joutard de la Cévenne camisarde[5].

La revue a notamment publié entre 1987 et 1998 une quinzaine de numéros spéciaux couvrant un grand nombre de thèmes de l’histoire contemporaine de la Révolution à De Gaulle. Les analyses publiées couvrent toutes les époques. Citons des articles de synthèse sur les élites sous l’Ancien Régime : « Qu’est ce que la noblesse ? » (décembre 1995) ou « Les mandarins de la Chine impériale » (février 1992). Le magazine s’intéresse entre autres sujets aux finances royales, point faible de la monarchie qui fut la cause directe de la Révolution : « La chute de la maison Jacques Cœur » (octobre 1988), « Sully : un baroudeur aux finances » (février 1990), ou encore « l’affaire Fouquet ».

En phase avec l’actualité politique, L’Histoire a publié des dossiers sur l’immigration (novembre 1995) et sur les nationalités de l’Europe de l’Est (avril 1990), « La laïcité a gagné mais elle a changé de sens » (juillet-août 2004).

La publication accorde une grande attention à la société et aux mœurs, y compris dans l’Europe préchrétienne, en diffusant dans ses analyses des idées neuves. Mentionnons par exemple « Les amours [masculines] grecques : le rite et le plaisir » (mai 1998), « Pères et fils adoptifs à Rome » (février 1996), « La Grande Peste noire : Tout a changé en Occident » (juin 2006) ou encore « Les villes fortifiées de la guerre de Cent Ans » (mai 1996).

Un hors-série a été créé en 1998, « Les Collections de L’Histoire », qui offre des synthèses sur une grande variété de sujets. Il est constitué majoritairement de rééditions d'articles de « L'Histoire » revus et mis à jour ainsi que de quelques articles inédits. 3 numéros ont paru annuellement de 1998 à 2000, puis 4 à partir de 2001. En 2010, ce hors-série a été réintitulé « L'Histoire : les Collections ».

Depuis 2008[interprétation personnelle][modifier | modifier le code]

Le magazine a publié pour ses 30 ans en mai 2008 un numéro spécial qui fait une rétrospective des événements survenus dans le monde et des avancées de la discipline au cours de cette période. Y sont également abordés les défis à venir pour l’histoire et les historiens.

Jean-Noël Jeanneney aborde le bouleversement provoqué par Internet en mentionnant les différentes problématiques de ce média : Le vrac de l’information, la vitesse de navigation qui ne doit pas nuire à la réflexion, la variété qui ne doit pas être mise en danger par la concentration des opérateurs ni par le classement des supports en fonction de leur fréquentation. Il doute de la possibilité d’établir la vérité sur le seul principe de la correction collective des erreurs par les utilisateurs. Il réaffirme le rôle indispensable de validation exercé par les comités de rédaction et de sélection dans les publications scientifiques.

Pierre Assouline parle de dépasser le cadre de l’histoire de France tant au niveau du choix des sujets d’étude qu’au niveau de l’amplitude du champ couvert par les analyses. Le magazine consacre ainsi des numéros spéciaux au Japon (2008), à la Russie (2009), à Al Andalus et au Brésil (2011) ou encore à l'Éthiopie (2017).

Dans l'optique d'une plus grande vulgarisation de la connaissance historique vers le grand public, L'Histoire a entrepris d'éditer régulièrement un atlas historique : Atlas des Amériques (2012), Atlas de France (2013), Atlas des mondes Asiatiques (2014), Atlas des Afriques (2016).

Arnaud Senelier note qu'« au fil des ans », « une certaine ligne politique ou métapolitique est discernable » dans les numéros ; la revue s'oppose ainsi « aux thèses de la Nouvelle Droite, aux fables du négationnisme, de même qu'à l'histoire sainte du mouvement communiste »[6].

Rédaction[modifier | modifier le code]

Le comité de rédaction est composé de : Pierre Assouline, Jacques Berlioz, Patrick Boucheron, Bruno Cabanes, Pierre Chuvin, Joël Cornette, Jean-Noël Jeanneney, Philippe Joutard, Emmanuel Laurentin, Pap Ndiaye, Séverine Nikel, Olivier Postel-Vinay, Yves Saint-Geours, Maurice Sartre, Laurent Theis, Annette Wieviorka, Olivier Wieviorka, Michel Winock.

Michel Winock et Jean-Noël Jeanneney sont également conseillers de la direction.

Anciens membres du comité de rédaction : Robert Delort (1978-1995), François Dufay (2000-2009), Jean-Michel Gaillard (1997-2005), Jean Lacouture (1978-1989), François Lebrun (1989-2013), Catherine Perlès (1978-1984), Jean-Maurice de Montremy (1989-2000), Didier Pourquery (2006-2014), Jean-Pierre Rioux (1978-1998), Olivier Rolin (1978-1980), Éric Vigne (1983-1993).

Critiques[modifier | modifier le code]

Pour l'historien Gérard Noiriel, qui s'exprime ainsi en 2005, L'Histoire a perdu son statut de « revue de vulgarisation de haut niveau » et souligne que « la dimension savante de sa démarche initiale a quasiment disparu ». Remarquant qu'« on ne trouve plus dans L’Histoire la liste des cours du Collège de France, mais les programmes de la télévision », il ajoute : « la plupart des numéros sont en rapport direct avec l’actualité, et la posture normative du journalisme intellectuel s’est imposée au détriment de la compréhension scientifique[7] ».

L'association anti-libérale Acrimed a critiqué le numéro spécial daté de mai 2008 : « D’abord, tout le champ des études historiques tourne autour du magazine lui-même, de ses collaborateurs et des initiatives qu’il soutient. Ensuite, les débats historiques se résument aux positions des membres de la rédaction ou de ceux qui en sont proches, la critique de ces positions étant à peine évoquée ou d’emblée disqualifiée[8] ». Selon cet article, L'Histoire a une nette préférence pour des historiens tels que François Furet et Stéphane Courtois, connus pour leurs positions anticommunistes voire antimarxistes. Les thèses des historiens marxisants, tels Michel Vovelle ou Albert Soboul, y sont peu représentées. Acrimed dénonce une discrimination se traduisant par un refus du débat, par exemple au sujet de la présentation de la controverse lancée par la publication en 1997 du Livre noir du communisme : l'association affirme que l'historien censé critiquer une thèse est juge et partie, ce qui poserait problème du point de vue de la recherche scientifique[8]. Enfin, Acrimed considère qu'à l'instar d'autres journaux du groupe auquel il appartient, le magazine produit un « discours libéral[9],[10] ».

Par ailleurs, Acrimed relève que dans un numéro hors-série paru en avril 2017, à la veille de l'élection présidentielle, et intitulé La grande querelle : l'histoire de la France, L'Histoire consacre quatre pages à un entretien avec Emmanuel Macron, seul candidat à se voir ouvrir les pages de la revue pour qu'« il témoigne ici à quel point sa conception de l'histoire participe de sa vision de la France[11]. » L'association souligne que Sciences et Avenir, autre publication appartenant à Claude Perdriel, soutien affiché de Macron, a également publié à la même époque un entretien avec cet unique candidat[12].

Diffusion[modifier | modifier le code]

La diffusion payée de L'Histoire (source : OJD, 2013, site Office de justification de la diffusion 2013) :

Diffusion payée du journal[13]
Année Diffusion
2002 78 672
2003 79 779
2004 78 198
2005 78 252
2006 73 997
2007 74 006
2008 71 180
2009 63 932
2010 63 155
2011 58 903
2012 54 721
2013 52 258
2014 50 613
2015 48 082
2016 48 748
2017 48 753
2018 50 709

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Lebrun, Naissance de "l'Histoire", L'histoire n° 220, p. 7, avril 1998.
  2. à l'époque directeur de La Recherche
  3. Historien et qui est en 1978 directeur littéraire aux éditions du Seuil.
  4. « Claude Perdriel seul propriétaire de « Historia », « L’Histoire », « Le Magazine littéraire » et « La Recherche » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juillet 2019)
  5. a et b Michel Jamet, La Presse périodique en France, Armand Colin, , p. 89.
  6. Senelier 2009.
  7. Gérard Noiriel, Les Fils maudits de la République, Paris, Fayard, 2005, p. 156.
  8. a et b Matthieu Vincent, « Le magazine L’Histoire a trente ans : auto-célébration, pensée dominante et lois du marché », 21 juillet 2008.
  9. David Noël, « Quand L’Histoire célèbre les réformes libérales et le Traité constitutionnel européen », 16 novembre 2005.
  10. Laurent Dauré, « Le magazine L'Histoire se met (lui aussi) en quatre pour Emmanuel Macron », sur Acrimed | Action Critique Médias (consulté le 26 juillet 2019)
  11. [https://www.acrimed.org/Le-magazine-L-Histoire-se-met-lui-aussi-en-quatre "L'Histoire se met (lui aussi) en quatre pour Emmanuel Macron", Acrimed, 4 avril 2017, en ligne.
  12. [https://www.acrimed.org/Sciences-et-Avenir-se-met-en-quatre-pour-Emmanuel "Sciences et Avenir se met en quatre pour Emmanuel Macron", Acrimed, 2 mars 2017, en ligne.
  13. « HISTORIQUE DE DIFFUSION », sur Alliance pour les chiffres de la presse et des médias.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stéphane Grand-Chavin (dir. Philippe Levillain), Le Développement de L'Histoire : rencontre entre l'édition, l'Université et le journalisme (mémoire de diplôme d'études approfondies en histoire), Paris, Institut d'études politiques de Paris, .
  • Laurène Pain-Prado (dir. Bernard Bruneteau), La Question de l'histoire grand public : étude comparée de deux magazines d'histoire : Historia et L'Histoire, 2004-2008, université Grenoble-II, 2010 (mémoire de master 2 en histoire) (lire en ligne).
  • Arnaud Senelier, « Histoire (L') », dans Jacques Julliard et Michel Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels français : les personnes, les lieux, les moments, Paris, Le Seuil, (ISBN 978-2-02-099205-3), p. 710-711.

Liens externes[modifier | modifier le code]