Salman Rushdie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Salman Rushdie
Image dans Infobox.
Salman Rushdie en 2008.
Titre de noblesse
Knight Bachelor
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Ahmed Salman Rushdie
Nationalité
Britannique (depuis 1964)
Américaine (depuis 2016)
Formation
Activité
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Anis Ahmed Rushdie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Clarissa Luard (d) (de à )
Marianne Wiggins (en) (de à )
Elizabeth West (d) (de à )
Padma Lakshmi (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Zafar Rushdie (d)
Milan Rushdie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Royal Society of Literature
PEN American Center (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genre artistique
Influencé par
Site web
Distinctions
Archives conservées par
Stuart A. Rose Manuscript, Archives, and Rare Book Library (d)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
signature de Salman Rushdie
Signature

Sir Ahmed Salman Rushdie (prononcé en anglais : [sælˈmɑːn ˈɹʊʃdi]), né le à Bombay, est un écrivain américano-britannique d'origine indienne. Son style narratif, mêlant mythe et fantaisie avec la vie réelle, a été qualifié de réalisme magique.

Objet en 1989 d'une fatwa de l'ayatollah Rouhollah Khomeini à la suite de la publication de son roman Les Versets sataniques, il est devenu un symbole de la lutte pour la liberté d'expression et contre l'obscurantisme religieux, principalement dans les médias occidentaux.

La fatwa de Khomeini exigeant sa mise à mort, il fait depuis sa publication l'objet d'une protection policière renforcée et fait usage de pseudonymes. Cette protection est réduite au fil des ans, jusqu'à vivre sans garde du corps. Mais il est poignardé et grièvement blessé, le 12 août 2022, aux États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Parcours[modifier | modifier le code]

Salman Rushdie naît en 1947 à Bombay dans une famille musulmane laïque de la bourgeoisie[2].

Issu d'un milieu aisé[3], il quitte son pays à l'âge de treize ans pour vivre au Royaume-Uni. Il y étudie à la Rugby School puis à King's College, Cambridge. Il travaille un temps comme publicitaire chez Ogilvy & Mather. Sa langue maternelle est l'ourdou, mais la majeure partie de son œuvre est écrite en anglais.

Sa carrière d'écrivain débute avec Grimus, un conte fantastique, en partie de science-fiction qui passe inaperçu de la critique littéraire.

En 1981, il accède à la notoriété avec Les Enfants de minuit (Midnight's Children) pour lequel il est récompensé du James Tait Black Memorial Prize et le Booker Prize[4]. Les Enfants de minuit a plus tard été désigné comme le meilleur roman ayant reçu le prix Booker au cours des 25 puis des 40 dernières années.

En 1983, il est choisi par la revue littéraire Granta pour figurer dans son premier numéro consacré aux « meilleurs jeunes romanciers britanniques », avec Ian McEwan, Martin Amis, Kazuo Ishiguro et Graham Swift[5].

Après ce succès, Rushdie écrit un roman, La Honte (Shame), dans lequel il décrit l'agitation politique au Pakistan et dont les personnages sont inspirés de Zulfikar Ali Bhutto et du général Muhammad Zia-ul-Haq.

En 1988, la publication des Versets sataniques soulève une vague d'indignation dans le monde musulman[6].

En , à la suite d'une vague d'assassinats d'écrivains en Algérie, il fait partie des fondateurs du Parlement international des écrivains (International Parliament of Writers), une organisation consacrée à la protection de la liberté d'expression des écrivains dans le monde. L'organisation est dissoute en 2003 et remplacée par l'International Cities of Refuge (ICORN).

Depuis 2000, il vit à New York. Il a acquis la nationalité américaine[7].

Le 12 août 2022, il est poignardé alors qu'il s'apprête à donner une conférence à Chautauqua et est évacué vers un hôpital[8].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mariages[modifier | modifier le code]

Salman Rushdie s'est marié quatre fois. La première fois avec Clarissa Luard, enseignante en littérature, de 1976 à 1987 ; ils ont un fils, Zafar, né en 1979[9]. Il se remarie en 1988 avec la romancière américaine Marianne Wiggins (en) et divorce en 1993[10],[11]. En 1997, il épouse Elizabeth West, une éditrice et auteure britannique. Ils ont un fils, Milan, né en 1997[12],[13]. En 2004, il se remarie avec l'actrice et mannequin indienne Padma Lakshmi, dont il divorce en 2007[14].

Il a décrit ses relations avec ses trois dernières épouses dans son récit autobiographique Joseph Anton : une autobiographie.

Santé[modifier | modifier le code]

En 1999, il subit une intervention chirurgicale pour traiter un ptosis invalidant, entraînant des difficultés croissantes à garder les yeux ouverts. Il déclare à ce sujet sur la chaîne CNN : « Si je n'avais pas été opéré, je n'aurais plus du tout été capable d'ouvrir les yeux d'ici quelques années »[15].

Résidence[modifier | modifier le code]

Depuis l'an 2000, il vit principalement à New York, non loin d'Union Square. Il ne se sent plus menacé et vit sans garde du corps[16].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Salman Rushdie a soutenu les sandinistes du Nicaragua et a rejoint le groupe d'écrivains de Harold Pinter opposé à Margaret Thatcher, s'engageant également contre le racisme[5].

Salman Rushdie s'oppose au projet du gouvernement britannique d'introduire en droit le crime de haine raciale et religieuse, ce qu'il a exposé dans sa contribution La libre expression n'est pas une offense, un recueil d'essais publié par Penguin en [réf. nécessaire].

En , il figure parmi les signataires[17] de la pétition en soutien à Roman Polanski lancée au lendemain de l'arrestation du cinéaste en Suisse[18].

Dans une interview publiée le par Le Nouvel Observateur, il déclare :

« Il faut arrêter l'aveuglement stupide face au djihadisme qui consiste à dire que cela n'a rien à voir avec l'islam[19],[20]. »

L'affaire des Versets sataniques[modifier | modifier le code]

Salman Rushdie, le .

La publication des Versets sataniques en déclenche immédiatement une vive réaction dans la communauté musulmane en raison de sa description jugée irrévérencieuse du prophète de l'islam Mahomet. Le livre décrit un prophète de Dieu nommé « Mahound » qui mélange des « vers sataniques avec le divin ». L’Inde bannit le livre dès le , imitée par l’Afrique du Sud le , puis par le Pakistan, l’Arabie saoudite, l’Égypte, la Somalie, le Bangladesh, le Soudan, la Tunisie, la Malaisie, l’Indonésie et le Qatar les semaines suivantes. Le , le roman est l'objet d’un autodafé à Bradford au Royaume-Uni. Le , cinq personnes sont tuées par la police pendant une manifestation contre l'ouvrage à Islamabad (la capitale du Pakistan).

Le , une fatwa réclamant l’exécution de Rushdie est émise sur Radio Téhéran par l’ayatollah Rouhollah Khomeini, guide de la révolution de l’Iran, dénonçant le livre comme « blasphématoire » envers l’islam[4]. Comme le roman suggère que Rushdie ne croit plus en l’islam, Khomeini le condamne aussi pour apostasie, ce qui, selon l'interprétation actuelle majoritaire d'un hadith[21], est passible de mort. Khomeini précise que c’est désormais la responsabilité de tout musulman d’exécuter Rushdie et ses éditeurs[22] :

« Au nom de Dieu tout puissant. Il n'y a qu'un Dieu à qui nous retournerons tous. Je veux informer tous les musulmans que l'auteur du livre intitulé Les Versets sataniques, qui a été écrit, imprimé et publié en opposition à l'Islam, au prophète et au Coran, aussi bien que tous ceux qui, impliqués dans sa publication, ont connaissance de son contenu, ont été condamnés à mort. J'appelle tous les musulmans zélés à les exécuter rapidement, où qu'ils les trouvent, afin que personne n'insulte les saintetés islamiques. Celui qui sera tué sur son chemin sera considéré comme un martyr. C'est la volonté de Dieu. De plus, quiconque approchera l'auteur du livre, sans avoir le pouvoir de l'exécuter, devra le traduire devant le peuple afin qu'il soit puni pour ses actions. Que Dieu vous bénisse tous. »

— Rouhollah Musavi Khomeini

À la suite de cette déclaration, une récompense est offerte pour la mort de Rushdie, qui est contraint de vivre dès lors sous une protection financée par les autorités britanniques.

En France, Salman Rushdie est notamment pris à parti par l'ancien premier ministre Jacques Chirac, qui déclare le concernant « Je n'ai aucune estime pour Monsieur Rushdie : “J’ai lu ce qui a été publié dans la presse. C’est misérable. Et en règle générale, je n’ai aucune estime pour ceux qui utilisent le blasphème pour faire de l’argent.” [23]»

Le 1989, cinq personnes sont tuées par la police lors d'une manifestation devant le consulat britannique à Bombay. Plusieurs autres personnes sont mortes en Égypte et ailleurs. Des communautés musulmanes organisent des autodafés publics. Des violences sont commises à travers le monde :

  • Le 28 février 1989[24], attentats contre des librairies à l’université de Californie à Berkeley qui proposait le roman et contre les bureaux de Riverdale Press, un hebdomadaire du Bronx, en réponse à un éditorial qui défendait le droit de lire le livre.
  • Le , le traducteur japonais de Rushdie Hitoshi Igarashi est poignardé à mort[25] à l'université de Tsukuba, province d'Ibaraki, où il enseignait ; son traducteur italien, Ettore Capriolo (it), a été poignardé à Milan quelques jours plus tôt.
  • En , il fait sa première apparition publique depuis la fatwa lancée contre lui, à Helsinki, dans le cadre de l’assemblée annuelle du Conseil nordique, au côté de Bernard-Henri Lévy, qui lui cédera son temps de parole[26].
  • En 1993, à Oslo, l'éditeur norvégien de Rushdie, William Nygaard, survit de justesse à plusieurs coups de feu.
  • Le , trente-sept personnes sont tuées lorsque leur hôtel à Sivas en Turquie est incendié par des manifestants contre Aziz Nesin, le traducteur turc de Rushdie[25].
  • Deux ecclésiastiques, saoudien et tunisien, qui avaient dénoncé la fatwa sont abattus à Bruxelles[5] en 1989[27].

Le musicien pop Cat Stevens — converti à l'islam depuis 1977 et ayant pris le nom de Yussuf Islam — déclara être lui-même opposé aux écrits de l'écrivain et ne montrer aucune opposition à la fatwa. La controverse soulevée par cette déclaration le poussa à préciser dans un communiqué qu'il n'encourageait pas personnellement l'application de la fatwa appelant à l'assassinat de Rushdie.

Après la mort de Khomeini en 1989, Rushdie a publié un essai en 1990, De bonne foi, en signe d’apaisement et a publié des excuses dans lesquelles il a réaffirmé son respect pour l’islam.

Le , le gouvernement iranien annonce officiellement son renoncement à accomplir la fatwa, mais déclare qu'elle ne pouvait être annulée selon la loi islamique[28]. Même si la menace de mort qui pèse sur lui n'est pas pour autant relevée, Rushdie abandonne alors son nom d'emprunt Joseph Anton[29].

L'ayatollah Hassan Saneii, à la tête de la fondation du 15 de Khordad (bonyad-e punzdah-e khordad, soumise à l'autorité du guide de la révolution de l'Iran), lance régulièrement des annonces de primes pour la mort de Rushdie. Ainsi, déclare-t-il en 2003 qu'il augmentait la récompense de 2,8 millions de dollars US à 3 millions de dollars US[28]. Le même groupe déclare le par communiqué de presse : « La fatwa de l'imam Khomeiny à propos de l'apostasie de Salman Rushdie restera en vigueur éternellement ».

En , il porte la récompense pour le meurtre de Salman Rushdie à 3,3 millions de dollars US[30].

En , Salman Rushdie est titré chevalier par la reine du Royaume-Uni, Élisabeth II. Cette distinction provoque la colère du Pakistan. Une résolution est votée par le parlement pakistanais exigeant le retrait de ce titre. Le ministre des Affaires étrangères, Ijaz Ul-Haq, estime que cette décoration pourrait justifier des attentats-suicide. Ces protestations officielles sont accompagnées de manifestations au Pakistan où des effigies de la reine Élisabeth II et de Salman Rushdie sont brûlées. L'Iran condamne également cette distinction et des voix politiques et religieuses rappellent que la fatwa contre l'écrivain est toujours en vigueur. D'autres réactions ont eu lieu en Égypte, en Malaisie, en Afghanistan et en Inde.

Réactions[modifier | modifier le code]

L'attaque contre la liberté de l'artiste d'une part, et contre la liberté d'expression d'autre part, suscitent une émotion considérable dans le monde, dans les pays laïcs en particulier, et nombre de personnalités et d'auteurs, tels que Milan Kundera[31], prennent la défense de l'écrivain et du libre-penseur.

International Gorillay[modifier | modifier le code]

En 1990, peu après la parution des Versets sataniques, sort un film pakistanais intitulé International Guerillas (en version originale International Gorillay), dans lequel Rushdie est dépeint comme un comploteur désireux de causer la chute du Pakistan en ouvrant une chaîne de casinos et de boîtes de nuit dans le pays. Le film obtient une certaine popularité auprès des spectateurs pakistanais, et il « présente Rushdie comme une sorte de Rambo poursuivi par quatre guerilleros pakistanais »[32].

La British Board of Film Classification refuse de délivrer au film un certificat (pour cause de « diffamation criminelle »)[33], entraînant de fait son interdiction en Grande-Bretagne. Cependant, l'interdiction est levée deux mois plus tard lorsque Rushdie écrit lui-même à l'organisme, déclarant que bien qu'il pense que le film soit « une bêtise incompétente et fausse », il ne porterait pas plainte si celui-ci sortait[33]. Plus tard, il déclare que « si le film avait été interdit, il serait devenu la dernière vidéo à la mode en ville : tout le monde l'aurait vu[33] ». Bien que le film ait été un succès au Pakistan, il passe inaperçu en Occident[33]. Rushdie déclare qu'une partie du film est réellement comique, celle où son personnage torture un combattant pakistanais en lui lisant des extraits des Versets sataniques.

Tentative d'assassinat[modifier | modifier le code]

Le vendredi , alors qu’il s’apprête à prendre la parole lors d’une conférence dans la ville de Chautauqua (New York), aux États-Unis, Salman Rushdie est soudainement agressé et poignardé de dix coups de couteau au cou et à l'abdomen. L'agresseur est maîtrisé par des membres de l'assistance et Rushdie reçoit les premiers soins d'urgence de la part d'une médecin présente dans la salle[34],[35].

Rushdie est transporté en hélicoptère vers un hôpital d'Érié, où il est opéré en urgence, selon son agent Andrew Wylie, qui précise d'abord au New York Times que l’écrivain est placé sous respirateur artificiel et qu’il pourrait perdre un œil. Son foie est également endommagé. Cependant, le samedi 13, l'écrivain peut parler à ses proches et est débranché du respirateur[36].

Son agresseur, Hadi Matar, 24 ans, originaire de l'État du New Jersey, est arrêté par la police et placé en détention[37],[38]. Chiite d'origine libanaise, il avait exprimé sur Facebook son soutien aux Gardiens de la révolution islamique iranienne. Sa photo de profil affichait un portrait de l'ayatollah Khomeiny[39]. C'est un soutien du Hezbollah[40]. Dans un bref communiqué, le parti de Dieu se refuse à tout commentaire[40]. Hadi Matar utilise un faux permis de conduire au nom de Hassan Moghniah[41], en hommage au terroriste du Hezbollah Imad Moughniyah[42]. Des photos du général Qassem Soleimani sont retrouvées dans son application de messagerie instantanée[42]. Hadi Matar est inculpé de « tentative de meurtre et agression » par le tribunal de Chautauqua. Il plaide non coupable[43].

La majorité des dirigeants internationaux condamne l'agression. Dans certains pays musulmans, l'attaque est saluée par des extrémistes[44]. Le 15 août 2022, Nasser Kanani, porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien, nie tout lien avec le suspect : « Dans cette attaque, seuls Salman Rushdie et ses partisans mériteraient d’être blâmés et même condamnés[43]. » Le quotidien Kayhan, journal officiel du chef de l’État iranien, écrit : « Bravo à cet homme courageux et conscient de son devoir qui a attaqué l’apostat et le vicieux Salman Rushdie[45]. »

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Recueil de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • (en) The Prophet's Hair, 1981, nouvelle
  • Est, Ouest ((en) East, West, 1994)

Essais[modifier | modifier le code]

  • Le Sourire du Jaguar ((en) The Jaguar Smile: A Nicaraguan Journey, 1987)
  • Patries imaginaires ((en) Imaginary Homelands: Essays and Criticism, 1981-1991, 1992)
  • Franchissez la ligne ((en) Step Across This Line: Collected Nonfiction 1992-2002, 2002)

Autobiographie[modifier | modifier le code]

Littérature d'enfance et de jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Haroun et la mer des Histoires ((en) Haroun and the Sea of Stories, 1991)
  • Lukas et le feu de la vie, Plon ((en) Luka and the Fire of Life, 2010)

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Rushdie est très influencé par la littérature moderne. Les Enfants de minuit emprunte des thèmes du roman Le Tambour de Günter Grass, dont Rushdie déclare qu'il a inspiré sa volonté de devenir écrivain. Le roman Les Versets sataniques est aussi clairement influencé par le roman classique russe Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov.

L'Inde et le Pakistan sont les thèmes respectivement des Enfants de minuit et de La Honte. Dans ses œuvres suivantes, Rushdie s'est tourné vers le monde occidental avec Le Dernier Soupir du Maure (The Moor's Last Sigh), explorant les liens culturels et commerciaux entre l'Inde et la péninsule Ibérique, et La Terre sous ses pieds (en) (The Ground Beneath Her Feet), œuvre dans laquelle est décrite l'influence du rock 'n' roll américain sur l'Inde.

Filmographie[modifier | modifier le code]

En tant qu'acteur[modifier | modifier le code]

En tant que scénariste[modifier | modifier le code]

En tant que producteur[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Salman Rushdie a reçu de nombreuses distinctions dont le prix littéraire de l'Union européenne.

Prix[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « http://pid.emory.edu/ark:/25593/8zv36 »
  2. « Rushdie Salman », sur universalis.fr (consulté le ).
  3. Salman Rushdie est l'un des quatre enfants d'Anis Rushdie, un juriste devenu homme d'affaires, et de son épouse Negin Bhatt, une enseignante, originaires du Cachemire.
  4. a et b Josyane Savigneau, « Février 1989 : Salman Rushdie condamné à mort », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  5. a b et c Paul Élie, « "Nous sommes tous Salman Rushdie" », Vanity Fair n°18, décembre 2014, pages 140-151 et 190-191.
  6. « Les Versets sataniques, le “blasphème” de Rushdie », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. (en-US) « Salman Rushdie », LA TIMES,‎ 2017-09-2014 (lire en ligne, consulté le ).
  8. « L'auteur Salman Rushdie attaqué sur scène », sur La Presse, (consulté le ).
  9. Notice nécrologique de Clarissa Luard, sur theguardian.com, 10 novembre 1999, consulté le 15 août 2022.
  10. « Rushdie Wiggins' Uncommon Bond », sur washingtonpost.com, 7 mars 1989, consulté le 15 août 2022.
  11. « Rushdie Granted Divorce From American Wife », sur latimes.com, 3 mars 1993, consulté le 15 août 2022.
  12. « Salman Rushdie: ‘I am stupidly optimistic – it got me through those bad years’ », sur irishtimes.com, 21 mai 2021, consulté le 15 août 2022.
  13. « "You saw an illusion and you destroyed your family for it" », sur smh.com.au, 22 septembre 2012, consulté le 15 août 2022.
  14. « Padma Lakshmi dishes out details of her sexually demanding marriage to Salman Rushdie, tragic loss of her IMG CEO lover and a bitter custody battle in memoir », sur nydailynews.com, 5 mars 2016, consulté le 15 août 2022.
  15. « If I hadn't had an operation, in a couple of years from now I wouldn't have been able to open my eyes at all »
    (en) CNN, « Rushdie: New book out from under shadow of fatwa », sur cnn.com, 15 avrl 1999 (consulté le ).
  16. Le Monde Magazine, juin 2004.
  17. Avec Isabelle Adjani, Paul Auster, Isabelle Huppert, Milan Kundera, Mathilde Seigner, Jean-Pierre Thiollet, Danièle Thompson et Henri Tisot.
  18. Polanski : la pétition - La Règle du jeu.
  19. Sara Daniel, « Salman Rushdie sur l'islamisme : "Il faut arrêter cet aveuglement stupide" », Le Nouvel Observateur, 8 juin 2017, en ligne.
  20. Thomas Romanacce, « Salman Rushdie s'inquiète de “l'aveuglement stupide” de l'Occident face au djihadisme », Le Figaro, 8 juin 2017, en ligne.
  21. Cette fatwa repose sur un hadith faible dont l'authenticité est remise en cause car il est de la catégorie أحد, ahad (hadith isolé) et son unique rapporteur, Abdullah ibn Abbas, n'a que treize ans à la mort de Mahomet. Cf (en) Mohamed Charfi, Islam and Liberty, Zed Books, , p. 49.
  22. « 1989: Ayatollah sentences author to death », sur news.bbc.co.uk (consulté le ).
  23. « Salman Rushdie : plus de trente ans d’une menace jamais éteinte », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  24. « L'affaire des "Versets sataniques" Attentats contre deux librairies et un hebdomadaire aux Etats-Unis » Accès libre, sur lemonde.fr, (consulté le ).
  25. a et b « Iran : 30 ans après, la fatwa contre Salman Rushdie toujours d’actualité », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. « En octobre 1992 : BHL rencontrait Salman Rushdie pour la première fois », sur bernard-henri-levy.com, .
  27. « Le double meurtre de la mosquée de Bruxelles Des désaccords étaient apparus au sein de la communauté musulmane sur " les Versets sataniques " » Accès libre, sur lemonde.fr, (consulté le ).
  28. a et b (en) James Hamilton, « Revived fatwa puts $3m bounty on Rushdie », Sunday Herald, 16/02/2003.
  29. (en) Alison Flood, « Salman Rushdie reveals details of fatwa memoir », sur theguardian.com, .
  30. « La prime iranienne pour tuer Salman Rushdie portée à 3,3 millions de dollars », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  31. « Le jour où Panurge ne fera plus rire », revue L’Infini, Gallimard.
  32. (en) Joseph Bernard Tamney, The Resilience of Conservative Religion: The Case of Popular, Conservative Protestant Congregations, The Press Syndicate of the University of Cambridge, Cambridge, 2002.
  33. a b c et d International Guerrillas and Criminal Libel, Screenonline.
  34. avec AFP, « L’écrivain Salman Rushdie victime d’une attaque au couteau lors d’une conférence aux États-Unis », sur Ouest-France.fr, (consulté le ).
  35. « États-Unis : l'état de santé de Salman Rushdie s'améliore », sur information.tv5monde.com, publié le 14 août 2022.
  36. Voir sur parismatch.com, le .
  37. « Menacé de mort depuis plusieurs années, Salman Rushdie poignardé près de New York », sur France 24, (consulté le ).
  38. « L’auteur britannique Salman Rushdie sous assistance respiratoire après avoir été poignardé lors d’une conférence dans l’Etat de New York », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. « Attaque contre Salman Rushdie : ce que l'on sait de Hadi Matar, son agresseur présumé », Le Figaro, (consulté le ).
  40. a et b « Hezbollah official says group does not know anything about attack on Rushdie », sur Le Parisien.
  41. « Qui est Hadi Matar, l'homme d'origine libanaise qui a attaqué Rushdie ? », sur L'Orient Le Jour, .
  42. a et b fr, « Ce que l’on sait sur Hadi Matar, l’agresseur présumé de Salman Rushdie », sur nouvelobs.com, publié le 13 août 2022.
  43. a et b « Salman Rushdie attaqué : l’Iran dément "catégoriquement" tout lien avec l’agresseur », sur lemonde.fr, publié le 15 août 2022.
  44. « Salman Rushdie va un peu mieux après avoir été poignardé aux Etats-Unis », sur courrierinternational.com, publié le 15 août 2022.
  45. « "Bravo à cet homme merveilleux" : en Iran, l’assaillant de Salman Rushdie félicité », sur Le Parisien, .
  46. (en) « HNN #18 : Salman Rushdie & Cultural Humanism - TheHumanist.com », sur TheHumanist.com, (consulté le ).
  47. Voir sur news.bbc.co.uk.
  48. (en) « Salman Rushdie to share PEN Pinter prize with Mazen Darwish », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. (en) Rosemary Feitelberg, « Salman Rushdie to be Honored by Norman Mailer Center at Pratt Campus » Accès payant, sur Women's Wear Daily, (consulté le ).
  50. Voir sur ulg.ac.be.
  51. Archives des nominations et promotions dans l'ordre des Arts et des Lettres.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Vidéo[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]