Basilique San Petronio (Bologne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une église ou une cathédrale image illustrant l’Émilie-Romagne
Cet article est une ébauche concernant une église ou une cathédrale et l’Émilie-Romagne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Basilique San Petronio
Les photos de la basilique sur Commons
Présentation
Nom local Basilica di San Petronio
Culte Catholique romain
Type Basilique
Rattachement Diocèse de Bologne
Début de la construction
Fin des travaux XVIIe siècle (considérée comme inachevée)
Style dominant gothique italien
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Émilie-Romagne
Ville Bologne
Coordonnées 44° 29′ 34″ Nord, 11° 20′ 37″ Est

Géolocalisation sur la carte : Émilie-Romagne

(Voir situation sur carte : Émilie-Romagne)
Basilique San Petronio

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Basilique San Petronio

La basilique San Petronio (Basilica di San Petronio en italien) est une basilique d'architecture gothique située sur la Piazza Maggiore à Bologne en Italie. Elle est dédiée à saint Pétrone, évêque au Ve siècle devenu saint patron de la ville. Elle est la plus grande église gothique de brique du monde (volume de 258 000 m3 environ).

Architecture[modifier | modifier le code]

Située sur la Piazza Maggiore, c'est la quinzième plus grande église au monde, avec ses 132 mètres de longueur et ses 60 mètres de largeur. Sa voûte culmine à 45 mètres de hauteur et sa façade à 51 m. Elle peut recevoir environ 28 000 personnes (en comptant 4 personnes par m 2).

La construction de l'édifice qui avait pour intention de dépasser la basilique Saint-Pierre de Rome, ne fut jamais achevée. On peut remarquer que la façade n'est que partiellement revêtue du marbre initialement prévu.

Le portail, de Jacopo della Quercia, comporte des scènes de l'Ancien Testament, la Vierge et saint Pétrone dans le tympan et les portes latérales sont de Niccolò Tribolo.

Le chœur comporte des stalles en marqueterie ; dans le chœur, l'un en face de l'autre, se trouvent deux orgues, l'un de Lorenzo da Prato (1471) et l'autre de Baldassare Malamini (1596), dont le premier est le plus ancien d'Italie.

Les multiples chapelles sont séparées de la nef par des transennes. Certaines ont été recouvertes de fresques en 1415, par Giovanni da Modena, illustrant la Divine Comédie de Dante[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sa première pierre a été posée le sur le projet d'Antonio di Vincenzo, pour célébrer la liberté reconquise par la faction guelfe. Elle fut poursuivie en style gothique pendant deux siècles.

Les travaux se prolongent au cours du temps, et les travaux des premières chapelles commencés en 1393 ne sont terminés qu'en 1479.

Malgré les interventions de Domenico Aimo, Alberto Alberti, Vignole, Egidio Maria Bordoni, Andrea da Formigine, Cristoforo Lombardo, Francesco Morandi, Andrea Palladio, Baldassarre Peruzzi, Ercole Procaccini il Vecchio, Girolamo Rainaldi, Giacomo Ranuzzi, Giulio Romano, Mauro Antonio Tesi, Domenico Tibaldi, elle reste inachevée.

Il faut attendre le XVIIe siècle pour que Girolamo Rainaldi termine la décoration de la nef centrale entre 1646 et 1658.

Sous le baldaquin du maître-autel, le pape Clément VII a couronné empereur, Charles Quint, le .

Attaques terroristes modernes[modifier | modifier le code]

Fresque (gothique tardif), représentant Mahomet torturé en enfer.

En 2002, cinq hommes probablement affiliés à al-Qaïda dont l'intention était de faire sauter le bâtiment, ont été arrêtés[2],[3]. De nouveau en 2006, les plans de terroristes islamistes ont été contrecarrés par la police italienne. Les terroristes ont affirmé que la fresque du XVe siècle peinte par Giovanni da Modena, qui représente une scène de la Divine Comédie de Dante et dépeint Mahomet en enfer dévoré par des démons, est insultante pour l'islam[4],[5].

Après l'attentat contre Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, attentat qui était lié à des caricatures de Mahomet, les mesures de sécurité autour de la basilique ont été durcies[6].

Intérieur[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Monde 2 23/09/2006 p. 17
  2. (en) « Italy arrests men over 'church plot' », BBC News,‎ (consulté le 23 mai 2010)
  3. (en) Frank Bruni, « Italy Arrests 5; Fresco Showing Muhammad Is Issue », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  4. (en) Associated Press, « Italy Thwarts Subway, Church Terror Attacks », sur foxnews.com,‎ .
  5. (en) Philip Willan, Al-Qaida plot to blow up Bologna church fresco, The Guardian, (lire en ligne).
  6. Bertrand Guyard, « Charlie : Une fresque avec Mahomet protégée en Italie », sur lefigaro.fr,‎ .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catalogue de l'exposition : La basilica incompiuta. Progetti antichi per la facciata di San Petronio a Bologna, Marzia Faietti and Massimo Medica editors, Sate, 2001,

Liens externes[modifier | modifier le code]