André Miquel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Miquel.
André Miquel
Description de cette image, également commentée ci-après

André Miquel lors d'un colloque à l'institut du monde arabe Paris.

Naissance (88 ans)
Mèze
Nationalité Drapeau de France Française
Pays de résidence Drapeau de la France France
Diplôme
Profession
Activité principale
Professeur au Collège de France
Autres activités
Administrateur général de la Bibliothèque nationale de France
Formation

André Miquel, né le 26 septembre 1929 à Mèze, dans le département de l'Hérault, est un historien arabisant français, spécialiste de la langue et de la littérature arabes.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Miquel a fait des études de lettres. Ancien élève de l'École normale supérieure, où il a été admis en 1950, agrégé de grammaire et docteur ès lettres, il a été de 1976 à 1997 titulaire de la chaire de langue et littérature arabes classiques[1] au Collège de France, dont il a été l’administrateur général de 1991 à 1997, après avoir été celui de la Bibliothèque nationale de 1984 à 1987.

Il est connu pour ses travaux sur la géographie du monde arabe et sur Les Mille et Une Nuits. Son intérêt pour le monde arabe remonte à un voyage au Maghreb qu’il avait gagné après son succès au concours général de géographie en 1946, ainsi qu’à sa découverte du Coran dans la traduction de Claude-Étienne Savary.

En 1988 lui est commandé un rapport sur l’état des bibliothèques universitaires françaises. Remis en 1989 au ministre de l’Éducation nationale de l'époque, Lionel Jospin, son rapport insiste sur le retard de la France par rapport aux autres pays européens[2]. Ce document est pris en considération par les pouvoirs publics, et, dans les années 1990, les plans de développement des universités feront une place grandissante à la documentation. Ce rapport est aussi pour lui l’occasion de préconiser la création d’un conseil « chargé de prévoir, de préparer et de suivre la mise en place des pôles et des réseaux de communication, l’évaluation des coûts, des fréquentations et des résultats, la répartition des crédits correspondants et l’établissement de la carte des bibliothèques ». Dès 1989, le Conseil supérieur des bibliothèques est créé, et André Miquel en est le premier président[3].

En 2005, il propose, en collaboration avec Jamel Eddine Bencheikh, une nouvelle traduction des Mille et une nuits qui paraît dans la Bibliothèque de la Pléiade. Cette traduction comprend la totalité des 1205 poèmes fondée sur l’édition de Boulaq, du nom de la ville égyptienne où le texte a été imprimé pour la première fois en 1835.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications (sélection)[modifier | modifier le code]

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le repas du soir, Flammarion, 1964.
  • L’Islam et sa civilisation (VIIe – XXe siècle) éd. Armand Colin, coll. « Destins du monde », Paris, 1968, ouvrage couronné par l’Académie française, 7e édition revue et corrigée, avec la collaboration d’Henry Laurens, 2003.
  • Le fil interrompu, éd. Flammarion, Paris, 1971.
  • La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle, tome 1 : Géographie et géographie humaine dans la littérature arabe des origines à 1050, 1973, réédition Éditions de l’EHESS, coll. « Les réimpressions », Paris, 2001.
  • La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle, tome 2 : Géographie arabe et représentation du monde : la terre et l’étranger, 1975, réédition Éditions de l’EHESS, coll. « Les réimpressions  », Paris, 2001.
  • Langue et littérature arabes classiques, éd. Collège de France, Paris, 1977.
  • Vive la suranie, éd. Flammarion, Paris, 1978.
  • La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle, tome 3 : Le milieu naturel, 1980, réédition Éditions de l’EHESS, coll. « Les réimpressions », Paris, 2002.
  • La Littérature arabe, éd. PUF, « Que sais-je ? », Paris, 1981.
  • Laylâ, ma raison, éd. Seuil, Paris, 1984.
  • La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle, tome 4 : Les travaux et les jours, Éditions de l’EHESS, coll. « Civilisations et sociétés », vol. 78, Paris, 1988.
  • L’Orient d’une vie, avec la collaboration de Gilles Plazy, éd. Payot, Paris, 1990.
  • Les Arabes, l'islam et l'Europe, Paris, Flammarion, 1991, avec Dominique Chevallier et Azzedine Guellouz.
  • D'Arabie et d'Islam, éd. Odile Jacob, Paris, 1992, avec Jamel Eddine Bencheikh
  • L'Evénement : le Coran, sourate LVI, éd. Odile Jacob, Paris, 1992.
  • Tête à cœur, éd. Flammarion, Paris, 1992.
  • Du Golfe aux océans. L’Islam, éd. Hermann, Paris, 1994.
  • Les Arabes : du message à l'histoire, éd. Fayard, Paris, 1995 avec Dominique Chevallier et Mohamed El Aziz Ben Achour
  • Deux Histoires d'amour : De Majnûn à Tristan, éd. Odile Jacob, Paris, 1996.
  • Carnet d'explications de textes, éd. Vuibert, Paris, 2001.
  • Le vieil homme et le vent, éd. Domens, Pézenas/Paris, 2007.
  • Ousâma : Un prince syrien face aux croisés, éd. Tallandier, Paris, 2007.
  • Croire ou rêver, éd. Bayard, Paris, 2010.
  • Les entretiens de Bagdad, éd. Bayard, Paris, 2012.
  • Le temps se signe à quelques repères : Mémoire, éd. Odile Jacob, Paris, 2016.

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Ibn Al-Muqqaffa', Le livre de Kalila et Dimna, éd. Klincksieck, Paris, 1957 ; réédition : 2012.
  • Les Mille et une Nuits, éd. Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 2005, traduit avec Jamel Eddine Bencheikh.
  • La fontaine à Bagdad : Fables arabes d'Ibn al-Muqaffa', éd.Orients, Paris, 2015.
  • Le fou de Laylâ : Le dîwân de Majnûn, éd. Actes Sud, Paris, 2016.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. college-de-france.fr
  2. Pour en savoir plus sur le rapport Miquel, lire Rapport Miquel in Le Dictionnaire, enssib, 2015.
  3. Pour le suivi du rapport Miquel, voir le site du Sénat ou un article de la revue Liber Quaterly.

Liens externes[modifier | modifier le code]