Abdullah ibn Omar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article se contredit lui-même.

La date de naissance est différente entre l'infobox/Wikidata et l'introduction. Vous pouvez y remédier.

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Abdullah ibn Omar
Informations générales
Naissance
Décès
Conflits
Élèves
Nâfi’ Mawlâ ibn ’amr (d), Tawus ibn Kaysan (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Frère
Asim ibn Umar (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sœur
Enfant
Salim ibn Abd-Allah (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Abd Allah ibn Umar (en arabe عبد الله بن عمر) est un compagnon du prophète de l'islam Mahomet, né en 612. Son père est Umar Ibn al-Khattab, deuxième calife bien guidé.

Biographie[modifier | modifier le code]

Abd Allah ibn Umar est né à la Mecque. À l'âge de dix ans, il se rend en compagnie de ses parents à Médine où il apprend le Coran au fur et à mesure que la révélation arrive. À 15 ans, il participe à la bataille du fossé. Il a également participé à la bataille d'al-Qadisiyya.
Il meurt à l'âge de 84 ans à la Mecque juste après les rituels du Hajj de l'année hégirienne 73.

Rapporteur de hadith[modifier | modifier le code]

Al-Bukhari disait que le meilleur des transmissions (Isnad) est :

« Mâlik d'après Nafî d'après `Abd Allah Ibn `Umar »

Ses fonctions[modifier | modifier le code]

D'après les Sunnans d'At-Tirmidhi, Utmän l'a chargé des fonctions de qadi au Yémen. Alors, Abd Allah aurait dit à Utmän :

Est-ce un châtiment que tu veux ainsi me faire subir,Ô Commandeur des Croyants ?

Utmän répliqua:

Mais qu'appréhendes-tu de cela, puisque ton père jugeait avant toi ?

Abd Allah reprit :

Mon père jugeait, il est vrai, mais, s'il avait une difficulté, il s'adressait à l'envoyé de Dieu, lequel, s'il ne pouvait pas trouver la solution, la demandait à l'Ange Gabriel. Or, moi je ne trouve personne à qui m'adresser[1].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de L'organisation Judiciaire en Pays D'islam, Emile Tyan, Brill Archive, page 70. Lire en ligne