Mohamed El Aziz Ben Achour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Achour.
Mohamed El Aziz Ben Achour
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinctions

Mohamed El Aziz Ben Achour (arabe : محمد العزيز بن عاشور), né le 5 janvier 1951 à La Marsa[1], est un historien et universitaire tunisien spécialiste d'histoire urbaine, sociale et culturelle de la Tunisie moderne et de la civilisation islamique.

Il occupe les postes de ministre de la Culture entre 2004 et 2008 puis celui de directeur général de l'Organisation arabe pour l'éducation, la culture et les sciences (ALECSO) entre 2009 et 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît dans une famille de lettrés de magistrats et de hauts fonctionnaires de la haute bourgeoisie tunisoise. Petit-fils du cheikh Mohamed Tahar Ben Achour, sa famille d'origine andalouse s'est installée à Tunis au XVIIe siècle ; il est le fils d'Abdelmalek Ben Achour et de Radhia Djellouli.

Il est titulaire d'une maîtrise en histoire de l'université de Tunis, d'un DEA puis d'un doctorat de troisième cycle en civilisation islamique (1977) et d'un doctorat d'État ès-lettres et sciences humaines (1986), le tout obtenu à la Sorbonne[1].

Membre du conseil scientifique de la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis et du Forum de l'académie politique[2], coordinateur du diplôme d'études supérieures spécialisées en archéologie, histoire et patrimoine à l'Université de Tunis[3],[4], il est également directeur des sciences du patrimoine à l'Institut national du patrimoine puis directeur général de l'Institut supérieur d'histoire du mouvement national, mais aussi conservateur du site historique de Sidi Bou Saïd. Il a occupé le siège de conseiller municipal du Rassemblement constitutionnel démocratique à Tunis, de 1995 à 2000[5], et devient adjoint au maire jusqu'en 2005.

En novembre 2004, il est nommé ministre de la Culture et de la Sauvegarde du patrimoine, poste qu'il occupe jusqu'en août 2008. En décembre de la même année, il est élu directeur général de l'ALECSO pour un mandat de quatre ans et entre en fonction le 1er février 2009[1].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ben Achour se voit décerner le prix Aga Khan d'architecture en 1980[6], le prix du Forum de Crans-Montana, remis le 30 juin 2012 à Bakou par le président du forum, l'ambassadeur Jean-Paul Carteron[7] et le prix de la Culture de la Fondation Mediterraneo en 2012[8].

Décorations[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le musée du Bardo : hier et aujourd’hui, 1888-1988 (avec Mounira Harbi-Riahi et Samya El Mechat), éd. Institut national d'archéologie et d'art, Tunis, 1988
  • Catégories de la société tunisoise dans la deuxième moitié du XIXe siècle, éd. Institut national d'archéologie et d'art, Tunis, 1989
  • Les ulamâ à Tunis aux XVIIIe et XIXe siècles, éd. Institut national d'archéologie et d'art, Tunis, 1991
  • La mosquée-université de la Zitouna. Le monument et les hommes, éd. Cérès, Tunis, 1992
  • Les décorations tunisiennes d'époque husseïnite, éd. Sagittaire Éditions, Tunis, 1994
  • Les Arabes : du message à l'histoire (avec André Miquel et Dominique Chevallier), éd. Fayard, Paris, 1995[13]
  • Le Bardo, palais des beys de Tunis, éd. Sagittaire Éditions, Tunis, 2000
  • La cour du bey de Tunis, éd. Espace Diwan, Tunis, 2003
  • Zaouïas et confréries. Aspects de l'islam mystique dans l'histoire tunisienne, éd. Sagittaire Éditions, Tunis, 2004
  • L'Excès d'Orient. La notion de pouvoir dans le monde arabe, éd. Erick Bonnier, Paris, 2015[14]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « M. Mohamed El Aziz Ben Achour élu directeur général de l'ALECSO », sur turess.com, (consulté le 21 décembre 2017)
  2. « Équipe du conseil scientifique », sur foap.tn (consulté le 16 février 2018)
  3. « Mohamed El Aziz Ben Achour », sur africanmanager.com, (consulté le 22 août 2016)
  4. « Le Cercle Kheireddine cherche à réinventer l’école de la République », sur leaders.com.tn, (consulté le 22 avril 2018)
  5. a et b (en) « H.E. Dr. Mohamed El-Aziz Ben Achour », sur wise-qatar.org, (consulté le 21 décembre 2017)
  6. (en) « Conservation of Sidi Bou Saïd », sur akdn.org (consulté le 7 décembre 2016)
  7. « Le directeur général de l'ALECSO lauréat du Prix de la Fondation Crans Montana » [PDF], sur cmf.ch, (consulté le 21 décembre 2017)
  8. « Le prix de la Culture de la Fondazione Mediterraneo à Mohamed El Aziz Ben Achour, directeur général de l’ALECSO », sur jetsetmagazine.net, (consulté le 7 décembre 2016)
  9. « Décrets et arrêtés », Journal officiel de la République tunisienne, no 64,‎ , p. 2180 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF])
  10. a et b « M. Mohamed El Aziz Ben Achour : décoré des insignes de commandeur de l'Ordre des arts et des lettres », sur babnet.net, (consulté le 7 décembre 2016)
  11. « Le Directeur général de l’ALECSO décoré du Wissam de l’ISESCO de premier ordre », sur archive.isesco.org.ma, (consulté le 7 décembre 2016)
  12. (en) « H.E. Dr. Mohamed El-Aziz Ben Achour », sur wise-qatar.org (consulté le 7 décembre 2016)
  13. Hervé Bleuchot, « Chevallier (Dominique), Miquel (André) et al., Les Arabes, du message à l'histoire », Outre-Mers : revue d'histoire, vol. 84, no 314,‎ , p. 108-109 (lire en ligne)
  14. « L'Excès d'Orient. La notion de pouvoir dans le monde arabe par Mohamed-el Aziz Ben Achour », sur leaders.com.tn, (consulté le 18 mai 2016)