Martin Lings

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Martin Lings
Martin LIngs - W.jpg
Biographie
Naissance
Décès
(à 96 ans)
WesterhamVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Maître
Influencé par

Martin Lings (Abû Bakr Sirâj ad-Dîn) (-) fut un érudit anglais musulman, spécialiste du soufisme, proche du métaphysicien suisse Frithjof Schuon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lings naît en 1909 à Burnage dans le Lancashire d'une famille protestante. Il est initié dès son jeune âge aux voyages, passant plusieurs périodes de son enfance aux États-Unis où travaillait son père. Il étudie au lycée en:Clifton College, puis rejoint le Magdalen College à l'université d'Oxford. Il a pour professeur C.S Lewis qui deviendra un ami intime. Les études terminées, il se rend en Lituanie pour enseigner l'anglais médiéval à l'Université de Kaunas. C'est là qu'il découvre les écrits des métaphysiciens René Guénon et Frithjof Schuon, qui le marqueront profondément[1].

En 1938, il se rend à Bâle pour rencontrer Schuon, se convertit à l'islam et devient son disciple. Avoir trouvé une voie spirituelle authentique et orthodoxe fut pour lui l'événement marquant de sa vie.

En 1939, Lings se rend au Caire en visite à un ami, assistant de Réné Guénon. Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale l'empêche de retourner en Lituanie et il reste en Égypte. Durant une dizaine d'années, il enseigne la littérature anglaise à l'université du Caire, où il produit régulièrement des pièces de Shakespeare. Il apprend l'arabe et approfondit sa connaissance du soufisme. Il épouse Lesley Smalley en 1944 et le couple s'établit dans un village près des pyramides. Mais le déclenchement de la Révolution égyptienne de 1952 et l’escalade de la violence contre les Anglais les obligent à rentrer en Angleterre.

De retour à Londres, il obtient un doctorat ès lettres en langue arabe à l'École des études orientales et africaines. Sa thèse de doctorat sur le soufi algérien Ahmad al-Alawi devient un livre à succès. Il est nommé conservateur des manuscrits orientaux au British Museum puis à la British Library.

Martin Lings est l'auteur d'une quinzaine d'ouvrages et de nombreux articles dans la revue en:Studies in Comparative Religion. Même si sa thèse sur Ahmad al-Alawi est très respectée, son œuvre la plus connue est une biographie du prophète Mohammed publiée en 1983 ; saluée par le monde arabe, elle se voit primée par les gouvernements pakistanais et égyptien. Établi dans le Kent, au sud de Londres, Lings continue à voyager pendant le restant de sa vie et accomplit chaque année le « petit pèlerinage » (oumra) à La Mecque. Il quitte ce monde le à l'âge de 96 ans[2],[3],[4],[5],[6],[7].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Un saint soufi du vingtième siècle : le cheikh Ahmad al-Alawî, Paris, Le Seuil, 1990 (ISBN 2020126583)[8],[9].
  • Le Livre de la Certitude : la doctrine soufie de la Foi, de la Vision et de la Gnose, Wattrelos, Tasnîm, 2009 (ISBN 978-2-9532200-2-5) [10].
  • Le Prophète Muhammad : sa vie d'après les sources les plus anciennes, Paris, Le Seuil, 1983 (ISBN 2-02-054979-4).
  • Qu'est ce que le soufisme ?, Paris, Le Seuil, 1975[11],[12].
  • La Onzième heure : la crise spirituelle du monde moderne à la lumière de la tradition et des prophètes, Wattrelos, Tasnîm, 2015 (ISBN 2-8251-1335-2) [13].
  • La Mecque des origines à nos jours, Wattrelos, Tasnîm, 2012[14].
  • Retour à l'Esprit : questions et réponses (préface de S.A.R. le Prince de Galles), Wattrelos, Tasnîm, 2010 (ISBN 978-2-9532200-6-3)[15].
  • Croyances anciennes et Superstitions modernes, Grez-sur-Loing, Pardès,1987.
  • L'Art sacré de Shakespeare : nous absorber dans le mystère des choses (préface de S.A.R. le Prince de Galles), Lausanne, Sept Flèches, 2008 (titre de la première édition : Le secret de Shakespeare).
  • Symbole & Archétype : essai sur le sens de l'existence, Wattrelos, Tasnîm, 2010 (ISBN 978-2-9532200-5-6)[16].
  • The Quranic Art of Calligraphy and Illumination, Cambridge, World of Islam Festival Trust, 1976.
  • The Heralds, and other Poems, 1970.
  • The Elements, and other Poems, Perennial Books, 1967.
  • Collected Poems, revised and expanded, Londres, Archetype, 2002.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]