Al-Hassan ibn Ali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hassan.
Al-Hassan ibn Ali
Hassan mojtaba - 140098.jpg
Calligraphie de Hassan Mojtaba
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
الحسن بن عليVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Père
Mère
Fratrie
Ruqayya Mashḥad (en)
ʿUthmân ibn ʿAly (d)
Abbas ibn Ali
ʿAbdullâh ibn ʿAly (en)
Jaʿfar ibn ʿAly (d)
Hilal ibn Ali (en)
Muhsin ibn Ali (en)
Al-Hussein ibn Ali
Umm Kulthum bint Ali
Zaynab bint Ali
Muhammad ibn al-HanafiyaVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Ou Isaac fille Talha ben Obeid-Allah (d)
Jaʿdatou bint al-Al’ashʿat (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Al-Qâsim ibn al-Hasan ibn ʿAly
Husayn ibn al-Hasan ibn ʿAly (d)
Zayd ibn Al-Hasan (d)
Talḥa ibn Hasan (en)
Fatimah bint al-Hasan (en)
Abû Bakr ibn Hasan (d)
Ālḥasan ālmuṯanna (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion

Abû Muhammad al-Hasan ibn `Alî ibn Abi Talib[1] également appelé Imam al-Hasan al-Mujtabâ (arabe : الإمام الحسن المجتبى) ou Hasan[2] surnommé Az-Zakî[3] est le fils aîné d'Ali et de Fâtima, fille de Mahomet. Il est né en 624, au mois de ramadan de l'an 3 du calendrier hégirien. Les titres les plus connus de l'Imam Hassan étaient Taghî, Tayyib, Zakî, Sayyid, Sibt, et Valî. Selon la tradition chiite, il succéda à son père comme second imam en 661. Il est mort vers 669-670, très probablement empoisonné[4],[5].

Il fait partie des Ahl al-Bayt.

Les sources chiites et sunnites témoignent que le Prophète a dit de lui : « Al-Hassan et Al-Hussayn sont les deux Maîtres de la Jeunesse du Paradis »[6].’ [7][8]

Biographie[modifier | modifier le code]

À la mort de son père, le peuple prêta serment d'allégeance à Hassan comme nouveau calife. Il quitta Koufa avec une armée de 40 000 hommes et se rendit à Madayn (Ctésiphon). Finalement il négocia avec Muʿāwiyah et renonça au califat en faveur de ce dernier pour que cesse la guerre entre les musulmans et que règne la paix. Il se retira ensuite à Médine, où il vécut jusqu'à sa mort en 670, empoisonné par Muʿāwiyah[9] et dans d'autres versions par sa femme Ja'da Bint Ash'at mais jusqu'à aujourd'hui la version la plus authentique chez les sunnites est que Hassan n'a jamais dénoncé son supposé assassin car il a remis cela à Dieu n'étant pas sûr et ne voulant pas accuser une personne innocente à tort. (Al Hassan a répondu: « je ne vous dirai rien. Si c'est bien la personne à qui je pense [qui m'a empoisonné (avant sa mort)] Allah s'en occupera »[10].

Certains disent que sa femme Ja'da Bint Ash'ath l'a empoisonné mais la version n'est pas reconnue comme authentique par les sunnites. Al-Dahabî dit : « je n'ai rien d'authentique attestant de cela »[11]. Ibn Kathir affirme également que ce récit n'est pas authentique pour lui »[12].

Pour les chiites, l'imam Hassan fut bien assassiné par sa femme Ja'da fille de Ash'ath b. Qays qui fut approchée par Muʿawiya, celui-ci lui proposa d'épouser son fils et futur calife Yazīd si Ja'da venait à tuer son mari. Elle accepta et empoisonna le repas de l'imam Hassan (alors qu'il allait rompre le jeûne) par un poison mortel spécialement envoyé par Muʿawiya[13].

Famille et descendance[modifier | modifier le code]

L'imam Adh-Dhahabi rapporte que al-Hassan se serait marié à neuf reprises. Cependant, il existe beaucoup de divergences à propos des nombreux mariages et divorces, certains s'appuient sur des argumentations, d'autres sur des récits. Mais aucune donnée historique n'est vraiment fiable à ce propos et n'a donc aucune valeur ni importance majeure. Certains disent même que ces narrations auraient été inventés par intérêt politique en ces temps très tourmentée et contextuelle de l'époque de Muʿawiya.

Parmi ses épouses :

De nombreuses dynasties se réclament aujourd'hui de sa descendance.

La dynastie alaouite qui règne aujourd’hui sur le royaume du Maroc se réclame de sa descendance directe et, à travers lui, de la descendance de Ali Ibn Abi Talib et de Fatima-Zahra, et, donc, de Mahomet.

Les Idrissides, fondateurs de l'état marocain sont les descendants authentique de El Hassan ibn Ali Ibn Abi Talib et de Fatima-Zahra selon les grands historiens du monde musulman comme Ibn Khaldoun dans sa Muqaddima, Ibn Kathir et Tabari.

Les descendants de Moulay Idriss el Azhar sont d’après les historiens maghrébins comme Ayachi Almarini, répartis dans tout le monde arabe en plusieurs fractions (Les Oudghiri qui se sont installés à Figuig, Yousfi Oudghiri (descendants de Sidi Youssef Ben Ahmed) qui se sont installés près de Sefrou, Kettani qui se sont installés à Fez, Jouti, ghomari qui se sont installés au Jebel Ghomara, Rayssouni, Debbagh (descendants de Sidi Abdel-aziz Debbagh) ce sont installés à Fez, Amrani, Bouzidi (descendants de Sidi Bouzid ben Ali) les Alami et bien d’autres).

Les Sulaymanides en Algérie sont les descendants de Sulayman Ier le frère d'Idris Ier ibn Abdalah al kamil ibn Hassan ibn Hassan ibn Ali ibn Abu Talib.

De nombreux shérifs de la Mecque et de Médine se réclamèrent de la descendance de Hassan.

Références[modifier | modifier le code]

  1. arabe : abū muḥammad al-ḥasan ībn `alī ībn abī talīb, أبو محمد الحسن بن علي بن ابي طالب
  2. arabe : ḥasan, حسن, beau; bon, excellent
  3. arabe : zakī, زكي, vertueux
  4. Tabari, Chronique, t. IV, tr. Abou-‘Ali Mo’hammed Bel’ami d’après les manuscrits de Paris, Gotha, Londres et Canterbury, tr. Hermann Zotenberg, Paris, Éditions d’Art les Heurs Claires, G.-P. Maisonneuve et Larose, 1980, t. IV, p. 8
  5. Annemarie Schimmel, L'Islam au féminin, Albin Michel, coll. « Spiritualités vivantes », , 219 p. (ISBN 9782226109859), p.33.
  6. Saduq, Al-Amâlî, p. 333
  7. Lujna min al-Udabâ', Mecque, p. 207
  8. Tirmidhi, Manakib, p. 31
  9. Tabari, Chronique, t. IV, tr. Abou-‘Ali Mo’hammed Bel’ami d’après les manuscrits de Paris, Gotha, Londres et Canterbury, tr. Hermann Zotenberg, Paris, Éditions d’Art les Heurs Claires, G.-P. Maisonneuve et Larose, 1980, t. IV, p. 8
  10. Ibn Sa'd al-Tabaqât al Kubrâ, page 335, no 294
  11. Târikh al-Islam, p. Le califat de Mouawiya, p.40
  12. Ibn Kathir, al-Bidâya wa al-Nihâya, p. 8/44
  13. Tabarsî, vol.1, p. 403

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]