Copte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Copte
ⲙⲉⲧⲣⲉⲙ̀ⲛⲭⲏⲙⲓ met.rem.ən.khēmi[1]
Période du Ier au XVIIe siècles environ
Pays Égypte
Typologie SVO, flexionnelle, accusative
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle langue liturgique des églises de rite copte
Codes de langue
ISO 639-2 cop
ISO 639-3 cop
IETF cop
Linguasphere 11-A
WALS cop
Glottolog copt1239
Inscriptions coptes et arabes dans une église du Vieux Caire

Le copte est une langue chamito-sémitique descendant de l'égyptien ancien dérivé de l'égyptien démotique et du grec ancien. Elle est la langue liturgique des chrétiens d'Égypte : les Coptes.

Le mot « copte » est en réalité un nom générique s'appliquant à une série de dialectes, dont six sont devenus des langues écrites et littéraires[2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme « Copte » vient de l'arabe. C'est une déformation du mot grec. Suite aux conquêtes arabes de 641, le mot se transforme en qubti puis finit par être utilisé par les Arabes pour désigner les habitants de l'Égypte. Le mot hébreu gibtith figure également dans le Talmud au IIe siècle après J.-C.[2].

Il se prononce Hipt en Basse-Égypte, Gibt en Haute-Égypte et au Caire[réf. nécessaire]. C'est cette dernière forme qui, empruntée par le français, donne l'ethnonyme Copte, lequel sert aussi à désigner la langue. Ce terme est d'abord attesté en français sous la forme cofte en 1665 pour désigner les chrétiens d'Égypte et deviendra copte en 1704[3].

Histoire du copte[modifier | modifier le code]

Du démotique au copte[modifier | modifier le code]

La langue copte apparaît vers le IIIe siècle après Jésus Christ[4]. Les textes coptes les plus anciens remontent cependant à la fin du Ier siècle[2]. Le christianisme remplace peu à peu la civilisation pharaonique. Contrairement aux écritures de l’Égypte pharaonique, le copte s’écrit avec un alphabet basé sur l’alphabet grec[4]. Aujourd'hui, environ 70% du vocabulaire copte est issu de l’égyptien ancien[5].

La majorité des mots coptes sont tirés de l'ancienne langue égyptienne, avec seulement deux mille mots empruntés au grec[6].

La langue copte est considérée comme la phase finale de l'égyptien ancien. Les chercheurs ont utilisé le copte comme base pour reconstruire l’égyptien ancien[7].

Essoufflement de la langue[modifier | modifier le code]

L'arrivée des Arabes en 639 n'entraîne pas directement la chute de la langue et de la culture des Égyptiens jusqu'ici chrétiens. Les conversions vers l'Islam étaient rares. Sous la dynastie syrienne des Omeyyades, le califat s'agrandit, l’Égypte devient une terre de passage vers l'ouest pour conquérir les Berbères. Ainsi s'installent des colons arabes musulmans venant du Hijaz, chaque province est administrée par des arabes, et la langue arabe est promue dans les grandes villes, Le Caire et Alexandrie.

À partir de 831, la première révolte copte, les Égyptiens chrétiens sont soumis à une assimilation plus rude : les conversions de masse et le désintérêt pour la langue copte commencent dès le Xe siècle. Les persécutions devinrent plus dures avec les États latins d'Orient et la présence des Croisés. La littérature copte fut traduite en arabe puis retranscrite avec l'alphabet copte et au XIIe siècle, l'arabe s'implanta dans les églises coptes : les livres de prières et la Bible furent traduits en arabe.

Avec la présence ottomane en Égypte, l'extinction du copte s'accéléra. Les persécutions depuis 831 avaient grandement réduit la population quiptophone, le reste s'étant soit converti à l'Islam et adopta la langue arabe, soit assimilé pour éviter les problèmes. Les derniers locuteurs étaient des paysans des actuels gouvernorats de Minya, Assiout et Sohag, les derniers grands bastions coptes actuellement.

Tentatives de revitalisation et situation actuelle[modifier | modifier le code]

Klaudious Labib (Ⲕ̀ⲗⲁⲩⲇⲓⲟⲥ Ⲗⲁⲃⲓⲃ, 1868-1918) est le principal exemple donné concernant la tentative de revitalisation de la langue copte. Il naît dans le Gouvernorat d'Assyout alors fortement peuplé de coptes et s'intéressa à sa langue liturgique. Labib sort diplômé de l'école Patriarchale du Caire avec une maîtrise du copte et de l'égyptien classique comme son contemporain Ahmed Kamal (né en 1851). Voulant sensibiliser le monde au sort de la langue copte (considérée comme éteinte depuis le XVIIIe siècle), il publie des dictionnaires en français et en anglais.

En 1892, Iklaudious Labib devient professeur au collège clérical. De la même manière qu'Eliézer ben Yehouda ressuscita l’hébreu, il impose l'usage unique du copte à sa famille et aux écoles chrétiennes d'enseignement primaire. En 1900, il publie un périodique ‘Ayn Shams (‘Héliopolis’ ⲱⲛ) dans le but de faire revivre sa langue. Le dialecte choisi comme standard de la langue copte est le Bohaïrique, jugé puriste à cause de ses nombreux archaïsmes. À sa mort, quelques égyptiens (surtout ses élèves) continuèrent le travail de revitalisation[8].

Avec l'arrivée de Gamal Abd el-Nasser et du nationalisme arabe, les Coptes furent enrôlés dans une nouvelle société prônant l'arabisme. La langue copte était maîtrisée par quelques habitants de Moyenne-Égypte et par la diaspora au début du XXIe siècle mais reste en danger.

Dialectes coptes[modifier | modifier le code]

Dès la fin du XVIIIe siècle, les spécialistes repèrent trois différents dialectes coptes : le sahidique, le bohaïrique et le fayoumique. Dans les années 1920, deux autres dialectes sont découverts : l'akhmimique et le subakhmimique (ou assioutique). Dans les années 1950, les linguistes commencent à étudier un sixième dialecte, dit de Moyenne-Égypte, l'oxyrhynchite (Bahnasa). On tente notamment d'opérer d'autres distinctions entre divers dialectes - celui de l'île Éléphantine à Assouan, celui de Girgâ, celui de Damiette, etc. -, mais ces derniers sont plutôt vus de nos jours comme des subdialectes. La question de savoir quel est le dialecte copte le plus ancien paraît sans fondement dans la mesure où, pour les linguistes, les dialectes coptes constituent le prolongement des dialectes de l'égyptien ancien tels qu'ils étaient pratiqués dans différentes régions. Mais certains dialectes ont représenté la langue littéraire de leur époque. Ainsi, il est fort probable que le sahidique, le bohaïrique, l'akhmimique, le subakhmimique (assioutique), le fayoumique et le bahnasa aient été les langues littéraires des IIIe et IVe siècles. En revanche, aux Ve et VIe siècles, c'est le sahidique qui devient la langue littéraire dominante. Le fayoumique est resté langue littéraire jusqu'au XIe siècle. De nos jours, le bohaïrique continue à être utilisé, dans la liturgie des églises coptes[9].

On tend actuellement à classer les différents dialectes coptes en deux groupes principaux[9] :

  • un premier groupe, dont l'origine remonte au sahidique, s'étendant au sud du Delta dans la vallée du Nil ;
  • un deuxième groupe, d'origine bohaïrique, qui était parlé par les habitants du Delta jusqu'à Memphis.

Cependant, le coptologue Gawdat Gabra signalait en 1996 que les recherches portant sur la répartition géographique des nombreux dialectes coptes n'étaient qu'à leur début. Il a soutenu que « la découverte de manuscrits coptes sur les sites archéologiques ne saurait que donner un élan aux études traitant des dialectes coptes sous un angle géographique » et que « peu de manuscrits ont été trouvés directement sur des lieux de fouilles » [9].

D'après Michael Heshmat, conférencier aux cours de l'évêché des jeunes dans la cathédrale orthodoxe copte Saint Marc au Caire, en 2017, « Plusieurs professeurs supérieurs, des papes et certains villages de Haute Égypte peuvent parler la langue copte aussi couramment que l'arabe, leur langue maternelle »[6].

Sources disponibles[modifier | modifier le code]

La langue copte est la seule descendance de l'égyptien ancien. C'est donc une langue afro-asiatique. On compte plusieurs dialectes :

Seul le bohaïrique est encore utilisé et uniquement dans la liturgie. Il a remplacé, en tant que langue liturgique, le sahidique au XIe siècle. C'est à partir de ce choix que l'émergence d'une identité copte contemporaine a probablement pu se faire.

Les documents de Nag-Hammadi sont en sahidique ancien.

Par ailleurs, le mot sa'id vient d'un mot copte/égyptien désignant la fleur du désert égyptien fleurissant en quelques heures sous l'effet d'une pluie passagère, et se flétrissant aussi rapidement.

L'étude de la grammaire copte s'appuie sur deux démarches linguistiques, diachronique et synchronique, dont le choix reste sujet à controverse. Les deux démarches partent du principe que l'étude des dialectes permet de remonter à la grammaire copte originelle. À défaut de cette investigation, les chercheurs en sont réduits à ne se focaliser que sur le copte liturgique, qui serait une normalisation plus ou moins arbitraire de la langue copte antique.

On retrouve ce cas de figure dans d'autres disciplines, par exemple :

  • l'étude du sanskrit où la normalisation de la grammaire date de l'époque de Panini ;
  • l'étude de l'hébreu où la normalisation prend le nom de Massora ;
  • l'étude du latin normalisé au Xe siècle ;
  • l'étude de l'arabe normalisé par la grammaire coranique.

La première démarche est la linguistique synchronique : les dialectes sont d'abord repérés géographiquement, puis étudiés par rapport au contexte historique local. Ainsi parlera-t-on de copte « subakhmimique », de copte « mésokémite » ou « crypto-méso-kémite ».

L'analyse diachronique du copte[10][modifier | modifier le code]

La deuxième démarche est la linguistique diachronique. C'est celle qu'a utilisée Champollion[11] pour déchiffrer les hiéroglyphes. Elle consiste à étudier la généalogie des langues, en particulier de leurs structures grammaticales. Dans cette démarche, les recherches ont permis d'établir des invariants grammaticaux remarquables entre les textes hiéroglyphiques des pyramides[12] et les structures grammaticales des dialectes coptes.

En l'occurrence, la liste de ces invariants est scindable en deux types :

  • les invariants que l'on retrouve uniformément dans tous les dialectes du copte, appelés pandialectaux ;
  • les invariants que l'on retrouve dans un dialecte plus qu'un autre : les invariants dialectaux. À ce titre, le bohaïrique renvoie le plus à des archaïsmes.

Une liste non exhaustive d'invariants :

  • le participe conjonctif : la structure est similaire à « idaafa » en arabe, et se traduirait en français par des mots composés du type « porte-monnaie » ou « monte-charge ». On y trouve une partie nominale et une partie verbale ;
  • l'infinitif à valeur d'impératif (utilisé pour « baliser » le début des versets des textes des pyramides) ;
  • l'ampliatif post-fixé ;
  • l'effet « sandhi », ou modification lexicale des préfixes et suffixes avant agglutination. C'est un effet identifié à l'étude du sanskrit ;
  • le genre toujours masculin de l'infinitif en copte, bien que le genre féminin existe.

Écriture et prononciation[modifier | modifier le code]

Manuscrit copte.
Inscriptions en français, copte et arabe à l'entrée de l'église orthodoxe copte à Paris.

La langue copte s'écrit au moyen de l'alphabet copte, semblable au grec en majuscules, complété par sept caractères démotiques qui servent à noter des phonèmes que l'alphabet grec ne pouvait rendre. Naturellement, il est logique d'étudier la prononciation de l'alphabet par étude du démotique. Toutefois, cette démarche est contestée.

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

Vocabulaire indigène[modifier | modifier le code]

La langue copte hérite la majorité de son vocabulaire de l’égyptien démotique (parlé jusqu'au Ve siècle).

Pronoms personnels comparés
Copte

singulier

Copte

pluriel

Arabe

singulier

Arabe

pluriel

Hébreu

singulier

Hébreu

pluriel

I anok ⲁⲛⲟⲕ anon ⲁⲛⲟⲛ anā أنا naḥnu نحن ani אני anakhnu אנחנו
II ent-hok ⲛⲑⲟⲕ

ent-ho ⲛⲑⲟ

ent-hoten

ⲛⲑⲱⲧⲉⲛ

anta أنت

anti أنت

antum أنتم

antunna أنتنّ

ata אתה

at את

atem אתם

aten אתן

III ent-hof ⲛⲑⲟϥ

ent-hos ⲛⲑⲟⲥ

ensou ⲛⲑⲱⲩ huwa هو

hiya هي

hum هم

hunna هنّ

hu הוא

hi היא

hem הם

hen הן

Nombres

Les nombres sont soumis à la différenciation masculin/féminin comme l'arabe ou l'hébreu. On trouve ainsi:

  • un, une : ouwai, ouwei
  • deux : esnav, esnouty
  • trois : shomt, shomty
  • quatre : eftou, efte
  • cinq : etiou, etie
  • six : soouw, so
  • sept : shashf, shashfi
  • huit : eshiên, eshmiêni
  • neuf : fit, fity
  • dix : miêt, miêty

Les jours de la semaine ⲡⲓⲉϩⲟⲟⲩ ⲛⲧⲉ ⲡⲓⲁⲛϣⲁϣϥ (Piehoon ente pianshashf) se basent sur les chiffres (comme dans les langues sémitiques). En réalité, le chiffre est précédé de Pi ⲡⲓ, l'article défini masculin. Deux jours ont un nom spécial: le samedi est appelé Pisabvaton ⲡⲓⲥⲁⲃⲃⲁⲧⲟⲛ et le dimanche a pour nom Tikouriakê ϯⲕⲩⲣⲓⲁⲕⲏ.

Les mots sont classés en deux catégories selon leur genre et leur nombre.

Singulier Pluriel
Indéfini ou ⲟⲩ han ϩⲁⲛ
Défini pi ⲡⲓ, ep, ef

t-, et, es

ni ⲛⲓ, nen ⲛⲉⲛ

(mixte)

Mois Coptes
No. Nom Dates grégoriennes Saison Origine et nom en égyptien ancien
Bohaïrique Sahidique Copte romanisé Arabe égyptien
1 Ⲑⲱⲟⲩⲧ Ⲑⲟⲟⲩⲧ Soout توت Tūt 11 septembre – 10 octobre
SA
x t
Akhet (Inondation)
Thot, dieu du savoir, Djehouti
2 Ⲡⲁⲟⲡⲓ Ⲡⲁⲱⲡⲉ Paopi, Pawpe بابة Bābah 11 octobre – 10 novembre
SA
x t
Akhet (Inondation)
Hapi, dieu du Nil, Pa en Ipt
3 Ⲁⲑⲱⲣ Ϩⲁⲑⲱⲣ Asôr, Hasôr هاتور Hātūr 10 novembre – 9 décembre
SA
x t
Akhet (Inondation)
Hathor, déesse de l'amour, Hout Horo
4 Ⲭⲟⲓⲁⲕ Ⲕⲟⲓⲁⲕ Khoiak, Koiak كيهك Kiyahk 10 décembre – 8 janvier
SA
x t
Akhet (Inondation)
Ka Ha Ka = Bien du bien, taureau Apis
5 Ⲧⲱⲃⲓ Ⲧⲱⲃⲉ Tôvi, Tôve طوبة Ṭūbah 9 janvier – 7 février
pr
r
t
ra
Proyet, Peret, ou Poret (Pousse)
Amso Khem, forme d'Ammon-Ré Ta Apt
6 Ⲙⲉϣⲓⲣ Ⲙϣⲓⲣ Meshir, Mshir أمشير Amshīr 8 février – 9 mars
pr
r
t
ra
Proyet, Peret, ou Poret (Pousse)
Mechir, génie du vent Pa an Mekhirou
7 Ⲡⲁⲣⲉⲙϩⲁⲧ Ⲡⲁⲣⲙ̀ϩⲟⲧⲡ Paremhat, Parmehotp برمهات Baramhāt 10 mars – 8 avril
pr
r
t
ra
Proyet, Peret, ou Poret (Pousse)
Mont, dieu de la guerre Pa an Amenhotep
8 Ⲫⲁⲣⲙⲟⲩⲑⲓ Ⲡⲁⲣⲙⲟⲩⲧⲉ Farmousi, Parmoute برمودة Baramūdah 9 avril – 8 mai
pr
r
t
ra
Proyet, Peret, or Poret (Pousse)
Renno Pa an Rennoutet
9 Ⲡⲁϣⲟⲛⲥ Ⲡⲁϣⲟⲛⲥ Pashons بشنس Bashans 9 mai – 7 juin
Smwra
Shomu ou Shemu (Sécheresse)
Khenti, forme d'Horus Pa an Khonsou
10 Ⲡⲁⲱⲛⲓ Ⲡⲁⲱⲛⲉ Paoni, Paone بؤونة Ba’ūnah 8 juin – 7 juillet
Smwra
Shomu ou Shemu (Sécheresse)
p. 3-n-In = festival de la vallée
11 Ⲉⲡⲓⲡ Ⲉⲡⲓⲡ Epip أبيب Abīb 8 juillet – 6 août
Smwra
Shomu ou Shemu (Sécheresse)
Apida, serpent tué par Horus Ip ipi
12 Ⲙⲉⲥⲱⲣⲓ Ⲙⲉⲥⲱⲣⲏ Mesori, Mesoriê مسرى Masrá 7 août – 5 septembre
Smwra
Shomu ou Shemu (Sécheresse)
Mesori, naissance du soleil Mesaout Rê
13 Ⲡⲓⲕⲟⲩϫⲓ ⲛ̀ⲁ̀ⲃⲟⲧ Ⲕⲟⲩϫⲓ ⲛ̀ⲁ̀ⲃⲟⲧ Pi Kougi Enavot نسيئ Nasī’ 6–10 septembre
Smwra
Shomu ou Shemu (Sécheresse)
Le petit mois

Emprunts et influence[modifier | modifier le code]

Une grande partie de ses emprunts ont été faits au grec byzantin surtout dans le domaine religieux. On trouve par exemple Ⲁⲅⲅⲉⲗⲟⲥ Angelos Ange, ⲉⲕⲗⲉⲥⲉⲓⲁ Ekleseya Église ou encore ⲑⲉⲟⲥ Seos/Theos Dieu (homonyme de ⲛⲟⲩϯ Nouty). Au moins 20 % du vocabulaire copte est issu du grec.

Figé ainsi, le copte n'a peu/pas fait d'emprunt à l'arabe, cependant l'arabe égyptien a hérité de sa syntaxe et de certains mots :

  • imsāḥ, تمساح (Arabe), תמסח (Hébreu) – "crocodile" ; ⲉⲙⲥⲁϩ emsaḥ ; pénétrant en turc comme timsah.[réf. nécessaire]
  • ṭūbah طوبة "brique" ; Sahidique ⲧⲱⲃⲉ to:be ; Bohaïrique ⲧⲱⲃⲓ to:bi ; Entré en espagnol et en catalan (par l'arabe d'Andalousie) comme tova et adobe.[réf. nécessaire]
  • wāḥah واحة "oasis" ; Sahidique ⲟⲩⲁϩⲉ waḥe, Bohaïrique ⲟⲩⲉϩⲓ weḥi.[réf. nécessaire]

Étymologie des villes d’Égypte[modifier | modifier le code]

  • Le Caire venant de l'arabe, l'ancien site était appelé Kashromi Ⲕⲁϣⲣⲱⲙⲓ
  • Gizeh vient directement de Giza Ⲅⲓⲍⲁ
  • Alexandrie vient du grec, cependant la ville est appelé Rakote Ⲣⲁⲕⲟⲧⲉ par les Coptes.
  • Rosette d'où vient la Pierre de Rosette est appelé Rashit Ⲣⲁϣⲓⲧ
  • Fayoum Ⲡⲉⲓⲟⲙ Peiom fut un grand centre de l'art copte, connu pour ses peintures
  • Assiout vient de Siowt Ⲥⲓⲟⲟⲩⲧ
  • Louxor qui abrite de grands ensembles religieux est appelé Ⲛⲏ
  • Abydos ancienne ville est appelée Ebot Ⲉⲃⲱⲧ
  • Assouan connu pour son barrage est appelé Souan Ⲥⲟⲩⲁⲛ
  • Edfou Etbo Ⲉⲧⲃⲟ
  • Kom Ombo Embo Ⲙⲃⲱ

Conversation (dialecte Bohaïrique)[modifier | modifier le code]

Pour saluer :

  • Nane toouwi ⲛⲁⲛⲉ ⲧⲟⲟⲩⲓ signifie littéralement « Bon matin ».
  • Nane rouhi ⲛⲁⲛⲉ ⲣⲟⲩϩⲓ signifie « Bon après-midi » dans la mesure où l'on salue.
  • Nofri eehoou ⲛⲟϥⲣⲓ ⲉϩⲟⲟⲩ signifie « Bonjour » de façon générale.

Pour prendre congé de quelqu'un :

  • Nofri egoreh ⲛⲟϥⲣⲓ ⲉϫⲱⲣϩ littéralement « Bonne nuit ».
  • Ougai ⲟⲩϫⲁⲓ « salut » dans le sens de « au revoir ».

Pour demander l'état de santé :

  • Ash pe pekriêty? ⲁϣ ⲡⲉ ⲡⲉⲕⲣⲏϯ « Comment est la santé ? »
  • Touwog ϯⲟⲩⲟϫ « Bien ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En dialecte bohaïrique.
  2. a b et c Gawdat Gabra, « Langue et littérature coptes », Égypte/Monde arabe, nos 27-28,‎ , p. 57–66 (ISSN 1110-5097, DOI 10.4000/ema.1030, lire en ligne, consulté le 12 avril 2020)
  3. Voir le CNRTL
  4. a et b « Comment est-ce que les archéologues ont compris comment se prononçaient les hiéroglyphes? Merci - Max, 15 ans », RTS,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mai 2020)
  5. « Si le copte est une langue contenant très peu de mots de l'ancien égyptien, comment cette langue a-t-elle pu aider à la traduction des hiéroglyphes après translittération? - Champ, 71 ans », RTS,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mai 2020)
  6. a et b « Coptic: Ancient language still spoken today », sur EgyptToday (consulté le 14 mai 2020)
  7. Seawright, Caroline., « Egyptian Language Report », LIN1NLB Essay,‎ (lire en ligne)
  8. « Revival of the Coptic Language | The Coptist », sur coptist.wordpress.com (consulté le 12 juillet 2016)
  9. a b et c Gawdat Gabra, « Langue et littérature coptes », Égypte/Monde arabe, nos 27-28,‎ , p. 57–66 (ISSN 1110-5097, DOI 10.4000/ema.1030, lire en ligne, consulté le 12 avril 2020)
  10. Conférence de M. Gérard Roquet, (École Pratique des Hautes Études, Paris).
  11. « Je me livre entièrement au copte. Je veux savoir l'égyptien comme mon français parce que sur cette langue sera basé [sic] mon grand travail sur les papyrus égyptiens », voir l'article Champollion.
  12. Les coffin texts de James Peter Allen.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Wikipédia en Copte dans l'Incubateur de Wikimedia.

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • Pierre du Bourguet, Les Coptes, Que sais-je ? no 2398, 1989
  • Richard Smith, A concise Coptic-English lexicon, SBL resources for biblical study 35 (ISBN 978-0-88414-039-9 et 0-88414-039-3) ;
  • James Peter Allen, The Ancient Egyptian Pyramid Texts, , 471 p. (ISBN 978-1-58983-182-7 et 1-58983-182-9, lire en ligne) ;
  • Wolfgang Kosack: Lehrbuch des Koptischen.Teil I:Koptische Grammatik.Teil II:Koptische Lesestücke, Graz 1974.
  • Wolfgang Kosack: Der koptische Heiligenkalender. Deutsch - Koptisch - Arabisch nach den besten Quellen neu bearbeitet und vollständig herausgegeben mit Index Sanctorum koptischer Heiliger, Index der Namen auf Koptisch, Koptische Patriarchenliste, Geografische Liste. Christoph Brunner, Berlin 2012, (ISBN 978-3-9524018-4-2).
  • Wolfgang Kosack: Schenute von Atripe De judicio finale. Papyruskodex 63000.IV im Museo Egizio di Torino. Einleitung, Textbearbeitung und Übersetzung herausgegeben von Wolfgang Kosack. Christoph Brunner, Berlin 2013, (ISBN 978-3-9524018-5-9).
  • Wolfgang Kosack: Koptisches Handlexikon des Bohairischen. Koptisch - Deutsch - Arabisch. Verlag Christoph Brunner, Basel 2013, (ISBN 978-3-9524018-9-7).
  • Thomas O. Lambdin, Introduction to Sahidic Coptic, Macon, Ga., Mercer University Press., , 377 p. (ISBN 978-0-86554-048-4 et 0-86554-048-9, lire en ligne) ;
  • J. Vergote. Peeters, Grammaire Copte, vol. Ia, Ib, IIa, IIb., Louvain, (ISBN 90-6831-425-4) ;
  • Jaroslav Cerný et Sarah Israelit Groll, A Late Egyptian Grammar, Rome, Biblical Institude Press,  ;
  • W. E. Crum, Coptic Dictionary, New York, Oxford University Press, 1939, 2000 (ISBN 978-0-19-864404-0 et 0-19-864404-3) ;
  • Magdi Sami, Histoire des Coptes d'Égypte, ;
  • M. Gerspach, Les tapisseries coptes, Quantin, Paris, .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]