Mariages arabes préislamiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les Arabes pratiquaient la polygynie et certaines formes proches de la polyandrie avant Mahomet. Ces dernières furent prohibées pour le fait de la difficulté à déterminer le vrai père pour les règles d'héritage[1].

Selon les chroniqueurs musulmans, il existait, au moins, sept mariages arabes préislamiques avant Mahomet[2],[3],[4],[5]. Avec l'avènement de l'islam, Mahomet a aboli six types de mariages coutumiers pour ne conserver que le mariage actuel, en y ajoutant, toutefois, quelques nouvelles règles. Requalifiés en adultère, ces pseudo-mariages ont donc été par la suite justiciables de la peine de mort.

Mariage actuel[modifier | modifier le code]

Tahlil[modifier | modifier le code]

Cela consistait à demander la fille chez ses parents, le mari donnait une dot en échange du mariage à sa future femme. Cela autorisait les rapports sexuels avec celle-ci appelé tahlil. Ce type de mariage avec des témoins et un contrat écrit a été conservé par Mahomet.

Mariages requalifiés en adultère[modifier | modifier le code]

Istibza[modifier | modifier le code]

Le terme arabe istibda’ signifie la recherche d’une progéniture. Sa réalisation est la suivante : pour obtenir une progéniture noble, le mari envoie sa femme chez une personne considérée comme noble et évite toute relation sexuelle avec elle jusqu'à ce qu'elle tombe enceinte de l'autre.

L’enfant né de ses relations est rattaché à son mari. L’initiative vient parfois de la femme. On peut comparer ce mariage à l’insémination artificielle où la femme recourt au sperme d’un autre homme que le sien pour des raisons de stérilité. Ce type de mariage a été interdit par Mahomet.

Badal[modifier | modifier le code]

Le terme arabe Nikah al-badal signifie mariage par échange d’épouse : deux hommes échangent les femmes après en avoir divorcé. Ceci fut interdit aussi.

Râba'[modifier | modifier le code]

Le "nikah ar-râba'" consiste en ce qu'une femme dispose un drapeau devant sa porte et accueille des hommes (sexuellement). Lorsqu'elle tombe enceinte et accouche, tous les hommes qui ont eu un rapport avec elle se rassemblent, et un kaif (à partir des formes des pieds des mâles et ceux du nourrisson) determine qui est le père. Ce mariage a également été prohibé par Mahomet.

Mukhadanah[modifier | modifier le code]

Le "nikah mukhadanah" s'opère ainsi : jusqu'à dix mâles ont des rapports avec une même femme. Lorsque celle-ci tombe enceinte, elle choisit comme père celui qu'elle désire. L'homme ne peut pas refuser. Cela fut également prohibé en islam.

Shighar[modifier | modifier le code]

Le "nikah shigar" se réalise de la manière suivante. Un homme donne en mariage sa fille ou sa sœur, contre la fille ou la sœur d'un autre, sans payer de dot. Cette pratique a encore cours dans les pays arabes, même si un récit de Mahomet l’interdit. Les juristes musulmans sont partagés concernant la validité de ce mariage. Certains estiment qu’il est valide, mais que chacune des femmes a droit à la dot d’équivalence. D’autres estiment qu’il s’agit d’un mariage nul. D’autres encore le considèrent comme nul ou valide selon l’expression utilisée.

Mut'a[modifier | modifier le code]

Pour un "nikah mut'a", l'homme convient avec une femme d'une durée pour un mariage, toujours une esclave, jamais une femme libre. Ce type de mariage a été également prohibé selon les quatre écoles sunnites, les chiites zaydite et les chiites ismaéliens. Selon les chiites imamites et certains savants sunnites, ce mariage est toujours autorisé.

Mudamadah[modifier | modifier le code]

Le terme mudamadah signifie avoir des rapports avec un autre homme que le mari. En période de famine, des tribus pauvres poussent leurs femmes à se rattacher à des hommes riches lors des marchés publics. Par la suite, elles reviennent vers leurs maris avec ce qu’elles ont acquis comme nourriture et biens. Cela est interdit en Islam.

Dhawaq[modifier | modifier le code]

Le terme dhawaq signifie dégustation. Cette coutume aurait été largement répandue parmi les arabes préislamiques. N'aimant pas être liés par des mariages permanents, ils préfèrent le mariage dhawaq. Ce terme provient du nom d’une femme appelée Dhawaqah, qui se serait mariée avec des hommes les uns après les autres pour les déguster. La littérature rapporte de nombreux cas de femmes agissant de la sorte. L’une d’elles, appelée Um Kharijah, aurait épousé une quarantaine d’hommes provenant de vingt tribus. Une locution arabe di(sai)t à cet égard: "Plus rapide que le mariage d’Um Kharijah" .

Al-maqt[modifier | modifier le code]

En Arabie préislamique, lorsqu'un homme meurt et laisse une femme et des enfants d'une autre femme, le plus âgé de ces enfants hérite de la veuve en mariage. S'il la refuse ou y renonce ultérieurement, elle passe à un autre enfant. Ce mariage se faisait sans contrat et sans dot. En l'absence d'enfants, elle passait aux plus proches. La femme ne pouvait s'en libérer que si elle parvenait à payer son acquéreur. On connaît une variante de ce système dans l'Ancien Testament sous le nom du lévirat (Dt 25,5-10). Le principe est le même à l'exception qu'il s'applique lorsqu'un homme meurt sans laisser de fils. Sa femme revient alors à son frère et si ce dernier conçoit un enfant avec elle, alors l'enfant portera le nom du défunt et non du frère. Le Coran a condamné ce genre de mariage (4:19 et 22).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ar) Sahîh-u İbnu Hibbân VI, 175
  2. 'Sosyal Bilimler Ansiklopedisi', Risale Yayınları, 2 tomes, rubrique "evlilik".
  3. (ar) Sahih al-Muslim, Kitab al-Talaq IX : 181
  4. (ar) Sahih al-Bukhari, LXII, Kitab al-nikah : 36
  5. (ar) Ibn Hajar al-Asqalani, Fethu'l-Bari, 11, 88

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]