Hela Ouardi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hela Ouardi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
UniversitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Hela Ouardi, née en 1973, est une universitaire tunisienne, professeure à l'université de Tunis - El Manar et auteure spécialiste de l'islam et de littérature française.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Hela Ouardi effectue des études supérieures en littérature à l'université de Tunis et obtient une thèse de doctorat en 2001 en littérature française à l'université Sorbonne-Nouvelle, sur le thème : La littérature au miroir dans l'œuvre romanesque de Raymond Queneau[1].

Elle devient professeure de littérature et de civilisation françaises à l'université de Tunis - El Manar, mais aussi, ultérieurement, chercheuse associée au Laboratoire d'études sur les monothéismes au Centre national de la recherche scientifique[2],[3].

Ses premières publications, dans les années 2000, sont consacrées à la littérature française. Après la révolution tunisienne de 2011, elle prend une année sabbatique et se plonge dans l'histoire de l'islam. Son ouvrage Les derniers jours de Muhammad, publié en 2016 par les éditions Albin Michel, est remarqué : il relate ses recherches sur la mort mystérieuse du prophète, et tente de reconstituer ses derniers jours[4],[5],[6]. Deux ans après sa sortie, Les derniers jours de Muhammad est édité par les éditions Koukou en Algérie, premier pays arabe à le publier. Une traduction en langue arabe est en cours[5]. Ce livre est censuré au Sénégal sous la pression d'organisations islamistes et d'hommes politiques[3],[7].

En 2019, poursuivant ses travaux sur le début de l'Islam, elle publie, toujours chez Albin Michel, un deuxième ouvrage, Les Califes maudits, la déchirure, consacré à la façon dont l'entourage du prophète a géré sa succession. Selon Gilles Kepel« le grand mérite de Hela Ouardi est de confronter les sources chiites et les sources sunnites »[8].

Publications[modifier | modifier le code]

  • La littérature au miroir dans l'œuvre romanesque de Raymond Queneau, Villeneuve-d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Thèses à la carte », , 584 p. (ISBN 2-284-03555-8).
  • Connaissez-vous Queneau ?, Dijon, Éditions de l'université de Dijon, , 233 p. (ISBN 978-2-915-55277-5).
  • L'androgyne en littérature, Tunis, Simpact, , 282 p. (ISBN 978-2-915-61138-0).
  • Les derniers jours de Muhammad, Paris, Albin Michel, coll. « Spiritualités vivantes », , 368 p. (ISBN 978-2-226-40060-4).
  • Les Califes maudits, la déchirure, Paris, Albin Michel, coll. « Spiritualités vivantes », , 250 p. (ISBN 978-2-226-44106-5)[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La littérature au miroir dans l'œuvre romanesque de Raymond Queneau », sur theses.fr (consulté le 17 avril 2019)
  2. « Hela Ouardi », sur franceculture.fr (consulté le 17 avril 2019)
  3. a et b Ruth Grosrichard, « La mort du Prophète de l'islam : contre-enquête sur une ténébreuse affaire », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne)
  4. Samy Ghorbal, « Hela Ouardi : la mort du Prophète est un drame shakespearien », Jeune Afrique,‎ (ISSN 1950-1285, lire en ligne, consulté le 7 mai 2019)
  5. a et b Latifa Abada, « Hela Ouardi : "Mon livre, les derniers jours de Muhammad, a été condamné sans même être lu" », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 17 avril 2019)
  6. Catherine Golliau, « La vraie mort de Mahomet », Le Point,‎ (ISSN 0242-6005, lire en ligne)
  7. Hamidou Anne, « Au Sénégal, le "fanatisme mou" obtient la censure d'un livre sur Mahomet », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne)
  8. Bernadette Sauvaget, « Les Califes maudits, succession story », Libération,‎ (ISSN 0335-1793, lire en ligne)
  9. « Hela Ouardi nous parle de Les Califes maudits, la déchirure », sur france.tv, (consulté le 17 avril 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]