Ibn Kathir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

`Imâd ad-Dîn abû al-Fidâ' 'Ismâ`îl ben `Umar ben Kathîr[1] ou Ibn Kathîr est un juriste shâfi'ite, traditionniste arabe musulman et historien. Il est né en 1301 à Bosra au sud de la Syrie. Ibn Kathîr est mort en février 1373 à Damas et est enterré au cimetière des Soufis de cette même ville, aux côtés de Ibn Taymiyyah.Ibn Kathir étant un des élèves du théologien Ibn Taymiyya[2], haute figure de la doctrine du salaf, le Tafsir d'Ibn Kathir est le tafsir le plus souvent repris par les mouvements salafistes pour interpréter le Coran[3],[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a étudié auprès d'Abou al Hajaj al Mizzi qui était son principal cheikh, ainsi qu'Ibn Taymiya à Damas de l'école hanbalite pendant la période mamelouke en Syrie. À la fin de ses études en 1341, sa première fonction officielle est de participer à une commission d'enquête chargée de trancher certain problèmes d'hérésies. Par la suite il occupe des fonctions plus ou moins officielles. En juin/juillet 1366 il devient professeur dans la grande mosquée de Damas.

Ibn Kathîr est l'auteur d'un commentaire du Coran (tafsir). Ibn Kathir met les versets du Coran en relation avec les hadiths. Le commentaire du Coran par Ibn Kathîr est réputé et un des plus répandus.

Ibn Kathîr est célèbre pour sa capacité à mémoriser les textes, il savait par cœur tout le Coran et un grand nombre de hadiths. Il est connu comme juge (cadi), comme historien. Bien qu'ayant étudié avec des hanbalites, Ibn Kathîr se réclame du chaféisme[5]. Deux de ses ouvrages en sont témoins, l'un d'eux ayant pour titre Les Catégories des disciples de l'imam Ach-Chafî.

Son ouvrage ayant le plus de succès est sa grande histoire de l'islam La Bidâya[6] qui comprend une importante chronique de la ville de Damas.

À la fin de sa vie, Ibn Kathîr devint aveugle. Il attribua cette cécité à son habitude de travailler tard le soir dans sa tentative de réorganiser le recueil de hadiths d'Ahmad ibn Hanbal (Musnad) en rangeant les hadiths par thème plutôt que par chaîne de garants (isnad).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

La croyance de Ibn Kathir[modifier | modifier le code]

Ibn Kathir parle de l’istiwa de Allah[modifier | modifier le code]

21062012

Dans son tafsir, lors de l’explication du verset { ثُمَّ ٱسۡتَوَىٰ عَلَى ٱلۡعَرۡشِ } (thoumma stawa ‘ala l-‘arch) [Sourat Al-A’raf/54], Ibnou Kathir a dit :

« Les gens ont à ce sujet plusieurs avis, mais ce n’est pas le lieu de les détailler ici. Nous citons ici la voie du Salaf vertueux de Malik, de Al-Awza’i, de Ath-Thawri, de Layth Ibnou Ka’b, de Ach-Chafi’i, de Ahmad ibnou Hanbal, de Ishaq ibnou Rahawih et d’autres qu’eux parmi les imams musulmans du passé et contemporains et plus récents, à savoir de lire ces versets comme ils sont parvenues. Sans attribuer le comment, ni d’assimilation, ni annulation de ces versets. 

Et le sens apparent qui vient à l’esprit des assimilateurs est nié au sujet de Allah ta’ala. Car Allah n’a pas de ressemblance avec quoi que ce soit de Ses créatures. Rien n’est tel que Lui et Il est Celui qui entend et qui voit. Mais il en est comme l’on dit les imams parmi lesquels Na’im ibnou Hammad al-Khouza’i, le chaykh de Al-Boukhari, qui a dit : « Celui qui assimile Allah à Ses créatures est un mécréant, et celui qui renie ce que Allah a cité comme attributs pour Lui-même est mécréant ». Et il n’y a pas, dans les attributs que Allah a cités comme étant Ses propres attributs ni dans ceux que Son messager a cités, d’assimilation. Celui qui confirme à Allah ta’ala ce qui est parvenu dans les versets explicites et les nouvelles sûres, conformément à ce qui est digne de l’éminence de Allah ta’ala et qui a nié au sujet de Allah ta’ala les défauts, il aura suivi la voie de bonne guidée.»

Notes[modifier | modifier le code]

  1. arabe : ʿimād ad-dīn ʾabū al-fidāʾ ʾismāʿīl ben ʿumar ben kaṯīr, al-qurašī ad-dimašqī aš-šāfiʿī عماد الدين أبو الفداء اسماعيل بن عمر بن كثير بن ضوء بن كثير ، القرشي الدمشقي الشافعي
  2. http://www.academia.edu/6996715/Was_Ibn_Kathir_the_Spokesperson_for_Ibn_Taymiyya_Jonah_as_a_Prophet_of_Obedience
  3. http://www.qss.org/articles/salafi/text.html
  4. http://www.salafibookstore.com/sbs/new/sbs.cfm?scn=productsdisplay&catID=1&subID=0&prodID=30
  5. D'où son surnom d'Ach-Chafi`î, arabe : aš-šāfiʿī, الشافعي, le chaféite
  6. arabe : al-bidāya wa an-nihāya, البداية و النهاية, Le début et la fin

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]