Bahira

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rencontre de Bahira et de Mahomet (illustration du Jami al-tawarikh, vers 1315)
Monastère de Bahira à Bosra (Syrie)

Bahira[1] (arabe : بحيرى) est un moine chrétien (arien[2] ou nestorien) arabe ou Syriaque qui aurait été mêlé aux origines de l'islam.

Dans la tradition islamique[modifier | modifier le code]

D'après la tradition musulmane que l'on peut trouver dans les récits de Ibn Hisham, Ibn Sa'd al-Baghdadi et de Tabari, Bahira aurait découvert la « marque du prophète » entre les deux omoplates de Mahomet alors que celui-ci était âgé de 9 ou 12 ans[3] et qu'il accompagnait son oncle Abu Talib[4] en Syrie à Bosra dans un trajet caravanier Mecquois à des fins commerciales.

Lorsque la caravane passa devant lui, il invita tous les commerçants à une fête. Ils acceptèrent l'invitation mis à part Mahomet qui devait garder les chameaux mais Bahira insista pour qu'il se joigne à eux[5]. Ce sont les stigmates sur le corps de Mahomet que remarqua le moine, ainsi que le nuage qui le suivait, lui faisant ombrage pendant toute la durée de la journée, qui lui indiquèrent que le jeune garçon allait devenir un « prophète ».

Dans la tradition chrétienne[modifier | modifier le code]

Dans la tradition chrétienne[6], Mahomet aurait reçu les connaissances du christianisme qui apparaissent dans le Coran d'un moine hérétique : Bahira.

D'après l'Apocalypse de Bahira, un texte qui connait quatre versions plus ou moins longues, en arabe et en syriaque, Bahira aurait tenté d'instruire le jeune Mahomet pour qu'il puisse évangéliser sa tribu, mais ce dernier aurait transformé cet enseignement chrétien pour en faire une "nouvelle révélation".

Point de vue contemporain[modifier | modifier le code]

Bahira était un prédicateur religieux vivant, comme Mahomet, dans l'environnement propagandiste judéonazaréen de la région de Lattaquié (nord de la Syrie contemporaine) [7]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il peut être orthographié ainsi: Baʿhîrâ (Chronique de Tabari, traduction de Zotenberg) page 244.
  2. Jean Damascène, Des hérésies, chap. CI.
  3. Dictionnaire du Coran, directeur de publication Mohammad Ali Amir Moezzi, Paris, éditions Robert Laffont (2007), (ISBN 978-2-221-09956-8), extrait du livre, présentation du livre
  4. Abel, A. "Baḥīrā". Encyclopædia of Islam. Brill. Brill Online, 2007
  5. William Montgomery Watt, Muhammad: Prophet and Statesman', p. 1. Oxford University Press (1964).
  6. St Jean Damascène, Théodore Abu Qurrah, l'apologie d'Al-Kindi... Voir "The legend of Sergius Bahira : eastern christian apologetics and apocalyptic in response to islam" par B. Roggema (Brill)
  7. Odon Lafontaine 2015, p. 5;32;73

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Carra de Vaux, La légende de Bahira, Revue de l'Orient chrétien, 1897, p. 439-454
  • Odon Lafontaine, Le grand secret de l'islam : L'histoire cachée de l'islam révélée par la recherche historique, Paris, Odon Lafontaine, , 2e éd., 96 p. (ISBN 978-1-326-18074-4), p. 5,32,73

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]