Khadija bint Khuwaylid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant l’islam
Cet article est une ébauche concernant l’islam.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Khadidja bint Khuwaylid
Description de cette image, également commentée ci-après

Promptuarii iconum insigniorum ; dessin d'artiste publié par Guillaume Rouillé à Lyon (France) en 1553, plus de 900 ans après la mort de Khadija

arabe : خَدِيجَة بِنت خُوَيلِد الطَّاهِرَة

Naissance v. 555
La Mecque
Décès
La Mecque ou dans le désert aux alentours de La Mecque.
Pays de résidence Arabie du VIIe siècle.
Distinctions

Khadija bint Khowaylid est une Mère des Croyants. Elle fut le tout premier être humain à embrasser l'islam, avant même Abu Bakr. Khadija fut la seule épouse de Mahomet à avoir reçu le salut d'Allah via l'ange Jibril.

Khadija est la seule épouse de Mahomet à avoir passé 25 ans auprès de lui, et elle fut la seule avec qui il pratiqua la monogamie. Elle lui donna 6 enfants. "La meilleure des femmes de ma communauté a été ma première épouse : Khadija bint Khowaylid." (hadith rapporté par al-Boukhari)

Khadija est considérée comme une des 4 femmes accomplies du Paradis, avec sa fille Fatima Zahra, Assiya (mère adoptive de Moïse) et la Vierge Marie (mère de Jésus)
Ascendants
père : Khuwailed bin Assad
mère : Fatima bint Zaeda
Conjoint
Descendants
Zaynab, Oum Khoultoum, Rukayya, Fatima Zahra, Qassim et Abdallah.
Famille
Abu Talib (oncle), Waraqa ibn Nawfal (cousin nestorien ou judéo-nazaréen).

Khadija ou Khadidja bint Khuwaylid (arabe : خَدِيجَة بِنت خُوَيلِد الطَّاهِرَة [Khadīja bint Khuwaylid at-Tāhira], « Khadija fille de Khuwaylid la Pure », طاهِر [Tāhir], « pur ») (v. 555-619 à La Mecque) est la première épouse du prophète de l'islam Mahomet. Elle est considérée dans l’islam comme la mère de tous les musulmans.

Origines[modifier | modifier le code]

Son père est Khuwailed bin Assad bin Abdul Uza bin Qussay bin Kelab bin Murra, sa mère est Fatima bint Zaeda[1].

Il est dit qu'elle est une riche commerçante, peut-être issue d'une famille chrétienne[2] et membre de l'importante tribu mecquoise des Banu Asad, branche des Quraych. D'après Ibn Ishaq, son cousin Waraqa ibn Nawfal est prêtre nestorien[3],[4].

Premiers mariages[modifier | modifier le code]

Avant Mahomet, Khadija se marie deux fois :

  • Abou Hala (Al Nabashe bin Zouara Al Tamimi)[1]: ils auront deux filles Hind et Hala. Ce mariage se termine par un divorce[5].
  • puis avec Atiq bin Abed Al Makhzoumi[1], jusqu'au décès de celui-ci. Ils auront une fille : Hind.

Mariage avec Mahomet[modifier | modifier le code]

Ibn Ishaq décrit Khadija comme "commerçante, noble, la mieux née de La Mecque, la plus riche, une femme intelligente et résolue, et Dieu lui voulait du bien."[6] Elle employait des hommes pour faire le commerce de sa richesse en leur confiant ses marchandises.

Elle engagea un jour le jeune Mahomet, qui s'était fait remarquer par son intégrité, pour conduire son commerce caravanier vers la Syrie. Il devient vite son homme de confiance, et elle lui propose le mariage, qu'il accepte en 595. Elle avait alors 40 ans et lui 25[5].

Selon Tabari, le père de Khadija refusa le mariage de sa fille avec Mahomet car il était trop pauvre pour elle. Khadija utilisa alors la ruse. Elle invita son père à un festin, auquel elle convia Mahomet, et fit en sorte que son père y boive de l'alcool. Le père de Khadija s'enivra et Abu Talib (oncle de Mahomet et de Khadija) en profita pour demander la main de Khadija au nom de Mahomet. Le père ivre accepta, et on célébra le mariage très vite. A son réveil, le père de Khadija réalisa son erreur, mais il était trop tard car le mariage avait été conclu devant de nombreux témoins de La Mecque.[7]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Ils auront ensemble six enfants, deux fils morts en bas âge (Qasim,et Abdallah) et quatre filles (Zeynab, Rukayya, Umm Kulthum et Fâtima).

En 610, Mahomet revient un soir chez eux et lui apprend qu'il entend un esprit. Selon Les Chroniques de Tabari, Khadija devine qu'il s'agit de l'ange Gabriel. Elle va tout de même parler à son cousin, le prêtre judéo-nazaréen Waraqa ibn Nawfal, qui reconnaît en Mahomet le nouveau prophète.[8]

Khadija croit tout de suite à la mission de Mahomet, et devient la première convertie après la révélation du Prophète. Khadija est donc le tout premier être humain de l'Histoire à devenir musulman, d'après Les Chroniques de Tabari. Abu Bakr fut le 2e converti (et le 1er des hommes adultes). Ali fut le premier enfant converti.[9]

Selon Les Chroniques tome II de Tabari, Khadija aurait dit à Mahomet qui n'avait pas confiance en sa mission : "Tu peux au moins m'appeler, moi, avant tous les autres hommes ; car je crois en toi."[10]

Selon la tradition musulmane, Khadija fut la seule des épouses de Mahomet à avoir reçu le salut de la part de l'ange Jibril et le salut d'Allah Lui-même ! En effet, lors d'une de ses révélations, Jibril aurait dit à Mahomet : "Transmets à ta femme Khadija le salut de son Seigneur et le mien."[11]

Khadija soutient Mahomet au cours de sa mission. Elle l'aide grâce à son argent et son amour. Elle le rassure aussi quand il doute. Elle lui aurait dit : «Ton Seigneur ne t’a ni abandonné ni détesté ». Cette phrase a été retranscrite dans le Coran (S 93 V 3).

Selon Ibn Ishaq, Khadija subit les persécutions contre les musulmans. Elle est puissante et riche, elle peut donc protéger son mari. Néanmoins, elle assiste aux persécutions contre les plus faibles. Elle endure aussi le boycott contre les musulmans entre 616 et 619. Elle souffre de la famine et de la mise au banc des musulmans à La Mecque, mais elle tente de faire rentrer de la nourriture dans le quartier des boycottés.[12] Khadija choisit délibérément de subir le boycott. Elle ne faisait pas partie de la famille des Hachémites, par conséquent elle aurait pu être épargnée et vivre dans l'opulence, mais elle refusa de quitter son mari et ses amis musulmans. Elle préféra la faim et le bannissement. Cela rendit son courage encore plus méritoire et exemplaire, aux yeux des musulmans.[13]

Toutes ces épreuves épuisent Khadija, d'autant qu'elle avait déjà plus de 60 ans, selon la tradition musulmane.

Tant qu'elle est restée vivante, Mahomet n'a jamais épousé d'autre femme.

À sa mort (vers 619), Mahomet est profondément affecté. Cette année porte le nom de l'année du deuil, du chagrin.

Khadija décède à l'âge de 65 ans, son mariage avec Mahomet aura duré 25 ans.

Mahomet pensait souvent à elle, même des années après sa mort. Il aurait dit de Khadija : "Elle a eu confiance en moi lorsque les autres ne m'ont pas cru. Elle a mis ses biens à ma disposition pour la cause de l'Islam. Elle me donna des enfants." (hadith d'al-Boukhari et Mouslim).

Aïcha, la troisième épouse de Mahomet, était très jalouse du souvenir de Khadija. Elle voyait que Mahomet pensait encore à sa défunte femme des années après sa mort. En colère, Aïcha se serait exclamée : "C'est comme s'il n'y avait eu aucune femme au monde à part Khadjia !"[14]

Au XIVe siècle, Ibn Kathir révèle que certains savants se sont posé des questions sur les deux épouses préférées de Mahomet : laquelle était supérieure à l'autre ? Certains de ces savants disaient que Khadija était supérieure car elle avait donné des enfants à Mahomet, contrairement à Aïcha. De plus, les hadiths racontent que Allah Lui-même avait salué Khadija, alors que Aïcha s'était contentée du simple salut de l'ange Jibril.

Les chiites, détestant Aïcha, placent automatiquement Khadija au-dessus d'elle.

En revanche, d'autres savants sunnites jugèrent que Aïcha surpassait Khadija en grâce et en esprit.[15]

Quoi qu'il en soit, Mahomet dit de Khadija : « La meilleure des femmes au monde a été Marie ; la meilleure des femmes de ma Communauté a été ma première épouse Khadîja."  [Rapporté par Al-Bouhkari].

L'ange Gabriel serait descendu sur Terre pour rassurer Mahomet. Il aurait dit à Mahomet :« Khadija aura, au Paradis, une maison de nacre, et elle n'y sera troublée par aucun bruit.»

Généalogie[modifier | modifier le code]

Selon l'islam, les Arabes sont les descendants d'Ibrahim (Abraham) par l'intermédiaire de son fils Isma'ïl (Ismaël). La tradition musulmane propose par conséquent une généalogie de Khadidja remontant à ces deux personnages bibliques. Par ailleurs, selon Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman, les données archéologiques et historiques concluent que le récit biblique relatif à Abraham est légendaire[16].

 
 
 
 
 
 
 
 
Abraham
Père des Patriarches
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ismaël
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Qaidâr
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hamal
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Yaschdjob
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ya`rob
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Homaisa
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Odad
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Odd
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
`Adnan
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ma`add
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nizâr
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Modhar
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
d'Elyâs
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Modrika
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Khozaima
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Kinâna
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nadhr
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mâlik
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Fihr
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ghâlib
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lowayy
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ka`b
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Morra
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Kilâb
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Qoçayy
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
`Abd-El-`Aziz
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
`Abd-El-`Ôzzi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Assad
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Khuwaylid
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Khadija

Le prénom Khadija[modifier | modifier le code]

En arabe, Khadija signifie « l'enfant précoce, la prématurée ».

En Afrique noire, on trouve la forme Kadiatou, en turc celle de Hatice.

Dans le Nord du Maroc, une région berbère, le Rif, on trouve la forme Khaddouj. Désormais en voie de disparition.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Le livret de famille du prophète Mouhammad, Damas-Syrie, MR Antique Groupe, page 8.
  2. « Le Prophète Mohammed: sa vie, ses enseignements… ». D’après Ibn Ishâq, Khadija Bint Khouwaylid était une femme d’affaires noble et fortunée
  3. La place de Jésus dans l’Islam, Cheikh Khaled Bentounès… c’est un chrétien dénommé Warraka, parent de sa femme Khadija, qui lui confirmera sa mission prophétique.
  4. Le Coran Mahomet lui-même épousa, dans la tradition islamique, Khadidja, dite parfois juive, mais qui serait plus probablement judeo-nazaréenne dans la mesure où son oncle, Waraqa, est dit être « chrétien » (en fait, « nasraniy », traduit par chrétien) converti (gagné aux idées politico-religieuses des ébionites ?) et versé dans les Écritures hébraïques. Un hadith rapporte même que quand Waraqa mourut, la Révélation faite à Mahomet s'interrompit pour un temps.
  5. a et b Janine Sourdel et Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l'islam, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige - Dicos Poche », (ISBN 978-2130545361), « Khadija bint Khuwalid, ?-619 »
  6. Ibn Ishaq, Muhammad (tome I), Albouraq, 647 p., p 143
  7. Tabari, Les chroniques tome II; Muhammad, sceau des prophètes, 354 p., p 58-59
  8. Tabari, Les Chroniques tome II; Muhammad, Sceau des prophètes, , 354 p., p 67
  9. Tabari, Les Chroniques tome II; Muhammad, Sceau des prophètes, Actes Sud Sindbad, , 354 p., p70
  10. Tabari, Les Chroniques tome II : Muhammad, Sceau des prophètes., Actes Sud Sindbad, , 359 p., p 68
  11. {{Ouvrage}} : paramètre titre manquant, Hadith Hassan rapporté par Nassa-î n° 254.
  12. Ibn Ishaq, Muhammad (tome I), Paris, Albouraq, , 646 pages p., p 277
  13. Resit Haylamaz, Khadjia, la première femme musulmane et femme du prophète Mohammed, Editions du Nil, , 113 pages p., p 81
  14. Al-Boukhari, Sahih al-Boukhari, Hadith rapporté par Boukharî n° 3816
  15. Ibn Kathir, As-Sira, la biographie du prophète Muhammad, éditions Universel, 1000 p., p 393
  16. Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman, La Bible dévoilée. Les nouvelles révélations de l’archéologie, Bayard, 2002), 431 p. (ISBN 978-2-227-13951-0), p. 47-50 et p. 361-367

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]