Mollah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Mola, Molas, Molla et Mollat.
image illustrant l’islam
Cet article est une ébauche concernant l’islam.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Mollah[1], mullah, mulla ou mollâ (en persan : ملا, en hindi : मुल्ला), désigne un érudit musulman dans des pays dont le langage a une influence perse : Iran, Afghanistan, sous-continent indien, Turquie, etc. Dans le monde arabe, on utilise plutôt le terme d'ouléma (ʿalim / ʿulama) pour des fonctions analogues.

Le mot a en arabe des sens très variés, voire presque contraires : aide ; associé ; client ; champion ; défenseur ; maître ; propriétaire ; esclave affranchi ; patron ; suzerain.

Mots dérivés[modifier | modifier le code]

  • Mawlânâ[2] ou maulânâ a été le titre donné au mystique iranien Jallal ad-Dîn Rûmî fondateur de l’ordre des derviches tourneurs. Mevlana désigne Jallal ad-Dîn Rûmî.
  • Moulay[3] ou mawlay est le titre des souverains Alaouites du Maroc.
  • Mawâli[4] pluriel de mollâ désignait les nouveaux convertis non arabes rattachés à une tribu arabe dont ils dépendaient.
  • Mawlawiya[5] est le nom de l’ordre des derviches tourneurs fondé par Djalâl ad-Dîn Rûmî.
  • Walîy[6]. Le Coran invite à choisir ses amis (ʾawlyâʾ) parmi les musulmans[7]. Pour les chiites, Ali est le plus grand des walîy : il est l’ami de Dieu, son lieutenant (parfois traduit régent). Les imams qui lui succèdent seront aussi investis de cette qualité d’« amis de Dieu[8] » . Ils ne reçoivent pas directement le message divin de la bouche de l’ange comme pour Mahomet, mais ils reçoivent son inspiration en songe.

Mollahs chiites[modifier | modifier le code]

Un mollah dans un imamzadeh. Tabriz, Iran

Les mollahs portent une cape (persan: `abā, عبا) et un turban noirs s'ils sont des descendants de la famille du prophète de l'islam Mahomet (ils sont appelés sayyids), blancs sinon.

Il y a des grades :

Ces grades sont attribués par les universités islamiques et par un système de cooptation, vos pairs vous reconnaissant le droit de recevoir ce titre.

Remarques[modifier | modifier le code]

  • Il ne devrait pas avoir de "h" à la fin du mot car il n’y a pas de tāʾ marbūṭa à la fin du mot arabe ملا.
  • L'ambiguïté du mot explique les différences d’interprétation du hadith de Ghadir Khumm entre chiites et sunnites.

Le prophète aurait dit[réf. nécessaire] : « Que pour tous ceux dont je suis le Mawlâ, qu’`Alî soit aussi leur Mawlâ. » Les implications de cette phrase sont différentes selon que l'on comprend ce mot comme « le maître ; le seigneur » comme le font les chiites ou comme « l’ami ; le soutien » comme les sunnites.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. arabe : mawlān, مولًى, pl. mawâlin, موالٍ aide ; défenseur ; seigneur
    persan : molā, ملا, membre du clergé
    turc : molla
  2. arabe : mawlānā, مولانا, Notre mollah, La syllabe finale est la marque du possessif notre en arabe
    turc : mevlana
  3. arabe : mawlāy, مولايّ, seigneur ; sire
  4. arabe : mawālin, موالٍ, clients
  5. arabe : mawlawīya, مواويّة, derviches tourneurs ; seigneuriaux
    turc : mevlevi
  6. arabe : walīy, وليّ pl. ʾawlyāʾ أولياء : protecteur ; saint patron ; ami de Dieu ; tuteur ; celui qui sert de guide spirituel
  7. Par exemple Le Coran, « La Vache », II, 8, (ar) البقرة
  8. arabe : walayā, وليا, amis de Dieu
  9. arabe: ḥuja al-islām, حجة الإسلام ; persan: ḥojatoleslām, حجتالاسلام, preuve de l'islam
  10. arabe: ʾāya allāh, آية الله; persan: ʾāyatollāh, آيتالله, signe de Dieu

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]