Cabotage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le cabotage est l'acheminement de marchandises ou de passagers sur une courte distance.

Origine du terme[modifier | modifier le code]

Le navigateur Jean Cabot, né Giovanni Caboto, avait 10 ans de plus que Christophe Colomb et cherchait lui aussi la route des Indes. Il longeait les côtes, qu'il dessinait le plus précisément. « Il est possible, si non probable » qu'il soit à l'origine du terme cabotage[1]. « Il laissera son nom à une façon de naviguer en longeant les côtes : le cabotage »[2].

Maritime[modifier | modifier le code]

Le cabotage maritime ou transport maritime à courte distance (TMCD), aussi appelé short sea shipping (SSS), consiste en l'acheminement de marchandises et de passagers par mer entre des ports rapprochés. Pour des transports à plus longue distance on parle de navigation au long cours, pour des distances courtes on parle de bornage.

Un caboteur de faible tonnage au Bangladesh en 2005.

Ce terme désigne initialement une activité de transport marchand dans laquelle les navires, appelés caboteurs, allaient de cap en cap (Caboter)[3],[4] en évitant donc de s'éloigner de la côte.

L'identification des repères et des obstacles identifiables pendant la navigation était relevée, en fonction de chaque voyage, dans des carnets de navigation (portulan).

La compilation de ces carnets a permis de dresser les premières cartes côtières.

On peut différencier le cabotage national (entre ports d'un même pays), le cabotage international (entre ports de différents pays) et le cabotage au sein d'une même mer (ex.: le cabotage méditerranéen).

  • bornage : navigation au sein d'un même quartier maritime ;
  • petit cabotage : navigation entre les ports d'un même pays et d'une même façade maritime ;
  • grand cabotage : navigation d'une mer à une autre au sein d'un même pays ;
  • cabotage international : navigation entre des ports de pays différents appartenant à une même façade continentale[5].

Le cabotage se limite généralement à une bande de navigation côtière d'environ 20 milles marins.

Par opposition au cabotage, on parle de navigation hauturière (s'éloignant de la vue des côtes et incluant des navigations de nuit), navigation au long cours (d'océan en océan), navigation côtière (proche des côtes mais pouvant inclure des navigations de nuit).

Depuis 2014, le cabotage maritime, par la volonté des acteurs publics et privés, concurrence le transport routier. En tonnes/km, la part du maritime est proche des 40% du total contre 45% pour le routier.[6]

Aérien[modifier | modifier le code]

Dans le droit aérien, le cabotage désigne le transport de passagers, de courrier et de marchandises entre deux points à l'intérieur du territoire d'un État, effectué par un autre État ou une entreprise de transport aérien d'un autre État. La Convention de Chicago de 1944 accorde aux États signataires le droit de refuser le cabotage (art. 7).

Transport terrestre[modifier | modifier le code]

Transport de marchandises[modifier | modifier le code]

Dans le droit du transport routier de marchandises, le cabotage, réglementé, consiste à quitter un pays avec un véhicule et à charger puis décharger, à plusieurs reprises, dans un pays frontalier, avec retour obligatoire au pays d'origine. La réglementation le concernant est protectionniste : elle a pour objet d'éviter des mises en concurrence déséquilibrées, en grand nombre, entre les transporteurs routiers de marchandises, qui seraient favorisés par des prix de revient (main d'œuvre, carburants, véhicules) disproportionnés avec ceux supportés par leurs confrères étrangers.

Transport de personnes[modifier | modifier le code]

Suivant la directive européenne du , la France accorde le cabotage des transports de voyageurs aux sociétés de transport transnationales pourvu que le total des passagers nationaux cabotant dans leur pays ne dépasse pas 50 % des effectifs. Par exemple Eurolines (service de cars) qui développait un service uniquement international depuis et vers la France a pu permettre d'ouvrir des dessertes nationales pour les résidents. Ainsi là où un autocar partait de Paris pour relier directement Rome peut désormais débarquer et embarquer des passagers à Lyon. On dit alors qu'il y a cabotage à Lyon.

Transport par rail[modifier | modifier le code]

Par extension, le cabotage désigne également la desserte des cours à marchandises qui équipaient la plupart des gares jusqu'à l'avènement du camion. Un train de cabotage était[Quand ?] constitué d'une locomotive quittant une gare principale avec un ensemble de wagons à distribuer dans les différents raccordements et cours marchandises d'une ligne ou d'un tronçon, puis assurait au retour la collecte des wagons prêts pour l'expédition.

Le « cabotage ferroviaire » concerne également le transport de voyageurs dans le cadre de l'Union européenne.

Cabotage et environnement[modifier | modifier le code]

Le cabotage présente un certain nombre d'avantages par rapport au transport routier, mais en complément du transport maritime international, et de la mise en relation physique et biologique de bassins versants par les canaux, il peut aussi contribuer à la dispersion d'espèces invasives aquatiques[7]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La France en Amérique », sur histoire-france-web.fr (consulté le ).
  2. Jean-Marc Soyez, « La chasse des terres neuves », Quand l'Amérique s'appelait Nouvelle-France (1608-1760),‎ , p. 7-14 (lire en ligne, consulté le ).
  3. Dictionnaire
  4. http://www.cnrtl.fr/etymologie/caboter
  5. Louis Lacroix, "Les écraseurs de crabes sur les derniers voiliers", Aux Portes du Large, Nantes, 1947.
  6. « Définition Cabotage • Les Horizons », sur Les Horizons (consulté le )
  7. Wasson, K., Zabin, C.J., Bedinger, L., Diaz, M.C. & Pearse, J.S.(2001) Biological invasions of estuaries without internationalshipping: the importance of intraregional transport. BiologicalConservation, 102, 143–153

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]