René Marchand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marchand.
René Marchand
Description de l'image defaut.svg.
Naissance (79 ans)
Montluçon (Allier))
Nationalité Drapeau de France Française
Diplôme
licence d'arabe
Profession

René Marchand, né le (79 ans), à Montluçon (Allier), est un journaliste et essayiste français. Il est issu de l'École nationale des langues orientales vivantes et licencié de langue et littérature arabes en Sorbonne. Journaliste de radio et de télévision, il collabore à La Nouvelle Revue d'Histoire.

Il est un critique de l'islam et s'est spécialisé dans des ouvrages et articles narrant la conquête de l'islam mais aussi dénonçant, selon lui, la complicité de l'élite européenne dans sa progression en Europe. Son ouvrage Mahomet, contre-enquête détaille les étapes et techniques de la conquête de la péninsule Arabique par Mahomet puis par ses émules. Depuis fin 2010, il collabore à Riposte laïque.

Formation[modifier | modifier le code]

Il passe son enfance, avenue Jules-Guesde, dans le quartier des Fours-à-chaux de Montluçon, fréquente l’école publique Paul-Lafargue; Son père est « mort pour la France » et un des fusillés de la carrière des Grises était un proche de sa famille[1]. Pupille de la Nation, il fait ses études primaires et secondaires à Montluçon puis à Paris où il rejoint l'École nationale des langues orientales vivantes, puis la Sorbonne. Il est licencié d’arabe classique et devient journaliste à partir de 1959.

Carrière[modifier | modifier le code]

De 1963 à 1967, il est responsable de la rédaction, puis directeur de la station émettant en français, arabe, afar et somali de Djibouti pour l'ORTF. Simultanément, il est correspondant de l’Agence France-Presse. En 1968 et en 1969, il est rédacteur en chef adjoint à France Inter. Il rejoint la 2e chaîne de 1969 à 1972, devient rédacteur en chef adjoint, puis rédacteur en chef, chef du service des informations générales et présentateur du journal. Coproducteur, avec Jacqueline Baudrier, du magazine mensuel Le Troisième Œil, il fait ses premières grandes émissions en France sur la drogue (La Drogue chez nous), l’immigration (Le Pain de l’exil) et reçoit le Prix Unda. Il fait des missions de conseil, d’audit et de redressement pour des groupes de presse, français et étrangers et devient cadre supérieur dans le groupe Média participations avant de prendre la direction générale de filiales pour la production TV, la production et la commercialisation de cassettes vidéos de 1990 à 1992.

Critique de l'Islam[modifier | modifier le code]

En 2013, dans son ouvrage Reconquista ou la mort de l’Europe, édité par Riposte laïque, René Marchand préconise d'interdire l'Islam en Europe et de le déclarer incompatible avec la nationalité française. Ainsi, selon lui, « tout citoyen français ayant un ancêtre jusqu'à la troisième génération portant un nom ou un prénom marquant son appartenance à l'Islam doit choisir entre la citoyenneté française et l'Islam »[2]. Selon lui, l'Islam ne reconnaît pas la liberté de conscience et pour cette raison est incompatible avec l'un des premiers principes de l'État français qui déclare que « la République assure la liberté de conscience »[3].

Écriture[modifier | modifier le code]

  • Pour la télévision : série 6x52 min La Corde au cou. L’Affaire de Boiscoran, avec Jean-Pierre Aumont, Antonella Lualdi… librement adapté d’Émile Gaboriau. Réalisation : Marcel Moussy. Pathé, Antenne 2, RTBF.
  • Pour la radio : La Nuit avant-dernière (Série Les Tréteaux de la nuit. France-Inter).
  • Roman : Simon Siméon. Ed. ATP.
  • Collaboration à Et pourtant je tourne…, de Claude Chabrol. Éditions Robert Laffont. Réédité Ramsay 1999.
  • Pour le groupe Bayard (Pèlerin Magazine) : Le Grand Journal du Siècle : environ 1 200 sujets historiques traités comme des articles de presse. Publication 1998-99.
  • Chansons avec le compositeur Jean Courtioux (éditions Delatour).
  • Pour Radio France : adaptation de Simon Siméon. 3x5x10 min. Réalisation : Claude Chebel.
  • Dans la série On a beau dire, 6x5 min. Interprètes : Claude Piéplu, Julien Guiomar. 2000-2001.
  • Poésie : Si tu ne me crois pas..! Comptines. (illustrations de Paul Marty). Gut & Mac. 2003.
  • Essai : La France en danger d’islam. Entre jihâd et Reconquista. L’Âge d’Homme. Lausanne. 2002. Réédité. Nouvelle édition augmentée. 2008. Éditions du Trident.
  • Histoire : Mahomet. Contre-enquête. L’Échiquier. Mai 2006. 2e édition : octobre 2006.
  • Collabore à La Nouvelle Revue d’Histoire et à divers périodiques.
  • A travaillé comme « nègre » et a publié (roman policier, poésie) sous pseudonymes.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de l’Ordre national du Mérite (1971).
  • Président de la Section professionnelle Presse-Communication du RPR (1984-1989), puis président d’honneur.

Publications[modifier | modifier le code]

Livres faits en collaboration:

  • Reconquista ou Mort de l’Europe, Éditions Riposte laïque, 280p., 6 mars 2013
  • Pas de voile pour Marianne !, Élisabeth Lalesart (préface de René Marchand), Éditions Riposte laïque, 172 p., 5 janvier 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. http://ripostelaique.com/mon-pere-na-pas-donne-sa-vie-pour-que-montlucon-sa-ville-soit-livree-a-lislam.html
  2. "Dès qu'on raisonne à partir de réalités irréfutables, implacables, en termes simples et justes, on ne peut arriver qu'à une conclusion : l'Islam doit être interdit en Europe. Mesures de désislamisation : l'Islam est déclaré incompatible avec la nationalité française, un citoyen français ne peut être musulman, tout citoyen français ayant un ancêtre jusqu'à la troisième génération portant un nom ou un prénom marquant son appartenance à l'Islam doit choisir entre la citoyenneté française et l'Islam. Il sera expulsé en cas de propagande pour l'Islam (par exemple par l'attribution de prénoms musulmans à ses descendants). Pour demeurer ou devenir citoyen français, un "musulman d'origine", donc musulman selon le droit musulman : signe une déclaration, publiée au Journal officiel et dans la presse d'annonces légales, de renonciation à l'Islam, d'"apostasie"", change ses noms et prénoms, renonce à arborer les signes identitaires de l'Islam, à participer aux rites et cérémonies de l'Islam, à faire de la propagande en faveur de l'Islam. [...] Les dispositions les plus strictes seront à prendre pour ne pas créer des Européens de façade demeurés musulmans de conviction, des moriscos.", Reconquista ou la mort de l’Europe, René Marchand, éditions Riposte Laïque, 2013, p. 387
  3. Islam définie comme une religion : piège à bouffons !, René Marchand, bvoltaire.fr, 23 mai 2013