Quraych

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Quraych ou Quraychites (en arabe: قريش Qurayš, qui signifie littéralement en arabe « petit requin ») sont les descendants de Quraych, surnom d'un lointain ancêtre appelé Fihr. Ils appartiennent au groupe des Arabes adnanites qui se disaient descendants d'Adnan et par lui d'Ismaël. Six générations après Fihr, surnommé Quraysh, Qusay (qusay ben kilāb قصي بن كلاب), parvient à les fédérer et à prendre à la tribu yéménite des Khuza'a - selon la tradition grâce à une alliance matrimoniale - le contrôle de La Mecque, de ses puits et de la Kaaba (qui était déjà un lieu de pèlerinage antéislamique).

Qusay est le père d'Abd Manaf, grand-père de Hashim, bisaïeul d'`Abd al-Muttalib, trisaïeul d'‘Abdullah, ce dernier étant le père de Mahomet.

Un hadith du Sahih Muslim (livre 20 - « Le livre sur le Gouvernement » ou Kitab al-Imara - No 4476) dit que tous les califes doivent descendre des Quraychites : « Abd Allah ben `Umar, rapporte: Le Messager de Dieu disait: Le califat restera parmi les Quraych même s'il ne reste que deux personnes sur terre. »[1].

Les deux premiers qui califes : Abû Bakr et `Omar n'ont pas été choisis dans la descendance de Qusay, mais sont néanmoins du clan quraychite. Le troisième `Uthman et tous les suivants sont tous descendants de Qusay. Les califes turcs Ottomans n'ont aucune filiation avec les Quraychites.

Les plus farouches adversaires de Mahomet se sont recrutés parmi les Quraychites. Un de ses oncles Abû Lahab qui fait l'objet de la condamnation divine dans la sourate CXI La corde[2]. Un autre adversaire déclaré est Abû Sufyân qui se convertit à l'islam au moment de la prise de la Mecque par les troupes musulmanes. Son fils Mu`âwîya sera le premier calife héréditaire, fondateur de la dynastie Omeyyade.

Le , le clan mecquois des Quraychites, qui avait contraint Mahomet à l'exil vers Médine deux ans auparavant, est défait par la petite troupe de Mahomet à la bataille de Badr, première bataille victorieuse de l'islam, devenue mythique.

Le clan de Mahomet porte le nom de Hâchim (Hachémites), les souverains jordaniens revendiquent cette ascendance.

Sourate[modifier | modifier le code]

La sourate 106 du Coran porte le titre Les Quraych. C'est une des sourates les plus courtes, elle invite les Quraychites à honorer Dieu dans la Kaaba[3].

Branches des Quraysh[modifier | modifier le code]

Les grandes subdivisions des Quraysh, appelées du nom de leur ancêtre :

  • Banu Abd ad-Dar
  • Banu Abd al-Manaf et ses subdivisions :
    • Banu Nawfal, clan de Mut`im ibn ‘Adi[4], opposant de Mahomet.
    • Banu Muttalib
    • Banu Hashim, clan de Mahomet, de Ali, de Aqil, de Al-Abbas Ibn Abd al-Muttalib et de Jaâfar at-Tayyār. Les Hachémites, Alaouides, Idrissides et Abbassides s’y rattachent. C'est (théoriquement parlant) le clan le plus puissant et le plus respecté du monde musulman. Le fait étant qu'ils sont issus de la plus légitime lignée du monde musulman, ils subissent depuis plusieurs siècles toutes formes de discriminations leur empêchant d'exercer toute forme de pouvoir, discrimination qui atteindra sont apothéose en 1924 lors de la déposition de Hussein ben Ali, Roi hachémite de la région du Hedjaz et Chérif de La Mecque par Ibn Séoud, Roi d'Arabie, mais aussi en 1962, lors de la déposition du dernier Roi et Imam Zaïdite du Yémen, Muhammad Al-Badr, déposé lors d'un coup d'état. Aujourd'hui, la plupart des dirigeants du monde arabe font tout leur possible pour éviter une "résurrection hachémite" qui amènerait leur destitution immédiate. Les Hachémites se distinguent en deux factions : Les Hachémites dits "Chérifiens" et les Hachémites "Non-Chérifiens". La différence vient du fait que les premiers descendent directement de Mahomet via sa fille Fatima et les seconds descendent de ses oncles et cousins. Pour exemple, l'Imam Ali Ibn Abu Talib comprenait dans sa postérité aussi bien des Chérifiens par Sa femme Fatima que des Non-Chérifiens par Ses autres femmes tel que son fils Al-Abbas Ibn Ali, surnommé "Qâmar Banu Hashim" à savoir la lune de la famille Hachémite. Si les différences ne sont pas fondamentales pour la plupart des écoles sunnites, elles ont une certaine importance dans les écoles chiites qui n'acceptent aucun dirigeant politique ou religieux qui ne descend pas de Mahomet, même s'il partage un lien de sang via l'un de ses oncles. Fait inconnu mais souvent rapporté, les descendants des hachémites en Afrique noire, tel qu'au Sénégal, en Guinée, au Mali, en Mauritanie ou encore en Somalie, se trouvent extrêmement discriminés du fait de leur couleur noire ainsi que du fait que la plupart d'entres eux ne parlent pas la langue arabe. Les relations entre les deux étant déja fortement compliquée, le fait qu'un noir subsaharien (automatiquement étiqueté comme étant un esclave fils d'esclave) parlant son dialecte, étant par exemple issu d'une tribu Mandingue mais qui parallèlement descend d'un hachémite (où a fortiori du Prophète Mahomet lui-même), s'avère parfois très fortement problématique pour la plupart des populations arabes, et parfois noire elles-mêmes (qui ont parfois du mal à accepter une telle ascendance chez certains de leurs semblables). Mis à part, leur emblème est souvent représenté par l'aigle Quraych, ou l'épée "Zulfiqar" de l'Imam Ali Ibn Abu Talib en ce qui concerne les musulmans d'obédience chiite et parfois soufis.
    • Banu Abd Shams et leur subdivision :
  • Banu Makhzum, clan de Khalid ibn al-Walid
  • Banu Zuhrah, clan d’Amina bint Wahb, mère de Mahomet[5] et de Sa`d ibn Abi Waqqas, compagnon de Mahomet.
  • Banu Taym (arabe : بنو تيم بن مرة), clan d’Abou Bakr, premier calife.
  • Banu Adi, clan d’Omar ibn al-Khattab, deuxième calife.
  • Banu Assad, clan d’Abd Allah ben az-Zubayr et de Khadija, première épouse de Mahomet

Généalogie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]