Annemarie Schimmel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Annemarie Schimmel
Schimmel bonngasse.jpg

Plaque commémorative pour Annemarie Schimmel à Bonn

Informations
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Employeurs
Distinction

Annemarie Schimmel (née le 7 avril 1922 à Erfurt, morte le 26 janvier 2003 à Bonn) est une spécialiste des sciences islamiques allemande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa mère vient d'une famille de marins et son père est un employé des postes qui s'intéresse à la philosophie et au mysticisme. À 15 ans, elle commence à apprendre l'arabe avec Hans Ellenberg (de), professeur à l'université d'Iéna. On lui permet d'avoir deux ans d'avance et elle obtient son abitur à 16 ans. Après un service volontaire de six mois, elle entre à l'université Humboldt de Berlin d'abord pour étudier la physique-chimie mais aussi l'histoire de l'art islamique et la langue arabe. Elle y suit notamment les cours d'Annemarie von Gabain. Le 20 novembre 1941, elle obtient son doctorat avec une thèse La position du calife et des cadis à la fin de l'Égypte médiévale. Jusqu'à la fin de la guerre, elle est traductrice à l'office des Affaires étrangères dirigé par Joachim von Ribbentrop. De mai à septembre 1945, elle est internée par l'armée américaine à Marbourg. En 1951, avec un travail sur l'amour mystique dans le mysticisme islamique, elle a un doctorat en histoire des religions de l'université de Marbourg où elle devient professeur. En 1961, elle est professeur de langues orientales à l'université de Bonn puis de 1967 à 1992 à Harvard aux États-Unis, où elle fonde un institut sur la culture indo-musulmane.

Elle enseigne aussi à la nouvelle faculté de théologie d'Ankara, à l'institut ismaélite de Londres et à l'université d'Édimbourg. Au Pakistan qu'elle affectionne, elle développe l'Instituts Goethe de Lahore.

Elle écrit une centaine de livres, d'articles et de publications. En 1995, elle remporte le Prix de la paix des libraires allemands. Mais sa remise est controversée: une pétition signée par 270 éditeurs, 300 libraires et des personnalités comme Johannes Mario Simmel, Taslima Nasrin, Ralph Giordano (de), Alice Schwarzer, Elfriede Jelinek, Günter Wallraff, Bassam Tibi (de) rappelle une déclaration d'Annemarie Schimmel dans une interview pour la télévision, où elle dit comprendre la colère du monde islamique contre Les Versets sataniques de Salman Rushdie[1],[2],[3],[4],[5]. Elle appuie son propos, en affirmant que la critique sur les fatwas contre Rushdie, mais aussi contre Taslima Nasreen, est faite sans prendre compte du contexte[6],[7]. Avec son roman, il a « porté atteinte de façon blessante aux sentiments » des musulmans[8]. Dans les mois qui suivent, ses anciens élèves comme Gernot Rotter (de)[9] se retournent violemment contre elle[10]. Une lettre ouverte demande au président Herzog de ne pas donner le prix[11],[12],[13],[14]. Le jury du prix donne tout de même le prix[15],[16],[17],[18],[19] alors qu'Annemarie Schimmel s'excuse, en se disant « apolitique »[20],[21].

Annemarie Schimmel milite pour une meilleure compréhension entre l'Islam et l'Occident et une coexistence pacifique entre les musulmans et non-musulmans. Elle fait connaître l'œuvre de Friedrich Rückert, poète orientaliste. Elle se dit proche du soufisme et du poète Mohamed Iqbal.

Tombe d'Annemarie Schimmel
Tombe d'Annemarie Schimmel

Selon certains musulmans, elle se serait convertie à l'Islam, prenant de le nom de « Jamila », mais elle a toujours nié cela. Elle est enterrée au cimetière évangélique de Bonn.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Kalif und Kadi im spätmittelalterlichen Ägypten. Dissertation, Leipzig 1943.
  • Studien zum Begriff der mystischen Liebe im Islam. Dissertation, Marburg 1954.
  • Pakistan – ein Schloß mit 1000 Toren. o.O. 1965.
  • Mystische Dimensionen des Islam. Die Geschichte des Sufismus. 1975, ISBN 3-458-33415-7.
  • Al-Halladsch. „O Leute, rettet mich vor Gott“. ISBN 3-451-04454-4.
  • Rumi: Ich bin der Wind und du bist Feuer. Leben und Werk des Mystikers. Köln 1978. Neuauflage Diederichs, 2003, ISBN 3-89631-424-6.
  • Islam in the Indian Subcontinent, Leiden 1980.
  • Und Muhammad ist sein Prophet. Die Verehrung des Propheten in der islamischen Frömmigkeit. Düsseldorf 1981.
  • Die orientalische Katze. Köln 1983.
  • Einleitung und Anmerkungen zu: Der Koran, aus dem Arabischen übertragen von Max Henning. Stuttgart 1990.
  • Der Islam. Eine Einführung. Stuttgart 1990, ISBN 3-15-008639-6.
  • Berge, Wüsten, Heiligtümer. Meine Reisen in Pakistan und Indien. München 1994.
  • Mystische Dimensionen des Islam. Die Geschichte des Sufismus. Frankfurt am Main I1995, ISBN 978-3-458-33415-6.
  • Die Träume des Kalifen. Träume und ihre Deutung in der islamischen Kultur. München 1998.
  • Gesang und Ekstase. Sufi-Texte des indischen Islam. München 1999, ISBN 3-466-20448-8.
  • Im Reich der Großmoguln. Geschichte, Kunst, Kultur. Beck, München 2000, ISBN 3-406-46486-6.
  • Kleine Paradiese. Blumen und Gärten im Islam. Freiburg 2001, ISBN 3-451-05192-3.
  • Das islamische Jahr. Zeiten und Feste. 3. Auflage, Beck, München [Mai] 2011 (Erstausgabe 2001, ISBN 3-406-47567-1), ISBN 978-3-406-61130-8 (Beck'sche Reihe).
  • Morgenland und Abendland. Mein west-östliches Leben. Autobiografie. München 2002, ISBN 3-406-49564-8.

Édition en français[modifier | modifier le code]

  • Terres d'Islam : aux sources de l'Orient musulman, textes réunis et présentés par Annemarie Schimmel, Maisonneuve & Larose, 1994.
  • Le soufisme ou Les dimensions mystiques de l'islam, trad. de l'anglais et de l'allemand par Albert Van Hoa, les Éd. du Cerf, 1996.
  • Mon âme est une femme  : la femme dans la pensée islamique, trad. de Meine Seele ist eine Frau de l'allemand par Sabine Thiel, J.-C. Lattès, 1998.
  • L'incendie de l'âme : l'aventure spirituelle de Rûmî, traduit par Sylvie Carteron, Albin Michel, 1998.
  • Introduction au monde du soufisme, trad. de Sufismus : eine Einführung in die islamiche Mystik de l'allemand par Marie-Béatrice Jehl, Dangles, 2004.

Source, notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Skandal um Friedenspreisträgerin, in: Emma (Zeitschrift), septembre-octobre 1995
  2. (de) Arno Widmann, Ein Friedenspreis für die Zensur? In: Die Zeit, 15 septembre 1995.
  3. (de) Ludger Lütkerhaus, Zum Weinen. Eine Antwort auf Annemarie Schimmels Rushdie-Schelte, in: Süddeutsche Zeitung, 11 mai 1995.
  4. (de) Wolfgang Frühwald, Es riecht nach Hexenjagd, in: Rheinischer Merkur, 9 juin 1995.
  5. (de) Peter Scholl-Latour, Die dritte Heimsuchung des Islam, in: Rheinischer Merkur, 23 septembre 1995.
  6. (de) Friedenspreis. Schwarze Komödie? In: Der Spiegel, 2 octobre 1995.
  7. (de) Burghard Müller-Ullrich: Eine falsche Märtyrerin [Une fausse martyre], in: Süddeutsche Zeitung, 23 septembre 1995.
  8. (de) Ariane Müller, Unglücklich über dieses Buch – Friedenspreisträgerin Schimmel präzisiert im Fall Rushdie, in: Frankfurter Rundschau, 11 mai 1995
  9. (de) Gernot Rotter, Das Weinen der Muslime, in: Die Zeit, 11 mai 1995.
  10. (de) Der Friedenspreis. Ein verdeckter Angriff. Annemarie Schimmel und Gernot Rotter über den Friedenspreis, Salman Rushdie und Taslima Nasrin, in: Der Spiegel, 22 mai 1995.
  11. Im Wortlaut: „Friedenspreis nicht übergeben“ – Appell an Roman Herzog, in: Frankfurter Rundschau, 6 septembre 1995.
  12. (de) Erwin Wickert, Ein törichter Brief, in: Die Welt, 7 septembre 1995.
  13. (de) Frank Schirnacher, Europa kann sich keinen Krieg der Kulturen leisten. Ein Gespräch mit Roman Herzog, in: Frankfurter Allgemeine Zeitung, 15 juillet 1995.
  14. (de) Hubert Spiegel, Die Widersacher – Wer hinter dem Protest gegen Annmarie Schimmel steht, in: Frankfurter Allgemeine Zeitung, 19 septembre 1995.
  15. (de) Ehrungen. Trance in Bonn. Der Streit um den Friedenspreis für Annemarie Schimmel eskaliert. Autoren und Verlage protestieren, die Preis-Jury muß nachsitzen, in: Der Spiegel, 11 septembre 1995.
  16. (de) Henryk M. Broder, Absolut unpolitisch? Henryk M. Broder über die Ausfälle der Friedenspreisträgerin Annemarie Schimmel gegen Salman Rushdie, in: Der Spiegel, 18 septembre 2012.
  17. (de) Nachruf. Annemarie Schimmel, in: Der Spiegel, 3 février 2003.
  18. (de) Stefan Wild, Der Friedenspreis und Annemarie Schimmel: Eine Nachlese, in: Die Welt des Islams. Nouvelle série, vol. 36, n° 1, mars 1996, pp. 107–122.
  19. (de) Anne Hofmann, Islam in den Medien. Der publizistische Konflikt um Annemarie Schimmel, LIT, Münster, 2004, insb. pp. 82 sq.
  20. (de) Annemarie Schimmel, Der unverstandende Islam – Antwort an meine Kritiker, in: Frankfurter Allgemeine Zeitung, 24 mai 1995.
  21. (de) Tilman Spengler, „Sagen Sie Rushdie, ich entschuldige mich“ Annemarie Schimmel revidiert ihre Äußerungen, in: Die Woche, 19 mai 1995.