Courants de l'islam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’islam
Cet article est une ébauche concernant l’islam.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Pourcentage de musulmans par pays
Vert : sunnisme, violet : chiisme, noir : ibadisme.
Principaux courants de l'islam
Géographie des principaux courants de l'islam[réf. souhaitée]. Dans l'ordre :
Sunnisme (Hanafisme, Hanbalisme, Malikisme, Chaféisme)
Chiisme (Ismaélisme, Jafarisme, Zaïdisme, autres courants)
Ibadisme

À la mort de Mahomet, les musulmans furent confrontés à des cas de figure non abordés directement dans le Coran, de la gestion du monde et du partage du pouvoir. La jeune communauté musulmane apportera plusieurs réponses aux questions d'organisation étatique et sociale, de législation posées : ces diverses réponses forment des écoles ou rites et les premiers courants de l'islam.

Les quatre courants reconnus par la déclaration de La Mecque en 2005 sont le sunnisme qui rassemble plus de 85 % des musulmans du monde, le chiisme duodécimain qui représente plus de 10 % des musulmans dont la majorité vit en Iran, en Irak, en Azerbaïdjan, au Bahreïn et au Liban (où il constitue la majorité des musulmans), avec des minorités en Arabie Saoudite, au Koweït, au Pakistan, en Afghanistan et en Inde, le zaïdisme qui comprend environ 8 millions de croyants, exclusivement présents au Yémen, et l’ibadisme, avec environ cinq millions de fidèles à Oman, à Zanzibar et dans quelques régions de Libye, d'Algérie comme la région du Mzab et de Tunisie.

La branche sunnite (de sunna, « tradition ») est la principale en nombre. Cette école s'est proposé d'adjoindre au Coran, comme source de décision théologique et d'élaboration de lois, les hadiths (les paroles et les actes de Mahomet). Selon le poids accordé aux sources et la manière d'établir la loi musulmane, ou charia, le sunnisme se divise à son tour en plusieurs écoles de droit musulman dont les principales sont le hanafisme, le malikisme, le chaféisme et le hanbalisme qui se reconnaissent mutuellement comme véridiques.

L’ismaélisme rassemble entre quinze et trente millions de croyants surtout dans le monde indo-persan, les druzes sont environ un million surtout présents au Liban, l’alévisme, branche du soufisme, rassemble entre dix et vingt millions de fidèles principalement en Turquie, les alaouites, se considérant chiites, sont quelque quatre millions en Syrie et Turquie.

L’ahmadisme, non reconnu par l’Organisation de la conférence islamique, regroupe entre 10 et 15 millions de croyants répartis surtout dans le monde indien et sa diaspora. La Nation of Islam, est, avec entre 20 000 à 40 000 membres, un courant ultraminoritaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]