Maryam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cet article traite de la mère de ʿĪsā (Jésus) dans l'islam pour les musulmans. Pour la « Vierge Marie » pour les chrétiens, voir Marie (mère de Jésus).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maryam (homonymie).
Maryam
Maryam.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
مريم بنت عمرانVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Cheffe religieuseVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Enfant
Maryam avec son fils ʿĪsā. Miniature persane ancienne.

Maryam, Mariam, ou Meryem (en arabe : مريم‬), est la mère de ʿĪssā, ainsi qu'est appelé Jésus dans le Coran et la tradition musulmane. Maryam est la forme araméenne du nom « Marie », alors que Myriam en est la forme en hébreu. À la suite du Nouveau Testament, l'islam professe la conception virginale de Jésus/ʿĪssā en son sein. Elle est la seule femme nommément citée dans le Coran et la dix-neuvième sourate porte son nom[1]. Elle est d'ailleurs citée plus souvent dans le Coran que dans le Nouveau Testament, bien qu'elle ait plus d'importance dans le christianisme que dans l'islam. Le prénom Maryam est courant parmi les musulmanes.

Origine des récits[modifier | modifier le code]

Guillaume Dye souligne le fait que Marie, mentionnée 33 fois dans le Coran, l'est plus dans ce livre sacré que dans le Nouveau Testament[2]. Les récits entourant Maryam s'inspirent à la fois des écrits chrétiens canoniques mais aussi de la riche littérature apocryphe dont certaines traditions ont eu une longue pérennité[1]. Selon Claude Gilliot, « la place que Marie occupe dans les apocryphes chrétiens, c'est le terreau du Coran »[3] ; le Protévangile de Jacques par exemple (apocryphe du IIe siècle), fait de Marie un personnage central, et aurait inspiré en particulier le récit de l'Annonciation dans le Coran (sourate 19, versets, 17-21). De même, la naissance miraculeuse de Jésus apparait dans l'évangile apocryphe du pseudo-Mathieu[1]. La vocalisation du nom indique une source chrétienne de ce nom et non une origine hébraique[4]

La famille de Maryam[modifier | modifier le code]

Le Coran fait référence à Maryam comme faisant partie de la maison d'Imran (en hébreu Amram). Maryam est la fille d'Imran [Note 1], dont le nom a été donné à une sourate "la famille d'Imran" dans le Coran [Note 2]. Celui-ci est considéré par les musulmans comme l'un des hommes vertueux présents à Jérusalem à cette époque. La femme d'Imran [Note 3], la mère de Maryam, porte le nom de Hannah (l'équivalent arabe d'Anne), fille de Fanqudh [Note 4]. Elle est également honorée par les musulmans comme femme très vertueuse, à l'instar de sa fille.

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

   'Îmran Joachim    ʿĪsā - Jésus;
     Maryam - Marie 
 (Hannah) Anne ° 
Fanqudh
 Élisabeth ° 
     Yahyâ - Jean le Baptiste 
   Zacharie 
 ° Personnage non cité par son nom dans le Coran

L'assimilation de Maryam et de Myriam[modifier | modifier le code]

Le Coran qualifie Maryam de fille d'Imram[Note 5] et également de sœur d'Aaron[Note 6] ; Aaron, Moïse et Myriam sont d'ailleurs dans la Bible les enfants d'Amram. Il existe ainsi dans le texte coranique une "confusion" entre ces deux personnages[1]. Pour Gilliot, cette identification à Aaron, frère de Moïse, a été établie pour mettre en avant le lignage de Marie puisque c'est en raison de son ascendance aaronique qu'elle peut servir dans le Temple[5]. L'enracinement de l’islam dans l’histoire dans un milieu d'origine syro-araméen et hébréo-chrétien, où le rapprochement entre les « deux Marie » était connu, donne une autre explication à cette assimilation[6].

De fait, il existe une tradition de commentaires bibliques pré-chrétiens qui attribuaient un rôle salvifique à Mariam-Myriam, sœur d'Aaron[7] ; « Après le trépas de Moïse, la manne cessa de descendre sur les fils d’Israël, et ils commencèrent alors à manger les fruits du pays. Tels furent les trois dons que Dieu fit à son peuple à cause des trois personnages : le puits d’eau de Mara en faveur de Myriam ; la colonne de nuée en faveur d’Aaron ; et la manne en faveur de Moïse. Mais une fois disparus les trois [personnages], ces trois [présents] furent retirés [aux fils d’Israël][Note 7]. » On retrouve cette tradition chez les chrétiens de Perse, souvent d'origine hébréo-chrétienne[Note 8] ou dans la littérature rabbinique[8].

La tradition exégétique musulmane était, dès ses débuts, consciente de cette confusion. Elle tenta donc de la justifier, soit par ressemblance entre les deux figures, soit en inventant un Aaron, frère de Marie, inconnu de la Bible. Enfin, certains commentateurs se tiennent à le lettre et identifie les deux personnages comme la même personne[1].

Maryam et la Trinité[modifier | modifier le code]

Le Coran décrit Maryam comme la troisième d'une Trinité faisant référence à la Trinité chrétienne. Cette lecture peut être liée à des hérésies chrétiennes mariolâtres ou à une mauvaise compréhension de la Trinité[9]. Dans ces courants, Marie était associé au Saint Esprit[1].

Le récit de Maryam[modifier | modifier le code]

Maryam est fréquemment citée dans le Coran, aussi bien dans des versets mecquois que médinois. Elle est surtout évoquée dans les sourates 3 et 19[1].

Sa naissance[modifier | modifier le code]

La naissance de Maryam est relatée dans la troisième sourate du Coran. La littérature islamique raconte qu'Imran et Hannah étaient âgés et sans enfants, mais qu'un jour, la vue d'un oiseau sur un arbre donnant la becquée à son petit suscita le désir d'un enfant dans le cœur de Hannah. Elle pria Allah de satisfaire à son désir d'enfant et s'engagea à vouer l'enfant au service d'Allah, si sa prière était réalisée[Note 9]. Elle pria que son enfant soit protégé de Satan, et la tradition islamique rapporte un hadith qui affirme que les seuls enfants nés sans le contact de Satan étaient Maryam et ʿĪsā[Note 10]. Le récit de sa naissance est semblable à celui d'apocryphes comme le De nativitate Maria appelé Protévangile de Jacques[9].

Ses premières années[modifier | modifier le code]

Le Coran dit que Maryam grandit en prière dans le temple. Elle était confiée au prophète Zechariah (Zacharie dans la Bible). Chaque fois que Zechariah entrait dans la chambre de Maryam, il trouvait auprès d'elle de la nourriture. Il lui demandait d'où cela provenait, et elle répondait qu'Allah donne de la nourriture à qui Il veut sans compter[1][Note 11].

Des érudits de l'islam ont débattu pour savoir si la nourriture que recevait Maryam avait une origine miraculeuse ou bien normale. Les tenants de l'origine surnaturelle de cette nourriture avancent que si cette nourriture avait une origine naturelle, Zechariah, étant prophète, aurait su que la nourriture vient habituellement d'Allah par des voies naturelles, et n'aurait pas posé de question. Ce rôle de la nourriture se retrouve déjà dans le protévangile de Jacques[9].

L'annonciation[modifier | modifier le code]

Le Coran reprend le récit chrétien de l'Annonciation et de la fécondation miraculeuse de Marie par le Saint Esprit[1]. Selon la littérature islamique, Gabriel apparut à Maryam, qui était encore jeune, sous la forme d'un bel homme au visage lumineux, et lui annonça la naissance de ʿĪsā. Après son étonnement immédiat, elle fut rassuré par la réponse de l'ange, qui lui dit que tout était possible à Allah[10]. A d'autres endroit, l'Esprit insufflant la fécondation à Marie est le Verbe de Dieu (Kalima), équivalant au Logos chrétien. La sourate 3, au verset 59, créé un parralélisme entre cette création d''Isa et celle d'Adam, analogie déjà présente dans les texte d'Ephrem de Nisidie[1].

Les commentateurs du Coran remarquent dans le verset de la sourate 3 que Maryam était proche d'être une femme parfaite et qu'elle était dépourvue de presque toute imperfection[10]. Bien que l'islam révère de nombreuses femmes, dont Khadidja et Fatimah, la femme et la fille de Mahomet, nombre de commentateurs[Note 12] interprètent ce verset dans un sens absolu, et affirment que Maryam fut la meilleure femme de tous les temps. D'autres commentateurs, cependant, tout en maintenant que Maryam est la « reine des saints », ont interprété ce verset comme indiquant que Maryam fut la meilleure femme de tous les temps, et que Fatimah et Khadidja furent aussi vertueuses qu'elle[11].

La naissance virginale de ʿĪsā[modifier | modifier le code]

Maryam sous le dattier avec ʿĪsā nouveau-né.

Le Coran raconte la naissance virginale de ʿĪsā dans les sourates 3 et 19. Le récit le plus détaillé est dans la sourate 19, versets 17 à 34. L'exégèse dit qu'elle eut lieu peu après l'annonciation. Le récit de la naissance virginale de ʿĪsā est assez différent de son équivalent du Nouveau Testament[Note 13]. Le Coran dit que Maryam était au milieu du désert et que les douleurs de l'enfantement commencèrent alors qu'elle était sous un palmier. Maryam pleura de douleur et se tint au palmier. À ce moment elle entendit une voix qui venait d'en dessous d'elle. Certains estiment que cela fait référence à ʿĪsā qui était encore dans son sein. Cette voix lui disait de secouer le palmier pour en faire tomber des dattes, et de les manger pour être apaisée. Le Coran continue en disant que Maryam fit le vœu de ne pas parler à un homme durant ce jour, car Allah allait faire parler ʿĪsā dans son berceau, son premier miracle. Maryam apporta l'enfant ʿĪsā au temple, où tous les hommes commencèrent à se moquer d'elle, excepté Zechariah, qui croyait en la naissance virginale de ʿĪsā clairement confirmée dans la sourate 21, verset 91. Les Juifs accusèrent Maryam, est-il raconté, d'avoir eu une relation sexuelle hors mariage. C'est alors que ʿĪsā, dans son berceau, parla et prophétisa [Note 14] .

Maryam dans la tradition islamique[modifier | modifier le code]

Les traditions islamiques rapportent que lorsque Mahomet fit nettoyer la kaaba de ses idoles et des images divines, il protégea un portrait de Marie et de Jésus. Cet épisode illustre la position particulière de Marie et de Jésus pour l'Islam[1]. Selon Michael Marx, le respect à l'égard de Marie renforce l'image positive de Jésus dans le Coran[3].

Maryam et son culte populaire[modifier | modifier le code]

De nombreuses femmes musulmanes vénèrent Maryam dans les sanctuaires mariaux chrétiens[9].

Plusieurs plantes ont été nommées en lien avec des épisodes de la vie de Maryam[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k "Marie" dans Dictionnaire du Coran, p. 535 et suiv.
  2. Jésus et l'islam. Documentaire de Jérôme Prieur et Gérard Mordillat diffusé sur Arte en 2015 ; 3e épisode.
  3. a et b Jésus et l'islam. Documentaire de Jérôme Prieur et Gérard Mordillat diffusé sur Arte en 2015, 3e épisode.
  4. A. Jeffery, Foreign vocabulary of the Qur’ān, Baroda 1938, s.v.
  5. Claude Gilliot, sous la direction de Mehdi Azaiez et la collaboration de Sabrina Mervin, "Le Coran, nouvelles approches", CNRS éditions, 2013, p.161
  6. Pourquoi Marie est-elle dite sœur d’Aaron dans le Coran ? par Edouard-Marie Gallez
  7. « Le Coran identifie-t-il Marie, mère de Jésus, à Marie, sœur d’Aaron ? » dans Anne-Marie Delcambre & Alii, Enquêtes sur l’islam, Paris, Desclée de Brouwer, 2004, p.139-151.
  8. Jules Leroy, Les fresques de Doura-Europos in Bible et Terre Sainte, 1967, n° 88, p.11.
  9. a b c d et e Wensinck, A.J. and Johnstone, P., “Maryam”, in: Encyclopédie de l’Islam
  10. a et b (en) Encyclopedia of Islam, Vol. VI, p. 629.
  11. Roger Arnaldez, Jésus, fils de Marie, prophète de l’Islam, Paris, Desclée, coll. « Jésus et Jésus-Christ » (no 13), , p. 77

Erreur de référence : La balise <ref> dans <references> possède l’attribut de groupe « Note » en conflit avec celui de <references>.
Erreur de référence : La balise <ref> dans <references> possède l’attribut de groupe « Note » en conflit avec celui de <references>.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir la sourate 66, 12 du Coran.
  2. Coran, Sourate 3
  3. Coran, 3:35
  4. Tafsir Ibn Kathir
  5. Par exemple, en s.66:12 : « Et Maryam , fille de ‘Imrân , qui se garda vierge, en laquelle Nous insufflâmes [un peu] de notre Esprit... » ; ou en s.3:35-36 : « Quand la femme de ‘Imrân dit : Seigneur ! Oui, je voue à Toi ce qui [est] dans mon ventre mu h arrar 2 ; accepte-le de moi ! Oui, Tu es Celui qui entend, l’Omniscient. Quand elle eut mis [sa fille au monde], elle s’écria : ... Je la nomme Maryam . »
  6. Par exemple, en dans S.19:28 : « Ô sœur d’Aaron, ton père n’était pas un homme indigne, ni ta mère une prostituée. »
  7. Pseudo-Philon, Antiquités bibliques, t.I, XX, 8, Sources Chrétiennes n° 229, Paris, Cerf, 1976, p.171.
  8. Aphraate le Sage persan, Exposés, 23,4 [= II, 16], t. 2, trad. Marie-Joseph PIERRE, S.C. n° 359, Paris, Cerf, 1989, p.886.
  9. Sourate 3, verset 31. Voir la traduction de la sourate par Kasimirski sur Wikisource.
  10. D'après Bukhari, Anbiya, 44; d'après Mouslim, Fada'il, trad. 146, 147.
  11. Ceci est raconté à la sourate 3, verset 37.
  12. Notamment Razi et Kurtubi.
  13. Raconté dans l'évangile de Luc, chapitre 2 (voir la version Segond sur Wikisource), et très succinctement dans l'évangile de Matthieu, chapitre 1.
  14. Coran sourate 19 versets 29 à 36

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Dousse, Marie la musulmane, Éd. Albin Michel, 2005, (EAN 9782226159038)
  • Charles-André Gilis, Marie en islam, Traditionnelles Eds, 1990, (ISBN 2713-800-49-8)
  • Meir Bar-Asher, article « Marie » in M. Ali Amir-Moezzi (dir.) Dictionnaire du Coran, éd. Robert Laffont, 2007, p. 535-538.