Araméens (chrétiens orientaux)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Araméens (homonymie).
Araméens

Description de cette image, également commentée ci-après
Drapeau syriaque moderne
Populations significatives par région
Drapeau de l'Irak Irak[réf. nécessaire] 50 000
Drapeau de la Syrie Syrie 50 000
Drapeau du Liban Liban 50 000
Drapeau de la Jordanie Jordanie 50 000
Drapeau de la Turquie Turquie 5 000
Drapeau d’Israël Israël 10 000
Drapeau de l'Iran Iran ?
Drapeau des États-Unis États-Unis 10 000
Drapeau du Canada Canada ?
Drapeau de la Suède Suède 10 000
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 10 000
Drapeau de l'Autriche Autriche 5 000
Drapeau de la Belgique Belgique ?
Population totale 300 000
Autres
Régions d’origine Moyen-Orient
Langues syriaque occidental/oriental
Religions christianisme

Les Araméens-Assyriens sont un peuple antique du Proche et du Moyen-Orient dont l'héritage — en tout premier lieu la langue, dans laquelle le Christ aurait prêché — se transmet à l'époque moderne au sein de communautés ethnico-religieuses du même nom.

Les Araméens modernes s'identifient ou sont identifiés comme Syriaques, mais également comme Assyriens, Assyro-Chaldéens, Chaldo-Assyriens ou Araméo-Assyro-Chaldéo-Syriaques[1]. Le terme « syriaque » désigne tous les Araméens chrétiens, où qu'ils vivent en Orient (Syrie, Irak, Iran, Liban, Turquie...).

Depuis le début du XXe siècle, des communautés araméennes se sont installées en Amérique, en Europe ou en Australie.

Identité[modifier | modifier le code]

La question de l'identification ethnique est débattue[2] au sein de cette/ communauté ; araméen, syriaque, assyrien, chaldéen). Les uns préfèrent s'affirmer Araméens, d'autres Assyriens. Certains encore privilégient plutôt l'affiliation religieuse.

Affiliations religieuses actuelles[modifier | modifier le code]

Les Araméens-syriaques sont en majorité affiliés à une des Églises suivantes :

Une définition large mais minoritaire de l'identité araméenne moderne permet parfois d'y ajouter ces autres Églises de tradition syriaque :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Monde Syriaque, Françoise Briquel-Chatonnet, Les Belles Lettres, Paris, 2017, 272 p. (ISBN 978-2-251-44715-5)
  • Sébastien de Courtois, Chrétiens d'Orient sur la route de la Soie, dans les pas des Nestoriens, La Table Ronde, octobre 2007
  • Sébastien de Courtois, Le Génocide oublié. Chrétiens d'Orient, les derniers Araméens, Ellipses, Paris, 2002 (ISBN 272981230X)
  • Sébastien de Courtois/Douchan Novakovic (photographe), Les Derniers Araméens, le peuple oublié de Jésus, La Table Ronde, Paris, 2005 et 2007 (réimpression) Album de photo sur le réduit syriaque de la région de Tour Abdin située en Turquie orientale (région de Mardin, Midyat, Sirnak, Nisibe et Djézireh) : villages, patrimoine et personnages (ISBN 2710327171).

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Alaux, Les derniers Assyriens, une histoire des Chrétiens araméens, Paris, 2003, documentaire (52 min)
  • Nahro Beth-Kinne et Robert Alaux, "Seyfo l'élimination", (Bruxelles), 2006, film documentaire de 52 minutes.
  • Nahro Beth-Kinne et Vincent Halleux, " Diaspora et Renaissance Assyriennes" (Bruxelles), 2010, film documentaire de 54 minutes.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]