Patrice Loko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Patrice Loko
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 6 février 1970 (44 ans)
Lieu Sully-sur-Loire (Loiret)
Taille 1,78 m
Période pro. 1988-2004
Poste Attaquant
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1988-1995 Drapeau de la France FC Nantes 206 (49)
1995-1998 Drapeau de la France Paris SG 115 (36)
1998-1999 Drapeau de la France FC Lorient 022 0(9)
1999-2001 Drapeau de la France Montpellier HSC 041 (11)
2001 Drapeau de la France Olymp. lyonnais 008 0(1)
2001-2002 Drapeau de la France ES Troyes AC 034 (12)
2002-2004 Drapeau de la France FC Lorient 058 (13)
2004 Drapeau de la France AC Ajaccio 013 0(1)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1993-1997 Drapeau de la France France 026 0(7)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Patrice Loko, né le 6 février 1970 à Sully-sur-Loire (Loiret), est un ancien footballeur international français qui évoluait au poste d'attaquant.

Biographie[modifier | modifier le code]

Découvert à en Cadets Nationaux à Amilly dans le Loiret au milieu des années 80 et formé au FC Nantes, Patrice Loko commence à se révéler lors de la saison 1992-1993. Attaquant remuant, dévoreur d'espaces, véritable poison pour les défenses adverses, il forme avec l'avant-centre Nicolas Ouédec et le milieu gauche Reynald Pedros un trio offensif infernal qui contribue à hisser le FC Nantes vers les premières places du championnat. L'équipe nantaise termine la saison 1992-1993 à la cinquième place du championnat et dispute la finale de la Coupe de France (défaite 3-0 contre le PSG), et retrouve la Coupe d'Europe (Coupe de l'UEFA) après six ans d'absence à ce niveau. Même si on lui reproche à cette période une certaine maladresse devant le but (il ne marquera que 6 buts en championnat cette année-là), Patrice Loko est appelé début 1993 par Gérard Houllier en équipe de France. Il dispute son premier match avec les Bleus en amical contre le Sporting Portugal en janvier 1993 (il inscrit d'ailleurs un but), avant de connaître sa première sélection officielle quelques semaines plus tard contre l'Israël en éliminatoires du Mondial 1994 (victoire 4-0).

Perturbé par une blessure, Loko manque une grande partie de la saison 1993-1994, ce qui ne l'empêche pas de marquer 5 buts en 17 rencontres de championnat, signe d'une plus grande efficacité devant le but. Cette progression de Loko se confirme lors de la saison 1994-1995 au cours de laquelle il éclate véritablement. Cette année-là, le FC Nantes survole le football français, devient champion de France, tandis que Loko termine la saison meilleur buteur du championnat (avec 22 buts). Parmi ses buts, on retiendra notamment celui inscrit en début de saison contre le Paris Saint-Germain : une reprise de volée de Loko sous la barre transversale de Bernard Lama. La forme resplendissante de Loko en club lui permet naturellement de retrouver la sélection nationale, désormais dirigée par Aimé Jacquet. Il est ainsi régulièrement titularisé à la pointe de l'équipe de France au cours des éliminatoires de l'Euro 1996.

Figurine de Patrice Loko sous le maillot de l'Equipe de France

Les performances éclatantes de Patrice Loko sur le terrain vont néanmoins de pair avec une certaine fragilité psychologique. Durement éprouvé par la perte de son jeune fils survenue en décembre 1992, Patrice Loko est victime d'une grave dépression nerveuse en juillet 1995, peu de temps après avoir été transféré au Paris Saint-Germain. Patrice Loko fait ainsi la une des gazettes après avoir été placé en garde à vue suite à une sortie agitée de boîte de nuit. En janvier 1998, le tribunal de Paris décide d'une dispense de peine alors que le parquet réclamait six mois de prison avec sursis et 3000 € d'amende. Loko retrouve finalement les terrains, avec son club tout d'abord au mois de septembre, puis en équipe de France à la fin de la même année. De retour à son meilleur niveau, il remportera la Coupe des Coupes à la pointe de l'attaque parisienne et sera régulièrement titulaire lors de l'Euro 1996 en Angleterre (Aimé Jacquet alternera entre Loko et Dugarry au poste d'avant centre), marquant un but contre la Bulgarie lors du dernier match de poule (victoire 3-1).

La saison suivante, Patrice Loko finit meilleur buteur parisien de la saison (16 buts en championnat[1], 4 en Coupe d'Europe). Le PSG termine deuxième du championnat, échouant en finale de la Coupe des Coupes contre le FC Barcelone, sur un but de Ronaldo inscrit sur pénalty. En fin de rencontre, il manquera l'occasion d'égaliser en tirant sur le poteau de Vitor Baia. Une nouvelle saison bien remplie pour Loko, mais qui le voit pourtant perdre progressivement sa place en équipe de France. En juin 1997, il n'est que très peu utilisé par Jacquet au cours du Tournoi de France. Ses 30 minutes disputées contre l'Angleterre seront ses dernières avec le maillot bleu.

L'été 1997 le voit connaître un nouvel épisode dépressif, mais il renoue définitivement avec les terrains à la fin de l'année et offre la Coupe de la Ligue au P.S.G. en avril 1998, face aux Girondins de Bordeaux (il donne les deux buts parisiens à Simone puis Raí, avant d'inscrire le dernier tir au but). Au début de la saison 1998-1999, il retrouve au Paris-SG son ami du FC Nantes Nicolas Ouédec en provenance de l'Espanyol Barcelone, mais le duo ne sera jamais associé en championnat de France. Jamais titulaire après le remplacement de l'entraîneur Alain Giresse par le Portugais Artur Jorge, il quitte le club parisien en novembre 1998 pour rejoindre Lorient comme joker. Il marque pour son premier match avec les "Merlus" contre Toulouse, et inscrit les deux buts de la victoire lorientaise contre son ancien club quelques semaines plus tard.

Il se relance complètement dans le Morbihan, même si son efficacité retrouvée devant le but ne permet pas au club breton de se maintenir en première division. Il signe ensuite au Montpellier Hérault SC, rejoignant ses comparses Ouédec et Pedros, mais le trio nantais magique ne sera jamais aligné ensemble. Patrice Loko sera malgré tout le joueur le plus efficace de la formation héraultaise. Il jouera ensuite pour Lyon, Troyes, Lorient de nouveau, puis Ajaccio, et prendra sa retraite de joueur à l'issue de la saison 2003-2004.

En 2008, il crée une société d'événementiel sportif[2] et ouvre en 2011 un bar restaurant, La Bodeguita à Vannes, avec comme associé le rugbyman sénégalais Steeve Sargos[3].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques de Patrice Loko au 30 juin 2004[4]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Supercoupe UEFA Drapeau : France France Total
Division M B M B M B M B C M B M B M B M B
1988-1989 Drapeau de la France FC Nantes Division 1 3 0 - - - - - - - - - - - - - 3 0
1989-1990 Drapeau de la France FC Nantes Division 1 27 3 1 0 - - - - - - - - - - - 28 3
1990-1991 Drapeau de la France FC Nantes Division 1 29 3 2 0 - - - - - - - - - - - 31 3
1991-1992 Drapeau de la France FC Nantes Division 1 32 2 1 0 - - - - - - - - - - - 33 2
1992-1993 Drapeau de la France FC Nantes Division 1 35 7 6 2 - - - - - - - - - 2 0 43 9
1993-1994 Drapeau de la France FC Nantes Division 1 17 5 5 2 - - - - - - - - - - - 22 7
1994-1995 Drapeau de la France FC Nantes Division 1 37 22 1 0 2 0 - - C3 8 3 - - 6 2 54 27
1995-1996 Drapeau de la France Paris SG Division 1 27 8 3 2 1 1 - - C2 8 4 - - 11 4 50 19
1996-1997 Drapeau de la France Paris SG Division 1 38 16 2 1 - - - - C2 7 4 2 0 7 1 56 22
1997-1998 Drapeau de la France Paris SG Division 1 10 0 2 0 2 0 - - C1 1 0 - - - - 15 0
1998-jan 1999 Drapeau de la France Paris SG Division 1 9 0 - - - - 1 0 C2 2 0 - - - - 12 0
jan 1999-1999 Drapeau de la France FC Lorient Division 1 20 9 1 0 1 0 - - - - - - - - - 22 9
1999-2000 Drapeau de la France Montpellier HSC Division 1 26 8 1 1 1 0 - - CI+C3 7+4 0+2 - - - - 39 11
2000-aoû 2000 Drapeau de la France Montpellier HSC Division 2 1 0 - - 1 0 - - - - - - - - - 2 0
aoû 2000-2001 Drapeau de la France Olympique lyonnais Division 1 2 0 2 1 1 0 - - C1 3 0 - - - - 8 1
2001-2002 Drapeau de la France ES Troyes AC Division 1 27 8 2 0 1 0 - - C3 4 3 - - - - 34 11
2002-2003 Drapeau de la France FC Lorient Ligue 2 38 10 4 2 1 0 1 1 C3 2 0 - - - - 46 13
2003-jan 2004 Drapeau de la France FC Lorient Ligue 2 10 0 2 0 - - - - - - - - - - - 12 0
jan 2004-2004 Drapeau de la France AC Ajaccio Ligue 1 13 1 - - - - - - - - - - - - - 13 1
Total sur la carrière 401 102 35 11 11 1 2 1 - 46 16 2 0 26 7 523 138

Palmarès[modifier | modifier le code]

Repères et statistiques[modifier | modifier le code]

Championnat :

  • Drapeau : France 352 matchs et 92 buts en Ligue 1
  • Drapeau : France 49 matchs et 10 buts en Ligue 2
  • 1er match en Division 1 : 22 avril 1989, Nantes - Bordeaux (1 - 0)

Coupes nationales

  • 35 matchs et 11 buts en Coupe de France
  • 12 matchs et 1 but en Coupe de la Ligue
  • 2 matchs et 1 but en Trophée de Champions

Coupes d'Europe :

  • 4 matchs et 0 but en Ligue des Champions
  • 17 matchs et 8 buts en Coupe des Vainqueurs de Coupes
  • 18 matchs et 8 buts en Coupe de l'UEFA
  • 7 matchs et 4 buts en Coupe Intertoto
  • 2 matchs et 0 but en Supercoupe de l'UEFA

Sélection nationale :

  • 26 sélections et 7 buts avec l'équipe de France[5]
  • 1re sélection : 17 février 1993, Israël - France (0 - 4)
  • Buts :
  1. Azerbaïdjan-France (13 décembre 1994 - éliminatoires Championnat d'Europe) : 56e minute (0-2)
  2. Pays-Bas-France (18 janvier 1995 - matche amical) : 44e minute (0-1)
  3. France-Grèce (21 février 1996 - matche amical) : 30e minute (3-1)
  4. France-Grèce (21 février 1996 - matche amical) : 46e minute sur penalty (3-1)
  5. France-Finlande (31 mai 1996 - matche amical) : 15e minute (2-0)
  6. France-Bulgarie (18 juin 1996 - Championnat d'Europe) : 90e minute (3-1)
  7. France-Pays-Bas (26 février 1997 - matche amical) : 84e minute (2-1)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Les Jaunes en Bleu, l'album des 62 internationaux nantais, hors série Presse-Océan, 2008, cf. page 28.

Liens externes[modifier | modifier le code]