Marco Materazzi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Giuseppe Materazzi
Marco Materazzi Resenterra
Marco Materazzi.jpg
Biographie
Nom Marco Materazzi Resenterra
Nationalité Drapeau de l'Italie Italie
Naissance 19 août 1973 (40 ans)
Lieu Lecce (Italie)
Taille 1,93 m (6 4)
Période pro. 1990-2011
Poste Défenseur central
Parcours junior
Saisons Club
1988-1990 Drapeau : Italie Lazio Rome
1990-1991 Drapeau : Italie Messina
1991-1993 Drapeau : Italie Tor di Quinto
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1990-1991 Drapeau : Italie Messina 001 0(0)
1993-1994 Drapeau : Italie Marsala 025 0(4)
1994-1995 Drapeau : Italie Trapani 013 0(2)
1995-1998 Drapeau : Italie Perugia 049 0(7)
1996-1997 Drapeau : Italie Carpi 018 0(7)
1998-1999 Drapeau : Angleterre Everton 033 0(2)
1999-2001 Drapeau : Italie Perugia 055 (15)
2001-2011 Drapeau : Italie Inter Milan 301 (21)
1990-2011 Total 496 (58)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
2001-2008 Drapeau : Italie Italie 041 0(2)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Marco Materazzi, né le 19 août 1973 à Lecce, est un ancien footballeur italien évoluant au poste de défenseur central.

Ce défenseur international italien est célèbre pour avoir remporté la Coupe du monde 2006 en marquant notamment un but en finale contre la France.

Lors de cette finale, il fut aussi célèbre pour avoir provoqué Zinédine Zidane en l'insultant avant que ce dernier lui réponde par un "coup de boule" (coup de tête sur le torse). Le meneur de jeu français fut alors expulsé du match par un carton rouge.

Outre la Coupe du monde, en 2006, il a aussi remporté 5 titres de champion d'Italie, 3 Coupes d'Italie, 3 Supercoupes d'Italie et une Ligue des champions. Tous remportés avec l'Inter Milan.

Parcours en clubs[modifier | modifier le code]

Les débuts de Marco Materazzi[modifier | modifier le code]

Son père Giuseppe Materazzi était footballeur.

Il évolue en Serie C1 dans le club de Trapani Calcio lorsqu'il est recruté par Pérouse en 1995. Après un prêt effectué au Carpi FC 1909, il dispute la saison 1997-1998 en Serie B avec Pérouse avant de rejoindre brièvement le championnat d'Angleterre et le club d'Everton FC. Il ne passera qu'une saison sous les couleurs des Toffees, ponctuée par deux buts et trois expulsions en trente-trois matches.

Sa troisième expulsion intervient le 11 avril 1999 lors d'une rencontre entre Everton et Coventry City durant laquelle Materazzi écope d'un second carton jaune à la 85e minute pour une faute sur Darren Huckerby qualifiée de peu évidente voire imaginaire selon les comptes-rendus de la presse britannique. Le joueur déclarera à ce sujet[1] : « Les Anglais ont un côté très nationaliste, j'ai été exclu à plusieurs reprises uniquement parce que je suis italien, j'en suis persuadé. Je me souviens, face à Coventry, j'ai été expulsé pour rien, je n'ai pas commis de faute sur Huckerby. »

Esseulé en Grande-Bretagne avec sa femme Daniela et son jeune fils, Marco Materazzi saisit l'occasion de rentrer en Italie. Lors de l'été 1999, son ancien club de Pérouse trouve un accord avec Everton afin d'obtenir son retour. Everton réclamera par la suite une somme de 500 000 livres prétendument impayée sur ce transfert, et fera appel à la FIFA pour régler le conflit. Nommé capitaine de l'équipe de Pérouse, Materazzi inscrit douze buts dont huit penalties en Serie A lors de la saison 2000-2001, nouveau record pour un défenseur dans le championnat italien, battant ainsi le précédent record de 11 buts de l'argentin Daniel Passarella, saison 1984-1985. Il est élu joueur de l'année par les supporters du club.

Sous les couleurs de l'Inter Milan[modifier | modifier le code]

L'Inter Milan le recrute au début de la saison 2001-2002 pour faire face au départ du français Laurent Blanc à Manchester United. Materazzi dispute ses premiers matchs de Coupe d'Europe avec l'Inter, en mars 2002 et inscrit, notamment, un but sur un corner de Clarence Seedorf lors du quart de finale aller opposant l'Inter au club espagnol de Valence. Le sélectionneur italien Giovanni Trapattoni confirme que le défenseur a franchi un palier en le retenant dans sa liste de 23 joueurs établie en vue de la Coupe du monde 2002.

En novembre 2002, Materazzi quitte le terrain au bout de quinze minutes de jeu lors d'une rencontre de Ligue des champions face à Newcastle après avoir été blessé par le gallois Craig Bellamy, qui est exclu pour son geste. En mars 2003, il contracte une blessure face à Bologne qui l'éloigne des terrains durant un mois.

Il est à nouveau indisponible, cette fois pendant plusieurs mois, après un match de Ligue des Champions face à Arsenal disputé en novembre 2003. Rétabli et après avoir purgé une suspension de deux mois, Materazzi effectue sa rentrée avec l'Inter et l'équipe nationale en avril 2004.

Mécontent du temps de jeu qui lui est attribué par le nouvel entraîneur Roberto Mancini, qui préfère le plus souvent aligner le défenseur serbe Siniša Mihajlović, Materazzi demande début 2005 à être placé sur la liste des transferts. Après avoir eu des contacts avec Bologne FC, alors entraîné par son ancien entraîneur de Pérouse Carlo Mazzone, il prolonge finalement son contrat avec l'Inter jusqu'en 2009.

Moins assuré d'une place de titulaire dans son club, et alors que la Coupe du monde se profile, Materazzi connaît des hauts et des bas, symbolisés par ses deux buts inscrits pour le compte de l'Inter au mois de mars 2006. Le premier, une nouvelle fois obtenu de la tête, permet à son club d'égaliser face à l'AS Rome, qui venait de remporter onze victoires consécutives dans le Calcio ; mais il marque ensuite contre son camp dans les arrêts de jeu de la rencontre face à Empoli, en voulant effectuer une longue passe aérienne à destination de son gardien Julio César depuis le centre du terrain. Marco ne se doute alors pas du tout de l'été 2006 qu'il va passer…

L'année 2006-2007 est l'année Materazzi, après avoir remporté la Coupe du Monde en étant l'Homme de la Finale de Berlin, il réalise une saison splendide avec son club, il a marqué 10 buts en championnat (le record étant détenu par lui-même et qui est de 12 réalisations) dont un sublime retourné acrobatique contre Messine et il est un des meilleurs défenseurs de la Serie A. Grâce à cette excellente saison, "Matrix" ne fait pourtant pas taire les critiques et les « Anti-Materazzi » . Ses performances de hautes volées vont donc aider l'Inter à décrocher le Scudetto tant attendu, il offre le titre à l'Inter le 22 avril dernier à Sienne en marquant à deux reprises lors de cette rencontre.

Retraite[modifier | modifier le code]

Il quitte le club à l'amiable à la fin de la saison 2010-2011. Une possible reconversion au poste d'assistant du directeur sportif de l'Inter Milan, Piero Ausilio, est à ce jour envisagée.

Parcours en sélection nationale[modifier | modifier le code]

Intégration tardive au sein de la Squadra Azzurra[modifier | modifier le code]

Materazzi est presque âgé de 28 ans lorsqu'il est appelé pour la première fois en équipe nationale par le sélectionneur Giovanni Trapattoni, à l'occasion d'un match amical contre l'Afrique du Sud disputé en avril 2001 à Pérouse. Retenu en raison de l'indisponibilité d'Alessandro Nesta, Materazzi est accompagné en sélection par son camarade de club Fabio Liverani et se distingue d'entrée par son jeu de tête face aux sud-africains.

La défense centrale de la Squadra Azzurra bâtie par Trapattoni reposant sur des piliers comme Paolo Maldini, Nesta ou encore Fabio Cannavaro, Materazzi a dû se contenter du statut de remplaçant durant la Coupe du monde 2002 et l'Euro 2004, puis lors des qualifications pour la Coupe du monde 2006 sous la direction d'un nouveau sélectionneur, Marcello Lippi.

Coupe du monde 2006[modifier | modifier le code]

Materazzi effectue quatre apparitions lors du Mondial allemand. Remplaçant lors des deux premiers matchs disputés par la Squadra, il entre en jeu le 22 juin lors de la rencontre Italie-République tchèque (2-0) à la suite de la blessure de Nesta et ouvre la marque de la tête sur un corner de Francesco Totti. Il est élu homme du match. Le 26 juin, il est exclu sévèrement à la cinquantième minute de la rencontre face à l'Australie par l'arbitre espagnol Luis Medina Cantalejo pour un tacle irrégulier sur Marco Bresciano. Suspendu pour Italie-Ukraine, il effectue son retour lors du match de demi-finale du 4 juillet opposant l'Italie à l'Allemagne. Lors de la finale, le 9 juillet, Materazzi égalise d'une tête puissante durant la première mi-temps et marque à nouveau lors de la séance de tirs au but qui permet à la Squadra Azzurra d'être sacrée championne du monde pour la quatrième fois de son histoire.

Polémiques[modifier | modifier le code]

L'altercation avec Zinedine Zidane[modifier | modifier le code]

Le 9 juillet 2006, durant les prolongations de la finale de la Coupe du monde, Materazzi a une altercation avec Zinédine Zidane. Le meneur de jeu de l'équipe de France lui assène un coup de tête au thorax et écope d'un carton rouge.

À la suite de cette affaire, la FIFA a, dans son jugement rendu le 20 juillet 2006, condamné Marco Materazzi à deux matchs de suspension et 5 000 francs suisses d'amende (Zinédine Zidane écope, quant à lui, de trois matchs de suspension et 7 500 francs suisses d'amende).

Quelques semaines plus tard, Materazzi conclut un contrat avec l'équipementier Nike, pour l'apparition dans une publicité au cours de laquelle il stoppe avec son buste (référence au coup de tête de Zidane) différents obstacles comme un ballon de foot, des joueurs de football américain, une boule de bowling, un bélier en métal, un 4×4 ou encore une boule de démolition suspendue à une grue.

Il avoue le 20 août 2007, dans une interview dans le magazine italien Sorrisi e Canzoni, avoir dit en réponse à Zidane, qui lui avait proposé ironiquement de lui donner son maillot à la fin du match (étant donné que Materazzi tirait le maillot de Zidane), « je préfère ta pute de soeur »[2]. Materazzi continue de déclarer qu'il attend toujours des excuses de l'ancien numéro 10 français. Dans la Gazzetta dello Sport, dès novembre 2006, il annonce qu'il attendait toujours un geste de Zinédine Zidane.

L'altercation avec Gennaro Delvecchio[modifier | modifier le code]

Six mois après la finale de la Coupe du Monde 2006, Marco Materazzi s'est de nouveau retrouvé au sol sur un terrain de football, frappé au menton, cette fois par le milieu de terrain de la Sampdoria de Gênes, Gennaro Delvecchio. Gennaro Delvecchio a été expulsé et Marco Materazzi a écopé d'un avertissement.

Delvecchio affirme avoir été provoqué par Marco Materazzi : « Il a affirmé que je voulais blesser Adriano et Julio Cesar, mais c'est faux. Bien sûr, je me suis mal comporté, mais lisez-donc sur ses lèvres ce qu'il a dit. » Marco Materazzi nie toute parole indécente à son encontre, expliquant avoir tout simplement tenté de défendre son gardien Julio Cesar : « Je n'ai rien dit de tel, je lui ai seulement demandé de s'arrêter. Avant cela, il avait déjà durement attaqué Adriano, avant de tenter de faire de même sur notre gardien. J'aime le football accroché, mais quand tu vois que le gardien a récupéré la balle, tu dois t'arrêter. Delvecchio m'a frappé de la tête et m'a éclaté la lèvre. »

Déclarations[modifier | modifier le code]

En janvier 2013, l'ancien joueur coréen Ahn Jung-hwan déclare avoir subi des remarques racistes lorsqu'il évoluait en Italie au Pérouse Calcio, notamment de la part de Materazzi[3].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Buts en sélection[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. cf. « Marco Reveals Rangers Snub », Sky Sports, 24 septembre 2001.
  2. Article sur la Repubblica, levif.be, consulté le 8 janvier 2009.
  3. (en) Korean World Cup hero recalls racist slurs in Italy, AFP sur Google News, le 16 janvier 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :