Philharmonie de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philharmonie de Paris
Image illustrative de l'article Philharmonie de Paris

Siège Paris, Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 53′ 30″ N 2° 23′ 39″ E / 48.89156, 2.3940748° 53′ 30″ N 2° 23′ 39″ E / 48.89156, 2.39407  
Site web philharmoniedeparis.fr

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Philharmonie de Paris

La Philharmonie de Paris est un établissement culturel principalement consacré à la musique symphonique. L'établissement, dont l'ouverture est prévue le 14 janvier 2015, incluera l'actuelle Cité de la musique (renommée Philharmonie 2). Le site prévoit l'accueil d'orchestres de chambre, de jazz ou de musiques du monde dans un équipement acoustique de haute qualité. Il sera composé d'une salle de concert de 2 400 places (La Grande Salle), d'une deuxième salle de 900 places (Salle des concerts de la Philharmonie 2), d'espaces d'exposition, d'espaces pédagogiques et de salles de répétitions.

Son édification, différée depuis une vingtaine d'années, a débuté en septembre 2009, et s'achèvera en 2015 sur le parc de la Villette à Paris.

Le maître d’ouvrage, la « Philharmonie de Paris » a confié le projet aux Ateliers Jean Nouvel en avril 2007 à l’issue du concours de maîtrise d’œuvre.

Ce projet fait partie de l’aménagement du Grand Paris.

Historique[modifier | modifier le code]

L’annonce du projet[modifier | modifier le code]

Après que le Premier ministre Dominique de Villepin en octobre 2005 a appelé les collectivités à s'associer pour construire une salle symphonique[1], le projet de lancement d'un auditorium sur le site Paris-La-Villette est officiellement annoncé le 6 mars 2006 par le ministre de la Culture et de la Communication, Renaud Donnedieu de Vabres, le maire de Paris Bertrand Delanoë et le directeur général de la Cité de la musique et de la Salle Pleyel Laurent Bayle, à l'occasion d'une conférence de presse sur la réouverture de la Salle Pleyel.

Le concours[modifier | modifier le code]

Le concours international de maîtrise d’œuvre a été lancé le 17 novembre 2006. Des 98 équipes ayant soumis leurs candidatures, six ont été sélectionnées : Zaha Hadid (Royaume-Uni) ; Coop Himmelb(l)au (Autriche) ; MVRDV (Pays-Bas) ; Christian de Portzamparc (France) ; Jean Nouvel (France) ; Francis Soler (France). À l’issue de la seconde phase et de la présentation des maquettes, le 6 avril 2007, le cabinet d'architecture des Ateliers Jean Nouvel a été choisi pour la réalisation du projet.

Le chantier[modifier | modifier le code]

La construction a débuté avec des études d’exécution puis par le terrassement en avril 2009. Les travaux liés au bâtiment ont démarré en septembre 2009. À la suite de divergences apparues au sein de l'administration sur le mode de financement de la part de l’État (160 millions d'euros) dans ce projet de quelque 350 millions, les travaux ont été arrêtés en février 2010 pour ne reprendre qu'en mars 2011[2],[3].

L’ouverture[modifier | modifier le code]

L’ouverture au public de la salle et de ses équipements est prévue pour le 14 janvier 2015.

La construction[modifier | modifier le code]

L'emplacement[modifier | modifier le code]

Situé dans la partie sud-est du parc de la Villette, face à la Grande Halle de la Villette et à côté de la Cité de la musique, le site s’étend sur une surface de 19 800 m². Il est délimité à l’est par le boulevard Sérurier et au sud par l’avenue Jean Jaurès dans le XIXe arrondissement de Paris.

Le projet prévoit la construction d'un parc de stationnement de 610 places souterraines.

La démarche de haute qualité environnementale[modifier | modifier le code]

Le projet s’inscrit dans la politique du Ministère de la Culture et de la Communication et de la Ville de Paris en matière de qualité environnementale pour le secteur du bâtiment. Un ensemble de repères, la démarche HQE, guide la réalisation du site, depuis sa conception jusqu’à son usage quotidien. Une certification environnementale est également visée. Pour cela, plusieurs cibles sont retenues en priorité : l’énergie, l’acoustique intérieure et extérieure, la gestion de l’eau, l’entretien et la maintenance.

L’accessibilité[modifier | modifier le code]

Les personnes à mobilité réduite et, de façon générale, les personnes en situation de handicap, pourront utiliser l’ensemble des espaces du site. Le projet se conforme au schéma directeur d’accessibilité des bâtiments publics mis au point par la Ville de Paris dans le cadre de la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

Le financement[modifier | modifier le code]

Le financement du projet est pris en charge à 45 % par l’État (Ministère de la Culture et de la Communication), à 45 % par la Ville de Paris, et à 10 % par la Région Île-de-France, ce qui cependant n’exclut pas une participation de financements privés[4].

Le coût initial était estimé à 170 millions d'euros. Comme tous les grands projets, celui-ci n'échappe pas à une dérive financière. Selon le sénateur Yann Gaillard, rapporteur à la commission des finances, la facture finale (estimation en octobre 2012) serait de 386 millions d'euros[5].

Le bâtiment[modifier | modifier le code]

L’architecture[modifier | modifier le code]

Jean Nouvel s'est entouré de Brigitte Métra comme architecte associée pour la salle de concert et des acousticiens Marshall Day Acoustics et Nagata Acoustics pour l’acoustique de la salle. Le projet s’inscrit dans l'espace architectural du Parc de la Villette, œuvre de l’architecte Bernard Tschumi, comprenant la Cité de la musique, la Grande Halle de la Villette, la Cité des Sciences et de l'Industrie et la Géode. Le dessin du projet reprend les formes d’une colline en aluminium couverte de pavés superposés horizontalement coupés d’un aileron vertical pour jouer sur les lignes de perspectives existantes. Il s’érige comme une butte offrant un panorama sur Paris et ses alentours, au delà du périphérique[6].

L’intérieur du bâtiment[modifier | modifier le code]

En plus d’une salle de concert de 2 400 places, le site comprendra un espace d’exposition de plus de 1 100 m², un pôle éducatif de 1 750 m², des locaux pour les résidences d’orchestres, des salles de répétition, des studios et un restaurant. La grande visibilité permettra une exploitation simplifiée de la location et un tarif unique sur l'ensemble des places. Ce tarif sera décliné en fonction du spectacle proposé. La Philharmonie de Paris proposera également de nombreuses places à prix réduit.

L’équipement musical[modifier | modifier le code]

La grande salle de concert[modifier | modifier le code]

L’auditorium sera principalement consacré à la musique symphonique, l’excellence acoustique étant recherchée en premier lieu. Il accueillera également des répertoires musicaux à l’acoustique plus réverbérée. Sur le plan acoustique, la salle de concert se démarquera des modèles strictement frontaux en forme de « boîte à chaussure » et privilégiera un enveloppement de la scène par le public sur le modèle de la Philharmonie de Berlin afin de renforcer le sentiment d’intimité entre l'interprète et son auditoire.

Avec cette structure enveloppante, la distance entre le chef d’orchestre et l’auditeur le plus éloigné sera de maximum 38 mètres. Pour assurer de bonnes performances acoustiques, le volume total de la salle ne dépassera pas les 30 000 m3. Il permettra le développement d’un champ sonore tardif et une réverbération appropriée pour les concerts symphoniques. La programmation de la Philharmonie de Paris ne se limitant pas à des formations classiques, il est prévu d'équiper la salle pour une modularité de la scénographie acoustique et technique.

Les autres salles[modifier | modifier le code]

Deux grandes salles de répétition et six salles de répétitions ou de formations complètent ce dispositif. Des petits studios de travail sont dédiés aux répétitions de solistes et de chambristes (deux à quatre musiciens) et à l’accueil d’interprètes ou de compositeurs en résidence.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]