Vitry-le-François

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark gold.png Vous lisez un « article de qualité ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vitry.
Vitry-le-François
L'hôtel de ville vu depuis son parc.
L'hôtel de ville vu depuis son parc.
Blason de Vitry-le-François
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne (sous-préfecture)
Arrondissement Vitry-le-François (chef-lieu)
Canton Deux cantons : Est et Ouest
Intercommunalité Communauté de communes Vitry, Champagne et Der
Maire
Mandat
Jean-Pierre Bouquet
2014-2020
Code postal 51300
Code commune 51649
Démographie
Gentilé Vitryates, Vitryats
Population
municipale
13 106 hab. (2011)
Densité 2 032 hab./km2
Population
aire urbaine
34 121 hab. (2007)
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 32″ N 4° 35′ 07″ E / 48.7255555556, 4.5852777777848° 43′ 32″ Nord 4° 35′ 07″ Est / 48.7255555556, 4.58527777778  
Altitude Min. 92 m – Max. 112 m
Superficie 6,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Vitry-le-François

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Vitry-le-François

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vitry-le-François

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vitry-le-François
Liens
Site web vitry-le-francois.net

Vitry-le-François (prononcé [vitʁiləfʁɑ̃swa ] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter ou [vitʁilfʁɑ̃swa ]) est une commune française du Grand Est de la France, située dans le département de la Marne, dont elle est l'une des sous-préfectures, et la région Champagne-Ardenne.

La ville est relativement récente puisqu'elle a été créée en 1545, par la volonté de François Ier de reconstruire le bourg de Vitry-en-Perthois, détruit par la guerre. La nouvelle cité, construite d'après les plans de Girolamo Marini, reçoit alors du roi de France son nom et sa devise. Située sur la rive droite de la Marne, Vitry-le-François s'est notamment développée grâce à son activité de batellerie, qui s'est encore accrue avec l'arrivée d'importants canaux à la fin du XIXe siècle, avant de disparaître et laisser place aux grandes industries.

Sa situation géographique en fait un lieu de passage des armées depuis le Moyen Âge. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la ville est presque détruite par les bombardements. À la fin de la guerre, Vitry-le-François est reconstruite et conserve le plan de son centre-ville en damier. Puis, dans les années 1960, la commune voit de nombreux logements collectifs s'installer sur son territoire. Sa population a ainsi fortement augmenté, doublant entre 1946 et 1968. Même si elle reste la quatrième ville du département de la Marne avec 14 207 habitants en 2008, le nombre de Vitryats et Vitryates ne cesse de diminuer depuis les années 1980.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Vitry-le-François est la « capitale du Perthois »[1], une région plate – constitutive de la Champagne humide – qui est couverte de grandes cultures, de prairies, d'étangs et de peupleraies[2], dans le sud-est de la Marne, en Champagne-Ardenne.

La commune, au croisement des ensembles géographiques de la Champagne crayeuse ou « pouilleuse » (à l'ouest), de l'Argonne (au nord-est) et du Pays du Der (au sud-est), est également comprise dans la vallée de la Marne. Elle se situe, à vol d'oiseau, à 28 kilomètres[3] au nord-ouest de Saint-Dizier et 31 kilomètres[4] au sud-est de Châlons-en-Champagne. Elle est distante d'environ 80 kilomètres de Reims, de 120 kilomètres de Nancy, de 175 kilomètres de Paris et de 300 kilomètres de Bruxelles[5].

La ville est mitoyenne, au nord, de l'actuelle Vitry-en-Perthois. À l'ouest, la Marne fait office de séparation naturelle avec le hameau Les Indes de Blacy. Vitry-le-François est limitrophe au sud de la petite ville de Frignicourt et à l'est du village industriel de Marolles[6].

Rose des vents Vitry-en-Perthois Rose des vents
Blacy N Marolles
O    Vitry-le-François    E
S
Frignicourt

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Vitry-le-François est dominée par les Monts Royer et le Mont de Fourche[Note 1] de Vitry-en-Perthois, qui culminent respectivement à 153 et 207 mètres[6]. La ville se situe à faible altitude notamment en raison de sa situation dans la vallée de la Marne. Ainsi sur le territoire de la commune, qui s'étend sur 645 hectares[7], l'altitude est généralement comprise entre 100 et 105 mètres[6]. Elle varie cependant de 92 à 112 mètres[7].

La zone est construite sur des alluvions anciennes de la Marne et de la Saulx qui constituent la plaine du Perthois. Ces alluvions, qui n'ont pas franchi la côte de Champagne en lente surrection, se composent de graviers calcaires du Tithonien et du Kimméridgien (datant d'il y a environ 150 millions d'années) et peuvent atteindre jusqu'à 7 mètres d'épaisseur. Sous celles-ci, se trouvent des couches aquifères datant du Turonien (craies blanches à grises) et imperméables du Cénomanien, formées de craie grise, d'argiles sableuses et de marnes glauconieuses[8].

À l'ouest de la municipalité[Note 2], à la limite orientale du Bassin parisien, la Champagne humide laisse place à la Champagne crayeuse où affleure une craie du Crétacé supérieur formée à partir de restes calcaires de micro-organismes planctoniques[9]. Cette craie poreuse et épaisse a permis la formation en Champagne-Ardenne d'une immense « nappe de la craie » souterraine qui alimente de nombreux cours d'eau[10].

Panorama de Vitry-le-François et de la campagne environnante avec, au centre, la zone industrielle et au premier plan, en contrebas, Vitry-en-Perthois.
Vitry-le-François vu depuis le nord, au Mont de Fourche qui culmine à 207 mètres d'altitude sur le territoire de Vitry-en-Perthois.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Photographie, prise depuis le quai, du canal de la Marne au Rhin et de ses pontons, avec en arrière-plan une péniche.
Le quai et le port de plaisance du Canal de la Marne à la Saône.

La ville s'établit sur la rive droite de la Marne. Elle se trouve en aval du Lac du Der-Chantecoq, aménagé dans les années 1960 et 1970 pour réguler le cours de la rivière[11]. Deux autres cours d'eau traversent le territoire communal. À l'extrême nord, la Saulx, longue de 127 kilomètres, conflue avec la Marne. Le ruisseau de Marvis, affluent en rive gauche de la Saulx, s'écoule également d'est en ouest au nord de Vitry-le-François. On y trouve par ailleurs un étang, près de la zone industrielle, celui des Vassues[6].

La commune est parfois considérée comme un « nœud fluvial »[12] en raison de sa position au carrefour de trois principaux canaux :

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est de type « tempéré océanique humide » (Cfb) d'après la Classification de Köppen. C'est un climat océanique dégradé qui se traduit par un temps doux et humide[17] mais où les hivers peuvent aussi se révéler rudes et les étés fort chauds[18]. La station météorologique la plus proche, celle de Saint-Dizier, a ainsi enregistré une température minimale de −22,5 °C en 1956 et un record de chaleur de 40,4 °C durant la canicule de l'été 2003[19].

Données climatiques à Saint-Dizier
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,2 0,3 2,6 4,3 8,6 11,5 13,5 13,3 10,3 7,2 3 1,4 15,3
Température maximale moyenne (°C) 5,9 7,5 11,4 14,7 19,3 22,2 24,9 24,8 20,7 15,6 9,6 6,9 6,4
Ensoleillement (h) 65 83 130 159 208 208 226 236 158 107 59 43 1 682
Précipitations (mm) 74 63 67 57 72 73 72 64 74 79 75 88 857
Source : Station météorologique de Saint-Dizier, située à 139 m d'altitude. Chiffres Météo-France[20].


Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Saint-Dizier[19] 1 682 857 24 25 54
Paris 1 630 642 15 19 13
Nice 2 668 767 1 31 1
Strasbourg 1 633 610 30 29 65
Brest 1 492 1 109 9 11 74

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Transports routiers[modifier | modifier le code]

Photographie des immeubles HLM du quartier du Hamois avec en premier plan, la RN 44.
La RN 44 dans le quartier du Hamois.

En plus d'être un « nœud fluvial » accueillant un port fluvial de plaisance[21], la commune, où plus de 70 % des ménages possèdent un véhicule[22], est également un carrefour routier.

Elle est traversée par la RN 4, en provenance de Paris et qui se transforme en une voie rapide peu après la ville, en direction de Saint-Dizier puis Nancy. La RN 4 rejoint la RN 44 qui relie Cambrai et Châlons-en-Champagne à Vitry. La D 396 permet dans un sens (depuis le sud) d'accéder à la RN 4 sans traverser le centre-ville et de rejoindre Brienne-le-Château ou le lac du Der-Chantecoq dans le sens inverse. La D 982 relie la portion de la RN 4 en provenance de Paris à celle qui se dirige vers Nancy, et mène ensuite à Vitry-en-Perthois puis Sainte-Menehould[6].

L'accès autoroutier le plus proche est la sortie sortie 20 de l'A26, située au niveau de la commune de Sommesous à environ 30 kilomètres à l'ouest du centre de Vitry-le-François[6].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Photographie de la façade de la gare SNCF de Vitry-le-François et de son parking.
La gare SNCF de Vitry-le-François.

La municipalité a mis en place à partir du 1er octobre 2007 un réseau de transports urbains gratuit appelé « VitryBus »[23]. Sa flotte de micro bus d'une capacité de 20 places, adaptés aux personnes handicapées, dessert les deux lignes que compte le réseau, et ce 14 fois par jour[24]. Par ailleurs, des cars permettent de relier Vitry à Châlons-en-Champagne[25] et Bar-le-Duc[26]. D'autres lignes hebdomadaires rejoignent les communes d'Arrigny, Couvrot, Orconte, Vavray-le-Petit et Gigny-Bussy[25].

La gare de Vitry-le-François est desservie plusieurs fois par jour par les TER de Champagne-Ardenne parfois en liaison avec ceux de Bourgogne, Lorraine et Picardie. Depuis 2007, l'articulation entre le réseau régional et la LGV Est européenne permet au TGV Est de s'arrêter en gare de Vitry, la mettant à une heure trente[23] de la capitale. Elle est considérée comme un « succès », la gare accueillant depuis plus de 700 voyageurs journaliers, et un atout pour l'attractivité de la ville[27]. Pour relancer le tourisme dans la région vitryate, la municipalité a financé un TER aux armes de la ville ainsi que la pose d'une indication « Vitry-Lac du Der » à la gare[28].

Autres moyens de transport[modifier | modifier le code]

Vitry est accessible depuis les airs par l'aérodrome de Vitry-le-François - Vauclerc, un aérodrome de deux pistes qui est situé à quelques kilomètres à l'est de la ville, le long de la RN 4, sur le territoire de Vauclerc, à 125 m d'altitude. Il porte le code OACI LFSK[29]. Géré par une association (aéroclub « François Ier »), il est destiné aux loisirs[30]. L'aéroport international[31] le plus proche est celui de Paris-Vatry. Il se trouve à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Vitry-le-François, sur le territoire de la commune de Vatry.

Pour la randonnée pédestre, le sentier de grande randonnée 654 (GR 654) aussi appelé « voie de Vézelay » traverse la commune, tandis que le GR 14 passe au nord, à Vitry-en-Perthois. La ville propose également un « circuit des canaux de Vitry-le-François » long de 9 kilomètres[32]. Par ailleurs, la « vélovoie verte » du canal entre Champagne et Bourgogne débute à Vitry. Cette véloroute relie la « cité rose » à Orconte, au lac du Der-Chantecoq et à Saint-Dizier[33] et doit à terme connecter les principales villes de Champagne-Ardenne[34].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Plan de Vitry-le-François
Plan actuel de Vitry-le-François (Février 2014).

Le centre-ville du XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Le centre-ville correspond à l'ancienne ville forteresse dessinée en 1545 par Girolamo Marini selon un plan orthogonal. La ville se définissait alors comme un carré de 612 mètres de côté, découpé en ilots carrés ou rectangulaires. Au centre, se trouvait une place carrée de 117 mètres de côté, la place d'Armes. Là se rejoignaient les deux artères principales, larges de 13,40 m, qui décomposaient la ville en quatre quartiers, eux-mêmes divisés en quatre par des rues dites « foraines » de 7,80 m, puis subdivisés en ilots par des voies plus étroites de 6,25 m de large[35]. Toutes ces rues ont été créées de manière rectiligne, exception faite de la « sinueuse »[36] rue des Tanneurs.

À la différence des bastides traditionnelles françaises du Moyen Âge, les rues principales permettaient l'accès à la place par le milieu des côtés, et non aux angles, le plan s'inspirant ainsi de l'urbanisme piémontais. Les alentours de la place d'Armes accueillaient les principaux lieux publics de la ville dont l'église, le cimetière, les halles et le palais de justice[35]. Même si les fortifications disparurent vers 1895[37] et malgré la destruction presque totale de la ville par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, le centre-ville fut reconstruit par Maurice Clauzier, conservant ainsi sa morphologie de ville nouvelle de la Renaissance[38].

L'extension de l'après-guerre[modifier | modifier le code]

Photographie de logement HLM : au premier plan, un immeuble de trois étages rose clair et derrière, un immeuble de cinq étages vert pâle.
Des logements HLM dans le quartier Rome-Saint-Charles.

Avant la guerre, seuls de « maigres faubourgs »[38] s'étaient implantés à l'extérieur des anciens remparts. C'est seulement à partir de 1945, à la suite de sa destruction, que Vitry a commencé de s'étendre. Dès la fin des années 1950, de nouveaux quartiers composés de grands ensembles sont créés : La Fauvarge (1958 à 1964), Le Désert (1963 à 1968), Rome-Saint-Charles (1965 à 1973) et Le Hamois (1969 à 1978)[39]. Dans les années 1960, à l'est du centre-ville, s'est développée sur d'anciennes gravières la zone industrielle de Vitry-Marolles[8]. Vitry-le-François compte également d'autres quartiers, du nord au sud : Le Bas-Village, Les Marvis, Le Mont-Berjon, La Haute-Borne (communément appelé Le Champ de Manœuvres), Le Grand-Parc, Les Indes, Le Vieux-Port, La Citadelle, La Jouette, les Bords-de-Marne, Le Mont-Vierge, Le Port-Arthur et La Pépinière[40].

Malgré sa taille modeste, Vitry-le-François abrite plusieurs quartiers particulièrement défavorisés. Ainsi ceux du Hamois et de Rome-Saint-Charles-Le Désert sont classés « zone urbaine sensible » (ZUS) ; la ville comprend également deux quartiers non-ZUS : La Fauvarge et La Haute-Borne. Les ZUS abritaient en 2006 6 159 habitants, soit 41 % de la population vitryate pour 19 % de la superficie (125 ha). Dans ces quartiers, le taux de chômage était en 1999 de 25 % (contre 20 % à l'échelle de la commune). La même année, le nombre de moins de 25 ans, d'étrangers, de familles monoparentales et de locataires HLM était nettement supérieur à la moyenne vitryate, tandis qu'en 2004 le revenu annuel médian par unité de consommation y était inférieur de 3 000 €[41].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2007, Vitry comptait 7 456 logements, soit moitié plus que quarante ans plus tôt (4 940 logements en 1968). Seuls 68 étaient des résidences secondaires (0,9 %), les résidences principales représentant 90,8 % du parc. On dénombrait un nombre important de logements vacants, leur nombre s'élevant à 617[22].

Près des deux tiers des logements étaient des appartements comprenant en moyenne 3,2 pièces. Les maisons – nettement moins nombreuses (à hauteur de 31,7 %) - se composaient en moyenne de 4,8 pièces. La moyenne de la ville tous logements confondus était ainsi de 3,7 pièces[22]. Le modèle datant du XVIe siècle « de jardin attenant à la maison »[35] ne subsiste presque plus qu'en centre-ville. L'importance des appartements explique en partie le nombre élevé de locataires (70,1 %) et le pourcentage de logement HLM qui s'établissait à 50,2 % du parc immobilier ; Vitry-le-François dépassait ainsi largement le taux de logements sociaux de 20 % imposé par la loi solidarité et renouvellement urbain (SRU) de décembre 2000[22]. Trois bailleurs sociaux sont chargés de la gestion du parc HLM vitryat : Vitry-Habitat (qui en détient 95 %[C 1]), L'Effort Rémois et l'OPAC[42].

Les logements vitryats[43] sont dans l'ensemble relativement récents. En effet, seuls quelques bâtiments survécurent aux bombardements allemands puis, dans une moindre mesure[38], à ceux des Alliés de la Seconde Guerre mondiale. De ce fait, 11,8 % des habitations dataient en 2007 d'avant 1949, 60,7 % avaient été construites entre 1950 et 1974 – dont de nombreux immeubles – et 22,3 % l'avaient été entre 1975 et 1989, la portion restante datant d'après 1990[22].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lors de son déplacement en bordure de Marne, la ville conserve son nom primitif de Vitry mais on hésite entre Vitry sur Marne[44] et Vitry le François, forme attestée en 1544[45]. C'est cette dernière option qui est approuvée par le roi François Ier[46]. Son nom latinisé est Victoriacum ou Victriacum Franciscum[46], on trouve conjointement la forme Victry-le-Francoys aux XVIe et XVIIe siècles[47]. En langage courant, le nom de la cité est simplement Vitry[44].

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Vitry-sur-Marne[7].

Vitry-le-François est surnommée la « cité rose ». Cette appellation provient des pavés de couleurs rose ou rouge utilisés pour les trottoirs et les espaces publics vitryats[48]. Ce surnom a fait de Toulouse, la « ville rose », la marraine de guerre[36] de Vitry-le-François.

Le toponyme Vitry est d'un type gallo-roman courant en Gaule. Il remonte à un *VICTORIACU, généralement latinisé en Victoriacum dans les textes et qui se compose de l’anthroponyme latin Victorius[49],[50] (porté par un indigène gaulois) et du suffixe d’origine gauloise -acum qui marque la propriété[49],[51]. Homonymie avec les types Vitray, Vitré, Vitrai, Vitrac également.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant Vitry-le-François[modifier | modifier le code]

La fondation de l'ancienne Vitry est attribuée aux Gaulois[52]. Vers 50 avant J.-C., les troupes romaines prennent possession de Carkonne, sur la Saulx. Jules César la décrit comme étant « située au pied d'une montagne et qui regarde le midi. » Il y établit une colonie et un fort baptisés Victrix, « la victorieuse » en latin[53]. Un cimetière romain a d'ailleurs été retrouvé en 1656, en bordure de Marne, au nord de la ville, par un vigneron plantant ses vignes[54]. On trouva également, en 1861 près de Marolles, un vase rempli de pièces romaines : 32 d'argent et 310 de bronze[55].

La destruction de Perthes par les Huns en 451 fait de Vitry la plus grande ville et ainsi la nouvelle capitale du Perthois[56]. Vitry fait partie de l'Austrasie[57] puis se soumet en 613 à la Neustrie[58]. Le bourg se développe notamment avec la construction de monuments religieux avant d'être incendié une première fois par Louis VII, dit Louis le Jeune, en 1142[59]. 1 500 villageois meurent dans le sinistre, alors qu'ils s'étaient réfugiés dans l'église[60] ; écrivant en 1933, l'historien Charles Petit-Dutaillis attribue la réorientation ultérieure du règne de Louis VII (rapprochement avec la Papauté et départ pour la croisade, perte d'influence de sa femme Aliénor d'Aquitaine) au « choc nerveux » que lui a causé ce drame[61].

En 1284, le Perthois, possession des comtes de Champagne est rattaché avec l'ensemble du comté à la Couronne de France[62]. La ville est à nouveau incendiée en 1420 par Jean de Luxembourg et ses alliés anglais[63].

La ville de François Ier[modifier | modifier le code]

Portrait peint de François Ier réalisé par Joos van Cleve au XVIe siècle.
La ville a été fondée en 1545 par le roi de France François Ier.

En 1542 débute la neuvième guerre d'Italie. En 1544, Charles Quint, ligué avec Henri VIII d'Angleterre, entre en Champagne et assiège la ville proche de Saint-Dizier tandis qu'une partie de l'armée de François Ier est à Vitry-en-Perthois. À la suite d'attaques subies par ses troupes, Charles Quint envoie des éclaireurs brûler et détruire Vitry, faisant fuir vers Châlons l'armée française dirigée par le seigneur de Brissac[64]. Le 18 septembre 1544, François Ier et Charles Quint signent la trêve de Crépy-en-Laonnois.

Après avoir pensé reconstruire Vitry-en-Perthois qui était « la clef de son royaume du côté de l'Allemagne », François Ier décide d'ériger une nouvelle ville à l'abri des collines et donc de l'artillerie. Il la fait bâtir à une demie-lieue de l'ancien bourg, à la place du village de Maucourt[65] (ou Moncourt[66]), en bordure de Marne. Le roi de France donne son nom, son emblème, la salamandre, et sa devise « Nutrisco extinguo », traduite en français par « je nourris et j'éteins », à la nouvelle cité[52].

Le 28 janvier 1545, il ordonne au bailli de Vitry de tracer le plan et les fossés sur un terrain qui appartenait aux chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, qui sont donc expropriés en échange de 300 livres par an[35]. Le plan, approuvé par édit au mois de mai[66], est dessiné par l'architecte Girolamo Marini[35]. Malgré de nombreuses réticences[67], une grande part des villageois de Vitry (désormais « la Brûlée ») déménagent pour Vitry-le-François, à qui on accorde des avantages économiques (droits de foire et marchés, exemption d'impôts pendant vingt ans, facilités de construction[68],[35], etc.), avec l'ensemble des juridictions[52]. La sécurité qu'offre cette nouvelle ville est également un facteur de départ de nombreux habitants[69]. On se sert d'ailleurs des pierres de l'ancienne Vitry pour édifier la nouvelle[65] même si la plupart des maisons sont construites en bois[70]. En 1557, 500 maisons sont achevées[69].

Avec la mort de François Ier, en 1547, le développement de la ville est menacé. Henri II, son successeur, annule le 3 mai, les édits, créant et fortifiant la cité ainsi que les avantages économiques[71] ; cependant, le 10 novembre ces édits sont rétablis[72].

Vitry-le-François est entourée de murailles et de remparts avec huit bastions dépourvus de maçonneries mais protégés par des fossés d'eau vive et possède une citadelle[70], détruite par la suite. Les fortifications ne sont achevées qu'en 1624[73]. La ville est divisée en quatre quartiers : le quartier Notre-Dame, le quartier du Lion-d'Or, le quartier de la Halle et le quartier Saint-Germain, sur le site de l'ancien Maucourt[74]. En 1587, les anciens moulins de Maucourt, détruits pendant la guerre, tournent à nouveau[75].

De la fondation à la révolution[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini de Vitry-le-François datant de 1760. On peut y retrouver le plan de la ville et y voir ses remparts.
Vitry-le-François et ses environs sur la carte de Cassini vers 1760[Note 3].

À la fin du XVIe siècle, la ville est touchée par les guerres de religion. Alors que le gouverneur de Vitry, Jean de Mutigny, fait partie de la Ligue, opposée au roi, les fidèles à Henri IV prennent la ville et le gouverneur est assassiné le 17 mai 1590. Deux jours plus tard, la Ligue reprend la ville, avec M. de Frignicourt comme gouverneur. La cité se soumet finalement au Roi de France et lui demande la destruction de la citadelle de la ville en 1598, qui se trouve alors sur l'actuel site de l'Hôtel de Ville[76]. Les troubles religieux cesseront définitivement au cours des décennies suivantes.

Après cinquante ans de faible croissance démographique, la population passe de 2 000 habitants en 1620 à 11 600 en 1626[77]. La cité se développe grâce aux administrations et aux commerces : bois, grains et vins y sont transportés jusqu'à Paris par la Marne, qui n'est navigable qu'à partir de Vitry. De nombreux édifices religieux sont construits, on y recense notamment un couvent de Minimes, un de Récollets, deux de religieuses et un hôpital des Frères de la Charité[52]. Des églises sont créées dans les quartiers en expansion : l'église Saint-Germain dans le quartier du même nom, l'église Saint-Nicolas du Bas-Village pour le quartier du Hamois et les bourgs de Vaux et Vitry-en-Perthois ainsi qu'une troisième église dans le quartier de la Halle[78]. L'actuelle collégiale y est construite à partir de 1629, lorsque les chanoines de Vitry-la-Brûlée acceptent de rejoindre Vitry-le-François. D'autres monuments importants tels le Palais Royal, qui accueille les juridictions de la ville, sont édifiés à cette époque[79].

À la suite de l'augmentation des prix du blé, une famine touche la ville en 1626 et fait plusieurs morts. Les pauvres infirmes sont envoyés chez les Vitryats les plus aisés tandis que les valides travaillent aux fortifications. Le 19 octobre 1632, c'est la peste qui se déclare[80]. Semblant s'apaiser, elle reprend, plus violente en 1634, 1635 et 1636[81]. Vitry perd ainsi la moitié de sa population entre 1632 et 1638. Malgré ce traumatisme, la ville retrouve sa prospérité : en 1650, elle compte 12 000 communiants[80]. Signe de cette nouvelle prospérité, la première imprimerie de la ville est créée en 1645[82]. Pourtant, la famine de novembre 1692 pousse de nombreux habitants à saccager, armée de couteaux et de haches, le domicile d'un marchand de grains. D'autres révoltes dues au manque de pain se produisent en 1704, 1709 et 1753[81].

Située sur la route de Paris à l'Allemagne, la ville accueille de nombreux souverains, nécessitant l'organisation de grandes festivités[83]. Les Vitryats accueillent ainsi le roi Louis XIV avec enthousiasme lors de ses passages en février 1678 et en septembre 1681[84]. À la suite de la révocation de l'Édit de Nantes en 1685, environ 2 000 protestants de la cité s'exilent, dont le mathématicien Abraham de Moivre et d'autres industriels parfois forts riches[81]. Un incendie éclate le 21 octobre 1701, ravageant une quarantaine de maisons du quartier Saint-Germain. Pour éviter qu'un tel drame se reproduise la municipalité investit entre 1706 et 1721 dans trois pompes à incendie[85]. On découvre dans les années 1730 une source, la source Saint-Simon, qui guérirait des maux d'yeux et qui devient un lieu de pèlerinage. Elle est cependant laissée à l'abandon[86]. Des émeutes de la faim éclatent à nouveau en ville le 5 octobre 1770[87].

Vitry-le-François sous la Révolution[modifier | modifier le code]

Après avoir rédigé les cahiers de doléances, chaque ordre élit ses députés aux États généraux. L'élection de Vitry rassemblait les bailliages d'Épernay, Fismes, Saint-Dizier, Sainte-Menehould et Vitry-le-François. Nicolas Dumont, curé de Villers-devant-le-Thour, et Jacques Antoine Brouillet, curé d'Avize, représentent le clergé. Les députés de la noblesse sont Jean-Baptiste David de Ballidart et Pierre Louis, comte de Failly. Nicolas Remy Lesure, Edmond-Louis-Alexis Dubois de Crancé, Pierre-François Barbié et Jean-Baptiste-Célestin Poulain sont élus pour représenter le Tiers état[88],[Note 4].

La déchristianisation révolutionnaire supprime les couvents de Vitry-le-François : celui des Récollets devient l'hôtel de ville et la bibliothèque publique, celui des Minimes est converti en caserne ; la chanoinerie est abolie. Les prêtres de la paroisse de Vitry, jansénistes pour la plupart, prêtent serment sur la constitution[89]. Les ornements des églises sont en grande partie profanés. La collégiale est transformée en temple de la Raison puis de l'Être suprême, avant de devenir un magasin ; l'église Saint-Germain est détruite courant 1794 par un incendie. La paix religieuse revient en ville en 1795[90]. La Révolution, malgré quelques dénonciations, ne provoque « aucune scène de carnage » à Vitry-le-François[91].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Lors de la campagne de France, le 2 février 1814, les armées de la Sixième Coalition assiègent Vitry-le-François, qui est bombardée. Mais, face à la résistance de la ville, les puissances étrangères se retirent. Elles sont pourtant de retour le 5, en plus grand nombre. Par peur d'être détruite, ne possédant que de faibles fortifications, la cité leur ouvre ses portes. Alors qu'Alexandre Ier de Russie, Frédéric-Guillaume III de Prusse et le feld-maréchal Schwarzenberg sont réunis dans la ville, Napoléon se dirige vers Vitry-le-François, puis l'encercle. Cependant, la chute de Paris, à la fin du mois de mars, l'oblige à abdiquer. Lors du retour de Napoléon en 1815, la ville est à nouveau assiégée mais tient jusqu'à la seconde défaite de l'empereur. Les armées ennemies entrent ensuite dans la cité, provoquant quelques destructions, toutefois limitées[92].

Sous l'impulsion d'un riche donateur, M. Domyné de Verzet, l'éducation primaire gratuite, pour garçons et filles, se développe dans la ville. En effet, les années 1830 voient notamment la création des Écoles chrétiennes à Vitry-le-François[93]. En 1832, le choléra ravage la cité et fait 371 morts ; il réapparait en 1849 et 1854[94]. À la moitié du siècle, la ville s'embellit et se développe : nombres de maisons sont désormais bâties en pierre, de nombreuses fontaines sont construites, les fortifications sont renforcées, la porte du Pont est édifiée, le Canal de la Marne au Rhin est creusé, etc[95].

En 1841, l'abbé Boitel fait état de la situation de la ville. Les 626 hectares de superficie de Vitry-le-François se répartissent entre 285 ha de champs labourables, 107 ha de vignoble, 99 ha de zone urbaine et de plans d'eau, 55 ha de prairies naturelles, 52 ha de forêt et 28 ha de parcs et jardins. La cité vit du commerce des grains (les terres y sont très productives) et des vins. Les riches Vitryats possèdent des fermes et des vignes à l'extérieur de la ville[96].

En 1870, la guerre franco-prussienne éclate. Les Allemands avancent rapidement et prennent Vitry-le-François le 25 août. Ils occupent la ville, occasionnant réquisitions et arrestations nombreuses de civils, jusqu'au 9 novembre 1872, une fois la paix signée[97]. Les fortifications sont démantelées dans les années 1895-1896 et le parc de l'hôtel de ville est agrandi. L'église actuelle est achevée à la même période, en 1898[36].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Photographie de croix alignés au cimetière militaire de Vitry-le-François.
Alignement de croix de la nécropole nationale.

L'Allemagne déclare la guerre à la France le 3 août 1914. Dès le lendemain, le général Joffre établit son quartier général au collège de Vitry-le-François.

Le G.Q.G, le 4 août 1914, au collège de Vitry-le-François, se composait du général Joseph Joffre, du général Édouard de Castelnau, du général Émile Eugène Belin, du général Henri Berthelot, du général (Capitaine à l'époque) Edward Spears et du Lieutenant-colonel Louis-Gaston Zopff[98].

Le 1er septembre suivant, poussée par l'avancée allemande, l'armée française quitte la ville ; les rues vitryates voient alors passer les troupes en retraite ainsi que les réfugiés en provenance de Belgique et du Nord du pays. Le 5 septembre, la majorité de la population a déjà quitté la cité ; on n'y compte plus que 800 habitants. Lorsque les Allemands font leur entrée en ville, le curé-archiprêtre de Vitry et deux notables sont arrêtés. Ceux-ci, grâce à leurs discussions, permettent à la ville d'échapper au pillage et à la destruction ; tous trois seront cités à l'ordre de la Nation[99].

Le 6 septembre, le général Joffre lance l'offensive de la première bataille de la Marne. Les combats font rage au Mont Morêt, au sud-ouest de Vitry-le-François, et aux alentours de Glannes et Huiron. La IVe Armée, dirigée par le général de Langle de Cary, reprend la ville dans la nuit du 10 au 11 septembre, remontant vers le nord. Si le front reste dès lors éloigné de Vitry-le-François jusqu'à l'Armistice, 402 Vitryats périssent sur le champ de bataille. La ville est par la suite décorée de la Croix de Guerre[99].

Une « nécropole nationale de Vitry-le-François » est créée en 1921 au sud de la ville. Elle accueille sur 8 612 m2 les corps de 4 067 soldats ; parmi ceux-ci, 4 005 sont ceux de Français et Britanniques tués durant la Première Guerre mondiale, les 62 autres étant ceux de Français morts pendant la Seconde Guerre mondiale[100].

Le martyre de la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Lucien Richard, extrait de Le vent dans les ruines, à la ville de Vitry-le-François[101].

Quelques pans de murs isolés
Vers le ciel se dressent encore,
Et, sur des perrons mutilés,
Gisent des cadavres d'amphores.

Le 16 mai 1940, six jours seulement après la fin de la « drôle de guerre », Vitry-le-François est survolée par l'aviation nazie qui bombarde le quartier Saint-Germain. En quelques minutes, la totalité du quartier brûle. De peur de nouvelles attaques, les Vitryats s'enfuient vers les villages alentour ou creusent des abris dans le sol de leurs jardins. La ville est ensuite plusieurs fois bombardée par la Luftwaffe. Le 12 juin, alors que l'armée terrestre allemande s'approche de la cité, le maire, M. Prud'homme, reçoit l'ordre du secrétaire général de la préfecture d'évacuer la ville vers le sud. Le lendemain, le génie fait sauter les ponts sur la Saulx, puis le tout nouveau pont de la route de Châlons. Seule une batterie d'artillerie, dirigée par le capitaine Sire, reste à Vitry-le-François pour retarder l'avancée des Allemands. Ceux-ci tirent obus et bombes incendiaires sur la ville. Le quartier de la Halle s'embrase, puis l'incendie se propage aux quartiers du Lion d'Or et de Notre-Dame : c'est l'ensemble de la cité qui est en flammes. Le 14 juin, l'armée du Troisième Reich pénètre dans une ville vide et détruite à 80 %[102]. Dès lors, Vitry-le-François est sous occupation allemande. Le 27 juin, l'administration municipale reprend son activité. Des baraquements d'urgence sont édifiés. Pour se reconstruire, la ville reçoit notamment l'aide de Toulouse et réussit en partie à « ressusciter »[103]. Cependant, plusieurs familles juives vitryates sont déportées ; parmi elles, les parents de la famille Baumann sont emmenés à Auschwitz en novembre 1943[104].

En juin 1944, les Alliés débarquent en Normandie. À la fin du mois, le 27 au soir, ils bombardent la gare de Vitry-le-François. Dans la nuit, les sirènes retentissent et des centaines de fusées éclairantes, prévenant d'un bombardement massif, illuminent le ciel. C'est d'abord le quartier de la gare qui est attaqué puis le centre-ville et le Bas-Village ; les bombardements s'étendent à toute la ville. Les baraquements s'écroulent et plusieurs habitants sont tués dans leur fuite, notamment en direction du Bas-Village. Après 25 minutes, les bombardements cessent. Les morts sont emmenés à l'église et des soins s'organisent notamment grâce à la Croix-Rouge[105]. Vitry-le-François est à nouveau presque totalement terrassée et est détruite à 93 %[106]. On dénombre par ailleurs 105 morts, 48 blessés hospitalisés et 150 blessés légers. L'hôtel de ville, épargné lors du bombardement de 1940, est ravagé ; avec lui disparaissent les 30 000 volumes de la bibliothèque municipale, dont de nombreux ouvrages rares et anciens[105]. Après le 28 juin, des bombardements continuent et, à la suite d'un nouvel exode vers les campagnes alentour, seuls 300 Vitryats restent dans leur cité. Les occupants subissent alors les attaques de la Résistance locale, et plusieurs sont exécutés. Face à l'arrivée des troupes alliées et à l'activité de la Résistance vitryate, les Allemands se replient en hâte le 29 août et la ville est libérée par les Américains[106].

Depuis 1945[modifier | modifier le code]

Pour plus d'informations sur l'extension de la ville voir la partie « L'extension de l'après-guerre ».

La population regagne cependant vite la ville et s'attèle dès lors à la reconstruction. Vitry-le-François reçoit sa seconde Croix de guerre du général Giraud, le 5 juin 1949[107]. Les années 1950 et 1960 sont donc marquées, comme pour de nombreuses villes, par la réhabilitation des monuments historiques détruits à la suite de l'invasion allemande. La sous-préfecture de Vitry-le-François a ainsi été reconstruite en 1953 et l'hôtel de ville en 1962[36]. Un nouveau collège plus moderne est inauguré en 1959 puis c'est au tour de la collégiale de voir sa restauration achevée avec la bénédiction des cloches de sa tour nord en 1960[107]. C'est également à cette époque que sont construits de grands ensembles en périphérie de la ville.

En 1974, le lac du Der-Chantecoq, situé à 15 km de la commune a été mis en service afin de réguler le débit de la Marne. Le site s'est depuis transformé en un moteur du développement local, grâce à son importance dans les domaines des loisirs, du tourisme nautique et de l'écotourisme[108].

Dans la nuit du 14 au 15 juin 2008, à la suite de la mort d'un jeune homme lors d'un règlement de comptes, des violences urbaines ont lieu dans la cité rose, causant la destruction de plus de 60 voitures et les blessures de deux pompiers, de deux policiers ainsi que de cinq Vitryats[109].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Considérée comme une « ville de gauche »[110], Vitry-le-François voit cependant la droite et l'extrême droite arriver en tête des principaux scrutins nationaux depuis le début des années 2000. La gauche continue toutefois à être majoritaire aux échelons municipal, cantonal et régional.

Les élections présidentielles depuis 1995 montrent ce glissement à droite de la ville. En 1995, Lionel Jospin arrive en tête du premier tour avec 24,8 % devant Jean-Marie Le Pen à 23,5 %, Jacques Chirac à 17,7 % et Édouard Balladur à 16,53 % avant de l'emporter au second tour avec 53,61 % contre Jacques Chirac[111] ; au niveau national, c'est le candidat du RPR qui gagne l'élection avec 52,64 %. Sept ans plus tard, Jean-Marie Le Pen obtient 27,54 % suivi du président sortant à 19,2 % et du premier ministre à 15,76 %. Au second tour, après une baisse de l'abstention de 7 points, Jacques Chirac remporte 72,63 % des voix. Le candidat du FN obtient un score supérieur de près de dix points par rapport à la moyenne nationale avec 27,37 %[112] contre 17,79 %. En 2007, c'est le candidat de la droite, Nicolas Sarkozy, qui arrive en tête du premier tour avec 31,27 % des voix suivi de Ségolène Royal à 23,85 %, Jean-Marie Le Pen à 17,91 % et François Bayrou avec 14,86 %. Nicolas Sarkozy l'emporte au tour suivant avec 57,46 %[113] contre 53,04 % à l'échelle nationale. En 2012 cependant, le socialiste François Hollande emporte le premier tour avec 30,41 % (devant Nicolas Sarkozy à 25,67 % et Marine Le Pen à 25,03 %) mais aussi le second tour avec 50,37 % des voix[114].

Photographie de la façade de l'Hôtel de Ville.
Façade de l'hôtel de ville

Ce même changement se retrouve lors des élections législatives, lors des élection de 1997 les électeurs vitryats placent en tête du scrutin le maire socialiste de la ville, Jean-Pierre Bouquet, avec 44,2 % des voix au second tour contre 36,25 % au député Charles de Courson (réélu à l'échelle de la circonscription avec 46,76 %) et 19,55 % au frontiste Jérôme Malarmey[115]. Alors que le député sortant remporte la circonscription au premier tour en 2002 avec 50,89 %, les Vitryats lui donnent 39,32 % de leurs suffrages, contre 34,49 % à Jean-Pierre Bouquet et 18,80 % à Pascal Erre du FN[116]. En 2007, Charles de Courson est réélu au premier tour avec 53,39 % des voix vitryates, suivent Marie-Claude Yon (PS) et Pascal Erre avec seulement 23,88 % et 9,91 %[117].

Aux élections locales cependant, la gauche garde la main à Vitry. Elle arrive ainsi en tête aux régionales de 2004 et 2010 avec respectivement 41,9 %[118] et 44,44 %[119]. À l'élection de cantonale de 2004 (Vitry-Ouest), le maire PS de Loisy-sur-Marne, Jean-Luc Mathieu, l'emporte avec 42,2 % (contre 39,2 % pour le maire UMP de la ville et 18,6 % au FN)[120]. Le PS gagne ensuite l'élection de 2008 (Vitry-Est) avec 76,13 % des voix au second tour pour Mariane Dorémus, contre 23,87 % au candidat UMP[121]. En 2011, le canton Ouest réélit Thierry Mouton, adjoint au maire et élu conseiller général à la suite du décès de son prédécesseur, avec 61,07 % des suffrages face à Pascal Erre (FN)[122].

L'élection municipale de 1989 a été remportée dès le premier tour par Jean-Pierre Bouquet, membre du Parti socialiste, avec 59,71 % des suffrages, un an après son élection en tant que député. En 1995, il repasse au premier tour avec cette fois 51,28 % des voix. Les élections de 2001 voient la victoire du candidat RPR Michel Biard face au maire sortant. Ce dernier prend sa revanche en 2008, en lui reprenant la mairie encore une fois au premier tour avec 51,23 % contre 30,66 % à Michel Biard (UMP), 12,86 % à Alain Lacoine, ancien adjoint de M. Biard et 5,25 % à Joëlle Bastien, de Lutte ouvrière[123].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le 9 octobre 1603, Henri IV crée l'échevinage de Vitry-le-François. On y trouvait donc un maire, quatre échevins et un conseil de ville. Il se réunissait une fois par an, le dimanche avant la Saint-Martin d'hiver[124]. En 1765, le conseil de ville est remplacé par une assemblée de notables composée du maire, des échevins, des anciens conseillers et de 14 notables. Jusqu'à cette date, la fonction de maire était généralement remplie par le premier échevin[125]. À la suite de la Révolution, l'échevinage de Vitry-le-François est aboli[126] et laisse place à la commune.

Aujourd'hui, puisque la commune compte entre 10 000 et 20 000 habitants, le conseil municipal est composé de 33 membres : le maire, 9 adjoints et 23 conseillers municipaux[127]. L'hôtel de ville est aménagé dans l'ancien couvent des Récollets de style classique datant du XVIIe siècle[128].

Composition du conseil municipal de Vitry-le-François[127]
Président de groupe Effectif Statut
  •      PS
Jean-Pierre Bouquet 26 Majorité
  •      UMP
Michel Biard 5 Opposition
  •      DVD
Alain Lacoine 2 Opposition

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Six maires se sont succédé depuis 1945 :

Liste des maires successifs depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1953 Hippolyte Tramet Rad. Conseiller général (1945-1955)
1953 1971 Jean Juif    
1971 1989 Jean Bernard RPR Conseiller général, député puis sénateur de la Marne.
1989 2001 Jean-Pierre Bouquet PS Conseiller général et député de la Marne.
2001 2008 Michel Biard UMP  
2008 en cours Jean-Pierre Bouquet PS Conseiller général.
Les données manquantes sont à compléter.

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Cantons[modifier | modifier le code]

La ville est le chef-lieu de l'arrondissement homonyme situé dans le département de la Marne, en Champagne-Ardenne. Elle est également le chef-lieu de deux cantons (Vitry-le-François-Est et Vitry-le-François-Ouest) regroupant au total vingt-cinq communes.

Conseiller général Parti Code Insee Population[129] dont Vitry[129] Communes
Canton de Vitry-le-François-Est Marianne Dorémus
  •      PS
51 33 12 825 hab. 4 524 hab. 16
Canton de Vitry-le-François-Ouest Thierry Mouton
  •      PS
51 34 14 142 hab. 10 349 hab. 10
Vitry-le-François-Ouest Vitry-le-François-Est
Carte des communes du canton de Vitry-le-François-Ouest.
Carte des communes du canton de Vitry-le-François-Est.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Depuis janvier 2013, Vitry-le-François est le siège de la communauté de communes Vitry, Champagne et Der qui regroupe 35 communes et environ 26 500 habitants[130],[131]. Auparavant, la ville faisait partie de la Communauté de communes Vitry, Champagne et Der, composée en 2010 de onze communes. L'intercommunalité est membre du Pays Vitryat dont la Vitry-le-François est également le siège.

Le réseau de villes du « Comité de Promotion et de Développement du Triangle » (souvent abrégé en « territoire du Triangle » ou plus simplement « Le Triangle ») associe les municipalités de Vitry-le-François, de Bar-le-Duc dans la Meuse et Saint-Dizier en Haute-Marne depuis 1993. L'objectif du Triangle est principalement d'optimiser l'aménagement du territoire, développer le tourisme et améliorer la coopération entre ces trois villes proches, au-delà des limites administratives[132]. Le réseau est cependant ralenti depuis les élections municipales de 2008, qui ont vu les communes de Bar-le-Duc et Vitry-le-François changer de majorité[133].

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le budget municipal principal 2009 totalisait 7 128 000 € d'investissement et 15 196 000 € de fonctionnement[134]. L'année précédente, la commune avait subventionné les associations de la ville à hauteur de 2 420 000 €[135]. La dette de la commune était en 2009 de 12 846 000 €, soit 821 € par habitant. Ce chiffre est en constante diminution depuis 2002, lorsque la dette municipale s'élevait à 18 601 000 €[136].

En 2009, la taxe d'habitation prélevée par la commune était de 24,61 %. La taxe foncière sur les propriétés bâties était de 27,10 % tandis que la taxe foncière sur les propriétés non bâties était de 24,49 %. Ces taux ont permis de dégager des recettes de respectivement 2 416 000 €, 3 269 000 € et 6 000 €[137].

Justice et sécurité[modifier | modifier le code]

Photographie de la façade du Palais de Justice de la rue de l'Arquebuse.
Le palais de justice qui accueillait autrefois le tribunal d'instance de Vitry-le-François.

Juridictions[modifier | modifier le code]

Le palais de justice était le siège du tribunal d'instance de Vitry-le-François qui a été supprimé lors de la réforme de la carte judiciaire de 2007[138]. Depuis, la commune dépend des tribunaux d'instance, de grande instance, de commerce, administratif, pour enfants ainsi que du conseil de prud'hommes de Châlons-en-Champagne. Elle est rattachée à la cour d'appel de Reims et à la cour administrative d'appel de Nancy[139].

Sécurité[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une brigade de gendarmerie et d'une police municipale. La caserne des pompiers de Vitry-le-François est un centre de secours principal (CSP).

La ville, pourtant réputée plutôt calme[140], est depuis l’année 2006 confrontée à des problèmes d'insécurité. Ainsi, la ville connait un taux de criminalité de 77 ‰ en 2006. La délinquance à Vitry-le-François a été à plusieurs reprises évoquée dans les médias nationaux comme un exemple de la « montée des violences dans les banlieues des villes moyennes »[141],[142], notamment lors des violences urbaines de 2008 au cours desquelles une dizaine de personnes ont été blessées et une cinquantaine de véhicules, la gare SNCF et un local de l'office HLM ont été brûlés après le meurtre d'un jeune homme à la suite d'une dispute concernant un trafic de drogue[109],[143].

De 2005 à 2006, la délinquance a chuté de 16,6 %, en raison de la baisse significative des violences urbaines (-34 % sur un an) et des violences sur la voie publique, qui représentent la moitié de la délinquance vitryate (-13,2 %). Les violences contre les personnes sont en recul de 7,5 %. Ces résultats sont cependant contrastés par une augmentation des violences liées au monde scolaire et de la part des mineurs dans la délinquance d'environ 10 %[C 2]. La part des mineurs, qui représente 32,6 % de la délinquance, est largement supérieure à la moyenne nationale de 18,5 %[C 3].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Espace protégé[modifier | modifier le code]

Le nord de la commune appartient à la zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) dite des « bois et rivières de la vallée de la Marne de Vitry-le-François à Couvrot ». Cet espace protégé s'étend sur 257 ha, répartis entre les communes de Blacy, Couvrot, Loisy-sur-Marne, Vitry-en-Perthois et Vitry-le-François. La ZNIEFF, localisée à Vitry-le-François au lieu-dit « les Pâtis »[6] est constituée d'une ormaie-frênaie inondable, d'une chênaie pédonculée-frênaie ainsi que de peupleraies plantées. Elle comprend également des milieux marécageux, des noues, des gravières, et possède une végétation aquatique assez rare dans la région[144]. La dernière partie de ce territoire est formée de prairies de fauche inondables, en voie de disparition en raison de l'agriculture[145].

La ZNIEFF accueille également une faune riche en odonates et en insectes, dont plusieurs font partie des espèces en danger en Champagne-Ardenne[144]. Elle accueille également des espèces aviaires en régression telles la pie-grièche écorcheur et la pie-grièche grise. Quelques autres petits passereaux et rapaces fréquentent régulièrement le site[145]. On peut aussi y trouver des mammifères tels le chat sauvage ou le chevreuil[144].

Eau potable[modifier | modifier le code]

L'eau potable qui approvisionne Vitry-le-François provient des captages d'eau souterraine de Frignicourt (douze puits de 4 à 5 m de profondeur) et Blacy[146],[147].

La ville dispose d'une station d'épuration exploitée par Veolia Eau dans le quartier du Bas-Village. Elle assure la dépollution des eaux usées en provenance de Vitry-le-François, Blacy, Frignicourt, Marolles et Vitry-en-Perthois. Elle a une capacité de 60 000 équivalents habitants pour un débit de 5 800 m3 par jour[148].

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

La collecte et la valorisation des déchets sont du ressort de la Communauté de communes Vitry, Champagne et Der. C'est elle qui a mis en place dès 2001[149] un système de tri sélectif. Des bennes à verres ainsi que des bennes à journaux, magazines et prospectus ont été implantées en ville tandis que des sacs jaunes sont distribués aux habitants pour les bouteilles et flacons en plastique, les boîtes métalliques et les briques. Ces sacs, qui ont permis la collecte de 398 tonnes de déchets recyclables sur la communauté de communes en 2007, sont ensuite transférés à Ormoy, dans l'Yonne. Des bennes à déchets verts ont également été mises à disposition des Vitryats. Une collecte des déchets encombrants ou « monstres » est prévue chaque mois[150],[151]. Les ordures ménagères sont envoyées dans des centres d'incinération ou de stockage à La Veuve et Huiron. Le coût des déchets[Note 5] représente dans la communauté de communes 45,82 € par habitant en 2007[152],[151].

La commune accueille par ailleurs une déchèterie, située dans la zone industrielle de Vitry-Marolles[152].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 20 février 2011, Vitry-le-François est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Carte des densités de population communales dans l'arrondissement de Vitry-le-François. Avec en bleu, les limites de l'aire urbaine de Vitry-le-François.
Carte des densités de population communales de l'arrondissement et de l'aire urbaine (en bleu) de Vitry-le-François.

D'après le dernier recensement de l'Insee, datant de 2008, la population de la commune est de 14 207 habitants. Avec une superficie de 645 hectares, la densité moyenne vitryate s'élève à 2 203 habitants par km2. Ces chiffres représentent une perte de 1 852 habitants pour la ville depuis le recensement de 1999, ce qui constitue une baisse annuelle moyenne de 1,5 %[154].

La ville forme avec Frignicourt et Marolles l'Unité urbaine de Vitry-le-François qui rassemble 16 831 habitants en 2008[155].

Elle est également au cœur de l'aire urbaine de Vitry-le-François, totalisant 61 communes et 34 121 habitants sur 638,96 km2[156]. Cette aire urbaine concentre 6 % de la population marnaise, ce qui en fait la quatrième du département après celles de Reims (294 055 h.), Châlons-en-Champagne (78 644 h.) et Épernay (38 679 h.).

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

On dénombrait 2 000 Vitryats en 1620, puis 11 600 en 1626[77] et plus de 13 000 en 1650[157]. La ville perdit cependant de nombreux habitants au cours des siècles suivants pour atteindre 7 385 habitants en 1793. De la révolution française à 1886, le nombre d'habitants n'a cessé d'osciller entre 6 800 et 7 800. À la suite de l'arrivée d'infrastructures comme les canaux, Vitry-le-François a connu un accroissement démographique faible mais continu jusqu'à la veille de la Seconde Guerre mondiale. On comptait ainsi 9 061 Vitryats en 1936. En raison des destructions de la guerre, la commune ne recensait plus que 7 584 habitants en 1946. Cependant, la reconstruction de la ville permit à sa population de croître fortement : elle fut multipliée par deux entre 1946 et 1962. En 1975, on dénombrait 19 372 Vitryats[7]. Depuis, la population ne cesse de baisser en raison d'un solde migratoire déficitaire (-1,9 entre 1999 et 2007) et ce malgré un solde naturel positif[154].

En 2011, la commune comptait 13 106 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 6],[Note 7].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7 385 6 925 7 194 6 909 6 976 6 822 7 749 7 412 7 795
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
7 151 7 263 7 431 6 898 7 616 7 760 7 670 8 022 8 400
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8 561 8 487 8 511 8 568 8 876 9 082 9 061 7 584 11 131
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
14 795 16 879 19 372 18 261 17 033 16 737 15 086 13 106 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[158].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges et structure de la population[modifier | modifier le code]

La population vitryate est plus féminine que la moyenne marnaise avec 52,9 % de femmes contre 51,4 %. Les deux extrémités de la pyramide des âges sont plus représentées. En effet, les moins de 20 ans était 25,97 % à Vitry-le-François contre 25,08 % à l'échelle départementale ; les plus de 65 ans comptent pour 18,57 % de la population contre 15,31 %[154],[159]. Vitry-le-François est également plus jeune que les villes voisines de Bar-le-Duc et Saint-Dizier avec respectivement 21,34 % et 23,59 % de moins de 20 ans[160],[161].

Pyramide des âges à Vitry-le-François en 2007 en pourcentage[162]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,3 
7,0 
75 à 89 ans
12,3 
11,3 
60 à 74 ans
12,4 
19,8 
45 à 59 ans
21,2 
17,8 
30 à 44 ans
18,2 
22,9 
15 à 29 ans
17,8 
20,9 
0 à 14 ans
16,8 
Pyramide des âges du département de la Marne en 2007 en pourcentage[159]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,1 
5,4 
75 à 89 ans
8,7 
11,6 
60 à 74 ans
12,7 
20,6 
45 à 59 ans
20,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
21,8 
15 à 29 ans
20,1 
19,2 
0 à 14 ans
17,1 

En 2007, on dénombrait 6 771 ménages. 42,5 % d'entre eux se composaient d'une seule personne, 21,1 % d'un couple sans enfant, 23,6 % d'un couple avec enfant(s) et 11,1 % d'une famille monoparentale. Le nombre des ménages d'une personne seule et monoparentaux est sensiblement supérieur à la moyenne nationale alors que les autres catégories sont parallèlement sous-représentées. Les ménages avec famille ont diminué de 7 points depuis 1999 au profit de ceux d'une personne. Les ménages comptant trois enfants ou plus sont plus nombreux que la moyenne française : ils représentent 14,7 % des ménages familiaux contre 9,9 % à l'échelle du pays. Les ménages avec famille et sans enfants sont inférieurs de 4 points (43,5 % contre 47,4 %)[163].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Photographie de l'entrée du parking ainsi que des bâtiments de la cité scolaire François Ier.

Vitry-le-François est située dans l'académie de Reims. La ville administre sept écoles maternelles et six écoles élémentaires communales.

L'école maternelle Mont Berjon, ainsi que les écoles maternelles et primaires Pierre-et-Marie-Curie et celles du Hamois-Louis-Pasteur sont attachées au collège Les Indes. Les écoles primaires et maternelles Jules-Ferry et Fernand-Buisson dépendent du collège Vieux-Port. Enfin, les écoles primaires Jules-Verne - Jean-Mermoz et Paul-Fort sont rattachées au collège Marcel-Alin de Frignicourt[164].

Le département gère deux collèges : le collège Les Indes et le collège Vieux-Port, respectivement à l'ouest et à l'est de la ville. Certains élèves sont rattachés au collège Marcel-Alin de Frignicourt. En 2006, même si le taux de réussite au brevet au collège Marcel-Alin est supérieur à la moyenne des ZEP françaises, il reste inférieur de 8,6 % à la moyenne départementale. Ce taux est inférieur de 4,1 % à la moyenne marnaise en ZUS (Les Indes) et supérieur de 2,8 % au Vieux-Port[C 4].

La région Champagne-Ardenne gère les lycées généraux, techniques et professionnels François-Ier, regroupés au sein de la cité scolaire François-Ier[165]. Sur la période 2002-2005, le taux de réussite au baccalauréat y est supérieur de 5 % à la moyenne nationale malgré une sur-représentation des catégories populaires[C 4]. La cité scolaire possède également des sections BTS, une classe spéciale de mission générale d'insertion, ainsi qu'un GRETA. La cité scolaire se donne pour priorité, en matière de vie culturelle, de permettre aux élèves la fréquentation du théâtre, en partenariat avec les acteurs culturels locaux (la Salamandre et l'Orange Bleue).

Les Vitryats disposent également d'une école maternelle et primaire privée, l'École privée de la Salle[165] et d'un collège privé catholique situé rue des Dames : le collège Immaculée Conception[165].

Santé[modifier | modifier le code]

Photographie du centre hospitalier de Vitry-le-François, vu depuis son parking.
Le centre hospitalier de Vitry-le-François.

Le centre hospitalier de Vitry-le-François est le principal établissement hospitalier du sud-est marnais, touchant ainsi un bassin de plus de 50 000 habitants. Il a été créé dans les années 1950 au sud-est de la commune. Il regroupe aujourd'hui, en plus de l'hôpital, un EHPAD et un SSIAD. Il dispose d'un service de médecine, de cardiologie, de chirurgie, de gynécologie obstétrique et de pédiatrie. Le centre hospitalier comprend un total d'environ 300 places[166],[167]. Cependant, le service de chirurgie de l'hôpital semble menacé, avec moins de 1 500 interventions par an[168].

Pour le maintien de l'activité chirurgicale, le centre hospitalier et la clinique privée de la Renaissance doivent s'associer. Cette dernière possède des services médecine et chirurgie. En 2007, Vitry-le-François accueillait par ailleurs un centre de médecine du travail, 26 médecins généralistes et 39 spécialistes dont 20 dentistes[C 5].

Sports[modifier | modifier le code]

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Chaque collège de Vitry-le-François possède un gymnase qui porte son nom : Les Indes et Le Vieux-Port (rebaptisé en 2008 gymnase Jean Bernard[169]). Un troisième gymnase se trouve dans le quartier La Fauvarge, à proximité du stade du même nom. La ville compte six autres stades : le stade Arnaud-Paindavoine dans le même quartier, le stade Jules-Ferry derrière la gare routière, le stade Maurice-Goujard sur le territoire de Blacy, le stade Lamord dans le quartier Rome-Saint-Charles et le stade de La Haute-Borne dans le quartier du même nom. Le parc omnisport Fabien-Ghiloni en bord de Marne, comprend plusieurs terrains ainsi que des courts de tennis[170].

Il existe une maison des sports, place Maucourt. La municipalité possède un boulodrome extérieur couvert près des Bords-de-Marne. L'espace Jean de la Fontaine, non loin de là, accueille des activités de danse ainsi que le club de tennis de table[170]. La piscine de la Communauté de communes Vitry, Champagne et Der se situe avenue du Quai Saint-Germain, à l'ouest du centre-ville, près du lieu-dit Les Indes. Elle se compose de deux bassins extérieurs et d'un bassin intérieur. Elle est ouverte toute l'année[171].

Clubs vitryats[modifier | modifier le code]

Pour la saison 2009-2010, l'office municipal des sports de Vitry-le-François, abrégé en OMS, recensait 40 associations sportives dans tous les domaines. On y trouvait des aéro-club (deux associations) et des clubs d'aïkido, alpinisme, athlétisme, badminton, basket-ball, cyclisme, boxe, danse, équitation, escrime, football (cinq clubs), full-contact, gymnastique (deux clubs), handisport, handball, judo, karaté, kitaido, majorettes, moto-ball, natation, nautisme, pétanque, plongée, roller, tennis, tennis de table, tir à l'arc, triathlon et volley-ball. L'OMS dénombrait également six associations sportives scolaires[170].

Médias[modifier | modifier le code]

L'ADSL est disponible à Vitry-le-François depuis 2006. La télévision par ADSL y est apparue la même année. Un répartiteur téléphonique est implanté sur le territoire de la commune. Six opérateurs sont présents sur ce NRA, la zone est donc dégroupée[172].

S'il n'y a aujourd'hui aucune radio locale dans la ville, de 1982 aux années 1990, Vitry-le-François avait une radio indépendante. Radio Libre Vitryate est officiellement autorisée à émettre le 1er décembre 1982. Elle prendra ensuite le nom de Radio Locale Vitry puis de Mélodie FM, avant de diffuser le programme d'Europe 2[173]. Depuis, la radio Virgin Radio, héritière d'Europe 2, diffuse des décrochages locaux. D'autre part, trois radios régionales possèdent des fréquences à Vitry : Champagne FM (radio locale de catégorie B), France Bleu Champagne et RCF Radio L'Épine.

Pour la télévision, la ville est couverte par le réseau de France 3 Champagne-Ardenne. La diffusion en télévision analogique terrestre a cessé le 28 septembre 2010[174]. Pour la presse écrite, le journal L'Union[175] est l'unique quotidien à y posséder une édition locale.

Façade de la collégiale de style Renaissance depuis le parvis.
La façade de la collégiale

Cultes[modifier | modifier le code]

Les Vitryats disposent de lieux de culte catholique, musulman et protestant.

La ville appartient au doyenné catholique du Perthois[176], rattaché au diocèse de Châlons-en-Champagne qui regroupe sept paroisses dont la paroisse « Bienheureux Charles de Foucauld » de Vitry le François, qui dispose de quatre lieux de culte : la collégiale Notre-Dame de l'Assomption, la chapelle Saint-Nicolas du Bas Village (dédiée au patron des bateliers), l'église moderne Charles de Foucauld et la chapelle Sainte-Marie de la maison de doyenné.

Le culte israélite était, jusqu'en 2007, célébré dans la synagogue de Vitry-le-François. Elle avait été construite en 1957 en succédant à celle édifiée en 1885 et qui fut endommagée durant la Seconde Guerre mondiale. Ce bâtiment est aujourd'hui désaffecté[177].

La communauté musulmane dispose d'une salle de prière[178], située au faubourg de Saint-Dizier.

Pour le culte protestant, une église évangélique[179], regroupant la communauté baptiste, est présente à Vitry-le-François. Les membres de la communauté liée à l'Église réformée de France se réunissent à Châlons-en-Champagne au sein de la « paroisse de Châlons-en-Champagne et des secteurs de Sainte-Ménéhould, Vitry-le-François et Mourmelon »[180].

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi et revenus de la population[modifier | modifier le code]

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage était de 13 365 €, ce qui plaçait Vitry-le-François au 30 117e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[181]. Ce chiffre est nettement inférieur aux autres villes marnaises[Note 8] mais similaire aux villes champardennaises à la sociologie semblable : 13 210 € à Saint-Dizier et 12 517 € à Revin. Vitry-le-François fait partie, avec Saint-Dizier, du bassin d'emploi de la Marne moyenne, qui a perdu 5 683 habitants entre 1999 et 2006 ainsi que 1 658 emplois entre 1998 et 2007[182]. On y trouve plusieurs agences d'intérim ainsi qu'un Pôle emploi[183].

En 2007, elle comptait 6 287 actifs, ce qui représentait 67,4 % de la population de plus de 15 ans. Malgré une baisse du nombre de chômeurs entre 1999 et 2007, de 1 430 à 1 281, leur part dans la population active a légèrement augmenté, passant de 19,9 % à 20,4 %. Les femmes sont les plus touchées par le chômage même si l'écart avec les hommes se réduit[184]. L'emploi y était très majoritairement salarié et seuls 9 % des Vitryats n'étaient pas salariés. Les jeunes et les femmes étaient les plus touchés par les temps partiels[185].

Emplois par catégorie socioprofessionnelle en 2007[184]
Emplois ou statut Part
Agriculteurs exploitants 13 0,2 %
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 401 5,2 %
Cadres et professions intellectuelles supérieures 831 10,8 %
Professions intermédiaires 1 824 23,7 %
Employés 2 080 27,0 %
Ouvriers 2 559 33,2 %

Activités[modifier | modifier le code]

Photographie de péniches sur le canal de la Marne à la Saône et chemin de halage.
Des péniches sur le canal de la Marne à la Saône, derniers témoignages de la batellerie à Vitry-le-François.

La commune possède une antenne de la chambre de commerce et d'industrie de Châlons-en-Champagne.

La batellerie[modifier | modifier le code]

Le site de Maucourt avait été choisi par François Ier et son architecte notamment pour sa proximité avec la Marne. La rivière était vue comme un possible facteur de développement pour la ville. Déjà avant la création de Vitry-le-François, on y trouvait le port du « Bas-Village » qui était le fief des mariniers de Maucourt. Après la fondation de la cité, le trafic s'intensifia puis trois canaux furent creusés. Vitry se retrouva ainsi à la jonction des liaisons entre la Seine, le Rhin et la Méditerranée[186]. Le transport fluvial permettait notamment l'exportation de bois[187] et de céréales[188]. Le secteur représenta de nombreux emplois en ville avant le développement des transports routiers et ferroviaires qui ont peu à peu fait disparaître la batellerie de Vitry-le-François. Les dernières traces de cette activité résident dans l'actuel port fluvial[186], situé à l'est de la commune.

L'industrie[modifier | modifier le code]

Le secteur secondaire représente 31,5 % des emplois de la commune, dont 25,1 % pour l'industrie et 6,4 % pour la construction[184]. La région est donc encore très industrielle et est principalement constitué de grandes unités[C 6] dans les activités traditionnelles, fortement touchées par des pertes d'emplois[189]. Celles-ci sont regroupées pour la plupart dans le parc industriel de la ville, celui de Vitry-Marolles. La zone industrielle qui s'étend sur 250 ha s'est développée à l'est de la ville à partir des années 1960 et offre aujourd'hui 3 400 emplois à la région[190]. Elle semble aujourd'hui responsable d'une pollution des eaux souterraines[8]. La zone artisanale du Bois Legras s'est également implantée à l'est de la commune et représente 200 emplois[190].

Photographie des bâtiments de la zone industrielle de Vitry-Marolles et des champs alentour.
La zone industrielle de Vitry-Marolles vue depuis Vitry-en-Perthois.

Les commerces et les services[modifier | modifier le code]

Le commerce, les transports et les autres services totalisaient 34,2 % des emplois vitryats en 2007 tandis que le secteur de l'administration publique, de l'enseignement, de la santé et de l'action sociale en représentaient 34,1 %[184].

Les commerces sont relativement nombreux en centre-ville. Ils réalisaient 37 % du chiffre d'affaires de l'agglomération en 2000[191]. La ville est par ailleurs dotée de quatre supermarchés (E.Leclerc, ALDI, Minimarché et Match), un autre (Super U) se trouve dans la commune limitrophe de Frignicourt.

En particulier grâce à l'activité touristique du lac du Der-Chantecoq voisin, qui a attiré plus de 1 100 000 touristes en 2005 mais qui ne possède pas d'hôtels à proximité[Note 9], ainsi que sa situation le long d'un axe au trafic important[192], la RN 4, Vitry-le-François compte six établissements hôteliers pour 160 chambres[193]. À l'ouest, près des bords de Marne, le camping municipal deux étoiles « La Peupleraie » comprend 69 emplacements[194].

Entreprises[modifier | modifier le code]

La ville compte 895 établissements actifs au 31 décembre 2008. Parmi ceux-ci, 25,8 % sont spécialisés dans le commerce et la réparation automobile, 20,6 % dans l'administration publique, 5,8 % dans l'industrie et moins de 5 % dans les domaines de la construction (3,6 %) et l'agriculture (1,7 %). Au total, 68,4 % des établissements vitryats s'occupent du commerce, des transports et des services divers. Enfin, 39,8 % de ces établissements comptent de 1 à 9 salariés tandis que 10,2 % en dénombrent plus de 10 salariés[195]. Les principales entreprises en termes d'employés de Vitry-le-François et de son arrondissement sont en 2005[196] :

Nom Employés Activité
Vallourec Précision Étirage[Note 10] 630 Étirage de tubes en acier
Dana Nobel Plastiques[Note 11] 466 Pièces techniques en plastique
Sarreguemines Bâtiment 275 Appareils sanitaires en céramique
Vallourec Composants Automobile[Note 12] 275 Équipement automobile
Kadant Lamort 272 Machines pour l'industrie du papier et du carton

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Photographie de la porte du Pont du XVIème, à proximité de l'entrée nord de la ville.
La porte du Pont datant du XVIIIe siècle.

Vitry-le-François possède sept monuments historiques[197].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Peu de monuments ont survécu aux bombardements de 1940 et 1944. L'un des principaux édifices, aujourd'hui civil, est l'hôtel de ville de Vitry-le-François installé dans l'ancien couvent des Récollets de la ville. De style classique, ses façades intérieures et extérieures, sa toiture ainsi que son parc sont classés au titre des monuments historiques par arrêté du 19 novembre 1941[128]. Dans ce jardin se trouve l'ancien collège de garçons, dont la chapelle, pour ses façades et toitures, est classée au titre des monuments historiques par arrêté du 15 novembre 1941[198] ; il ne reste aujourd'hui que la façade. À une centaine de mètres de là, au centre de la place d'Armes, est érigée une statue de la rivière Marne. Souvent surnommée « la déesse », la statue date de 1840[186] mais n’est pas protégée.

Dans la rue de l'Arquebuse, l'ancien hôpital a été classé par arrêté du 12 mai 1948, pour ses façades, couvertures et planchers bruts[199]. Une partie détruite par la guerre, il accueille aujourd'hui la sous-préfecture. Dans la même rue, le portail de la maison des Arquebusiers a été classé par arrêté du 3 février 1942, puis la façade côté rue par arrêté du 25 avril 1944[200]. À la sortie de la ville, en direction de Châlons et Paris, a été construite la porte du Pont en 1746. Elle est classée au titre des monuments historiques par arrêté du 13 septembre 1920, puis démontée pierre par pierre en 1938. Elle est reconstruite à partir de 1982 et inaugurée en 1985 place du Maréchal Leclerc[186],[201].

De nombreux édifices vitryats sont recensés par l'Inventaire général comme faisant partie du patrimoine industriel français : l'usine de construction navale Courtois et Cie dont il ne subsiste que des cales de construction, les bâtiments ayant été démolis en 1990[202] ; les faïenceries de Sarreguemines, Digoin et Vitry-le-François[203] et l'ancienne usine de boîtes d'emballage de fromage Leroy aujourd'hui convertie en entrepôt commercial[204]. La malterie Rouy et la malterie Mayer sont toutes deux présentes sur cette liste du patrimoine industriel, la première est devenue un entrepôt commercial tandis qu'il ne reste de la seconde que sa cheminée d'usine et un logement patronal[205],[206]. Les deux derniers vestiges de ce patrimoine sont liés à la proximité des forêts d'Argonne et du Der : l'usine de menuiserie de la Veuve Hircq[207] et la scierie des établissements Paul Tardivier[208]. Tous ces monuments ont pour la plupart été construits en bordure des nouveaux liens de communication (ferroviaire et fluvial) durant le dernier quart du XIXe siècle ou la première moitié du XXe siècle.


Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Les édifices religieux datant d'avant la Seconde Guerre mondiale ont eux aussi presque tous disparu. Deux d'entre eux sont protégés au titre des monuments historiques. Ils sont dédiés au culte catholique et sont rattachés à la paroisse Bienheureux Charles de Foucauld au sein du diocèse de Châlons-en-Champagne[209].

Le principal monument religieux de la ville est la collégiale Notre-Dame de l'Assomption de style Renaissance[80], située place d'Armes. Elle a été construite en remplacement de la collégiale de Vitry-en-Perthois, fondée en 1212 par Blanche de Navarre[80], comtesse de Champagne, et qui avait été brûlée avec le reste du bourg en 1544. Une première église en bois est érigée en 1645[80]. N'étant que provisoire, elle est détruite en 1755. Ce n'est qu'en 1629 que les chanoines acceptent de quitter Vitry-la-Brûlée pour Vitry-le-François. On entreprend alors la construction d'une collégiale[210]. Les travaux qui débutent en 1629 sont « exceptionnellement longs »[211] : la façade n'est ainsi achevée qu'en 1678, la nef en 1704, le transept et le chœur sont terminés en 1750. L'abside et le déambulatoire ne sont construits qu'entre 1895 et 1898 par Monseigneur Nottin[210], d'après le plan initial[211]. Les bombardements de la Seconde Guerre mondiale n'occasionnent que l'incendie de la tour sud et du toit de la nef. La collégiale est restaurée à partir de 1949. En 1960, de nouvelles cloches sont installées[210]. Classée monument historique depuis 1920[212], la collégiale est du fait de son ampleur souvent appelée la « cathédrale » par les Vitryats[211], bien qu'elle ne porte pas ce titre. Une grande partie de son mobilier est également classée en tant que monument historique dont le bras-reliquaire de saint Vincent, plusieurs objets, des monuments funéraires et une dizaine de tableaux datant principalement des XVIIe et XVIIIe siècles[213].

Le second édifice religieux protégé est la chapelle Saint-Nicolas, située au Bas-Village, inscrite au titre des monuments historiques par arrêté du 11 mars 1935. Le quartier de Bas-Village était, déjà avant la fondation de Vitry-le-François, un village de bateliers. Ce sont les mariniers du Bas-Village qui ont édifié cette chapelle en 1637. Elle est décorée d'ancre marines à l'intérieur et à l'extérieur. L'édifice est à pans de bois et revêtu de lattes de hêtre. Le patron de la chapelle est saint Nicolas, patron des mariniers[214],[186].

Une troisième église, l'église Charles de Foucauld, située dans le quartier Rome-Saint-Charles, a été inaugurée en 1969[186]. La commune abrite également une ancienne synagogue, rue du Mouton.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Au palmarès 2004 du concours des villes et villages fleuris, Vitry-le-François est promue « ville trois fleurs »[215], titre qu'elle conserve aujourd'hui[216].

La ville compte au total 19 hectares de jardins, parcs et squares. Les principaux sont le jardin des Minimes et le parc de l'hôtel de ville, tous deux sont les jardins d'anciens couvents. Le parc de l'hôtel de ville, sur 2,6 ha, mêle jardin classique et anglais où l'on trouve une roseraie, de nombreuses sculptures et plusieurs bassins d’agréments[217]. L'ancienne façade de la chapelle y a notamment été transformée en théâtre de verdure ; un ancien château d'eau est quant à lui devenu une cascade[218]. Le parc Léo Lagrange, au cœur du Hamois, peut être considéré comme un écrin de verdure au milieu des tours. Il accueille notamment un étang entouré de pontons, héritier de trois autres qui avaient été creusés sous Napoléon III. Le parc de 7,9 ha se trouve en partie sur l'emplacement d'anciens chantiers navals[219]. Les bords de Marne peuvent également être lieu de promenade[217].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Photographie de l'entrée et du côté de la salle du Manège.
La salle du Manège accueille le festival BD « Bulles en Champagne ».

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Vitry Le François. Salle des fêtes (J. Bourgogne, éditeur à Château-Thierry)

Vitry-le-François dispose d'une salle de concert dédiée spécialement aux musiques actuelles, l'Orange Bleue, qui organise chaque année 40 concerts consacrés à de jeunes talents mais également à des artistes confirmés. L'association a ainsi accueilli depuis 2007 Mass Hysteria, Les Wampas, Wax Tailor, Matmatah, Moriarty, Burning Heads ou encore The Procussions[220]. La salle Simone Signoret est consacrée au théâtre.

La bibliothèque municipale de Vitry-le-François est composée d'une section jeunesse, d'une section adulte et de la médiathèque François Mitterrand. Cette dernière dispose d'une ludothèque et propose un atelier de calligraphie arabe, des ateliers multimédias ainsi que des jeux en réseau[221]. Elle est également le lieu de nombreuses manifestations culturelles ayant lieu dans la ville.

Le cinéma Pierre Brasseur est la principale salle de projection de films de l'arrondissement de Vitry-le-François. Il compte quatre salles équipées pour une capacité de 594 places[222]. Il a réalisé en 2010 36 393 entrées et prévoit pour l'année 2011 l'achat d'équipement pour permettre la diffusion de films en 3-D dans une de ses salles[223].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La commune accueille en association avec le Numi's Club Vitryat le festival de bande dessinée « Bulles en Champagne » depuis 2005. Le festival réunit, le premier week-end du mois d'octobre, une quarantaine d'auteurs de bande dessinée et de manga dans la salle du Manège. En 2009, ce sont 1 300 visiteurs qui ont fréquenté le festival[224]. En marge du festival, des expositions, des projections de films et des concerts ont lieu à la médiathèque, au cinéma et à l'Orange Bleue en particulier[225].

Vitry-le-François accueille aussi les festivals « Courants d'Arts », qui au mois de juin comprend un salon de l'artisanat (« Courants d'Artisans »), des parades de rue, une brocante ainsi que des concerts[226], et « Une Place au Soleil », qui propose durant l'été théâtre, danse et concerts.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Photographie des Halles et de leur toiture, prise du dessous.
Les Halles accueillent le marché deux fois par semaine.

La gastronomie locale s'oriente principalement vers deux produits : les poissons et le champagne qui se retrouvent par exemple dans la recette du brochet au champagne. Ces poissons peuvent notamment être pêchés dans le lac du Der-Chantecoq, la Marne ou les étangs poissonneux du Perthois. La région est également connue pour son « miel de Champagne » et la potée champenoise[227]. Ces produits peuvent se trouver sur le marché de Vitry-le-François qui a lieu deux fois par semaine, le jeudi matin et le samedi, sous les Halles de la ville[167].

Au nord de Vitry-le-François, se trouve le vignoble des Côtes de Champagne, aussi appelé « terroir vitryat », qui constitue la partie orientale du vignoble de Champagne. Il est parfois considéré comme une extension de la côte des blancs puisque qu'il est en effet planté à 97 % de chardonnay[228], un cépage de raisin blanc. Ce vignoble compte environ 380 ha de vignes d'appellation d'origine contrôlée « champagne », réparties sur 15 communes[229]. Une partie de la route touristique du Champagne, longue de 47 km, devrait par ailleurs être créée au départ de la ville à la fin de l'année 2011[230].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Vitry-le-François 51.svg Blasonnement de Vitry-le-François
  • D’azur à une salamandre d’or, la tête contournée et couronnée de même, couchée dans un bûcher ardent de gueules ; au chef d’azur soutenu d’or et chargé de trois fleurs de lys de même.
  • La devise qui accompagne ce blason est « Nutrisco et extinguo », qui signifie littéralement « je nourris et j'éteins »[52], et dont la variante est « je m’en nourris et je l’éteins »[36].
  • L'emblème de la salamandre ainsi que la devise de la ville ne sont autres que ceux du roi François Ier, attribués par le précepteur de ce prince, Artus Gouffier de Boissy.
Logo-vitry.gif Logo actuel de Vitry-le-François
  • Le logotype de Vitry-le-François était jusqu'en 2008, et le changement de majorité municipale, le blason de la ville[231].
  • Le cercle symbolise le rassemblement et la cohésion. Il est ouvert pour ne pas signifier le renfermement sur soi, il est « ouvert sur les autres et le monde »[231].
  • Le « V », initiale de la commune, représente un envol, une flèche vers le futur[231].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Portrait d'Abraham de Moivre.
Abraham de Moivre, célèbre mathématicien vitryat.
Voir la catégorie : Naissance à Vitry-le-François.

Plusieurs militaires et hommes politiques sont natifs de Vitry-le-François :

Dans le domaine des sciences, la ville a vu naître :

Dans le domaine du spectacle :

Autres personnalités natives de la ville :

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Vitry-le-François.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Alexandre-Clément Boitel, Histoire de l'ancien et du nouveau Vitry, Châlons, Boniez-Lambert,‎ 1841, 240 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pierre-Eugène Valentin, « Échevinage de la ville de Vitry-le-François », dans Société des Sciences et Arts de Vitry-le-François, Mémoires, vol. 1, Vitry-le-François,‎ 11 mai 1865, 290 p. (ISSN 11628804, lire en ligne), p. 187-235 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pierre-Eugène Valentin, « Fondation de Vitry-le-François avec l'arpentage des places à bâtir et leur distribution aux premiers habitants, en 1545-1557 », dans Société des Sciences et Arts de Vitry-le-François, Mémoires, vol. 6, Vitry-le-François,‎ 1874, 282 p. (ISSN 11628804, lire en ligne), p. 123-152 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • André Peuchot (préf. Jean Juif, ill. Louis Pierret), Vitry-le-François : quelques pages de son histoire,‎ 1960, 48 p. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    Ce document a été édité par la municipalité de Vitry-le-François à l'occasion de la « Fête de la Renaissance » et tiré à 3 300 exemplaires.
  • Louis Brouillon, Histoire de Vitry-le-François, Livre histoire, coll. « MVVF »,‎ 2004 (ISBN 978-2-87760-875-6)
  • Maheut Gilbert, Chronologie de Vitry-le-François, vol. XXXV, Société des Sciences et Arts de Vitry-le-François,‎ 1977, 247-252 p.
  • René Crozet, Une ville nouvelle au XVIe siècle : création et organisation de Vitry-le-François (1545-1603), mémoire présenté pour le Diplôme d’Études Supérieures d'Histoire et de Géographie, en juin 1922, devant la Faculté des Lettres de l'Université de Paris, publié dans les Mémoires de la Société des Sciences et Arts de Vitry-le-François, vol. 35, 1971/77, pp. 30–149 [1]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il doit son nom aux fourches patibulaires érigées par les premiers comtes de Vitry, en marque de haute justice.
  2. Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement de Champagne-Ardenne (DREAL CA), nappe de la craie, [lire en ligne]
  3. Voir la légende de cette carte.
  4. Voir les fiches de Nicolas Dumont, Jacques Antoine Brouillet, Jean-Baptiste David de Ballidart, Pierre Louis de Failly, Nicolas Remy Lesure, Pierre-François Barbié et Jean-Baptiste-Célestin Poulain sur le site de l'Assemblée nationale.
  5. Comprend la collecte, l'achat de matériel (sacs etc.), le traitement des déchets et les dépenses liées à la déchèterie.
  6. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  7. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  8. 16 834 € à Épernay, 16 551 € à Châlons-en-Champagne, 16 615 € à Reims et 16 113 € à Sainte-Menehould.
  9. En dehors des campings et des gîtes.
  10. Depuis devenu Salzgitter Mannesman.
  11. Aujourd'hui Nobel Automotive Orhan.
  12. L'entreprise fait désormais partie du groupe Arcelor Mittal.
  13. « Adam et Eve » est une sculpture en marbre de Carrare de six tonnes d'Alphonse Camille Terroir, offerte à Vitry-le-François par la municipalité de Paris.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Joseph Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, vol. 5, Paris, Desaint et Saillant,‎ 1768 (ISBN 3262000450, lire en ligne), p. 657
  2. [PDF] « Le Perthois », sur le site de la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL Champagne-Ardenne) (consulté le 20 février 2011)
  3. « Orthodromie entre Vitry-le-François et Saint-Dizier », sur le site lion1906.com, site personnel de Lionel Delvarre (consulté le 15 septembre 2010)
  4. « Orthodromie entre Vitry-le-François et Châlons-en-Champagne », sur le site lion1906.com, site personnel de Lionel Delvarre (consulté le 15 septembre 2010)
  5. « Venir à Vitry », sur le site de la ville et de la Communauté de communes Vitry, Champagne et Der (consulté le 20 février 2011)
  6. a, b, c, d, e, f et g « Carte topographique au 1/32 000 de Vitry-le-François », sur Géoportail - Le portail des territoires et des citoyens (site de l'IGN) (consulté le 20 février 2011)
  7. a, b, c, d et e Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. a, b et c BRGM, Zone industrielle de Vitry-Marolles à Vitry-le-François (51). Avis sur l'origine de la pollution des eaux souterraines., octobre 2007, [lire en ligne]
  9. « Savart du camp militaire de Moronvilliers (site fr2100256) » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de Natura 2000. Consulté le 20 février 2011
  10. « La nappe de la Craie », sur le site de la direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL Champagne-Ardenne) (consulté le 20 février 2011)
  11. « Le lac du Der - Une zone ornithologique d'importance internationale », sur le site de la ligue pour la protection des oiseaux Champagne-Ardenne (consulté le 20 février 2011)
  12. a et b « Les voies navigables : canal latéral à la Marne », sur le site du magazine Fluvial (consulté le 21 septembre 2010)
  13. « Les voies navigables : canal entre Champagne et Bourgogne », sur le site du magazine Fluvial (consulté le 21 septembre 2010)
  14. « Canal entre Champagne et Bourgogne », sur le site de la direction départementale des territoires de la Marne (consulté le 21 septembre 2010)
  15. « Les voies navigables : canaux de Marne au Rhin », sur le site du magazine Fluvial (consulté le 21 septembre 2010)
  16. « Histoire du canal », sur le site personnel d'Anne Auburtin (consulté le 20 février 2011)
  17. « La dégradation climatique », sur le site curiosphère : l'éducation en images avec France 5 (consulté le 20 février 2011)
  18. « Le climat champenois », sur le site de la SARL Champagne J. Dumangin Fils (consulté le 20 février 2011)
  19. a et b « Données climatiques de Saint-Dizier », sur le site linternaute.com de la société commerciale Benchmark Group (consulté le 20 février 2011)
  20. « Normales à Saint-Dizier », sur le site de Météo-France (consulté le 20 février 2011)
  21. Stéphanie Gruss, « 220 bateaux ont jeté l'encre Les plaisanciers à bon port » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du journal L'Union. Mis en ligne le 10 août 2010, consulté le 23 mars 2011
  22. a, b, c, d et e « Résultats du recensement de la population - 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 20 février 2011)
  23. a et b « Circulation et Transport », sur le site de la ville et de la communauté des communes de Vitry-le-François (consulté le 23 mars 2011)
  24. [PDF] « Brochure du VitryBus » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 2009, sur le site de la ville et de la communauté des communes de Vitry-le-François. Consulté le 23 mars 2011
  25. a et b « Horaires de nos lignes », sur le site de la société des transports départementaux de la Marne (consulté le 23 mars 2011)
  26. « Transports », sur le site du comité de promotion et de développement du Triangle (consulté le 23 mars 2011)
  27. Louis de Courcy, « Le TGV-Est a permis à la région de renverser la vapeur », sur le site du quotidien La Croix,‎ 22 février 2010 (consulté le 23 mars 2011)
  28. [PDF]« Deux ans d'activité », Mag Communauté de communes, no 7,‎ juillet/août 2010, p. 4 (lire en ligne)
  29. « Aéroport de Vitry-le-François - Vauclerc (LFSK) », sur le site aerodromes.fr de la société Cybevasion (consulté le 23 mars 2011)
  30. [PDF] « Schéma régional des infrastructures et transports : Diagnostic », sur le site du conseil régional de Champagne-Ardenne,‎ février 2007 (consulté le 23 mars 2011), p. 61
  31. « Qui sommes-nous ? » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de l'aéroport Paris-Vatry. Consulté le 23 mars 2011
  32. « Randonnée », sur le site de l'association de développement de Vitry et son arrondissement (consulté le 23 mars 2011)
  33. « Canal entre Champagne & Bourgogne », sur le site de l'association voiesvertes.com (consulté le 23 mars 2011)
  34. [PDF] « Carte de la Champagne-Ardenne à vélo », sur le site de l'association voiesvertes.com (consulté le 23 mars 2011)
  35. a, b, c, d, e et f Pierre Lavedan, Jeanne Hugueney et Philippe Henrat, L'Urbanisme à l'époque moderne (XVIe ‑ XVIIIe siècle), Genève, Droz,‎ 1982, 310 p. (ISBN 2600046143, lire en ligne), p. 12-15
  36. a, b, c, d et e Gilbert Maheut, « Histoire & Patrimoine », sur le site de la ville et de la Communauté de communes Vitry, Champagne et Der (consulté le 20 février 2011)
  37. « Jardin de l'Hôtel de Ville », sur le site du « comité des parcs et jardins de France » (consulté le 20 février 2011)
  38. a, b et c Patrick Dieudonné, Reconstruire les limites : Remparts, franges et extensions des villes reconstruites, Les Annales de la recherche urbaine, no 82, 0180-930-III-99/83/p. 109-115, [lire en ligne]
  39. « Patrimoine de Vitry-Habitat dans la commune de Vitry-le-François », sur le site de la société Vitry-Habitat (consulté le 20 février 2011)
  40. [image] Frédéric Turlier, Plan de Vitry-le-François, 2e trimestre 2008, « http://www.vitry-le-francois.net/images/decouvrir/venir_vitry/plan_vitry.png » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  41. Insee, « Système d'information géographique du secrétariat général du CIV », sur le site du ministère de la Ville (consulté le 23 mars 2011)
  42. « Logement », sur le site de la ville et de la Communauté de communes Vitry, Champagne et Der (consulté le 23 mars 2011)
  43. « Gentilé de Vitry-le-François (51300) », sur le site habitants.fr de la société Patagos (consulté le 23 mars 2011)
  44. a et b Boitel 1841, p. 230
  45. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud,‎ 1979 (ISBN 2-85023-076-6), p. 727a sous Vitrac
  46. a et b Valentin 1874, p. 126
  47. Valentin 1874, p. 140
  48. « Vitry-le-François, la ville neuve » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du syndicat du Der et de l'office de tourisme du lac du Der. Consulté le 9 juin 2011
  49. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Op. cité.
  50. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume Ier. Formations préceltiques, celtiques, romanes, Librairie Droz 1991, § 9655 et Volume III. Formations dialectales (suite) et françaises, Droz 1991, § 29602.
  51. Ernest Nègre, Op. cité.
  52. a, b, c, d et e André-Guillaume Contant d'Orville et André-Réné de Voyer d'Argenson de Paulmy, Mélanges tirés d'une grande bibliothèque : De la lecture des livres françois, t. 13, Paris, Moutard,‎ 1784, 383 p. (lire en ligne), p. 363-369
  53. Boitel 1841, p. 5-6
  54. Boitel 1841, p. 10
  55. Jean Bertrand, Mémoires, vol. 1, Société des sciences et arts de Vitry-le-François,‎ 1867, 285 p. (lire en ligne), p. 123-124
  56. Boitel 1841, p. 26
  57. Boitel 1841, p. 29
  58. Boitel 1841, p. 40
  59. Boitel 1841, p. 64
  60. Peuchot 1960, 1142 - « Première destruction de Vitry »
  61. La monarchie féodale en France et en Angleterre, (Xe - XIIIe siècle), Albin Michel,‎ 1971 (1re éd. 1933), p. 98. Un biographe de Louis VII plus récent, Yves Sassier, est loin d'accorder autant d'importance historique à la destruction de Vitry, ne mentionnant qu'incidemment la « démarche pénitentiaire » prêtée au roi depuis le printemps 1144, Yves Sassier, Louis VII, Fayard,‎ 1991 (ISBN 2-213-02786-2), voir notamment pages 113 et 144.
  62. Boitel 1841, p. 88
  63. Boitel 1841, p. 98
  64. Boitel 1841, p. 106-107
  65. a et b Boitel 1841, p. 108
  66. a et b Valentin 1874, p. 124
  67. Boitel 1841, p. 109
  68. Valentin 1874, p. 128
  69. a et b Valentin 1865, p. 187
  70. a et b Boitel 1841, p. 156
  71. Valentin 1874, p. 136
  72. Valentin 1874, p. 138
  73. Boitel 1841, p. 158
  74. Boitel 1841, p. 157
  75. Valentin 1874, p. 139
  76. Peuchot 1960, 1590 : Vitry au temps des guerres de religion
  77. a et b Boitel 1841, p. 159
  78. Valentin 1865, p. 211
  79. Peuchot 1960, Vitry se développe et prend sa forme définitive
  80. a, b, c, d et e Alexandre-Clément Boitel, Les beautés de l'histoire de la Champagne, t. 2, Châlons-sur-Marne, Dortu-Deullin,‎ 1868, 678 p. (lire en ligne), p. 502-508
  81. a, b et c Peuchot 1960, Heurs et malheurs de la population
  82. Auguste Denis, « Notice sur l'introduction et l'exercice de l'imprimerie », dans Société des Sciences et Arts de Vitry-le-François, Mémoires, vol. 6, Vitry-le-François,‎ 1874, 282 p. (ISSN 11628804, lire en ligne)
  83. Peuchot 1960, Les grandes heures royales de Vitry
  84. Boitel 1841, p. 199
  85. Boitel 1841, p. 207
  86. Boitel 1841, p. 209
  87. Boitel 1841, p. 211
  88. Boitel 1841, p. 216-217
  89. Boitel 1841, p. 219-220
  90. Boitel 1841, p. 221-222
  91. Boitel 1841, p. 220
  92. Boitel 1841, p. 223-225
  93. Boitel 1841, p. 227
  94. Peuchot 1960, L'Empire et la Restauration
  95. Boitel 1841, p. 231
  96. Boitel 1841, p. 233
  97. Peuchot 1960, La guerre de 1870
  98. 'En liaison 1914' - Presse de la Cité, 1932, Edward Spears. p 46.
  99. a et b Peuchot 1960, La bataille de la Marne
  100. « La nécropole nationale de Vitry-le-François (Marne) », sur le site du centre régional de documentation pédagogique de l'académie de Reims (consulté le 14 juin 2011)
  101. Peuchot 1960, Le Vent dans les ruines
  102. Peuchot 1960, La Seconde Guerre mondiale
  103. Peuchot 1960, L'Occupation
  104. Jean-Pierre Husson, « Vichy et les Juifs », sur le site du centre régional de documentation pédagogique de l'académie de Reims (consulté le 14 juin 2011)
  105. a et b Peuchot 1960, Le bombardement du 28 juin 1944
  106. a et b Peuchot 1960, La Libération
  107. a et b Peuchot 1960, La renaissance de la cité
  108. [PDF] Sylvie Scherrer, « Document de travail (Évaluation économique des aménités récréatives d'une zone humide intérieure : le cas du Lac du Der) », Études N° 03-E05, sur le portail Internet du système d’information sur l’eau (SIE) (consulté le 8 juin 2011), p. 9
  109. a et b « Nuit de violences à Vitry-le-François, dans la Marne, après la mort d'un jeune homme », sur le site du quotidien Le Monde,‎ 15 juin 2008 (consulté le 8 novembre 2010)
  110. Emmanuel Saint-Bonnet, « Marne » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site atlaspol.com de la société Atlaspol Consultants et Solutions. Consulté le 17 mai 2011
  111. « Résultat de l'élection présidentielle de 1995 : Vitry-le-François », sur le site politiquemania.com, site d'anonymes « passionnés de politique française » (consulté le 9 juin 2011)
  112. « Résultat de l'élection présidentielle de 2002 : Vitry-le-François », sur le site politiquemania.com, site d'anonymes « passionnés de politique française » (consulté le 23 octobre 2010)
  113. « Résultat de l'élection présidentielle de 2007 : Vitry-le-François », sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le 23 octobre 2010)
  114. « Résultat de l'élection présidentielle de 2012 : Vitry-le-François », sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le 20 mai 2012)
  115. « Résultat des élections législatives de 1997 : Vitry-le-François », sur le site politiquemania.com, site d'anonymes « passionnés de politique française » (consulté le 23 octobre 2010)
  116. « Résultat des élections législatives de 2002 : Vitry-le-François », sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le 23 octobre 2010)
  117. « Résultat des élections législatives de 2007 : Vitry-le-François », sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le 23 octobre 2010)
  118. « Résultat des élections régionales de 2004 : Vitry-le-François », sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le 23 octobre 2010)
  119. « Résultat des élections régionales de 2010 : Vitry-le-François », sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le 23 octobre 2010)
  120. « Résultat des élections cantonales de 2004 : Vitry-le-François », sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le 23 octobre 2010)
  121. « Résultat des élections cantonales de 2008 : Vitry-le-François », sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le 23 octobre 2010)
  122. « Résultats des cantonales de 2011, canton de Vitry-le-François-Ouest », sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le 21 mars 2011)
  123. Gaël Padiou, « Municipales 2008 : Jean-Pierre Bouquet dès le premier tour ! » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du quotidienL'Union. Mis en ligne le 10 mars 2008, consulté le 23 octobre 2010
  124. Valentin 1865, p. 188-189
  125. Valentin 1865, p. 206-209
  126. Valentin 1865, p. 223
  127. a et b « Le Conseil Municipal », sur le site de la ville et de la Communauté de communes Vitry, Champagne et Der (consulté le 23 octobre 2010)
  128. a et b « Couvent des Récollets (ancien) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  129. a et b Insee, « Populations légales 2007 des communes du département de la Marne » (consulté le 29 septembre 2010)
  130. « Présentation et historique » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur site de la Communauté de communes Vitry, Champagne et Der. Consulté le 21 février 2012
  131. « Carte du territoire » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur site de la Communauté de communes Vitry, Champagne et Der. Consulté le 21 février 2012
  132. « Histoire du Triangle », sur le site officiel du territoire du Triangle (consulté le 8 novembre 2010)
  133. Charles Martin, « La coopération Vitry-Saint-Dizier-Bar-le-Duc au bord du gouffre : la fin du Triangle ? » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du quotidienL'Union. Mis en ligne le 9 mars 2010, consulté le 8 novembre 2010
  134. « Chiffres clés », sur la base Alize2 du ministère de l'économie et des finances (consulté le 14 novembre 2010)
  135. « Budget et comptes administratifs », sur le site de la ville de Vitry-le-François (consulté le 14 novembre 2010)
  136. « Endettement », sur la base Alize2 du ministère de l'économie et des finances (consulté le 14 novembre 2010)
  137. « Fiscalité », sur la base Alize2 du ministère de l'économie et des finances (consulté le 14 novembre 2010)
  138. « Tribunal supprimé : le personnel s'insurge » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du quotidienL'Union. Mis en ligne le 30 octobre 2007, consulté le 9 novembre 2010
  139. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la justice (consulté le 8 juin 2011) Note : rechercher une fois sur le site « 51300 VITRY-LE-FRANÇOIS »
  140. C dans l'air, « Résumé de l'émission « Drogue et violence en milieu rural » », sur le site de la chaîne de télévision France 5,‎ 20 juin 2008 (consulté le 15 décembre 2010)
  141. Christophe Cornevin et Agnès Leclair, « Montée des violences dans les banlieues des villes moyennes », sur le site du quotidien Le Figaro,‎ 15 juillet 2009 (consulté le 8 novembre 2010)
  142. Louis Cyrille, « Ces maux nouveaux qui empoisonnent la vie de Vitry-le-François », sur le site du quotidien Le Figaro,‎ 15 octobre 2007 (consulté le 8 novembre 2010)
  143. Gérard Bon, « Nuit de violences à Vitry-le-François, dans la Marne », sur le site du magazine Le Point,‎ 15 juin 2008 (consulté le 8 novembre 2010)
  144. a, b et c [PDF]« Bois et rivières de la vallée de la Marne de Vitry-le-François à Couvrot » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Direction générale de l’environnement Champagne-Ardenne. Consulté le 12 juin 2011
  145. a et b [PDF]« Bois et rivières de la vallée de la Marne de Vitry-le-François à Couvrot (vulgarisation) » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Direction générale de l’environnement Champagne-Ardenne. Consulté le 12 juin 2011
  146. « Contexte hydrogéologique du Perthois », sur le site de la DRIRE (consulté le 14 novembre 2010), p. 7
  147. Agence de l'eau Seine-Normandie, Protéger la santé et l'environnement, p. 11, septembre 2007, [lire en ligne]
  148. Communauté de communes Vitry, Champagne et Der, L'assainissement, p. 11, septembre 2007, « http://www.cc-vitrylefrancois.net/envir/images/pdf/assainissement_veolia.pdf » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  149. « Nature et Jardins », sur le site de la ville de Vitry-le-François (consulté le 6 novembre 2010)
  150. [PDF] « Tri sélectif : mode d'emploi », Mag Communauté de communes, no 1,‎ décembre 2008, p. 4 (lire en ligne)
  151. a et b [PDF] « Collecte des déchets », Mag Communauté de communes, no 3,‎ été 2009, p. 4 (lire en ligne)
  152. a et b « Déchets » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de la Communauté de communes Vitry, Champagne et Der. Consulté le 6 novembre 2010
  153. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des affaires étrangères (consulté le 20 février 2011)
  154. a, b et c « Évolution et structure de la population », sur le site de l'Insee (consulté le 14 novembre 2010)
  155. Composition de l'unité urbaine de Vitry-le-François en 2010 - Source : Insee
  156. « Évolution et structure de la population de l'aire urbaine de Vitry-le-François », sur le site de l'Insee (consulté le 14 novembre 2010)
  157. Boitel 1841, p. 232
  158. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  159. a et b « Résultats du recensement de la population de la Marne en 2007 », sur Insee (consulté le 20 février 2010)
  160. « Évolution et structure de la population de Bar-le-Duc », sur Insee (consulté le 14 novembre 2010)
  161. « Évolution et structure de la population de Saint-Dizier », sur Insee (consulté le 14 novembre 2010)
  162. « Évolution et structure de la population à Vitry-le-François en 2007 », sur Insee (consulté le 20 février 2010)
  163. « Famille - Situation matrimoniale », sur Insee (consulté le 14 novembre 2010)
  164. « Liste des écoles de la Marne », sur Inspection académique de la Marne (consulté le 1er octobre 2010)
  165. a, b et c « Éducation », sur le site de la ville et de la Communauté de communes Vitry, Champagne et Der (consulté le 1er octobre 2010)
  166. « Page d'accueil », sur le site du centre hospitalier de Vitry-le-François (consulté le 12 novembre 2010)
  167. a et b « Infos pratiques », sur le site de la ville de Vitry-le-François (consulté le 12 novembre 2010)
  168. Rémi Havyarimania, « Un mariage d'intérêt entre la clinique et l'hôpital ? » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du journal L'Union. Mis en ligne le 6 juillet 2010, consulté le 12 novembre 2010
  169. « Le gymnase du Vieux-Port baptisé "Gymnase Jean-Bernard" » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur L'Union. Mis en ligne le 1er décembre 2008
  170. a, b et c Office municipal des sports de Vitry-le-François, Guide des Sports, revue annuelle, no 25, « http://www.vitry-le-francois.net/pdf/oms_2010.pdf » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  171. « Piscine à Vitry le François », sur le site guide-piscine.fr (consulté le 6 novembre 2010)
  172. « Déploiement ADSL : 51649VIT », sur le site de la SARL FH (consulté le 9 juin 2011)
  173. « Radio Locale Vitryate (RLV) - Mélodie FM », sur le site de Jean-Marc Printz « 100 ans de radio » (consulté le 15 mai 2011)
  174. « Accueil région Champagne Ardenne », sur le site de France Télé Numérique, groupement d'intérêt public (consulté le 22 mars 2011)
  175. « Édition de Vitry-le-François », sur le site du journal L'Union (consulté le 9 juin 2011)
  176. « Carte des doyennés », sur le site du diocèse de Châlons-en-Champagne,‎ 12 mars 2008 (consulté le 21 février 2011)
  177. « Synagogue : son avenir est scellé » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du journal L'Union. Mis en ligne le 4 septembre 2007, consulté le 21 février 2011
  178. « Mosquée à Vitry Le François », sur le guide musulman (consulté le 17 novembre 2010)
  179. « Vitry le François, église baptiste », sur le site wiki-protestants.org (consulté le 21 février 2011)
  180. « Paroisse de Châlons-en-Champagne et des secteurs de Sainte-Ménéhould, Vitry-le-François et Mourmelon », sur le site de l'Église réformée de France (consulté le 21 février 2011)
  181. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l'Insee (consulté le 6 novembre 2010)
  182. Observatoire permanent de l'évolution des qualifications, Bassin d'emploi de la Marne moyenne : éléments de diagnostic, janvier 2010, [lire en ligne]
  183. « Emploi », sur le site de la ville de Vitry-le-François (consulté le 21 octobre 2010)
  184. a, b, c et d « Emploi - Population active », sur le site de l'Insee (consulté le 20 octobre 2010)
  185. « Formes et conditions d'emploi », sur le site de l'Insee (consulté le 20 octobre 2010)
  186. a, b, c, d, e et f [PDF] « Découvrez le pays de Vitry-le-François » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de la Communauté de communes Vitry, Champagne et Der. Consulté le 19 octobre 2010
  187. Ernest Grangez, Précis historique et statistique des voies navigables de la France et l'une partie de la Belgique, Paris, N. Chaix et cie,‎ 1855 (lire en ligne), p. 372
  188. Denis Diderot et Jean Le Rond d'Alembert, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol. 35, Pellet imprimeur-libraire,‎ 1778, 848 p. (lire en ligne), p. 618
  189. OCDE, Examens territoriaux de l'OCDE : Champagne-Ardenne, France, Les Éditions de l'OCDE,‎ 2002, 272 p. (ISBN 9264298002, lire en ligne), p. 44
  190. a et b « Les zones d'activités » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de la Communauté de communes Vitry, Champagne et Der. Consulté le 8 juin 2011
  191. [PDF] Frédéric Marais, « Le commerce marnais se porte plutôt bien », sur le site de la chambre de commerce et d'industrie de Reims et d'Epernay (consulté le 11 novembre 2010)
  192. [PDF] Sylvie Bazin, Christophe Beckerich et Marie Delaplace, Analyse prospective des impacts de la Ligne à Grande Vitesse Est-européenne dans l’agglomération rémoise et en région Champagne-Ardenne : Rapport final de recherche pour le Conseil Régional Champagne-Ardenne, t. 2,‎ février 2006
  193. « Hébergement & Restauration », sur le site de la ville et de la Communauté de communes Vitry, Champagne et Der (consulté le 11 novembre 2010)
  194. « Camping municipal « La Peupleraie » », sur le site de la ville et de la Communauté de communes Vitry, Champagne et Der (consulté le 11 novembre 2010)
  195. « Vitry-le-François (51649 - Commune) », sur le site de l'Insee (consulté le 19 mars 2010)
  196. [PDF] « Arrondissement de Vitry-le-François : Chiffres clés », sur le site de la chambre de commerce et d'industrie de Châlons en Champagne (consulté le 21 octobre 2010)
  197. « Liste des monuments historiques de la commune de Vitry-le-François », base Mérimée, ministère français de la Culture
  198. « Collège de garçons », base Mérimée, ministère français de la Culture
  199. « Hôpital (ancien) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  200. « Maison des Arquebusiers (ancienne) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  201. « Porte du Pont », base Mérimée, ministère français de la Culture
  202. « Usine de construction navale Courtois et Cie », base Mérimée, ministère français de la Culture
  203. « Faïenceries de Sarreguemines, Digoin et Vitry », base Mérimée, ministère français de la Culture
  204. « Usine de boîtes d'emballage de fromage Leroy, puis entrepôt commercial », base Mérimée, ministère français de la Culture
  205. « Malterie Rouy, puis entrepôt commercial », base Mérimée, ministère français de la Culture
  206. « Malterie Mayer, puis coopérative agricole », base Mérimée, ministère français de la Culture
  207. « Usine de menuiserie Veuve Hircq, puis magasin de commerce », base Mérimée, ministère français de la Culture
  208. « Scierie Ets Paul Tardivier, puis hangar industriel », base Mérimée, ministère français de la Culture
  209. Équipe Pastorale de Conduite de la Paroisse, « Présentation de la paroisse Bienheureux Charles de Foucauld », sur le site du diocèse de Châlons-en-Champagne,‎ 21 janvier 2008 (consulté le 3 octobre 2010)
  210. a, b et c « La collégiale en quelques dates... », sur Les Amis de la collégiale Notre-Dame de Vitry-le-François (consulté le 3 octobre 2010)
  211. a, b et c Jean-Pierre Ravaux, « L’église Notre Dame à Vitry-le-François », sur Diocèse de Châlons-en-Champagne (consulté le 3 octobre 2010)
  212. « Église Notre-Dame », base Mérimée, ministère français de la Culture
  213. « Objets classés à Vitry-le-François », sur la base Palissy du ministère de la culture (consulté le 9 juin 2011)
  214. « Chapelle Saint-Nicolas », base Mérimée, ministère français de la Culture
  215. Concours des villes et villages fleuris, Palmarès 2004, p. 12, [lire en ligne]
  216. « Palmarès Marne 2010 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du conseil national des villes et villages fleuris. Consulté le 9 juin 2011
  217. a et b « Nature et Jardins », sur le site de la ville et de la Communauté de communes Vitry, Champagne et Der (consulté le 15 mai 2011)
  218. « Jardin de l'Hôtel de Ville de Vitry le François », sur le site du comité régional du tourisme de Champagne-Ardenne (consulté le 15 mai 2011)
  219. Anne-Sophie Coursier, « Pour rester zen / À Vitry-le-François un parc inattendu » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du journal L'Union. Consulté le 15 mai 2011
  220. « Histoire de l’Orange bleu » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de l’Orange bleu. Consulté le 9 juin 2011
  221. « Activités » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de la bibliothèque municipale de Vitry-le-François. Consulté le 15 mai 2011
  222. « Fiche Pierre Brasseur », sur le site AlloCiné (consulté le 22 mars 2011)
  223. Stéphanie Gruss, « Le cinéma affiche une fréquentation stable » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du journal L'Union. Mis en ligne le 14 janvier 2011, consulté le 22 mars 2011
  224. « Bilan de la 5e édition du Festival BD « Bulles en Champagne » Le millier de visiteurs franchi » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du journal L'Union. Mis en ligne le 5 octobre 2009, consulté le 3 octobre 2010
  225. [image] « La BD dans tous ses états », sur le site du journal L'Union,‎ 2 octobre 2010 (consulté le 3 octobre 2010)
  226. « Festival "Courants d'Arts" », sur le site de la ville et de la Communauté de communes Vitry, Champagne et Der (consulté le 15 mai 2011)
  227. Frédéric Zégierman, « Le Perthois », sur le site de la société Keldélice (consulté le 10 juin 2011)
  228. « Terroir 14 Vitryat » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du groupement associatif syndical « Union des maisons de Champagne ». Consulté le 10 juin 2011
  229. « Champagne », sur le site de l'association de développement de Vitry et son arrondissement (consulté le 10 juin 2011)
  230. « Le champagne trace sa route » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du journal L'Union. Mis en ligne le 11 mars 2011, consulté le 10 juin 2011
  231. a, b et c Anne-Sophie Coursier, « Un nouveau visage pour le logo de la Ville et le journal municipal » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du journal L'Union. Mis en ligne le 24 décembre 2008, consulté le 19 décembre 2010
Contrat urbain de cohésion sociale 2007-2009 Lire en ligne
  1. p. 17
  2. p. 32
  3. p. 33
  4. a et b p. 25
  5. p. 28
  6. p. 13
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 25 juillet 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.