Stade des Costières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Costière (homonymie).
Stade des Costières
Nîmes-Tours septembre2008.JPG
Généralités
Surnom(s) Les Costières
Adresse 123, Avenue de la Bouvine
30023 Nîmes
Coordonnées 43° 48′ 58″ N 4° 21′ 33″ E / 43.816016, 4.359101 ()43° 48′ 58″ Nord 4° 21′ 33″ Est / 43.816016, 4.359101 ()  
Construction et ouverture
Début construction septembre 1987
Ouverture 15 février 1989
Architecte Vittorio Gregotti
Marc Chausse[1]
Coût de construction 160 millions FRF
Utilisation
Clubs résidents Nîmes Olympique (depuis 1989)
Propriétaire Municipalité de la ville de Nîmes
Équipement
Surface Pelouse naturelle
Capacité 29 497 places dont 18 482 assises[2]
Tribunes Tribune Jean Chiariny
Tribune Georges Pujolas
Pesages Ouest
Secondes Est
Affluence
record
23 452 (France - Grèce en 1996)
Dimensions 105 m × 68 m

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Stade des Costières

Géolocalisation sur la carte : Nîmes

(Voir situation sur carte : Nîmes)
Stade des Costières

Le stade des Costières, communément appelé les Costières, est une enceinte sportive située à Nîmes, en France. Bati au sud de la ville, il constitue le principal équipement sportif de Nîmes et est depuis son inauguration le 15 février 1989, le terrain de jeu du Nîmes Olympique.

Géré par la municipalité de la Ville de Nîmes, il a connu quelques rénovations. L'ensemble des tribunes du stade actuel sont construites entre 1987 et 1989, ce qui porte sa capacité d'accueil à 18 482 places assises. Trentième stade français au nombre de places proposées, l'enceinte a été également utilisée pour des matchs de rugby à XV.

Situé dans le quartier dénommé Les Costières, il doit son nom au plateau viticole des Costières, qui s'étend sur quarante kilomètres, se trouvant à proximité du stade.

Projet et inauguration[modifier | modifier le code]

L'histoire du stade des Costières est liée à celle du quartier Les Costières, sorti de terre à la moitié des années 1980. Le projet du Stade des Costières est lancé par la municipalité Bousquet en janvier 1987. Parmi d'autres projets, c'est celui des architectes Marc Chausse et Vittorio Gregotti (à qui l'on doit également le Stade Luigi Ferraris de Gênes) qui est retenu. Le nom est choisi en référence à l'espace géographique sur lequel est bâti le complexe. Il fait aussi et surtout référence au vignoble des Costières qui ceinture la Rome française.

Il est inauguré le 15 février 1989, à l'occasion d'une rencontre opposant l'équipe de France A' à son homologue hollandaise, où évolue notamment Dennis Bergkamp[3]. Le premier match du Nîmes Olympique dans cette enceinte est joué le 4 mars 1989 contre Montceau dans le cadre du championnat de 2e division. Le match n'attire que 3 647 spectateurs.

Affluence, normes et records[modifier | modifier le code]

Le record d'affluence est établi au cours de la saison 1991-92, quand 25 051 spectateurs assistent au match de Division 1 opposant le Nîmes Olympique à l'Olympique de Marseille, alors à son apogée.

En février 1996, un match de l'équipe de France se dispute aux stade des costières dans le cadre de la préparation à l'Euro 96 en Angleterre. Il oppose, sous un vent glacial, la France à la Grèce. 23 420 spectateurs transis garnissent les tribunes.

Parmi les autres records d'affluence que connait le stade, la demi-finale de la coupe de France 1996 entre Nîmes et Montpellier voit 21 366 personnes prendre place dans les travées des Costières. Le stade connaît également quelques grosses affluences en D2, notamment lors des derbys contre l'Olympique de Marseille ou Montpellier, ou lors des différentes épopées de Nîmes en coupe de France ou en coupe d'Europe.

En juillet 1992, après la catastrophe de Furiani, une commission conduite par un inspecteur de la Jeunesse et des Sports et composée de représentants des pompiers et de la DDASS visite le stade des Costières et conclut que le stade peut contenir au maximum 29 163 places plus 56 réservées à la presse et 278 dans les loges, soit un total de 29 497 spectateurs. Ce chiffre n'a cependant jamais été atteint malgré une pointe à au moins 26 000 spectateurs (22 102 payants + les abonnés des deux clubs)[réf. souhaitée] le 7 mai 1989 lors du match de rugby Toulon-Béziers.

Les normes actuelles de sécurité ont ramené la capacité des Costières à seulement 18 364 places, toutes assises. Cependant les bancs des deux tribunes populaires situées derrière chaque but peuvent s'abaisser en cas de grosse affluence afin de passer de la configuration assise à la configuration debout[réf. nécessaire].

En 2004-2005, le stade des Costières accueille quelques rencontres du Football Club Istres Ouest Provence. Le club istréen, alors tout juste promu en Ligue 1, ne possède pas de structure nécessaire au haut niveau et doit donc jouer la première partie de la saison à domicile à Nîmes, en attendant la livraison de son nouveau stade, le stade Parsemain.

Lors de la saison 2005-2006, suite à l'envahissement du terrain contre Caen, le SC Bastia est condamné à jouer ses deux derniers matchs "à domicile" sur terrain neutre. Le club corse se tourne vers le Stade des Costières.

Structure et équipements[modifier | modifier le code]

Tribune nord : 5 063 places Pesage ouest : 3 696 places Tribune sud : 6 189 places Pesage est : 3 416 places
  • A : 900 places
  • B : 720 places
  • C : 522 places + 10 radio + 88 officiels
  • D : 280 places + 189 partenaires + 156 officiels
  • E : 435 places + 60 Presse + 88 officiels
  • F : 715 places
  • G : 900 places
  • 33 loges de 6 places
  • S : 910 places
  • T : 938 places
  • U : 938 places
  • V : 910 places
  • L : 1 008 places
  • M : 807 places
  • N : 807 places
  • O : 945 places
  • P : 807 places
  • Q : 807 places
  • R : 1 008 places
  • H : 896 places
  • I : 812 places
  • J : 812 places
  • K : 896 places

Depuis sa création, la pelouse du stade des Costières est entourée de quatre tribunes, qui ne sont pas reliées entre elles ; il est impossible de faire à partir des gradins le tour du stade. La tribune Jean Chiariny, qui est l'une des deux seules couvertes, est le cœur du stade, renfermant la tribune présidentielle, les loges, les bureaux et les studios de télévision.

Terrain de jeu[modifier | modifier le code]

Le terrain de jeu mesure approximativement 105 mètres de long et 68 mètres de large, avec quelques mètres d'espace de chaque côté du terrain. La pelouse n'est pas chauffée, le climat méditerranéen ne le nécessitant pas.

Tribunes[modifier | modifier le code]

La pelouse des Costières est entourée par quatre tribunes qui portent pour deux d'entre elles le nom de figures nîmoises : tribune Georges Pujolas et tribune Jean Chiariny.

Tribune Sud George Pujolas[modifier | modifier le code]

La tribune George Pujolas est la tribune du stade qui peut contenir le plus de supporters avec environ 6 000 sièges disponibles. Elle est nommée ainsi en l'honneur d'un des fondateurs du Sporting Club nîmois. Les caméras de télévision étant placées sur cette tribune, elle est la moins montrée à la télévision.

Tribune Nord Jean Chiariny[modifier | modifier le code]

La tribune Jean Chiariny, qui fait face à la tribune Georges Pujolas, est la tribune principale du stade des Costières. Elle est, avec la tribune Georges Pujolas, la seule tribune couverte de l'enceinte et contient la tribune présidentielle ainsi que des loges, réservées notamment à l'accueil des V.I.P. qui souhaitent assister à des rencontres. La tribune de presse est aussi présente de ce côté-ci du stade. Sous la tribune se trouvent les vestiaires sportifs, les locaux des arbitres, le centre anti-dopage, l'accès presse, la salle de conférence, les locaux techniques, les studios de télévision ou encore l'infirmerie joueurs. Cette tribune d'une capacité d'un peu plus de 5 000 places porte le nom d'un ancien président du club gardois, ayant effectué le plus long mandat (1937-1968).

Secondes Est[modifier | modifier le code]

Le pesage Est, officiellement appelé Secondes Est, est une des deux tribunes à ne pas porter actuellement de nom de personnalités particulières. Le virage comporte environ 3 400 places, ce qui fait d'elle la plus petite tribune du stade.

Pesage Ouest[modifier | modifier le code]

Le pesage Ouest, comporte quasiment le même nombre de places que le pesage Est (3 700 places) et possède la même architecture. La tribune contient une partie réservée aux supporters adverses de près de 900 places.

Affluence[modifier | modifier le code]

Records d'affluence[modifier | modifier le code]

La meilleure affluence de l'histoire du stade des Costières a été enregistrée lors d'un match de football en vue de la préparation de l'Équipe de France de football pour le Championnat d'Europe de football 1996, organisé en Angleterre. Dans ce match amical, l'équipe de France bat la Grèce sur le score de 3 à 1 devant 23 454 spectateurs[4].

Pour un match de football du Nîmes Olympique, la meilleure affluence est réalisée le 19 janvier 1992 lors de la vingt-cinquième journée retour du Championnat de France de football entre le Nîmes Olympique et l'Olympique de Marseille, et qui se termine sur une victoire 2-1 des Phocéens.

La trente-huitième journée du Championnat de France de football National 2007-2008 se déroulant entre le Nîmes Olympique et le Stade lavallois et devant 18 482 spectateurs, constitue un record pour une rencontre de cette compétition.

Meilleures affluences en compétition sportive[5]
Rang Spectateurs Compétition (Tour) Rencontre Date
1 23 454[4] Match amical de football Équipe de France de football - Équipe de Grèce de football 21 février 1996
2 22 365[6] Championnat de France de football 1991-1992 25e journée Nîmes Olympique - Olympique de Marseille 19 janvier 1992
3 21 336[6] Coupe de France de football 1995-1996 1/2 finale Nîmes Olympique - Montpellier Hérault Sport Club 14 avril 1996
4 21 188[6] Championnat de France de football 1992-1993 6e journée Nîmes Olympique - Olympique de Marseille 12 septembre 1992
5 20 002[6] Championnat de France de football de Division 2 1994-1995 15e journée Nîmes Olympique - Olympique de Marseille 14 octobre 1994
6 19 965[6] Championnat de France de football 1991-1992 31e journée Nîmes Olympique - Montpellier Hérault Sport Club 7 mars 1992
7 18 482[6] Championnat de France de football National 2007-2008 38e journée Nîmes Olympique - Stade lavallois 16 mai 2008
8 18 334[6] Coupe de France de football 2001-2002 1/4 de finale Nîmes Olympique - AS Monaco 10 mars 2002
9 17 516[6] Coupe de France de football 2004-2005 1/4 finale Nîmes Olympique - FC Sochaux-Montbéliard 20 avril 2005
10 17 495[6] Championnat de France de football L2 2008-2009 4e journée Nîmes Olympique - Racing Club de Lens 25 août 2008

Affluence par saison du Nîmes Olympique[modifier | modifier le code]

Depuis la saison 1989-1990, le Nîmes Olympique a obtenu ses meilleures affluences moyennes à domicile en 1992, année de remontée en Division 1, avec 12 240 spectateurs, ainsi qu'en 2009 avec 9 193 spectateurs, année de remontée en Ligue 2. Ces moyennes s'améliorent avec les montées en division supérieure, la plus forte progression ayant eu lieu en 1992 à la suite de la montée en Division 1 avec une progression de 5 551 spectateurs. Le club gardois réalise ainsi la sixième plus forte affluence de la Division 1[7].

Évolution de la moyenne de spectateurs à domicile du Nîmes Olympique depuis 1990[8]


Les points noirs indiquent les saisons jouées en D1, les points roses indiquent les saisons jouées en D2 et les points rouges indiquent les saisons jouées en D3.

Utilisation du stade[modifier | modifier le code]

Nîmes Olympique[modifier | modifier le code]

Le stade des Costières est géré par la Municipalité de la ville de Nîmes. Le club résident est le Nîmes Olympique depuis 1989. Le club paye un loyer et a à sa charge tous les frais liés à l'organisation d'un match (sécurité, stadiers, force de police, secouristes de la Croix-Rouge). Les Nîmois jouent au Costières leurs matchs à domicile pour les compétitions nationales et continentales dans lesquelles ils sont engagés.

Autres matchs de football[modifier | modifier le code]

Championnat d'Europe Espoirs 1994[modifier | modifier le code]

Nîmes et Montpellier sont les deux sites choisis par la Fédération française de football pour organiser la phase finale du championnat d'Europe espoirs 1994. Une demi-finale ou encore le match comptant pour la troisième place se disputent au Costières. Le 20 avril, la France de Thuram se retrouve opposée à l'Espagne dans le match pour la troisième place, et s'incline par 2 buts à 1, le but français étant inscrit par Pascal Nouma. Auparavant, la demi-finale disputée dans la ville gardoise, voit l'équipe du Portugal de Luís Figo s'imposer face à la sélection espagnole grâce à des buts inscrits en deuxième période par João Vieira Pinto et Rui Costa[9].

Équipe de France féminine[modifier | modifier le code]

L'équipe de France de football féminin dispute deux rencontres au stade des Costières. Les Bleues rencontrent le 1er juin 2000, dans le cadre des qualifications au championnat d'Europe, la Suède devant 6 787 spectateurs. Les Françaises, s'imposant 2 buts à 0 suite à des buts inscrits par Anne Zenoni et Candie Herbert, se qualifient pour la première fois de leur histoire pour le championnat d'Europe[10].

La deuxième rencontre a lieu le 15 février 2012 devant 10 000 spectateurs. La France accueille les Pays-Bas en match amical. La rencontre se termine sur le score de 2-1 en faveur des Françaises, les buts français étant inscrits par Eugénie Le Sommer et Marie-Laure Delie[11].

Environnement et accès[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Desserte en transports[modifier | modifier le code]

Nouvellement accessible via le Trambus (ligne T1), mis en circulation en septembre 2012. Il relie notamment le centre ville et le stade des costières en moins de 10 min.

Autres équipements[modifier | modifier le code]

Sur l’aile du complexe existe un stade annexe, éclairé, de catégorie B. À l’intérieur du stade se trouvent des équipements couverts dont une salle de gymnastique moderne et des équipements polyvalents permettant la pratique du basket-ball, de l'escrime, des arts martiaux

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Stade des Costières », sur pss-archi.eu
  2. « Stade des Costières », sur nimesolympique.fr
  3. « France 1 Pays-Bas 0 », sur selectiona.free.fr
  4. a et b « France 3 - 1 Grèce », sur www.fff.fr (consulté le 10 juin 2011)
  5. Hors quart de finale du Championnat de France de rugby à XV 1988-1989 opposant le RC Toulon et l'AS Béziers (estimation non fiable).
  6. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) « Best team Attendances : Nimes »
  7. « France Soccer Attendances 1992 », sur www.stades-spectateurs.com (consulté le 8 avril 2012)
  8. Historique des affluences du Nîmes Olympique sur stades-spectateurs.com. Consulté le 30 décembre 2011.
  9. « 1994 : Orlandini offre le doublé à l'Italie », sur uefa.com, UEFA (consulté le 28 mai 2012)
  10. « Feuille de match France-Suède », sur www.fff.fr, FFF (consulté le 12 juin 2012)
  11. « Feuille de match France-Pays-Bas », sur www.fff.fr, FFF (consulté le 12 juin 2012)