Chardonnay (cépage)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Chardonnay
Chardonnay B
Chardonnay (cépage)
Grappe de chardonnay d'Avize
Caractéristiques phénologiques
Débourrement À compléter
Floraison À compléter
Véraison À compléter
Maturité À compléter
Caractéristiques culturales
Port À compléter
Vigueur À compléter
Fertilité À compléter
Taille et mode
de conduite
À compléter
Productivité À compléter
Exigences culturales
Climatique À compléter
Pédologique À compléter
Potentiel œnologique
Alcoolique À compléter
Aromatique Amande, pomme, tilleul

Le chardonnay B[1] est un cépage blanc français. Originaire du vignoble de Bourgogne, il est devenu un cépage international ayant conquis de très nombreux pays producteurs de vin du monde.

Ses qualités le font utiliser pour de nombreux types de vin blanc, des grands crus de Bourgogne aux vins effervescents de champagne en passant par les vins de cépages.

Origine[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce cépage est connu depuis fort longtemps en Bourgogne, décrit sous des formes différentes qui le font ressembler au pinot noir N ou au melon de Bourgogne B. C'est Pierre Galet[2] en 1958 qui a permis de les différencier définitivement du pinot blanc B par sa méthode ampélographique, cette dernière en faisant un cépage à part entière. Le village viticole de Chardonnay du vignoble du Mâconnais en Bourgogne est probablement le berceau historique de ce cépage.

Une légende le dit rapporté par les croisés[2]. Il n'en est rien. Une équipe de chercheurs de l'Université de Californie à Davis a démontré qu'il est issu d'un croisement entre le pinot noir N et le gouais B. Il appartient donc à la famille des Noiriens.

Aire de répartition[modifier | modifier le code]

En France, c'est l'un des principaux cépages des appellations d'origines contrôlées de Champagne, de Bourgogne, du vignoble de la vallée de la Loire, du vignoble du Jura, mais on le retrouve aussi dans le vignoble du Languedoc à Limoux et dans celui du vignoble du Sud-Ouest en vin de pays. Il a été implanté dans le vignoble de Savoie en 1958 par le viticulteur Henri Schwartz à Cruet. Il fait l'objet d'un engouement très important depuis une quarantaine d'années. Il est passé de 7 300 ha en 1958 à 24 000 en 1994[3] et près de 30 000 dans le milieu des années 2000.

Il est cultivé en Europe, en Allemagne où il n'a été introduit qu'en 1990, en Suisse où il couvrait 150 ha en 1994 et en Italie du nord.

En Amérique, il est cultivé sur plus de 25 000 ha aux États-Unis (Californie essentiellement), en Argentine, au Canada ou au Chili.

En Australie, il occupe plus de 5 000 ha et 2 300 ha en Afrique de Sud.

Presque tous les pays viticoles l'ont essayé[2] et adopté.

Variabilité génétique[modifier | modifier le code]

Clones[modifier | modifier le code]

Signe de son âge, la variabilité génétique est importante. Des prospections ont conduit à la création d'un conservatoire du chardonnay B en Saône-et-Loire, riche de 340 clones en 1994[4]. Une autre collection de chardonnay B et du pinot noir N est prévue. À terme elle devrait regrouper près de 2000 clones[5].

Sur les premières prospections, des essais de vinification ont permis de répertorier les souches convenant le mieux à la culture. Elles ont abouti à l'homologation de 28 clones dont voici les caractéristiques[6]. Clones :

Clone Provenance Agrément Productivité TAVP1 Remarque
75 Côte d'Or 1971 Bonne faible Très sensible à la surproduction (vin dilué)
76 Saône-et-Loire 1971 moyenne élevé Bonne qualité (vins fins typés équilibrés) et production régulière
77 Beaune 1971 faible Production irrégulière, fort arôme musqué
78 Côte-d’Or 1971 forte faible Peu expressif et maigre en suproduction
95 Côte-d’Or 1971 moyenne élevé Bon niveau dans toutes les situations
96 Côte-d’Or 1971 moyenne moyen Production qualitative et régulière.
Intéressant pour les vins de pays.
116 Colmar ? 1971
117 Colmar ? 1971
118 Côte d'Or 1971 forte moyen Très productif
119 Côte d'Or 1971 forte moyen
121 Côte d'Or 1971 moyenne moyen Vins aromatiques, fins équilibrés
122 Côte d'Or 1971 moyenne moyen Vins typiques
124 Côte d'Or 1971 forte moyen Vins typiques
125 Côte d'Or 1971 forte moyen Vins sans caractère
128 Côte d'Or 1971 moyenne moyen
130 Côte d'Or 1971 forte moyen Vins typiques du cépage
131 Côte d'Or 1971 moyenne moyen à fort Vins aromatiques et fins
132 Côte d'Or 1971 forte faible Vins sans caractère
277 Côte d'Or 1973 forte moyen Vigoureux.
352 Saône et Loire 1975
414 Beaune 1976
415 Beaune 1976
548 Saône et Loire 1978 moyenne élevé Petites grappes, vins complexes, concentrés et structurés.
549 Beaune 1978
809 Mâcon 1985 forte forte Muscaté, vins fins et structure équilibrée
1066 2003 Production limitée, petites grappes, millerandage important.
Donne un vin de qualité
1067 2003 élevé Proche du 548,
avec production inférieure et TAVP supérieur.
1068 2003 élevé Proche du 548, mais muscaté.

1 Taux d'alcool volumique probable

Hybrides[modifier | modifier le code]

En 1982, l'INRA de Montpellier a homologué le perdea B, hybride du chardonnay B et du raffiat de Moncade B.

Synonymie[modifier | modifier le code]

Arboisier, Arnaison blanc, Arnoison, Aubain, Aubaine, Auvergnat blanc, Auvernas, Auvernas blanc, Auvernat blanc, Auxeras, Auxerras blanc, Auxerrois blanc, Auxois, Auxois blanc, Bargeois blanc, Beaunois, Biela Klevanjika, Blanc de Champagne, Blanc de Cramant, Breisgauer Suessling, Breisgauer Sussling, Burgundi Feher, Chablis, Chardenai, Chardenay, Chardenet, Chardennet, Chardonay, Chardonnet, Chatenait, Chatey Petit, Chatte, Chaudenay, Chaudenet, Chaudent, Clävner, Clevner Weiss, Cravner, Epinette, Epinette blanc, Epinette blanche, Epinette de Champagne, Ericey blanc, Feher Chardonnay, Feherburgundi, Feinburgunder, Gamay blanc, Gelber Weissburgunder, Gentil blanc, Grosse Bourgogne, Klawner, Klevanjka Biela, Klevner, Lisant, Luisant, Luizannais, Luizant, Luzannois, Maconnais, Maurillon blanc, Melon blanc, Melon D'Arbois, Meroué, Moreau blanc, Morillon blanc, Moulon, Noirien blanc, Obaideh, Petit Chatey, Petit Sainte-Marie, Petite Sainte Marie, Pineau blanc, Pino Sardone, Pino Shardone, Pinot Blanc à Cramant, Pinot Blanc Chardonnay, Pinot Chardonnay, Pinot de Bourgogne, Pinot Giallo, Pinot Planc, Plant de Tonnerre, Romere, Romeret, Rouci Bile, Rousseau, Roussot, Ruländer Weiß, Sainte Marie Petite, Sardone, Shardone, Shardonne, Später Weiß Burgunder, Weiß Burgunder, Weiß Clevner, Weiß Edler, Weiß Elder, Weiß Klewner, Weiß Silber, Weißedler, Weißer Clevner, Weißer Rulander

Caractères ampélographiques[modifier | modifier le code]

Feuille de chardonnay. La partie encadrée est caractéristique du cépage : le limbe est limité par la nervure près du point pétiolaire.
  • Bourgeonnement verdâtre velu.
  • Jeunes feuilles vertes à plages bronzées.
  • Rameau herbacé rougeâtre entre les nœuds.
  • Feuilles adultes orbiculaires, entières ou à 5 lobes, sinus pétiolaire ouvert à fond souvent limité par la nervure près du point pétiolaire (caractéristique majeure pour le distinguer du pinot blanc B), dents courtes rectilignes et un limbe bullé.
  • Grappes et baies de petite taille, baies arrondies.

Aptitudes[modifier | modifier le code]

Culturales[modifier | modifier le code]

Il est généralement conduit en taille longue, mais en zone climatique favorable, il peut aussi être mené en taille courte. Ses terrains de prédilection sont les sols peu fertiles calcaires ou marneux.

Sensibilité aux maladies[modifier | modifier le code]

Il est sensible à l'oïdium et à la flavescence dorée. En vigueur trop forte, la compacité des grappes fait craindre la pourriture grise à fin de maturité.

Sensibilité climatique[modifier | modifier le code]

Cépage relativement précoce (maturité de première époque, une semaine et demie après le chasselas) il peut craindre les gelées tardives. Il craint aussi l'excès de végétation entraînant la pourriture grise en terrain trop fertile. Enfin, en climat chaud, il peut présenter des problèmes en cas de sécheresse trop intense. Ce cépage à la particularité d’être sujet à la coulure et au millerandage au moment de la floraison. En effet, ses fleurs sont très sensibles à ce phénomène lors d’épisodes climatiques pluvieux ou des températures trop fraîches[7].

Œnologiques[modifier | modifier le code]

Il a un potentiel qualitatif élevé, permettant de donner des vins secs, effervescents ou même liquoreux. La teneur en sucre peut atteindre un niveau élevé en conservant un bon équilibre sucre-acidité ; cette caractéristique permet de donner des vins équilibrés, amples, puissants, aux arômes puissants et complexes. Les flaveurs généralement citées (arômes du vin) vont des fruits frais (banane, cassis, poire, mangue) aux fruits secs (amande, noisette) agrumes (citron, fleur d'oranger) aux épices (poivre, vanille, cannelle) aux arômes floraux (acacia, rose, lilas, lys, ou miel) ou beurre frais et cuir.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catalogue des variétés et clones de vigne cultivés en France, Ministère de l'Agriculture et de la pêche,‎ 1994
  • Jancis Robinson (trad. Claude Dovaz), Le Livre des cépages [« Vines, Grapes and Wines »], Paris, Hachette Livres,‎ septembre 1988, 284 p. (ISBN 978-2-01-013691-7), p. 106-113

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Code d'identification des cépages préconisé par le World Information and Early Warning System » (consulté le 31 janvier 2011)
  2. a, b et c Ambrosi, Dettweiler-Münch, Rühl, Schmid et Schuman, Guide des cépages : 300 cépages et leurs vins,‎ 1997 (ISBN 978-2-84138-059-6)
  3. ENTAV, INRA, ENSAM, ONIVINS, Catalogue des variétés et clones de vigne cultivés en France, Paris, Ministère de l'Agriculture et de la pêche,‎ 1994, 355 p. (ISBN 978-2-9509682-0-3), p. 101
  4. www.vignevin-lr.com/fileadmin/users/ifv-lr/...et.../ChardonnayHD1.pdf
  5. www.vins-bourgogne.fr/gallery_files/site/289/1910/6192.pdf
  6. ENTAV, INRA, ENSAM, ONIVINS, Catalogue des variétés et clones de vigne cultivés en France, Paris, Ministère de l'Agriculture et de la pêche,‎ 1994, 355 p. (ISBN 978-2-9509682-0-3), p. 297-299
  7. http://www.refletdesbulles.ch/le-chardonnay/

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]