Mittersheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mittersheim
Le canal des houillères de la Sarre à Mittersheim.
Le canal des houillères de la Sarre à Mittersheim.
Blason de Mittersheim
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarrebourg-Château-Salins
Canton Sarrebourg
Intercommunalité Communauté de communes de Sarrebourg - Moselle Sud
Maire
Mandat
Jean-Luc Huber
2014-2020
Code postal 57930
Code commune 57469
Démographie
Population
municipale
594 hab. (2014)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 51′ 42″ nord, 6° 56′ 34″ est
Altitude Min. 221 m – Max. 272 m
Superficie 16,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Mittersheim

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Mittersheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mittersheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mittersheim

Mittersheim est une commune française située dans le département de la Moselle en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique de Lorraine et fait partie du pays de Sarrebourg.

Géographie[modifier | modifier le code]

Au cœur du Parc naturel régional de Lorraine[1] et du Pays des étangs, Mittersheim est entouré de forêts de feuillus où la nature a gardé tous ses droits.

Le village d’une population d’environ 600 habitants présente à la fois un aspect traditionnel de village lorrain et un aspect touristique grâce au canal de la Sarre qui le traverse, et à son étang (le lac Vert) d’une superficie de 255 ha. Ce dernier, bien que servant principalement de réservoir d’alimentation au canal de la Sarre, est devenu la destination de nombreux vacanciers, notamment de la ville Sarrebruck et autres du Saarland proche. Le Yacht-Club de Sarrebruck tient sa base de voile au Grand Étang de Mittersheim.

L’aspect ancien et traditionnel du village se retrouve dans de nombreux détails de l’architecture des maisons qui le composent :

  • beaucoup de maisons sont encore accolées les unes aux autres et présentent une structure en colombage ;
  • une grange et une étable font partie intégrante des maisons les plus anciennes ;
  • un long couloir traverse les maisons d’un bout à l’autre ;

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • D'un nom de personne germanique Muterich ou Moderic suivi du suffixe -ingen, remplacé plus tard par heim ("maison/foyer")[2].
  • Muterchingen (1328)[2], Myttersheim (1524)[2], Mieters (1664), Mittersheim (1779), Miderch (1790), Miderche ou Miterscheim (Cassini).
  • Mideurche[3] et Mittesch en francique lorrain.

Sobriquet[modifier | modifier le code]

Surnom sur les habitants : Die Stangenrutscher (ceux qui manient une perche ou une gaffe)[4], car à proximité du village s’étend l’étang de Mittersheim, jadis les bateaux y étaient uniquement poussés avec des perches ou des gaffes pour avancer.

Histoire[modifier | modifier le code]

La région de Mittersheim fut peuplée dès la Préhistoire, en effet, deux haches de pierre datant de l’époque néolithique ainsi que quelques objets en bronze furent découverts aux alentours de la commune. Certains noms de lieux-dits ont encore gardé des noms à consonance celtique.

L’époque romaine a laissé de nombreuses traces. Au cours de travaux à la fin du XIXe siècle, une statuette du dieu Mercure en bronze, ainsi qu’une sépulture à incinération contenant une urne furent découvertes sur le ban de la commune. De nombreuses traces de tuiles ont permis de localiser l’emplacement de plusieurs villas gallo-romaines près du village.

En raison de la réforme introduite en 1565, la commune devint une paroisse luthérienne.

Lors de la guerre de Trente Ans, au XVIIe siècle, le village fut presque entièrement détruit, une seule maison restait habitable.

Du XVIe au XVIIe siècle, le village faisait partie de l’une des seigneuries de la baronnie de Fénétrange, la seigneurie du « Col de cygne » qui se composait des villages de Langatte, Berthelming, Bettborn, Mittersheim, Vibersviller et Wolfskirchen.

De 1860 à 1866 on assiste à la construction du canal des Houillères de la Sarre et à l'agrandissement de l’étang grâce à la construction d’une nouvelle digue qui amena la destruction du moulin situé sur l’étang.

La halte sur une carte allemande de 1906.

De 1870 à 1918, le village fut annexé par l’Allemagne, et vit le passage de la ligne de chemins de fer Metz – Strasbourg en 1877 et la création de la halte de Mittersheim vers 1906 (elle a été fermée vers 1973).

Le 18 août 1914, lors de la Première Guerre mondiale, d’importants combats eurent lieu aux abords du village. Le village fut à nouveau rattaché à la France en 1918.

Lors de la Deuxième Guerre mondiale, le village fut à nouveau le lieu de passage et de halte de nombreuses troupes d’abord françaises, puis allemandes. La période de l’annexion reste encore profondément gravée dans les mémoires de bon nombre d’habitants.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Mittersheim Blason D'azur à la fasce ondée d'argent, au massacre crucifère d'or brochant sur le tout.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1953 février 1983 Georges Durmeyer    
mars 1983 février 1989 Fernand Zimmer    
mars 1989 février 2001 Joseph Jung    
mars 2001 mars 2014 Daniel Grosse    
avril 2014 en cours Jean-Luc Huber    

Démographie[modifier | modifier le code]


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 594 habitants, en diminution de -1,49 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
710 754 900 972 1 052 1 118 1 090 1 074 1 032
1856 1861 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
910 964 1 026 1 018 923 785 790 771 751
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
764 721 624 589 616 641 669 622 606
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 -
641 639 632 627 571 556 603 594 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Vestiges gallo-romains : sépultures, stèle en grès, fragments de tuile.
  • Site touristique, base de loisirs, camping, pêche, voile, canoë, kayak.
  • Port de plaisance sur le canal des houillères de la Sarre.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Hubert.
Église luthérienne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, Décret no 2015-73 du 27 janvier 2015 portant renouvellement du classement du parc naturel régional de Lorraine (région Lorraine), (lire en ligne)
  2. a, b et c Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre
  3. Dictionnaire topographique du département de la Meurthe - Henri Lepage - 1862.
  4. Passé-Présent : La Moselle dévoilée N°3 (Septembre-Octobre 2011)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .