Kalhausen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kalhausen
Hutting, Weidesheim
Kalhausen
La gare.
Blason de Kalhausen Hutting, Weidesheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Intercommunalité Communauté d'agglomération Sarreguemines Confluences
Maire
Mandat
Michaël Freyermuth
2020-2026
Code postal 57412
Code commune 57355
Démographie
Gentilé Kalhausiens
Population
municipale
806 hab. (2019 en diminution de 4,95 % par rapport à 2013)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 18″ nord, 7° 09′ 19″ est
Altitude Min. 203 m
Max. 331 m
Superficie 13,52 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Sarreguemines (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sarreguemines
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France

Kalhausen [kalauzən] Écouter est une commune française située dans le département de la Moselle, en Lorraine, dans la région administrative Grand Est. Le village fait partie du pays de Bitche et du bassin de vie de la Moselle-Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Avec ses écarts de Weidesheim et de Hutting, le village de Kalhausen est situé à l'extrémité sud-ouest du pays de Bitche, en pays découvert, dans un vallon adjacent au ruisseau d'Achen. La Sarre, le canal des Houillères et la ligne de chemin de fer de Sarreguemines à Strasbourg constituent un grand axe de circulation qui longe la bordure ouest du ban.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Localités avoisinantes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Kalhausen est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sarreguemines (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 48 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (79,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (80,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (47,6 %), terres arables (29,3 %), forêts (15,7 %), zones urbanisées (4,4 %), zones agricoles hétérogènes (2,9 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Kalhausen : Kalenhausen (1425), Kallenhaussen (1594), Calhauzen (1773), Calhausen (1779), Kallausen (1801). Kalhuse en francique lorrain[8].
  • Hutting : Ettingen (1594), Hutting (1612), Huttingen (1751), Huting (1773), Huttingen ou Ettingen (D. Cal. not. Lorr.), Ferme de Huttingen (carte de l'État-major), Hütting[9].
  • Weidesheim : Weidesheim (1506), Weideheim (1576), Wedesheim im Westrich (1606), Vedesheim (1681), Vetzem (1726), Weitzheim (carte Cassini).

Sobriquets[modifier | modifier le code]

Anciens sobriquets sur les habitants : Die Maikèfer (les hannetons)[10], Die Russen (les Russes)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une station mésolithique, des sépultures du Ier âge du fer ainsi qu'un autel à Junon et deux bas-reliefs gallo-romains découverts à Weidesheim et partiellement remployés dans la chapelle témoignent de l'ancienneté du site. Kalhausen est mentionnée en 1425 sous la forme Kalenhausen, du nom d'homme germanique Kallo et du viel allemand Hus, Haus, la maison.

Dépendait de l'ancienne province de Lorraine, dans la seigneurie de Bitche.

Du point de vue spirituel, le village et son écart de Hutting a dépendu de l'église-mère d'Achen avant de devenir paroisse de l'archiprêtré de Rohrbach en 1804. À une première chapelle dédiée à sainte Catherine élevée en 1734 a succédé l'église Saint-Florian reconstruite en 1846-1847 sur des plans de l'architecte Louis Schwartz de Sarreguemines. Du point de vue administratif, le village et ses écarts ont fait partie du canton de Bouquenom entre 1790 et 1793, avant d'être placés dans celui de Rohrbach, Weidesheim ne lui étant rattaché qu'en 1811.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 2008 Joseph-Etienne List    
mars 2008 ? Laurent Lazzarotto    
mai 2020 En cours Michaël Freyermuth    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2019, la commune comptait 806 habitants[Note 3], en diminution de 4,95 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,03 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
510561583794856901813905930
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
906864843756815843861909888
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
850845823769851805855844868
1990 1999 2004 2006 2009 2014 2019 - -
841799851859854850806--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population s'est relativement bien maintenue, sans doute à cause de la proximité des villes de Sarreguemines et de Sarralbe : 669 habitants au début du XIXe siècle, 900 au milieu du même siècle et encore 868 au recensement de 1982.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Vue du village.
  • Passage d'une voie romaine.
  • Château fort à Weidesheim, reconstruit au XVe siècle pour la famille de Deux-Ponts Bitche dont il ne subsiste que le donjon repercé au XVIe siècle ; escalier du XVIIe siècle, à comparer avec celui du château de Rahling daté 1620 ; logis reconstruit vers 1780, 1790 pour Dominique Ignace Charles d'Hausen, conseiller au parlement de Metz et futur député de la Moselle ; parties agricoles partiellement reconstruites à la fin du XVIIIe siècle ou au début du XIXe siècle ; éléments défensifs ; marques de tâcheron. En ruine depuis 1945, est en cours de restauration
  • Dans la partie sud du ban, un long chemin serpente à travers les molles ondulations du plateau, dans un paysage de champs ouverts. Au lieu-dit Lanzenbronnen, une croix est érigée en 1868 aux frais d'Agathe Dier, en souvenir de son époux Nicolas Assant qui vient de décéder.
  • Schweizermühle, moulin disparu, ainsi que Koenigshof et Lambertsbronn existaient sur le ban de Kalhausen.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Florian, reconstruite à partir de 1846. Portail occidental daté 1847, qui a remplacé une église ancienne non documentée
  • Chapelle dédiée à sainte Barbe et non à saint Martin comme l'avait décidé le restaurateur de la chapelle dans les années 1975. Église dite chapelle faisant partie du domaine de Weidesheim, propriété de Simon de Bitche l'Ancien, dit de Gentersberg, qui, à la fin du XVe siècle, a transformé le château et fait reconstruire la chapelle, dont il ne subsiste que le chœur, la nef ayant été démolie après la Seconde Guerre mondiale ; l'arc triomphal en plein-cintre, incorporé dans la maçonnerie gothique, avec remploi de deux bas-relief gallo-romains, ne serait-il pas le vestige d'une chapelle romane de la voûte d'ogives d'origine ne subsiste que le départ des arcs. La partie subsistante de l'abside, ainsi que le sol de la partie disparue de la nef sont classés au titre des monuments historiques par arrêté du [15].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Les frères MULLER sont nés à Kalhausen. En 1885, refusant de faire leur service militaire du côté allemand, ils partent pour la France. Après avoir été graveurs de verre chez Emile GALLE à Nancy, ils créent leur propre verrerie à Croismare près de Lunéville. (Sources : Benoit TALLOT "Les Frères Muller-Maitres Verriers à Lunéville").

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Kalhausen Blason
Coupé: au 1er d'azur à l'ancre d'argent accostée de deux étoiles du même, au 2e de sable au massacre de cerf d'or surmonté d'une étoile de six rais cousue de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joël Beck, Les moulins et scieries du Pays de Bitche, 1999.
  • Joël Beck, Rohrbach-lès-Bitche et son canton, 1988.
  • Joël Beck, Le canton de Rohrbach-lès-Bitche, 2004.
  • Joël Beck, Le Pays de Bitche 1900-1939, 2005.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Sarreguemines (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Geoplatt
  9. Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  10. a et b entre Sarre & Blies, le journal de la Communauté d’Agglomération Sarreguemines Confluences, n°22, avril 2010
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  15. « Chapelle Saint-Martin (ancienne) », notice no PA00106793, base Mérimée, ministère français de la Culture.