Lorry-lès-Metz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lorry-lès-Metz
Lorry-lès-Metz
La mairie.
Blason de Lorry-lès-Metz
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Metz
Intercommunalité Metz Métropole
Maire
Mandat
Philippe GLESER
2020-2026
Code postal 57050
Code commune 57415
Démographie
Gentilé Lorriots
Population
municipale
1 766 hab. (2018 en augmentation de 2,56 % par rapport à 2013)
Densité 290 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 08′ 33″ nord, 6° 07′ 20″ est
Altitude Min. 189 m
Max. 357 m
Superficie 6,09 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Metz
(banlieue)
Aire d'attraction Metz
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton des Coteaux de Moselle
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Lorry-lès-Metz
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Lorry-lès-Metz
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lorry-lès-Metz
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lorry-lès-Metz
Liens
Site web www.lorrylesmetz.fr

Lorry-lès-Metz est une commune française située dans le département de la Moselle, en région Grand Est.

Ses habitants s'appellent les Lorriots.

Ce village du Pays Messin situé à neuf kilomètres de Metz est souvent confondu avec Lorry-Mardigny, dit anciennement Lorry devant le Pont, d’où la confusion avec Lorry-lès-Metz, dit anciennement Lorry devant Metz.

Géographie[modifier | modifier le code]

Rose des vents Amanvillers Saulny Woippy Rose des vents
Châtel-Saint-Germain N
O    Lorry-lès-Metz    E
S
Lessy / Plappeville Metz

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lorry-lès-Metz est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Metz, une agglomération intra-départementale regroupant 42 communes[4] et 285 918 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Metz dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 245 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (55,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (59,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (28,9 %), terres arables (21,5 %), zones urbanisées (15,2 %), zones agricoles hétérogènes (14,1 %), prairies (13,5 %), cultures permanentes (6,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,8 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Anciennes mentions : Lauriacum (945), Lorez devant Metz (1130), Lorei (1320), Lorey devant Mes (1404), Lorrey (1440), Lorey devent Mets (1490), Lory (1491), Lori (1544), Lorri (1756), Lorry-lès-Metz (1801), Lorringen (1915–1918), Loringen (1940–1944).

Histoire[modifier | modifier le code]

Village du Pays Messin, on y trouve au VIe siècle une villa royale nommée Lauriac (voir Brunehilde reine d'Austrasie).

Val de Metz dépendant du comté épiscopal de Metz puis de la République messine.

Lorry-lès-Metz est mentionné pour la première fois, en 945, dans une charte d’Adalbéron Ier, évêque de Metz (929-962), à l’abbatiale Sainte-Glossinde, sous le nom de Lauriacum. Comme Woippy – paroisse – et Lorry-lès-Metz – annexe – avaient une église commune, elle était sous le patronage du trésorier de la cathédrale de Metz qui avait droit de nomination à la cure et jouissait des avantages matériels attachés à ce titre. Ces avantages se réduiront au cours des siècles à la possession de moulins et de vignes.

Vers 1250, la seigneurie de l’Église glisse à des seigneuries laïques.

La première famille influente, les de Laitre, corégentera pendant un peu plus d’un siècle le village avec trois autres familles dont les Baudoche. Cette famille Baudoche prendra la suite des de Laitre de 1404 à la fin du XVIe siècle. C’est à elle que Lorry-lès-Metz doit, au début du XVe siècle, la construction de son église propre dédiée à sainte Barbe où s’affichent les armes des seigneurs de Lorry à la clef de voûte du chœur. Une magnifique cuve baptismale octogonale en pierre de la même époque offerte par Jean Gerais (Gérard), père de Philippe de Vigneulles, est aujourd’hui installée dans la travée ouest. Cultuellement, Lorry-lès-Metz est donc détaché de Woippy.

À partir de 1605, les Couët du Vivier administreront majoritairement jusqu’à la Révolution française les terres de Lorry-lès-Metz.

À la fin du XVIe siècle, le calvinisme est introduit par les seigneurs de Lorry, successeurs des Baudoche : les Busselot, de Goullon, Inguenheim, Couët du Vivier et il y perdurera au long du XVIIe siècle. Mais après la révocation de l’Édit de Nantes en 1685, les Lorriots rentrèrent sagement dans le giron de l’Église catholique  (première abjuration le , Juliette Toussaint).

Durant ces siècles, le Pays messin passa du statut de république gouvernée par les Paraiges (patriciens messins) sous protectorat du Saint-Empire, à celui de place forte française sous Louis XIV après le traité de Münster (1648) rattachant le Pays messin à la France. Lorry-lès-Metz devient donc français.

Durant ces différentes périodes d’hostilités entre les Messins et différentes grandes maisons, le village est plusieurs fois pillé – 1442, 1493 et 1518 – puis s’ensuivirent la guerre de Trente Ans et ses dévastations en 1635 et 1642.

Le village fait partie du département de la Moselle en 1790 (Révolution française).

La Révolution française passée, le Premier Empire, dans le cadre de la réorganisation de la France, voit la commune de Vigneulles rattachée à Lorry-lès-Metz en 1809 à laquelle s’ajoutera peu de temps après la Ferme du Chêne. À cette époque, Lorry comptait 733 habitants répartis dans 125 maisons et Vigneulles, 66 habitants répartis dans 19 maisons.

Le 21 septembre 1870, durant la guerre franco-allemande, eut lieu le combat du bois de Vigneulles ou fut engagé le 15e régiment d'infanterie. Le , une escarmouche eut lieu où fut engagé le 2e bataillon de chasseurs à pied.

Comme les autres communes de l'actuel département de la Moselle, Lorry-lès-Metz est annexée à l’Empire allemand de 1871 à 1918. Au début du XXe siècle, le territoire de la commune était recouvert de 80 ha de vigne et donnait du vin de Moselle mais les ravages du phylloxéra obligèrent le village, à l'instar de son voisin Woippy, à se reconvertir dans la culture de la fraise.

Lorry-lès-Metz est de nouveau annexée de 1940 à 1944 au Troisième Reich allemand. Malgré la combativité des troupes allemandes de la 462e Volks-Grenadier-Division de l'armée de Knobelsdorff, Lorry-lès-Metz est libérée par la 5e DI de l'armée de Patton le [11], à la fin de la bataille de Metz, mettant ainsi fin à plus de quatre années de souffrance. Le village est décoré de la Croix de guerre avec étoile de bronze à la suite de la destruction d’une partie du village.

En 2007, le village est classé 2e au revenu total par habitant en Moselle juste derrière la commune voisine de Plappeville. En 2009 le village a célébré le bicentenaire du rattachement de Vigneulles à Lorry-lès-Metz. Un pèlerinage marial a lieu à l'écart du village à la chapelle dédiée à Notre-Dame du Gros Chêne.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’argent au laurier de sinople, mouvant de la pointe, fruité de gueules, au chef du même chargé de trois besants d’or, le premier chargé d’une croix pattée de même.
Commentaires : Le laurier est à l’origine du nom latin de Lorry-lès-Metz – Lauriacum. Ce sont des armes parlantes. Lorry-lès-Metz dépendait du Pays messin du Val de Metz, plus exactement, il était sous la domination du paraige de Saint-Martin qui portait : de gueules, à trois besants d’or, celui de dextre chargé d’une croix de gueules

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de Lorry-lès-Metz[12]
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1965 Raymond François sans maire
1965 1971 Gabriel Dardenne sans maire
1971 1983 Marcel Ulrich sans maire
1983 mars 1989 Jacques Marchal sans maire
mars 1989 mars 2014 Marie-Hélène Mathieu sans maire
mars 2014 juin 2020 Jean-Yves Le Ber sans maire
juin 2020   Philippe Gleser sans maire
Les données manquantes sont à compléter.

La commune a rejoint le la communauté d'agglomération de Metz-Métropole.

Au , la communauté d’agglomération devient une Métropole : Metz-Métropole. Lorry-lès-Metz y est représentée par un membre titulaire et un membre suppléant. Le titulaire est Philippe Gleser, maire, et la suppléante Marie-Andrée Brulé, adjointe.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[14].

En 2018, la commune comptait 1 766 habitants[Note 3], en augmentation de 2,56 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,32 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
564557676740813825730718660
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
698679658672626670677665587
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
6116196415556247999521 2241 369
1990 1999 2006 2007 2012 2017 2018 - -
1 3651 4331 4051 4011 5831 7861 766--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie religieuse[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française
Début Fin Nom
Nommé le 1689 Antoine Darda
Nommé le 1692 Jean-Mathieu Passel
Nommé le 1695 Nicolas Marchand
Nommé le Décède le Nicolas Malherbe
Nommé administrateur le Anselme Agnus
1744 Jacques d'Aymard
Administrateur le Guillaume Boulenger
Administrateur le François Husson
Administrateur le Louis Mayot
Nommé le 1752 François Arthaud
Administrateur le

Curé le

Quitte Lorry-lès-Metz en 1791 Jean Chandellier
Les prêtres jureurs
Début Fin Nom
Prête serment le Renonce le Claude Coinze
1792 1802 Dominique Jenot
Administrateurs provisoires
Début Fin Nom
Nommé le François Humbert
Charles-Dominique Rutan
Nommé le Hippolyte Millet
Prêtres résidents
Début Fin Nom
Nommé le 1807 Georges-Antoine Le Begue
Nommé le 1813 Nicolas Caillous
Administration par l'abbé Stephani, curé de Woippy
1818 Claude-Charles Thibiat
1831 Étienne Friclot
Décède le Christophe-Nicolas Remy
Vicaire le

Curé le

Remy-Jean-Nicolas Iseler
Nommé le Décède le Jean-Dominique Étienne
Administrateur le Abbé Bigerel, curé de Woippy - pendant l'exil de l'abbé Étienne
Administrateur le Nicolas Bentz - pendant l'exil de l'abbé Étienne
Nommé le 1951 François-Léon Huguet
Nommé le Décède le Émile Jacquemin
Victor Leitner
Étienne Nicolas
Alain Welsh
Paul Grostefan

Fin 1998, création de la communauté des Ponts, regroupant les églises suivantes :

  • Saint-Sacrement (Metz Devant-les-Ponts) ;
  • Notre-Dame-de-Lourdes (Metz Devant-les-Ponts) ;
  • Sainte-Famille (Metz Patrotte) ;
  • Saint-Clément (Lorry-lès-Metz) ;
  • Sainte-Bernadette (Metz Quatre-Bornes) en paroisse annexe du Saint-Sacrement.
Début Fin Nom
Richard Amégnimon - vicaire
Roland Dietrich
Francis Shiefer
Michel Billon
2002 2003 Prêtres remplaçants
Alain Welsh
Gilles Fund
Daniel Piovesan

En , fusion des communautés des Ponts et du mont Saint-Quentin appelée Les Monts-Les Ponts.

On ajoute les paroisses

  • Sainte-Brigide (Plappeville) ;
  • Sainte-Croix (Le Ban-Saint-Martin) ;
  • Saint-Quentin (Longeville-lès-Metz) ;
  • Saint-Symphorien (Longeville-lès-Metz).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges préhistoriques et antiques.
  • Découverte d'un petit monument religieux de l'époque gallo-romaine.
  • Maison des Plaids annaux : maison du XVIe siècle où l’on rendait la justice, bâtiment modifié vers 1860. Sise au 60 Grand’Rue.
  • Maison forte ou Forte maison : imposante maison du début XVe siècle qui logeait une garnison (La tour de Lory devant Mets). On connaît son aspect grâce à une carte postale de 1906. Elle fut démolie en 1946 à cause de son délabrement. Anciennement sise dans la descente de Vigneulles.
  • Maison Carré de Malberg : maison de famille de Caroline Colchen épouse Carré de Malberg, fondatrice de la Société des filles de saint François de Sales. Sise au 108 Grand’Rue.
  • Maison de maître : surnommée Le château par les Lorriots, cette maison de maître construite au XIXe siècle possède une décoration intérieure néo-roman. Elle abrite un institut thérapeutique, éducatif et pédagogique (ITEP) dénommé Le Château.
  • Forts de la première ceinture fortifiée de Metz : 16 ouvrages militaires ont été construits sur le territoire de la commune.
  • Lavoir de Vigneulles : sis sur la place de l’Âtre près de l’emplacement où se trouvait, vers 1500, la maison de Philippe de Vigneulles.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Clément : ancienne église fortifiée construite au début du XVe siècle par les Baudoche. Annexe de l’église de Woippy et dédiée à sainte Barbe, elle devint église paroissiale et prit pour patron saint Clément en 1673. Elle présente des particularités architecturales intéressantes. Elle fut agrandie en 1852 et remaniée en 1903. Elle comporte un baptistère du début du XVe siècle, octogonal en pierre sculptée, et des vitraux de Schouler (1927-1984). En , un second saint patron est adjoint à saint Clément : saint Roch. L’orgue issu de la manufacture Dalstein-Haerpfer possède 15 jeux. Restauré en 1994, il est toujours en fonction. Dans le clocher, on peut admirer le mécanisme de l’horloge du clocher fabriqué par Jean-Baptiste Schwilgué datant de 1847. Il est désormais relayé par une horloge électronique.
  • Chapelle Notre-Dame-du-Gros-Chêne : sise sur la route d’Amanvillers, cette chapelle construite en 1960 est un lieu de pèlerinage marial. Les vitraux sont de Camille Hilaire.
  • Chapelle de l’ancienne école ménagère : cette ancienne propriété de madame de Thury est devenue une institution religieuse dispensant un enseignement ménager après l’Annexion. Depuis 1968, elle fait partie d'un collectif d’appartements privés. Elle ne se visite pas.
  • Chapelle sépulcrale Saint-François-de-Sales de Caroline Colchen Carré de Malberg : cette chapelle est sise dans la cour de la maison de Madame Carré de Malberg. Ouverte au public
  • Calvaires : sept calvaires de différentes époques situés en haut du village, au mur du Château, ruelle des Écoliers, Grand’Rue, au cimetière, Croix-de-Lorry et à Vigneulles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Philippe de Vigneulles ( - 1528 [entre le et le 12 avril] à Metz)  : né à Vigneulles, écrivain, chroniqueur et commerçant messin. Il a su décrire la vie de ses contemporains dans La chronique de Metz, qui constitue son œuvre majeure.
  • Caroline Colchen épouse Carré de Malberg  (1829-1891) : fondatrice de l’Œuvre des Filles de Saint François de Sales.
  • Catherine-Jeanne Valette épouse de Henry-Jacques-Marie Héricart de Thury[17]. Elle est la quatrième présidente des Dames de Metz, œuvre qui perpétue la mémoire des soldats français morts pour la Patrie. Elle est à l’origine de la réalisation du monument du cimetière de Chambière. En 1921, elle lègue à l’évêché ses deux propriétés qui deviendront des institutions religieuses. Elle finance la grosse cloche, Jeanne-Suzanne qui sonne en ré et pèse 1395 kg. Elle sera la seule à échapper aux réquisitions de 1917.
  • Ker-Xavier Roussel, né à la ferme du Chêne, il vécut à Paris, ses parents ayant fui l’Annexion. Appartenant au mouvement des nabis, il peignit beaucoup la nature agrémentée de personnages mythologiques.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Metz », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Metz », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. 1944-1945 : Les années liberté, Le Républicain lorrain, 1994 (p. 14: Recensement préfectoral sur les dates de libération
  12. Paul Pancré - Lorry-lès-Metz, village du pays lorrain - 1983
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. Fils de Louis-Étienne Héricart de Thury – 3 juin 1776 à Paris, 15 janvier 1854 à Rome et de Marie Louise de NOÜE – 1801, 1884 à Saint-Cloud.