Holving

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Dolving.
Holving
L'église de l'Immaculée Conception.
L'église de l'Immaculée Conception.
Blason de Holving
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Canton Sarralbe
Intercommunalité Communauté d'agglomération Sarreguemines Confluences
Maire
Mandat
Bernard Clavé
2014-2020
Code postal 57510
Code commune 57330
Démographie
Gentilé Holvingeois
Population
municipale
1 278 hab. (2014)
Densité 119 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 00′ 40″ nord, 6° 57′ 52″ est
Altitude Min. 214 m – Max. 263 m
Superficie 10,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Holving

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Holving

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Holving

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Holving

Holving est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-Est. Ses habitants sont appelés les Holvingeois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Holving est entourée à l'est par la commune de Sarralbe, au sud par la commune du Val-de-Guéblange, à l'ouest par la commune de Hilsprich et au nord-ouest par la commune de Richeling.

La commune est traversée par le Mutterbach (affluent de l'Albe).

La commune est composée de six hameaux : Ballering, Bettring, Diederfing, Holving, Hinsing et Hirbach.

L'étang situé à Hirbach constitue un segment de la Ligne Maginot Aquatique [1]

Carte de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Le Val de Holving : Holbinger-Dael (1410), Holvinger Tal (1460), Holbinger daile (1470), Holvingerdal (1573), Le Val d'Olbinguen (1717), Le Val de Holbing (1751)[1]. Em Daal en francique lorrain.
  • Holving : Holbingen (1225)[2], Halbingen (1226), Holvingen (1238), Halvingen (1272), Halvinga (1294), Holbingen (1594), Olbinguen (1717), Holbing (1751[1], 1793, 1801), Holving (1918). Holwinge en francique lorrain[3].
  • Ballering : Balderinge[4] ou Balderinga[1] (1294), Bolleringen (1525)[5], Balleringen (1594), Baltring (XVIIIe siècle), Balring (1779)[1]. Balleringe en francique lorrain.
  • Bettring : Bertringen (1594), Bettering (1756), Betring (carte Cassini)[1]. Bettringe en francique lorrain.
  • Diederfing : Dieterfingen (1594), Diderving (XVIIIe siècle), Didrefing (carte Cassini), Diderfing (carte de l'état-major)[1]. Diderfingen en allemand[1], Didderwinge en francique lorrain.
  • Hinsing : Huntzingen (1594), Hinsingen (1756), Hintzingen (1775), Intsing ou Insing (carte de Cassini), Hinzing[1]. Hinsingen en allemand[1], Hinsinge en francique lorrain.
  • Hirbach : Hyrelbach (1594), Kirbach (1756)[1]. Hirboch en francique lorrain.
  • Schmalhof : La cense de Schmalhoff (1751)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

On a retrouvé les traces d'un temple gallo-romain en l'honneur d'Apollon, prouvant ainsi que la zone était peuplée à cette époque.

Cité en 1226 en tant que "Halbingen", était le chef-lieu de la vallée qui porte son nom (Le Val de Holving) et faisait partie avec ses cinq annexes de l’ancienne province de Lorraine.

Endommagé en 1939-1945.

L'étang de Hirbach (52 ha) fait partie du Secteur fortifié de la Sarre, créée en 1939 pour compléter le trou laissé dans la ligne Maginot par le refus par référendum de la Sarre de devenir française.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 mars 2001 Etienne Dourson    
mars 2001 mars 2008 Lucien Schwartz    
mars 2008 en cours Bernard Clavé    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 278 habitants, en augmentation de 4,07 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
830 856 947 1 021 1 219 1 164 1 031 1 055 1 114
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
1 116 1 077 995 936 937 989 982 914 823
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
824 812 817 735 798 856 864 926 972
1990 1999 2005 2010 2014 - - - -
1 032 1 064 1 152 1 259 1 278 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Vestiges gallo-romains : pierre triangulaire, reste d'un temple en l'honneur d'Apollon.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église de l'Immaculée-Conception (1869).
Chapelle Notre-Dame-de-Lourdes.
  • Église perchée néo-gothique 1869 (Immaculée Conception) : statue et confessionnaux XVIIIe siècle .
  • Chapelle Saint-Sébastien (sur le Kappelberg) 1622, restaurée XVIIIe siècle, détruite durant la guerre : fenêtres gothiques.
  • Chapelle Notre-Dame-de-Lourdes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  2. Mémoires de la Société d'Archéologie et d'Histoire de la Moselle (1862)
  3. Geoplatt
  4. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France: Tome 2
  5. Max Besler - Die ortsnamen des lothringischen kreises Forbach (1888)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .