Domèvre-en-Haye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Domèvre et -en-Haye.

Domèvre-en-Haye
Domèvre-en-Haye
Église Saint-Léger.
Blason de Domèvre-en-Haye
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Arrondissement de Toul
Canton Le Nord-Toulois
Intercommunalité Communauté de communes Terres Touloises
Maire
Mandat
Jean-François Segault
2014-2020
Code postal 54385
Code commune 54160
Démographie
Population
municipale
376 hab. (2016 en diminution de 16,26 % par rapport à 2011)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 06″ nord, 5° 55′ 49″ est
Altitude Min. 210 m
Max. 316 m
Superficie 8,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Domèvre-en-Haye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Domèvre-en-Haye
Liens
Site web www.domevre-en-haye.fr

Domèvre-en-Haye est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Fig1 - Domèvre-en-Haye (ban communal)

Géographie[modifier | modifier le code]

Village à flanc de coteau, ancien village de vignerons[1].

D’après les données Corine land Cover , le ban communal de 861 hectares comprend en 2011, plus de 48% de terres arables et de prairies, 42% de forêt et seulement moins d' 1 % de zones urbanisées[2].

Le territoire est arrosé par le ruisseau de Naly-fontaine et comporte plusieurs sources, ce ruisseau n'est pas recensé par le SANDRE, mais le ruisseau de l'Esch(e)[3] (parfois orth. Ache ou Esse) arrose la commune sur 820 metres.

L'altitude moyenne est de 220 mètres environ.

Des éléments permettent de supposer que le village s'est formé à proximité d'un établissement gallo-romain le long d'une voie secondaire reliant la voie Romaine Toul-Metz à la commune de Pannes.[4] (Fig1 - ban communal)

Comme d'autres communes dans la région touloise, Domèvre a été le lieu de productions manufacturées à base d'argile étant donné la disponibilité de l'eau (nombreux ruisseaux) et surtout de matière première : l'argile de la Woëvre. Une tuilerie a fonctionné sur ce territoire[5] au sud-ouest du village (Section C parcelle 488)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ecclesia Domni Apri ; Nicolaus de Domevria (1135) ; Rodulfus de Domeivre (1184) ; Dommeivre (1404) ; Dompmeivre (1498) sont les graphies recensées par le dictionnaire topographique de France[6]

Le toponyme, apparu au Xe siècle sous la forme (ecclesia) Domni Apri, vient du latin médiéval Domnus Aper, où Domnus, littéralement seigneur, maître, désigne le saint. Ce type de toponyme, qui fait d'un saint le maître et le protecteur d'un lieu et de ses habitants, est fréquent au Haut Moyen Âge. Saint Èvre, septième évêque de Toul, était particulièrement vénéré dans ce diocèse (on y compte une cinquantaine d'églises qui lui sont dédiées)[7].

Aper signifie sanglier en latin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et antiquité[modifier | modifier le code]

L’occupation du territoire communal doit être ancienne puisque les chroniques archéologiques signalent la découverte de sépultures de l'âge du Bronze[8] .Par ailleurs le musée lorrain détient un vase romain découvert sur le ban communal[9]

Moyen-âge[modifier | modifier le code]

La paroisse dépendait de deux seigneurs, E Grosse cite le seigneur de Viange[10], mais de par son toponyme on comprend bien que le village fut étroitement lié à l'abbaye de Saint-Evre.

Dans une notice sur les seigneurs de Manonville H LEFEVBRE indique[11]

«Nous savons seulement qu'en 1395, intervint un accord en date du 19-e jour de juin, entre Marguerite de Haraucourt, veuve de Thirion, seigneur de Manonville, et les habitants de Domêvre, par lequel ces derniers furent déchargés de la main-morte et de diverses autres servitudes. Le titre de cet accord n'existe malheureusement plus et nous en ignorons les détails. Il a été produit par les habitants de Domêvre, lors de la vérilication du dénombrement présenté par Henri de Beauvau, en 1613. C'était un acte sur parchemin passé devant l'official de Toul. Dans la déclaration de la communauté en 1700, il est dit que les habitants ont un droit d'usage sur un bois appelé les Bois-bas (Fig 1) de 150 arpens, mesure de Bar, ...»

Il y signale également d'anciennes forges au lieu-dit "au pied de la côte que recouvre la forêt de Gueumont ou de Grenet" (Fig1 "guémont") et que l'emplacement des bois de Gueumont dût être habité puisque vers 1867[9], on y a découvert un vieux puits au fond duquel on a retrouvé, sous une épaisse couche de pierres, une statue équestre mutilée, et une autre très fruste représentant un personnage barbu accroupi et tenant en sa main un objet informe.

ll existait également, d'après cette notice, autrefois un moulin appelé le moulin de Grenet, entre les bans de Rogéville et de Domèvre et mû par un petit affluent de l'Esche. Ce moulin appartenait par moitié aux seigneurs de Manonville et à l'abbé de Saint-Léon de Toul.

Epoque moderne[modifier | modifier le code]

La carte spéciale des régions dévastées. 52 SE, Commercy [Sud-Est] / [Service géographique de l'armée] 1920, indique le lieu-dit Bois de bas (fig 1) comme "bois disparu, démoli ou coupé" , en vue de la détermination des indemnités de dommage de guerre .[12]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juillet 2003 2014 Christian Lucie    
2014 En cours Jean-François Segault    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14].

En 2016, la commune comptait 376 habitants[Note 1], en diminution de 16,26 % par rapport à 2011 (Meurthe-et-Moselle : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
295298319312336387391377395
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
402427410408383385357354355
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
336298252204197177170241218
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016
193178276312353439445395376
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'Abbé Grosse indique dans son dictionnaire statistique pour cette commune vers 1836 :

«Surf, territ. , 5o5 hect. , dont 25o en terres labour. , 90 en prés , 82 en bois et 81 en vignes dont les produits sont assez recherchés. Mesures de Pont-à-Mousson , mais la toise de Lorraine de 10 pieds y était en usage, ainsi que les suivantes : le jour de terres labourables valait 400 verges, ou 3a ares 70 centiares 5. Le jour de prés, vignes , chènevières, seulement 200 verges, ou 16 ares 35 cent.L'arpent de bois valait 230 verges, ou 20 ares 44 cent.»[1]

Indiquant les traditions agricoles et viticoles du village avant les épidémies qui ont détruit les vignes du toulois.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Léger : tour romane, nef XVIIIe siècle, cadran solaire double. La nouvelle église a été bénie le 29 septembre 1737, jour de la Saint-Michel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Les seigneurs de Manonville (voir la monographie d' H LEFEVBRE)

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Domèvre-en-Haye Blason D'or à la croix de sable frettée d'argent.
Détails
Création Ed. Des Robert, 1953.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b E. Grosse (abbé.), Dictionnaire statistique du Département de la Meurthe: contenant une introduction historique sur le pays, avec une notice sur chacune de ses villes, bourgs, villages, hameaux, censes rivières, ruisseaux, étangs et montagnes, Creusat, (lire en ligne), p. 182
  2. « Fiche Ma Commune - SIGES Rhin-Meuse - ©2019 », sur sigesrm.brgm.fr (consulté le 8 avril 2019)
  3. « Ruisseau d'esche [A71-0200] - Cours d'eau », sur www.sandre.eaufrance.fr (consulté le 8 avril 2019)
  4. Jules (18-1921) Auteur du texte Beaupré, Répertoire archéologique pour le département de Meurthe-et-Moselle, époques préhistoriques, gallo-romaines, mérovingiennes , par le Cte J. Beaupré,..., (lire en ligne)
  5. Tuileries et tuiliers d'autrefois (partie 2) https://www.etudes-touloises.fr/archives/70/art3.pdf
  6. France. Comité des travaux historiques et scientifiques., Dictionnaire topographique de France comprenant les noms de lieu anciens et modernes., Imprimerie nationale, 1861- (OCLC 227035528, lire en ligne)
  7. Aude Wirth, Les Noms de lieux de Meurthe-et-Moselle : Dictionnaire étymologique, Haroué, Gérard Louis, , 313 p. (ISBN 2-914554-43-5).
  8. « Gallica - », sur visualiseur.bnf.fr (consulté le 8 avril 2019) : « Bleicher et Barthélémy : Note sur une sépulture de l'âge dit bronze, découverte à Domêvre en-Haye », p. 131-134
  9. a et b Société d'archéologie lorraine Auteur du texte, « Revue historique de la Lorraine / publiée tous les deux mois par la Société d'archéologie lorraine et du Musée historique lorrain », sur Gallica, (consulté le 8 avril 2019) : « Le M. L. possède un vase romain en terre cuite provenant de Domèvre (P104) »
  10. E. Grosse (abbé.), Dictionnaire statistique du Département de la Meurthe: contenant une introduction historique sur le pays, avec une notice sur chacune de ses villes, bourgs, villages, hameaux, censes rivières, ruisseaux, étangs et montagnes, Creusat, (lire en ligne), p. 183
  11. Société d'archéologie lorraine Auteur du texte et Musée lorrain (Nancy) Auteur du texte, « Mémoires de la Société d'archéologie lorraine », sur Gallica, (consulté le 8 avril 2019) : « MANONVILLE - ET SES SEIGNEURS - PAR M. H. LEFEBVRE. »
  12. France, Carte spéciale des régions dévastées, Service géographique de l'Armée, (lire en ligne)
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :