Cappel (Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cappel
Cappel (Moselle)
Rue de la Libération.
Blason de Cappel
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Forbach-Boulay-Moselle
Intercommunalité Communauté de communes de Freyming-Merlebach
Maire
Mandat
Hubert Bur
2020-2026
Code postal 57450
Code commune 57122
Démographie
Gentilé Cappellois, Cappelloises
Population
municipale
685 hab. (2019 en diminution de 0,87 % par rapport à 2013)
Densité 115 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 23″ nord, 6° 51′ 02″ est
Altitude Min. 232 m
Max. 301 m
Superficie 5,97 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Freyming-Merlebach
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cappel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cappel
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Cappel
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Cappel

Cappel est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-est, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Cappel
Barst Seingbouse Farschviller
Biding Cappel Loupershouse
Barst Hoste

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par la Nied Allemande, le ruisseau de Rimmel Hoffenbach et le ruisseau le Graben[Carte 1].

La Nied allemande, d'une longueur totale de 57,9 km, prend sa source dans la commune de Guenviller et se jette dans la Nied à Condé-Northen, après avoir traversé 23 communes[1].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Cappel.

La qualité des eaux des principaux cours d’eau de la commune, notamment de la Nied Allemande, peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cappel est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (71,8 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (69,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (36,1 %), zones agricoles hétérogènes (35,7 %), forêts (19,2 %), zones urbanisées (9 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Kapple en francique lorrain.
  • Capplen (1544 et 1606) ; Kappeln (1594) ; Kappellen (1681) ; Kappelen (1751) ; Kapoleng, Kappolem et Capellen (1756) ; Cappel (1793).

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 mars 1995 Paul Michel    
mars 1995 mars 2001 Léon Bodo    
mars 2001 En cours Hubert Bur    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2019, la commune comptait 685 habitants[Note 2], en diminution de 0,87 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,03 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1831 1836 1841 1861 1866 1871
329216333502466511404386388
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
392377355352378362346359358
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
383389376378377486491492533
1990 1999 2005 2006 2010 2015 2019 - -
714723694671701695685--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Forêt communale[modifier | modifier le code]

Les deux communes de Cappel et Farschviller appartenaient au XVIIIe siècle à une seule et même seigneurie et possédaient, en indivis, une forêt d'environ 2 500 arpents[13].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Maison lorraine à Cappel (Moselle).

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Gengoulf.
Chapelle du cimetière.
  • Église paroissiale Saint-Gengoulf, construite vers 1770 à l'emplacement d'une église édifiée en 1691 ; restaurée et remaniée aux XIXe siècle et XXe siècle ; tour clocher reconstruite de 1876 à 1879, remplaçant la tour ronde du XVIIe siècle, conservée sur la façade sud.
  • Chapelle du cimetière, construite de 1861 à 1863 par Charles Desgranges architecte à Sarreguemines, pour servir d'abri.
  • Calvaires.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules à la chapelle d'argent brochant une lance d'or posée en bande.
Commentaires : La chapelle constitue les armes parlantes ; la lance est l'emblème de saint Gengoulf, Patron de la paroisse[15].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Cappel » sur Géoportail (consulté le 29 juillet 2022).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le ) - Pour recentrer la carte sur les cours d'eau de la commune, entrer son nom ou son code postal dans la fenêtre "Rechercher".

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « la Nied Allemande »
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  13. Paul Michel, Si Cappel m'était conté..., Sarreguemines, Imprimerie Pierron, , 106 p., p. 61.
  14. « Maison lorraine », notice no PA00107063, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. Paul Michel, Si Cappel m'était conté..., Sarreguemines, Imprimerie Pierron, , 106 p., p. 70.