Arry (Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arry.
Arry
Église Saint-Arnould.
Église Saint-Arnould.
Blason de Arry
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Metz
Canton Les Coteaux de Moselle
Intercommunalité Communauté de communes Mad et Moselle
Maire
Mandat
Arthur Minello
2014-2020
Code postal 57680
Code commune 57030
Démographie
Gentilé Arrygeois
Population
municipale
527 hab. (2014)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 42″ nord, 6° 03′ 30″ est
Altitude Min. 170 m – Max. 386 m
Superficie 6,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Arry

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Arry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arry

Arry est une commune française située dans le département de la Moselle en région Grand Est. Ses habitants sont appelés les Arrygeois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village, situé en amont de Metz, est perché sur les côtes de la Moselle.

Carte de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Areis (1130), Areium (1139), Arium (1192), Areies/Arey/Areis (1214), Aurey (1360), Arrey-sus-Mezelle (1385), Arey (1421), Airy (1424), Airey (1490), Ary (1544), Arrée (1594), Arrig (XVIIe siècle), Arraye (1691), Arryg (carte Cassini), Arry (1793).
  • 1871-1915 : Arry, 1915-1918 : Arrich, 1940-1944 : Aringen.

Sobriquet[modifier | modifier le code]

Lés gossâds (Les goitreux)[2], On prétendait jadis que les eaux d’Arry donnaient le goitre.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Village d'origine gallo-romaine mentionné pour la première fois en 608.
  • Dépendance de l'abbaye de Gorze ;
  • En 1443, après avoir ravagé plusieurs localités du pays messin, les « Écorcheurs » arrivèrent aux abords d'Arry et s'installèrent sur le ban de Voisage. Leur séjour dura huit jours pendant lesquels ils se livrèrent à tous les excès imaginables sur la population d'Arry et des villages voisins. Alliés à Robert de Commercy, alors en révolte contre le duc de Lorraine, les Écorcheurs quittèrent Arry en emportant le bétail et toute la population qu'ils lui vendirent[3].
  • Rattaché à l'évêché de Metz jusqu'au 13e, puis au Barrois jusqu'au rattachement à la France en 1766.
  • En 1817, Arry, village de l'ancienne province des Trois-Évêchés sur la rive droite de la Moselle avait pour annexes la ferme de Voisage et le hameau de la Lobe. À cette époque il y avait 477 habitants répartis dans 87 maisons.

Empire allemand[modifier | modifier le code]

Comme les autres communes de l'actuel département de la Moselle, Arry est annexée à l’Empire allemand de 1871 à 1918. La commune, rebaptisée Arrich, dépend du Landkreis Metz. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, les conscrits de Arrich se battent naturellement pour l’Empire allemand. Beaucoup de jeunes gens tomberont au champ d'honneur sous l’uniforme allemand[4]. Arry servit alors de base arrière au Landwehr Infanterie Regiment nr. 30 qui combattait dans le secteur de Bouxières-sous-Froidmont. Sujets loyaux de l'Empereur, les Arrygeois accueillent cependant avec joie la fin des hostilités et la paix retrouvée. Arry redevient française.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Arry fut le théâtre de durs combats au cours de la bataille de Metz en septembre 1944, opposant le XXe corps de la IIIe armée américaine à la 462e division allemande appuyée par des éléments des 3e, 15e et 17e divisions blindées[5]. Alors que la tête de pont de Dornot est évacuée le , les Américains reprennent pied sur la rive ouest de la Moselle dans le secteur d’Arnaville sous la conduite du colonel Yuill, commandant le Xe Combat Team. Le 12 septembre, la contre attaque allemande, quoique prévisible, est brutale. Le 37e Panzer Grenadier Regiment de la XVIIe division blindée, le 8e Panzer Grenadier Regiment et la 103e Panzer-Abteilung de la IIIe division blindée et le 115e Panzer Grenadier Regiment de la XVe division blindée sont engagés aux côtés du bataillon Vogt de la 462e Infanterie-Division pour contenir la tête de pont d’Arnaville. L’artillerie de campagne allemande, soutenue par les batteries des forts Driant (Kronprinz) et Verdun (Haeseler), pilonne les troupes américaines. De son côté, l’artillerie américaine répond par un puissant tir de barrage, tirant plus de 5700 salves sur ce secteur. L’aviation américaine du 371e groupe TAC appuie ses troupes au sol, détruisant même, par un coup au but, une batterie du fort Verdun (Sommy) et des batteries lourdes situées près de Mardigny. Les régiments de PanzerGrenadier et le bataillon Vogt supportent de lourdes pertes. Plus de dix Panzers et plusieurs half-tracks allemands furent détruits ce 12 septembre 1944[6]. Au cours de ces combats, l'ancien village de laboureurs et de vignerons fut détruit à 85 % par les bombardements américains. Cet épisode tragique pour les habitants d’Arry et des villages voisins marqua profondément les mémoires.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1962 1971 André Berche   Industriel
1971 1983 Guy Menuat   Général de brigade
1983 2001 Bernard Jager   Directeur de société
mars 2001 mars 2008 Serge Care-Colin   Ingénieur
mars 2008 en cours Arthur Minello    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 527 habitants, en augmentation de 9,79 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
451 452 477 427 477 510 408 436 431
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
470 429 408 373 374 360 362 397 287
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
287 347 360 175 244 301 324 304 358
1990 1999 2007 2011 2014 - - - -
350 407 463 521 527 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Fresques de l’église d’Arry.
  • ancien château d'Arry, face à l’église, détruit pendant la Seconde Guerre mondiale ; reste de remarquables jardins en terrasse ainsi qu’un bassin monumental de style XVIIIe siècle ;
  • ferme fortifiée de Voisage : « marche d’estault » du XIIIe siècle ; au XVIIe siècle, poste aux chevaux ; au XVIIIe siècle, enceinte bastionnée.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • église Saint-Arnould, église fortifiée romane XIIIe siècle bâtie afin de remplacer la chapelle primitive détruite en 1201 lors d'un incendie. Le chœur gothique présente de magnifiques fresques. Seul édifice ancien sauvegardé, initialement construite en maison forte avec donjon, recouverte d'une toiture au XVIIe siècle ; deux nefs sous lambris (reconstituées en 1976) ; restauration 1974/1980.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Arry

Description : Mi-parti d'azur à deux bars adossés d'or cantonnés de quatre croisettes recroisetées au pied fiché du même, le bar dextre engoulé d'un anneau d'or, et mi-parti de gueules à la croix d'argent.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

_ Bazaille Manuel ; "Un ancien de 1914-18" (Vie et carrière d'Eugène Jules Gauché) ; Nos villages lorrains ; n°133 ; octobre 2013.

_Bazaille Manuel ; "L'église d'Arry" ; La nouvelle revue lorraine ; n°35 ; décembre 2015.

_Bazaille Manuel ; "La Landwehr à Arry" ; Nos villages lorrains ; n°146 ; janvier 2017.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.genealogie-metz-moselle.fr/ars/arry.html
  2. Passé-Présent : La Moselle dévoilée N°7 (Septembre-Octobre-Novembre 2012)
  3. Bazaille Manuel, Arrivée des Écorcheurs, Nos villages lorrains n°76, décembre 1999.
  4. Plus de 380 000 Alsaciens-Lorrains servirent loyalement l'Empire allemand jusqu’à la fin de la guerre, souvent jusqu'à l'ultime sacrifice. Leurs tombes sont entretenues par le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge.
  5. René Caboz, La Bataille de Metz. 25 août - 15 septembre 1944, Sarreguemines, 1984. (pp 140-272-283).
  6. René Caboz, La bataille de Metz, Editions Pierron, Sarreguemines, 1984 (pp. 303-304).
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. http://www.genealogie-metz-moselle.fr/pays-messin/personnages/gauche-eugene-jules.pdf