Sainte-Ruffine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sainte-Ruffine
Le pressoir.
Le pressoir.
Blason de Sainte-Ruffine
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Metz
Canton Les Coteaux de Moselle
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Metz Métropole
Maire
Mandat
Daniel Baudouin
2014-2020
Code postal 57130
Code commune 57624
Démographie
Population
municipale
533 hab. (2014)
Densité 761 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 21″ nord, 6° 05′ 47″ est
Altitude Min. 166 m – Max. 226 m
Superficie 0,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Sainte-Ruffine

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Sainte-Ruffine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Ruffine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Ruffine
Liens
Site web www.sainte-ruffine.fr

Sainte-Ruffine est une commune française située dans le département de la Moselle, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Rufina est une chrétienne née d’une noble famille romaine. Elle est décapitée avec sa sœur Sécunda en raison de leur foi qu’elles refusent d’abjurer. Leurs reliques sont ramenées[Quand ?] par un évêque messin[Qui ?] de Rome dans une maison, « foyer » du futur village de Sainte-Ruffine.

Au cours de la Révolution française, la commune porte le nom de Anthoine-le-Mont[1].

La commune est jumelée avec le village de Rufina en Italie, bien que le nom de ce village vienne d’une rivière locale[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des éléments de brique d’agile d’origine de thermes gallo-romains datant du IIe siècle ainsi que les vestiges d’une villa ont été découverts lors de fouilles archéologiques réalisées entre 1985 et 1987, qui ont précédés la construction de maisons d’habitation. Certains historiens pensent qu’il s’agit d’un ancien ibliodorum ; une étape sur la voie romaine de Trèves à Reims[2].

Sainte-Ruffine est un ancien village de vignerons du Val de Metz, en Pays messin, partagé en plusieurs seigneuries.

René Ier, duc de Lorraine, et son beau-frère Charles VII, firent en 1444 la guerre à Metz et le village fut occupé par René Ier.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Sainte-Ruffine Blason Mi-parti d'azur à l'aigle d'or, et de gueules à une bande d'argent chargée de trois coquilles de sable, au chef de gueules chargé de trois besants d'or, le premier chargé d'une croix pattée.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014   Daniel Baudoüin    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 533 habitants, en augmentation de 2,11 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
236 239 244 250 281 253 303 326 231
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
242 238 259 239 249 255 290 268 238
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
240 236 288 278 283 320 390 388 408
1990 1999 2007 2011 2014 - - - -
466 453 530 527 533 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Les plus anciens documents évoquant les vignobles de Sainte-Ruffine datent du XIIIe siècle. L’activité se tarit au XXe siècle à cause des guerres, de l’industrie et du phyloxera[2].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chapelle de Sainte-Ruffine.
  • Proximité de la route romaine Metz-Verdun ; importants vestiges d'un nymphorium (travaux rebouchés en raison de la proximité d'habitations).
  • Château Buzelet, situé 19 Grand-rue, grand escalier à rampe en fer forgé, escalier intérieur, décor intérieur : il servait de maison de campagne au comte du même nom au XVIIIe siècle[2].
  • Maisons anciennes 1575, 1577.
  • Manoir probablement seigneurial, au 10 rue des Vignerons, fronton daté de 1577, fenêtres géminées, porte surmontée d’une sculpture médiévale à demi effacée, deux colombiers d'époque médiévale et une grange avec des fenêtres et portail en arc de cercle[2].
  • Pressoir racheté par la commune en 1983, rare vestige de l'activité viticole du village, composé de poutres du grand pressoir de Sainte-Ruffine du XIVe siècle[2].

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Sainte-Ruffine.
  • Église de Sainte-Ruffine, néo-romane, inaugurée en 1726 en remplacement d’une église médiévale menaçant ruine. Un décor quadrilobe derrière l’église, figurant une tête et daté du XIVe siècle, est probablement un réemploi de l'ancienne église[2].
  • Chapelle de Sainte-Ruffine, érigée au XVIIIe sur un ancien socle mérovingien, probablement avec des pierres de l’ancienne église, voûte gothique, statue de la Vierge (copie XVe siècle d’après la commission mémoire) : elle fut interdite aux paroissiens dès 1724[2].
  • Monument de la Vierge érigé par l’association Saint-Louis en 1957 sous l’égide de l’abbé Becker, curé de la paroisse de 1936 à 1972 : il porte une plaque en mémoire des bombardements de la Seconde Guerre mondiale[2].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Vignoble en appellation d'origine Moselle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Friedrich Schüler, Martin Baus, Die deutsch-französische Grenze als Fluchtpunkt der verfolgten pfälzischen Demokraten im 19. Jahrhundert, Saarpfalz. Blätter für Geschichte und Volkskunde, 1997/4, pp. 9-10

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i Le Républicain lorrain Metz-Vallée de l’Orne, En passant par… Sainte-Ruffine, un grand cru, dimanche 7 février 2010, p. 10, [lire en ligne].
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .